Les antioxydants

Les ANTIOXYDANTS 

La relation qui existe entre la concentration de radicaux libres et l’état de santé est un fait actuellement accepté par la communauté scientifique internationale. Des mots nouveaux, comme : « stress oxydatif », « d’activité pro-oxydante » et « produits antioxydants » sont apparus dans le discours des médecins et des nutritionistes. Les radicaux libres …

De même que la combustion du carburant par un moteur entraîne la production de résidus polluants, l’utilisation des sucres et de l’oxygène par les cellules engendre des déchets toxiques : les radicaux libres. Produits en trop grand nombre, ils peuvent léser les tissus par oxydation et sont en fait un élément déterminant de nombreux phénomènes lésionnels. Par exemple, les UV solaires augmentent la production de radicaux libres au niveau de la peau, accélérant son vieillissement. 

Les études animales sont parlantes : les scientifiques allongent la vie des souris (de + 20%) en contrôlant l’alimentation (donc en réduisant l’apport calorique) ou en sur-exprimant (par génie génétique) une enzyme anti-oxydante dans leurs mitochondries. Formulée pour la première fois en 1956 par HARMAN, la théorie du vieillissement par les radicaux libres, se trouvait ainsi validée. 

AntiOX

Ces informations ont conduit à l’apparition sur le marché de centaines de produits, d’origine naturelle ou synthétique, qui se présentent comme des « alicaments » avec mise en avant de leurs propriétés anti-oxydantes. En fait, de très nombreuses substances alimentaires, comme le vin rouge, les légumes et les fruits ou le chocolat, possèdent ces propriétés. 

Un radical libre est une molécule chimique qui comporte dans sa structure un ou plusieurs électrons libres, caractérisés par leur réactivité élevée et leur capacité à former d’autres radicaux libres par réactions chimiques en chaine. La plupart des radicaux libres sont instables, ce qui les fait interagir très rapidement avec la plupart des composants chimiques cellulaires (ADN, complexes lipido-protéiques). Parmi ceux-ci l’importance biologique des molécules suivantes est capitale :

  1. [RO] radicaux oxygénés : [02] oxygène singleton, [OH] radical hydroxyle, [H2O2] peroxyde d’hydrogène, [OHCl] hypochlorite, …
  2. [RN] radicaux azotés : [NO] acide nitrique, [NO3] peroxyde nitrique … 

L’excès de radicaux libres favorise l’altération des structures et fonctions tissulaires. Ces évènements biochimiques induits conduisent à des maladies dégénératives, comme il est décrit dans les phases 4, 5 et 6 de Reckeweg (affections cardiovasculaires, pathologies endocrines, neurologiques et respiratoires, d’origine immune, ischémique, infectieuse chronique ou tumorales). 

Comment se forment les radicaux libres ?

La respiration mitochondriale, l’activation des polynucléaires, le métabolisme de l’acide arachidonique, la catalyse de libération du fer et du cuivre entre autres. Des facteurs externes interviennent comme les radiations UV ou X, la prise de toxiques (tabac, alcool et stupéfiants), l’exposition à des substances toxiques (engrais et pesticides), mais aussi la prise de médicaments chimiques … 

Quels sont les mécanismes antioxydants physiologiques ?

AntiOXYorgan

Ces mécanismes peuvent être classés en trois grands types :

  1. Mécanismes préventifs : des protéines, comme l’Albumine et certaines enzymes à ions cuivre (Céruloplasmine), à ion fer (Ferritine et transferrine) …
  2. Mécanismes réparateurs : constitués par des enzymes qui réparent ou éliminent les molécules dégradées par les radicaux libres, comme la Glutathion peroxydase (GP), la Glutathion réductase (GR) et la Methyl-sulfo réductase (MSR)
  3. Mécanismes de séquestration : qui vont limiter l’excès de radicaux libres circulants, comme la Superoxy-dismutase (SOD) et des catalases, des acides gras poly-insaturés (AGPI), les acides urique et ascorbique (vit. C), le Tocophérol (vit. E), la bilirubine, les caroténoïdes et flavonoïdes.
   Thérapie anti-oxydante, mythe ou réalité ?

Pour être un complément alimentaire efficace, un complexe antioxydant doit prévenir la formation trop importante de radicaux libres, mais aussi stimuler les mécanismes de réparation endogènes, comme promouvoir les systèmes chimiques permettant la séquestration des radicaux libres formés en excès.

