Le régime (hyper) protéiné

Le régime (hyper) protéiné 

Très utilisé par de nombreux praticiens en Amérique, mais aussi fortement critiqué par d’autres, le « régime hyperprotéiné » a ses indications et ses limites. Inventé par l’équipe du pr. Blackburn aux USA il y a plus de trente ans, c’est en fait une adaptation physiologique du « régime Atkins« , de cétose, qui (en l’absence de surveillance médicale) a conduit à de nombreux accidents d’acido-cétose (effondrement de la réserve alcaline). 

……………………………………………………………………….

Le « Body Mass Index » (BMI) ou « Indice de Masse Corporelle » (IMC en français), permet d’évaluer notre masse corporelle.On l’obtient en divisant notre poids par notre taille au carré (IMC = poids divisé par [taille en m]2

Il est recommandé d’avoir un IMC compris entre 18,5 et 25. Avec un IMC compris entre 25 et 30, on parle de « surcharge pondérale » et avec un IMC supérieur à 30, on parle d’obésité.

……………………………………………………………………….

Indication et avantages :

Il s’agit de mettre le patient en « cétose », c’est à dire de consommer moins de 50 grammes de glucides (sucres, farineux et fruits) par jour. L’absence de glucides va pousser l’organisme à utiliser ses graisses, en libérant de l’acétone dans le milieu intérieur. Outre la mauvaise haleine que cela procure, l’acétone est psychotonique et anorexigène (c’est à dire qu’il tonifie et coupe l’appétit). Dès le troisième jour, le patient n’a plus faim et se sent en forme.

Chez les gens obèses, l’effet psychologique est merveilleux : ils ont cessé de (trop) manger et ils se sentent bien, tout en maigrissant facilement ! Évidemment, il est prudent de ne pas continuer cette phase de cétose plus de dix jours par mois, si l’on ne veut pas épuiser le rein (qui élimine l’acétone) et perdre l’objectif principal, qui est de changer les habitudes alimentaires en retrouvant régime physiologique (voir « régime diabétique »).

Dans certains cas (obésité importante avec diabète gras), on peut prolonger la phase de cétose si le patient la supporte bien, mais sous contrôle biologique régulier.

 

  à partir de 300 kg, elle ne peut plus se déplacer seule

Selon l’étude du « poids mental » (dr. M. Larocque, 2004) portant sur 1340 patients, les éléments prédictifs du succès sont :

  1. une perte de poids initiale rapide, ce que permet le régime protéiné (VLCD) qui évite la sensation de faim, grâce à une diminution de la sécrétion d’insuline
  2. l’apport en protéines optimal, qui protège la masse musculaire (forme physique et moral conservé) évite les phénomènes de « yoyo »

 

Contre-indications. Elles sont de trois ordres :

  1. les troubles de la fonction rénale (goutte et insuffisance rénale modérée ou importante, traitement diurétique en cours)
  2. les endocrinopathies (diabète insulinodépendant, hypothyroïdie, pathologie surrénalienne ou traitement cortisoné). Le diabète gras est une bonne indication des phases de régime protéiné
  3. les troubles psychologiques (personnes incapables de suivre un régime assez strict). 

 

Chez une personne en bonne santé, la méthode la plus rapide et la plus simple pour perdre du poids est donc la suivante : chaque mois, faire successivement

  1. 10 jours de régime protéiné (perte de poids d’environ 3 à 5 kg)
  2. suivi de 20 jours de régime diabétique (perte de poids d’environ 1 à 2 kg). 

Afin de rendre le régime protéiné simple à suivre, des « sachets repas » ont été imaginés. Ceux-ci sont très riches en protéines (jusqu’à 80%, alors que la viande et le poisson ne dépassent pas 20%) et très pauvre en glucides. Le régime à suivre est alors très simple : 4 à 6 sachets protéinés par jour (selon le poids et les fringales du patient) accompagné à chaque fois d’un légume vert ou d’une salade. 

 

Nous avons l’habitude de la marque EURODIET (http://eurodiet.com/ch/fr), aux caractéristiques protéiques optimales (aminogramme > 100% des AQR), aux variétés et textures agréables. Ces protéines sont extraites du lait, du blé, du pois et du blanc d’œuf. Sachets élaborés par un groupe de médecins, ce sont des produits de qualité biologique, sans colorants ni conservateur, supplémentés en vitamines, oligoéléments et acides gras insaturés, afin d’éviter toute carence.

