Le Zona

   Le zona 

Névrite infectieuse à herpès virus (VZV, agent de la Varicelle) avec manifestations cutanées (vésicules flasques et louches) comparables à l’herpès, mais localisées le long d’un trajet nerveux, unilatéralement, accompagnée d’adénopathies et de troubles sensitifs névralgiques et laissant fréquemment des séquelles douloureuses.  

Le virus quiescent (parfois depuis plus de 50 ans !) peut être réactivé par une maladie systémique, une vaccination ou un traitement immuno-suppresseur. En MTC = plénitude/chaleur du pôle lymphoïde (Rate-pancréas). Le malade peut se présenter à des stades différents de la maladie :

PERIODE DE DEBUT : Oscillococcinum 200K une dose

APPARITION DES SYMPTOMES SENSITIFS (prurit et troubles vasomoteurs) : la douleur s’installe sur le trajet nerveux.

Phosphorus ou Staphysagria (na), éventuellement Apis mel., Silicea ou Gelsemium (mn)  …

PERIODE D’ETAT (douleurs ++ et vésicules)

  • Mezereum (hg) … brûlures, vésicules à liquide louche, vite recouvertes d’une croute
  • Cantharis (ca) … grosses vésicules phlycténoïdes, pruriantes, > applications froides.
  • Rhus radicans (hg), Rhus vernix ou Rhus toxicodendron … besoin constant de changer de place, vésicules pruriantes à liquide clair, remède à choisir selon la grosseur des vésicules.

D’autres remèdes peuvent s’imposer selon les symptômes :

  • Anagallis arvensis (am) … vésicules groupées, très pruriantes, à sérosité jaune.
  • Clematis erecta (si) … vésicules + cystalgies ou rhumatismes
  • Croton tiglium (s) … zona inguinal, brûlures intenses.
  • Euphorbium (hg) … vésicules + diarrhée
  • Iris versicolor (ph) … avec troubles gastriques, latéralité droite.
  • Ranunculus bulbosus (s) … zona intercostal ou temporo-orbitaire, vésicules confluantes, douleurs brûlantes aggravées par le froid et l’humidité.

FORMES COMPLIQUEES :

  • Arsenicum album … brûlures hyperalgiques entre 1 et 3 h du matin, surinfection.
  • Crotalus (ge) … vésicules hématiques et nécrotiques.
  • Graphites (ch1) … éruption vésiculeuse avec pus gluant, lèvres ou articulations
  • Thuya occ. (na) … retard de cicatrisation du derme (remède de fond des névrites)

ZONA RECIDIVANT : isothérapique du liquide d’une vésicule ou faire pratiquer un BNS pour évaluer l’immuno-dépression (constante avec les virus du groupe herpès) et mettre en place une correction spécifique de l’espace immunitaire.

Si vous souhaitez réaliser un BNS12 ou 24, cliquez sur ce lien : www.mybiobox.com

Les complications neurologiques sont les plus fréquentes : il s’agit principalement d’une névralgie post-herpétique, d’une paralysie des nerfs crâniens ou périphérique dans le territoire du nerf atteint (1-6 %). NB. exceptionnelles dans les zonas traités dès le début par homéopathie :

Hypericum perforatum (30 CH minimum) … douleurs en éclairs, avec engourdissement, aggravées par les secousses (zona des membres) et par les mouvements.

Pensez aussi aux remèdes de la conduction nerveuse : Asclepias tub., Gelsemium, Ignatia amara, Kalmia latifolia (al), Magnesia phosphorica, Phosphorus, Radium bromatum (as), Plumbum, Silicea, Zincum et Zincum phosph. …

Les Nosodes : Vaxinotoxinum 200K (récidivant), Staphyloccocinum (surrinfection), Polio. (séquelles)

Une forme clinique fréquente (10 à 15% de tous les cas de zona) est l’atteinte oculaire, qualifiée de « zona ophtalmique ». Celui-ci traduit l’atteinte du ganglion de Gasser (territoire ophtalmique du Trijumeau), il débute par des douleurs frontales ou orbitaires associées à une anesthésie cornéenne avec œdème palpébral.


On a décrit des complications oculaires fréquentes (conjonctivite, kératite), en particulier si l’éruption cutanée siège au niveau de la pointe du nez. Le bilan ophtalmologique doit être précoce, avec étude de la sensibilité cornéenne, puis surveillance régulière et rapprochée au cours de l’évolution.

Euphrasia (s) … photophobie, larmoiement

Mais pensez aussi à : Cedron (s), Croton tigl. (s), Kalium iodatum, Ledum palustre (al), Mercurius, Mezereum (hg), Paris quadrifolia (ge) sensation d’œil tiré en arrière, Prunus spinosa (ph) douleurs oculaires avec sensation d’éclatement, Spigelia (cu), Verbascum (am) …

Le zona est contagieux, pas autant que la varicelle, mais il peut provoquer une varicelle chez quelqu’un qui ne l’a jamais eue. Il est souhaitable qu’un sujet atteint de zona soit relativement isolé et n’entre pas en contact avec des sujets ayant un déficit immunitaire.

Les femmes enceintes ne doivent pas approcher quelqu’un portant la maladie. Une infection zostérienne de la mère en fin de grossesse peut avoir des conséquences graves. La période à risques pour les autres est lorsque les vésicules sont récentes, remplies de virus.

Phytothérapie : Localement applications d’une HE diluée dans une huile végétales : HE de Géranium ou HE de Lavande (NB. à ne pas utiliser sur les yeux).

La Sérothérapie : « SRE »  et « Neuro-vasculaire »

Anthroposophie (lab. Weleda) : Aconit D30 + Belladonna D30 + Rhus toxicodendron D30 aa injectable = névrites/zona

 

Oligo-éléments : Cuivre-Or-Argent + Magnésium + Potassium + Vitamines : B12 et E

Un vaccin américain (ZOSTAVAX, virus vivant atténué de la souche Oka/Merck) a été testé aux USA sur 38 000 sujets de plus de 60 ans. Ce vaccin réduit le risque de zona de 51% et celui de névralgie post-herpétique de 67% (Shingles Prevention Study).

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.