Le Zinc

Le Zinc

Il s’agit du 30ème élément de la table de Mendeleïev. C’est un métal blanc-bleuâtre donnant un cation bivalent Zn++. Sa découverte est très ancienne, les chinois en utilisaient déjà le sulfate de Zn pour la peau, la cicatrisation. A partir de 1958 on décrit la première carence humaine de Zinc. Depuis 10 ans grâce aux travaux sur les enzymes on s’aperçoit qu’il est présent dans 200 d’entre-elles :

1) Il fait des métallo-enzymes comme la superoxyde dismutase, l’anhydrase carbonique ou la phosphatase alcaline.

2) Il est également présent dans des protéines non-enzymatiques. Il intervient donc dans de nombreux métabolismes : glucides, protéines, acides nucléiques (ADN, ARN). Il est indispensable dans tout ce qui implique une duplication des cellules : fertilité, croissance, immunité, cicatrisation…

3) Il est présent dans la gustine (sans la présence de Zn dans la salive, on perd le goût, c’est hypogueusie).

4) La thymuline active le thymus, elle ne peut pas agir s’il y a une carence en Zn. La thymuline est une hormone qui stimule les lymphocytes T4 (globules blancs) et par conséquent il y a baisse d’immunité.

5) Le zinc apparaît comme un protecteur anti-oxydant et lutte contre les métaux toxiques (ex.: cadmium).

L’organisme comprend 2 à 3 grammes de zinc. Plus de la moitié se situe dans les muscles et un tiers dans les os. Certains tissus comme le foie, les reins, la prostate, les cheveux, les yeux ont une teneur élevée en zinc.

L’apport journalier recommandé est de 15 mg. On trouve le zinc surtout dans les viandes, les poissons, les fruits de mer, les légumineuses, les noix, le germe de blé et les levures. La source la plus riche est l’huître (70mg pour 100g).

Carences

Ongles cassants, dédoublés, tachés (il est impliqué dans la fabrication de la kératine), peau flétrie (il facilite l’incorporation des acides aminés soufrés – cystéine et methionine – dans les protéines cutanées et participe à la synthèse de l’élastine).

Augmentation de la vulnérabilité aux infections

Ralentissement de la croissance chez l’enfant, car il intervient dans la synthèse de l’hormone de croissance (human Growth Hormone).

Baisse de la fertilité chez l’homme (les tissus prostatiques et le sperme sont riches en Zinc)

Complications de la grossesse chez la femme enceinte.

Groupes à risques

Les sujets qui prennent régulièrement du fer ou de l’aspirine qui sont de puissants inhibiteurs de l’absorption du zinc.

Parmi les nutriments aphrodisiaques, les vitamines et minéraux sont les plus intéressants lorsqu’on désire avant tout rééquilibrer le terrain plutôt que d’agir symptomatiquement. Je vous en indique quelques uns, avec leurs sources alimentaires végétales.

—> Le zinc, minéral de première importance pour les organes sexuels mâles. Sa carence entraîne toujours d’importantes répercutions sur la sexualité. On le trouve dans les céréales.

—> La vitamine E, sans doute la première vitamine de la sexualité !
Elle préside en effet au développement de vos cellules sexuelles et possède un important effet antioxydant.

Rien d’étonnant, donc, à ce qu’on la prescrive contre la stérilité masculine. Mais elle est aussi très efficace en matière de sexualité féminine. Vous la trouverez dans : le germe de blé, les graines de sésame, la noisette, l’amande, les huiles de colza, de soja, d’olive et de noix.

—> La vitamine B1 qui s’adresse surtout aux personnes stressées dont les pannes sexuelles et autres troubles de la sexualité sont plutôt d’origine nerveuse.

—> La vitamine B3 qui concourt pour sa part à une sexualité masculine vigoureuse en stimulant la sécrétion d’histamine, ce qui entraîne la dilatation des vaisseaux et aide ainsi à l’érection. Vous la trouverez dans les céréales et la levure alimentaire.

—> La vitamine B6 stimule la synthèse de la dopamine, le principal neuromédiateur du plaisir dans la sexualité.

On la trouve dans : la levure alimentaire, le germe de blé, les céréales, l’ail, les graines de tournesol et les noix.

La tyrosine a une action à peu près équivalente à la B6 dans la sexualité puisqu’elle est aussi un précurseur de la dopamine. Cet acide aminé est présent dans l’ananas.

Le zinc en homéopathie : Zincum = agitation compulsive du patient « tuberculinique » dans une impasse évolutive (drogué pour fuir la dure réalité ?).

Epuisement nerveux, paralysies et tremblements.

« Ce que le Fer est pour le sang, le Zinc l’est pour les nerfs »  (J. T. Kent).

Les sels de zinc sont nombreux …

Zincum aceticum … la dépression des manques de sommeil

Zincum arsenicicum … anémie et amyotrophie : épuisement profond

Zincum bromatum … chorée et mélancolie

Zincum cyanatum … chorée et tremblements

Zincum oxydatum … gastro-entérite et eczéma fissuraire

Zincum phosphoricum … névralgie ophtalmique post zona

Zincum picricum … paralysie faciale

Zincum sulfuricum … éruption pruriante (ulcère de la cornée). Sel utilisé comme marqueur des BNS, se révèle très efficace dans les cas d’allergie.

Zincum valerianicum … insomnie, hoquet et névralgies (faciale, ovarienne)

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry

Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur.
Auteur d’une dizaine d’ouvrages, il coordonne l’enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l’aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.