Attention, il ne s’agit pas de « substituts de repas » (type Slimfast = 30% de protéines), ni de compléments protéinés (type Modifast ou Protical … vendus en pharmacie = 45% de protéines), car ces produits contiennent trop de glucides et ne permettent pas le maintien de la cétose. 

On peut bien sûr choisir et préparer des plats protéinés « naturels », mais cela demande du temps, ex. : « Le plaisir de cuisiner pour rester mince » M. Laforest-Lederer (ed. Harmoxel, 1997).

Les plats protéinés (% d’acides aminés)

………………………………………………………………..

  • Boeuf haché … 22%              Boeuf (bavette) … 28%
  • Veau (rôti) … 29%                  Agneau (gigot) .. 25%
  • Poulet, canard … 25%           Lapin… 29%
  • Porc (rôti) … 27%.                 Porc (jambon cru) … 21%
  • Merguez … 16%.                   Salami … 18%
  • ………………………………………………………………..
  • Thon (conserve) … 25%       Cabillaud … 20%
  • Saumon … 21%                    Crevettes … 21%
  • Poisson pané frit … 15%       Crustacés (surimi) … 13%
  • ………………………………………………………………..
  • Friant au fromage … 7,5%     Cassoulet (conserve) … 6,5%
  • Ravioli (conserve) … 3,5%    Crêpe jambon/fromage … 7,5%
  • Lasagnes … 7,5%                  Hachis Parmentier … 8%
  • Couscous royal … 7,5%        Choucroute garnie … 3,5%

Ces « sachets hyperprotéinés », barres ou boissons, peuvent en outre être utilisés durant les phases hypocaloriques (régime diabétique), pour une collation ou lorsque l’on doit sauter un repas (déplacement par exemple). Formes disponibles :

  1. soupes (bisque, poulet, légumes, asperges, cèpes, tomates)
  2. Boissons chaudes  (cappuchino, chocolat chaud)
  3. Omelettes (champignons, jambon, fines herbes)
  4. Entremets fruités (fraises, péché-abricot, poire-banane)
  5. Entremets classiques (café, caramel, vanille)
  6. Mousse (chocolat), Crèmes (brulée, opéra)
  7. Topletts (café, chocolat, vanille)
  8. Jus de fruits (orange, pomme-cassis …)

Les produits EURODIET suivants, ne contenant que 50% de protéines, ne doivent être pris qu’une fois par jour :

  • Gâteaux (brownie et cake)
  • Barres (chocolat, praliné, abricot-orange, vanille-caramel)
  • Pain et pâtes

Ces produits constituent des « bases » que l’on peut améliorer avec des recettes de cuisine adaptées, exemple le « velouté d’asperges à l’ancienne » : battre un blanc d’oeuf avec le jus d’un demi citron et versez dessus le sachet « velouté asperge » chaud en battant. Décorez d’un peu d’ail en poudre… Demandez à ces laboratoires les fascicules de recettes correspondants. 

Dans le « syndrome métabolique », la prise d’un aliment protéiné toutes les 3 ou 4 heures permet une réduction rapide de la posologie médicamenteuse et la normalisation des différents paramètres biologiques.

……………………………………………………………

Une étude du « New England Journal or Medecine » de juillet 2008 (Shai et coll.) étudie les régimes amaigrissants protéinés (VLCD), méditerranéen (riche en fibres et en huile d’olive) ou hypocalorique standard (hypolipidique), en suivi prolongé sur deux ans (322 personnes). La perte de poids maximale était atteinte au bout de six mois.

Après deux ans, la perte de poids est en moyenne de 5,5 kg pour le régime protéiné, de 4,6 kg pour le régime méditerranéen, 3,3 kg pour le régime hypocalorique. Le régime protéine améliore en outre le profil lipidique des patients. Le régime méditerranéen améliore la glycémie à jeun des patients diabétique, alors que le régime pauvre en graisses (hypocalorique standard) l’augmente !

……………………………………………………………

Les aspects psychologiques du contrôle du surpoids et du diabète de type 2 (qui lui est couramment associé) sont très importants. Ces affections touchent les émotions et la perception qu’à l’individu de lui-même. Le suivi médicalisé a une importance fondamentale et la réévaluation de la motivation et des relations émotions-nourriture s’impose à chaque consultation.