  1. L’ingestion quotidienne de fruits et de légumes frais est une bonne méthode pour prévenir l’apparition de radicaux libres (polyphénols = flavonoïdes et tanins)
  2. Les terpinoïdes, des sucres libres, des vitamines (ACE), les AGPI et micro-éléments activateurs enzymatiques comme le Cuivre, le Magnésium, le Sélénium et le Zinc.

AntiOXYaliments

Une des difficultés que l’on rencontre pour l’évaluation de l’activité réelle de ces produits est que le stress oxydatif n’a pas de marqueur biologique dans la gamme classique : glucose, cholestérol, transaminases …

  1. Cliniquement, l’effet anti-inflammatoire et antalgique est souvent évident.
  2. Au niveau sérique, les profils PNS et PRS objectivent assez bien l’état oxydatif dans la variation des Euglobulines, tests de floculation effectués à saturation, c’est-à-dire dans une situation de contrainte maximale.
  3. In vitro (organes isolés), on peut également mesurer, pour chaque produit, la capacité d’inhibition de la peroxydation lipidique, la dégranulation des macrophages ….

Une seconde difficulté vient du fait que les essais cliniques de ces produits naturels manquent, car peu de laboratoires pharmaceutiques souhaitent investir dans des produits génériques et si peu chers, d’où un retour sur l’investissement problématique ! 

La troisième difficulté vient du fait que les agences gouvernementales occidentales ne s’intéressent plus qu’aux molécules de synthèse, plus aisément qualifiables et quantifiables. Celles-ci négligeant les produits naturels simples comme les mélanges synergiques, pourtant validés depuis plus de mille ans dans les médecines traditionnelles. Par exemple, on utilise des extraits de :

  • la Mangue (Mangifera indica) = VIMANG® comprimés et crème… produit cubain
  • le Raisin (Vitis vinifera)
  • la Tomate (Solanum lycopersicum)

légumes-antioxydants

Une alimentation diversifiée, riche en fruits et légumes (citron, myrtille, thé, tomate, romarin …), devrait apporter les micronutriments permettant de neutraliser les radicaux libres au fur et à mesure de leur production.  

fruits-antioxydants

Deux remarques cependant :

1/ Consommez des jus de légumes crus pour tirer parti des antioxydants.

La plupart des antioxydants perdent de leurs effets s’ils sont consommés cuits, car la cuisson les rend inactifs. Je vous invite donc à consommer des jus de légumes en plus de vos légumes entiers.

2/ Combinez l’absorption des fruits et légumes avec de la graisse végétale.

La combinaison de la consommation des fruits et légumes avec de la graisse végétale augmente l’absorption des antioxydants par l’organisme. Cela a été démontré pour l’huile d’avocat qui multiplie par plus de 7 l’absorption de l’alpha-carotène, par plus de 15 l’absorption du bêta-carotène et par plus de 5 l’absorption de la lutéine (3).

Lipoid

Bibliographie :

Taub, J. “A cytosolic catalase is needed to extend adult lifespan in C. elegans daf-C and clk-1 mutants”. Nature, 1999, 399 : 162-166 ; Melov, S. : Extension of Life-Span with Superoxide Dismutase/Catalase Mimetics. Science, 2000: 1567-1569.

Cité par la Nutrition.fr. Tableau Tiré de l’article de Pierre Brat, Stéphane Georgé, Annick Bellamy, Laure Du Chaffaut, Augustin Scalbert, Louise Mennen, Nathalie Arnault, Marie Josèphe Amiot. « ., “Daily polyphenol intake in France from fruit and vegetables,” Journal of Nutrition, 136, no. 9 (September 2006): 2368-2373 http://jn.nutrition.org/content/136/9/2368.abstract ,http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16920856. Vous pouvez retrouver le tableau original ici pour les fruits. Et ici pour les légumes.

Nuray Z. Unlu, Torsten Bohn, Steven K. Clinton, and Steven J. Schwartz, « Carotenoid absorption from Salad and Salsa by Humans Is Enhanced by the Addition of Avocado or Avocado Oil”. J Nutr. 2005 Mar;135(3):431-6.

Blot W., Li JY, Taylor P.et al., « Nutrition intervention trials in Linxian, China : supplementation with specific vitamin/mineral combinations, cancer incidence, and disease – specific mortality in the general population.», Natl. Cancer Inst., vol. 85,‎ 1993, p. 1483-1491.

Bjelakovic G., Nikolova D., Gluud L.L., Simonetti R.G., Gluud C., « Antioxidant supplements for prevention of mortality in healthy participants and patients with various diseases».Cochrane Database of Systematic Reviews, 2012 Mar 14;3:CD007176. doi: 10.1002/14651858.CD007176.pub2.

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.