Les bains dérivatifs

Les « bains dérivatifs » …

Il s’agit du rafraîchissement de l’entre-jambes à l’eau froide, pendant un certain temps et dans certaines conditions …. Aucune étude scientifique n’a été entreprise pour attester ou infirmer ses effets : cet article a donc pour objectif de présenter la méthode, sans la décrier ni la promouvoir.

Le principe

Il part du principe que les mammifères, dont nous sommes, n’ont pas l’habitude, sauf depuis « quelques » décennies, d’avoir le périnée au chaud (d’ailleurs, l’homme a externalisé ses testicules à ce niveau pour préserver sa fertilité).

Leur principe actif est basé sur la fraicheur et la friction de l’entre-jambe. Pour ceux qui connaissent le cheminement des méridiens en acupuncture, il n’est pas surprenant qu’un frottement dans cette région du corps (méridien du FOIE) ait une certaine efficacité.

Pour cela, on prend un morceau d’étoffe (un gant de toilette en tissu éponge ou une éponge conviennent) que l’on fait glisser en « douceur' » après l’avoir trempé dans de l’eau fraîche, en un geste continu de va-et-vient entre l’eau fraîche et la zone à rafraîchir qui part de chaque côté du pubis et descend au niveau de l’anus.

Tout le reste du corps doit être couvert et bien au chaud et le rafraîchissement doit durer dix minutes consécutives au moins pour une personne adulte et peut se prolonger une heure.
 Il est possible de faire 2 séances au maximum dans la journée. Le reste du corps doit être bien au chaud pendant le soin.

Il peut arriver qu’une personne frileuse, qui n’arrive pas à avoir chaud pendant le bain dérivatif,  soit obligée au début, de dissocier la friction de la fraîcheur. Cette personne peut alors utiliser soit une poche de glace enveloppée dans un tissu éponge épais, soit recourir à ces poches de gel vendues en pharmacie. Les poches devront être changées dès que la sensation de fraîcheur aura disparue.

L’intérêt des bains dérivatifs

Les effets apportés sont discutés et varient avec les personnes. Il faudrait un minimum d’une semaine d’utilisation pour commencer à voir des effets.

Comme de nombreux soins, il semble nécessaire d’avoir un temps  d’adaptation. Ainsi, il pourrait avoir des effets « étonnants »  les premiers temps d’utilisation : il pourra y avoir, par exemple, des diarrhées ou de la fatigue. Il est aussi possible qu’une vieille douleur disparue réapparaisse.

Chacun a un rythme et une durée qui lui conviendra.

Les effets des bains dérivatifs seraient nombreux. Ce sont des pratiques qui semblent risibles au début, mais qui peuvent apporter un mieux-être dans un certain nombre de situations (congestion portale, pesanteur du petit bassin …)  Les pratiquants revendiquent aussi une :

  • repousse cheveux dans la couleur d’origine (diminution des cheveux blancs)
  • régulation  des cycles menstruels,
  • diminution de l’acné,
  • lutte contre le surpoids, la cellulite,
  • asthme ou eczéma …

BainsDérivatifs

Le prix :

A part un possible investissement de départ pour les poches de gel (entre 10 et 15 euros pièce), ces soins sont totalement gratuits.

 

Les bains dérivatifs seront contre-indiqués :

  •          en cas d’épuisement,
  •          dans les 6 à 12 mois suivant une opération,
  •          dans le cas d’une grossesse et ce durant tout le premier trimestre.

A éviter aussi 1/2 heure avant ou 1h30 après un repas.

 

Avez- vous eu une expérience positive, négative ou neutre avec les bains dérivatifs ? Laissez vos impressions sur notre FORUM, section « Naturopathie, 1ère année » … Merci d’avance.

Bibliographie : « Le bain dérivatif, cent ans après Louis Kuhne » France Guillain (édition du Rocher, 2009)

 

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.