Une approche et un suivi cognitivo-comportemental (TCC) donne toujours d’excellents résultats et une équipe canadienne (dr. M. Larocque) a même pu afficher 82% de maintien de la normalisation du poids à 4 ans !

……………………………………………………………

Si vous souhaitez réduire le nombre des sachets utilisés, vous pouvez utiliser ces exemples de RECETTES pour les REPAS quotidiens du régime de Cétose :

.

Le régime de « cétose » est une phase d’alimentation sélective, hyperprotéinée (c’est à dire riche en protéines) et hypoglucidique, c’est à dire pauvre en glucides (moins de 50 grammes/jour). En pratique, il consiste à consommer trois (voir quatre) sachets de protéines Eurodiet (ou barres, boissons, pâtes …), plus un « vrai repas » par jour.

Exceptionnellement, si les circonstances l’imposent et que votre médecin vous l’autorise, deux vrais repas peuvent être effectués sur une même journée. Rappelons quelles sont les principales sources de glucides, qu’il convient donc d’éviter au cours de la phase de cétose :

  1. Les féculents (pâtes, riz, pomme de terre, maïs, carottes, semoule …)
  2. Les légumineuses (lentilles, pois, haricots secs ….)
  3. Les légumes glucidiques (c’est à dire hors listes : carottes, betteraves, artichauts, etc …
  4. Le pain et les produits à base de farine (gâteaux, biscuits, pâte à tarte,..)
  5. Les fruits (et les jus de fruits), l’alcool (vin, bière ….).
  6. Les confiseries et le sucre (raffiné ou non), le miel, les confitures …
  7. Les glaces et sorbets.

Par contre, les édulcorants sont autorisés (ex.: STEVIA), même si leur usage systématique n’est pas recommandé, afin de ne pas renforcer l’habitude au goût sucré.

Vous trouverez ci-après vingt recettes que vous pouvez utiliser au choix, dans l’ordre que vous désirez, soit à midi, soit le soir. Ces menus vous donneront des idées pour varier vos repas. En effet, la diversité alimentaire est l’une des clefs de l’équilibre nutritionnel. Il n’y a rien de pire que la monotonie en la matière, car elle conduit tôt ou tard à commettre des excès ou entorses par rapport à la ligne fixée.

Vous trouverez d’autres recettes, en guise de travaux pratiques, dans l’ouvrage du Dr Martine Laforest-Lederer : « Le plaisir de cuisiner pour rester mince – L’alimentation sélective », publié aux éditions Harmoxel.

Une fois bien assimilé les principes du repas de phase « A », hyperprotidique et hypoglucidique, c’est à dire de structure lipido-protidique, vous pourrez naturellement composer vos propres recettes, les noter et même en faire profiter votre thérapeute …

1 –

  • Radis + sel.
  • Cuisse de lapin « en papillote de chou » (lapin tartiné d’un peu de moutarde et thym, enroulé dans une feuille de chou blanchie et dans une feuille de papier aluminium)
  • Brocoli vapeurs
  • Yaourt à 0% sans sucre.

2 –

  • Daurade « sauce soja » (poêlée 2 à 3 minutes de chaque coté dans une casserole, 1 tomate en purée, champignons émincés, poivrons en lamelles, vin blanc (2 cuillerées à soupe) et germes de soja ébouillantés 3 à 4 minutes. Servir autour de la daurade).
  • Lait fermenté sans sucre ou édulcoré (voir liste produits)

3 –

  • Scarole + concombre + poivrons + sauce n°4 (voir liste sauces)
  • Filet de julienne en papillote + citron + sauce soja ou arôme (MAGGI) (voir liste produits)
  • Courgettes vapeur.
  • 1 part de fromage 20 % de MG (voir liste produits). Ni pain, ni beurre

4 –

  • Flan d’asperges aux fines herbes (250 g. d’asperges cuites 50 g. de fromage blanc à 0 % de MG + 1 œuf battu +  sel, poivre, épices, ciboulette, 1 cuillerée à soupe de fromage râpé – recouvrir les asperges, disposées dans un plat à gratin, du mélange des autres ingrédients – 15 minutes à four 8).
  • Salade mélangée : scarole + trévise + dés de céleri branche + sauce n°1 (voir liste des sauces)
  • Un entremet sans sucre ou édulcoré (ex.: Insudiet / Eurodiet)

5 –

  • Salade de germe de soja + chou blanc émincé + sauce n°3
  • Coquelet à l’ail (cuire en cocotte avec 1 verre de bouillon maigre, 2 cuillères à soupe de vin blanc, un peu d’eau, une cuillère à dessert d’ail en poudre + sarriette, poivre).
  • Endives vapeur + 1 noix d’EFFI ou VITAQUELL (voir liste produits).
  • 1 part de fromage à 20 % (ou moins) de matière grasse. N.B. pas de pain.

