Le phosphore

Le phosphore est un très important constituant des tissus et surtout du noyau cellulaire. Il entre principalement dans la composition des phospholipides (système nerveux), du tissus osseux (phosphate de calcium) et du sang.

Ses deux propriétés fondamentales sont sa toxicité et son affinité pour l’oxygène : dès qu’un batonnet de phosphore est sorti de l’eau, il  s’enflamme spontanément ! Cette toxicité touche en premier lieu le foie et les reins, en donnant lieu à des réactions spasmodiques, mais à peu d’excrétions. Puis apparaissent des inflammations et des phénomènes hémorragiques (poisons organophosphorés).

 

Le phosphore dans le cycle de la vie

Dans un sol, le phosphore est peu assimilable par les plantes. Les champignons, en dégradant les ossements des animaux, assimilent le phosphore contenu dans les os dans animaux morts. Ils transmettent ce phosphore à d’autre champignons dit “mycorhiziens” qui le retransmettent à leur tour aux arbres. Les arbres retransmettent le phosphore à d’autres champignons par le biais des mycorhizes et ainsi de suite. Après quelques jours, le phosphore est présent dans un périmètre de 1000m2 et les ossements du cadavre ne possèdent plus de phosphore.

Le cycle du phosphore est “fermé” dans le vivant. Le phosphore introduit artificiellement dans les champs détruit le processus de mycorhization entre les champignons et les arbres. Ceci rend dépendantes les plantes de ce type de culture aux engrais.

IMG_3394

Le pic du phosphore est prévu pour 2040 (moitié des réserves épuisées). Une partie du phosphore fossilisé peut être rendu assimilable par certains champignons qui s’associent aux liliacée (alliacées). Remettre ce type de plantes accompagnées d’une couverture du sol pour nourrir les champignons permet de réutiliser le phosphore fossilisé dans le sol.

La présence de phosphore est un facteur limitant pour la vie dans beaucoup de systèmes. Il est très peu présent dans les roches (à part les phosphatières). C’est un élément très lié à la vie (pas au minéral), car chaque barreau d’ADN contient deux atomes de phosphore.

Il doit être disponible et assimilable par les plantes. Dans un sol calcaire, le phosphore se fixe au calcium et devient insoluble  et donc inassimilable en se fossilisant. Dans les sols acides, le phosphore fait la même chose avec le fer et forme des dépôts noirâtres. Les champignons mycorhiziens ont un rôle crucial pour la répartition du phosphore dans le sol, en réseau.

Pour avoir du phosphore, il faut avoir des champignons, il faut donc nourrir les champignons. La meilleure façon à long terme d’en apporter au sol est d’y apporter de la lignine : en utilisant des techniques liées à l’agroforesterie ou du BRF (bois raméal fragmenté) pour réimplanter des champignons dans une parcelle.

Quand on épand du phosphate, on détruit la symbiose entre les arbres et champignons (qui échangent du sucre contre du phosphore). L’épandage de phosphates crée une dépendance par rapport au phosphore : il n’y a plus de champignons dans le sol, le phosphore n’a donc pas de moyen de transport.

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.