6 –

  • Poireaux vinaigrette (sauce n°1)
  • Terrine de merlan (poisson cuit au court bouillon, mixé + 1 blanc d’œuf en neige + 2 cuillerées à soupe de fromage blanc à 0% de MG, sel, poivre, fines herbes, dans ramequin légèrement graissé au four doux au bain-marie = 20 minutes)
  • Dessert au soja sans sucres (voir liste produits). NB. pas de pain, ni beurre (et surtout pas de margarine).

7 –

  • Mâche + roquefort en dés +  sauce n°1
  • Filet de sole poché + coulis de courgettes (courgettes vapeurs mixées + 1 cuillerée à soupe de crème à 15% de MG ou spécial café + estragon, persil et quelques gouttes de tabasco).
  • Entremets sans sucre.

8 –

  • Tomates farcies (boulettes de 100 g. de bœuf maigre + 1 tranche de jambon haché + 1 blanc d’œuf + 2 cuillerées à soupe de fromage blanc à 0% MG, oignon et ail en poudre, sel, poivre …  four moyen 25 mn à 6)
  • 1 yaourt à 0% de MG aux fruits nature ou édulcorés (voir liste produits)

9 –

  • Chou blanc râpé et céleri branche + sauce n°2
  • Côte de veau aux champignons (saisir sur le grill des 2 cotés puis cuire dans une sauteuse avec 100 g. de champignons émincés + 2 cuillerées à soupe de vin blanc, un peu d’eau, 25 mn à couvert sur feu doux).
  • Navets et poireaux émincés à l’étouffé.
  • Dessert au soja sans sucre (voir liste produits).

10 –

  • Soufflé aux épinards : 1 grosse boite d’épinards hachés cuits, 2 œufs battus + 1 cuillerée à soupe de fromage râpé + sel, poivre , muscade – mélanger aux épinards et incorporer les blancs en neige (15 minutes au four à 8).
  • Salade de mâche ou laitue + sauce n°1.
  • 1 part de fromage 20 % de MG ou 100 g. de fromage blanc à 0% de MG édulcoré.

11 –

  • Laitue, frisée, quelques dés de tomates + concombre + fenouil + sauce n°1.
  • Sauté de poisson (Cabillaud en dés, crevettes, poivrons verts, champignons, ½ jus de citron, sauce au soja, estragon, avec 1 cuillerée à soupe d’huile d’olive, au feu vif puis cuire 10 minutes à couvert).
  • 1 yaourt à 0 % de MG nature ou édulcoré.

12 –

  • Courgettes farcies au tofu (150 g de tofu nature – voir liste produits – écrasé à la fourchette + la chair des courgettes en purée + 1 blanc d’œuf + champignons) au four dans 1 plat avec un peu d’eau (1 cuillérée à soupe) + coulis de tomate maison (sans graisses ni glucides).
  • 1 entremet allégé édulcoré (ALSA … voir liste produits)

13 –

  • Dindonneau au lait (cuit au four avec du lait écrémé pour arroser le rôti. Le lait est ensuite mélangé à une cuillère à café de maïzena, 1 pointe de concentré de tomate, 1 noix de EFFI ou VITAQUELL et paprika pour la sauce d’accompagnement).
  • Chou-fleur vapeur.
  • 1 part de fromage à 20% de MG.

14 –

  • Roulades de cœurs de céleris gratinés (cœurs de céleris en boite enroulés d’une tranche de jambon blanc, dégraissé, au four avec 1 cuillerée à soupe de fromage râpé).
  • Fromage blanc à 0% de MG naturel ou édulcoré

15 –

  • Salade de germes de soja + poivrons rouge + concombre + sauce n° 1 + sauce soja.
  • Merlu en papillote (citron, poivron rouge et vert en lamelles, oignon en poudre, sel, poivre)
  • Haricots verts citronnés et persillés
  • Dessert au soja sans sucre. NB. pas de beurre, ni margarine, ni graisses.

16 –

  • Salade mélangée, dindonneau cuit émincé + fenouil en dés + céleri branche en rondelles + sauce n° 8.
  • Fromage à 20% de MG (1 part).

17 –

  • Salade de mâche + sauce n°1.
  • Filet de sole à la choucroute ( faire cuire la choucroute 1 heure à couvert avec eau, vin blanc (un petit verre), laurier, thym, graines de genièvre, poivre. Ajouter les filets en fin de cuisson pour que le poisson prenne la saveur de la choucroute).
  • 1 part de fromage à 20% de MG

18 –

  • Flan de courgettes à la muscade (cuites à la vapeur en tronçons de 3cm disposés dans un plat à gratin recouvert de ce mélange : 1 œuf battu + 2 cuillerées à soupe de fromage blanc à 0% de MG + 1 cuillerée à soupe de fromage râpé, sel, poivre, muscade. Cuire au four moyen 15 mn).
  • 1 yaourt à 0% à l’aspartam ou nature.

19 –

  • Limandes en papillotes (filets + 1 petite tomate + 3 feuilles de céleri frais + 1 feuille de laitue hachée + 1 olive verte, 1 rondelle de citron et 4 grains de coriandre – au four 15 à 20 minutes).
  • Courgettes vapeur en bâtonnets + 1 noix d’EFFI
  • Entremets édulcorés (ALSA … voir produit liste).

20 –

  • Pâtisson farci au tofu (le cuire à l’eau puis l’ouvrir en deux, l’évider, mixer la chair, en remplir les moitiés, recouvrir avec la crème de tofu et faire gratiner avec du  fromage râpé – 1 à 2 cuillerées à soupe)
  • Dessert au soja sans sucre (voir liste produits).

Remarques :

Si vous avez une vie active, des invitations, si vous prenez souvent un repas au restaurant, à la cantine, respectez bien la structure protidique de votre déjeuner ou de votre dîner. Exemples :

  • Crudités ou/et charcuterie maigre (peu)
  • Poisson ou viande ou œuf ou volaille
  • Légumes autorisés
  • Salade, crustacés, fruits de mer
  • Boisson = eau de source ou minérale.

Ces repas ne comportent ni biscottes, ni pain, ni légumineuses, féculents, pomme de terre, riz, pâtes, etc…), ni moutarde, ni dessert ou boissons sucrées (pas de vin ou alcool sous toutes leurs formes).

Attention aux « salades composées » des restaurants, en entrée d’un repas PROTIDIQUE :

  • Les crudités, c’est parfait !
  • Les morceaux de jambon, les crevettes, etc.  … oui.
  • Mais gare aux croûtons, pommes de terre en dés, riz, maïs, pomme, pamplemousse, pois chiches, etc.…(= glucides). Soyez vigilants et laissez-les sur le bord de votre assiette.
  • De petits morceaux de fromages (type chèvre, gruyère, bleu …), utilisés comme ingrédients, sont autorisés, selon l’avis de votre médecin.

Si vous êtes souvent en déplacement et que vous couchez à l’hôtel, n’oubliez pas que certaines chaînes offrent à présent un buffet petit déjeuner permettant un choix intéressant : fromage, lait écrémé en poudre, café « déca », fromage blanc maigre, « beurre » allégé, édulcorants de synthèse, etc…

Au café du coin, ce sera un petit noir « déca », une barre protéinée (Eurodiet/Insudiet) ou un Toplett que vous  emporterez avec vous systématiquement, pour faire face à tout imprévu.

LISTE DES PRODUITS CONSEILLES :

· Edulcorants : STEVIA ou Aspartam, Acesulfame (CANDEREL, KARA…)

· Boissons : Eaux de source, eaux minérales (Volvic, Evian, Perrier …), Eaux aromatisées sans sucre (Vittelloise, Perrier citron ….), Thé (dont Tuo-Tcha en Infusettes), cafés décaféinés ou légers, tisanes.

· Jus de légumes : MONOPRIX LA FORME, VITAGERMINE, ALMO, PROSAIN, EDEN

· Yaourts natures, aromatisés ou édulcorés à 0% :TAILLEFINE, SILHOUETTE, SVELTESSE…(YOPLAIT)

· Yaourts au bifidus : BIO, B.A, OFILUS, KFILUS…

· Fromages allégés (20 à 25% maxi) : Tome blanche, PRESILEGE, CŒUR LEGER, SYLPHIDE …

· Fromage blanc à 0% : TAILLEFINE, SILHOUETTE, SVELTESSE …

· Fromage blanc 20% (ou crème allégée) :  JOCKEY, FJORD, crème FLEURETTE 15% MG, Tome à 20%

· Pain : 50 g par jour maximum.

· Sauces condimentaires : Sauce de soja, KELPAMARE, AROME (MAGGI) (grandes surface et diététique).

· « Margarine de régime » : EFFI, PRIMEVERE (grandes surfaces), VITAQUEL (diététique).

LES SAUCES :

N°1 : Vinaigrette = 1 cuillerée à soupe d’huile d’olive ou de tournesol ALVIE (du Dr KOUSMINE en Diététique), 1 cuillerée à café de levure de bière en paillettes.

Cuillérée à café de sauce de soja ou de KELPAMARE (Diététique). Poivre, graine de lin ou de sésame, 2 pincées (facultatif).

N°2 : Sauce au yaourt  = ½ yaourt + ½ citron, sel, poivre.

N°3 : Sauce à la moutarde = Ajouter à la n°2 : une cuillerée à dessert de moutarde (entière ou condimentaire ou forte), bien mélanger.

N°4 : Sauce à la menthe =  Ajouter à la n°2 : 1 cuillerée à soupe de menthe fraîche ciselée.

N°5 : Sauce au curry =  2 cuillerées à dessert de Fjord ou de crème Fleurette + jus ½ citron + 1 cuillerée à café de curry, sel, poivre, sauce à gratiner.

N°6 : Crème de tofu = Emietter 200 g. de tofu (diététique) nature, ajouter 1 cuillerée à soupe de moutarde, 3 cuillerées à soupe d’huile d’olive vierge, le jus d’un citron. Mixer le tout et ajouter un peu d’eau si nécessaire pour obtenir une crème onctueuse. Saupoudrer de fromage râpé pour gratiner.

N°7 :  « Mayonnaise minceur » = Monter la mayonnaise avec un œuf dur mixé, 150 g. de fromage blanc à 0% de MG + une pointe de moutarde et un peu d’eau. Ajouter à volonté des cornichons hachés, morceaux d’olives vertes ou câpres.

N°8 : « Mousseline minceur » = Ajouter à la « Mayonnaise » un blanc d’œuf battu.

Quelques conseils pour conclure :

La quantité de protéines (viande, volaille, poisson, œufs) recommandée dans le cadre du vrai repas est une quantité minimale, qu’il faut garantir et donc ne pas diminuer, même si vous n’avez pas faim. Donnez toujours, dans ce cas, la priorité aux protéines par rapport aux légumes, mêmes si ces derniers peuvent être consommés à volonté. La quantité de protéines ingérée par repas peut par conséquent être augmentée si vous le désirez, ce qui ne contrariera pas le bon déroulement de votre phase de « cétose », bien au contraire.

.

N’oubliez pas qu’une dose quotidienne minimale de protéines est requise afin de protéger votre masse maigre et favoriser la mobilisation de la masse grasse, en association avec l’exercice physique. Les mesures impédancemétriques de masse grasse et de masse maigre effectuées par votre médecin vous le confirmeront. N’hésitez pas à le questionner à ce sujet.

L’huile d’olive peut être associée à de l’huile de colza, pour garantir un bon équilibre des acides gras, dans le cadre du « vrai repas ». N’oubliez pas, lors de la cuisson sans graisses des protéines, le mode de cuisson en papillote, qui garanti une chair plus moelleuse et plus savoureuse. Eviter les cuissons à haute température, surtout pour la volaille et les poissons.

Si vous êtes invité(e) à un repas au cours duquel vous craignez de « craquer » (anniversaire, mariage, fête …), consommez une barre ou une boisson protéinée  ½ heure auparavant. Vous pourrez ensuite « déguster » votre repas en toute sécurité. Bon appétit !

PS. Lors du régime « diabétique », vous n’êtes plus en cétose, mais devez au contraire peser les aliments pour contrôler la quantité de glucides ingérés (qui doit être maintenue entre 100 et 150 grammes environ). En contrepartie, vous pouvez varier à l’infini vos repas, puisque (presque) rien ne vous est plus interdit !

 

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.