La pharmacopée des cinq saveurs

PROPRIÉTÉS des MÉDICAMENTS CHINOIS 

Les propriétés pharmacologiques des plantes médicinales dépendent essentiellement de la région de production de la période de récolte, des techniques de cueillette et des modalités de conservation.

D’une manière générale, la saveur d’une plante est inverse au mouvement de la saison correspondante. Exemple: automne : descend et ralenti, les plantes d’automne amène à la surface, disperse les stagnations … Moutarde, poivre (piquant = poumon/automne).

  • 1 – Le lieu de production :

La variation de nature et de saveur d’une plante dépend en grande partie de son lieu de production

  • 2 – La période de récoltes et les techniques de cueillette :

Les différentes parties d’une plante racines tiges, feuilles, fleurs, fruit ont des modalités de croissance bien déterminée et chacune d’elle renferme à des moments précis, en proportions variables les différents éléments qui conditionnent leurs qualités et leur efficacité.

La plante entière /Cao :

La cueillette de la plante entière s’effectue à maturité lorsque les feuilles sont nombreuses et les fleurs épanouies, certaines plantes ont la tige coupée au raz du sol, comme la menthe / Bo HE

Les racines /Gen :

L’emploi des racines permet de mettre à profit l’aptitude de leur Qi à monter Sheng, Sheng Ma / Rhizoma Cimicifuga, qui est douce et piquante de nature neutre, Elle fait remonter le yang, redresse l’effondrement, élimine les toxiques.

Ban Lang Gen / Isatis Tinctoria / La racine d’Indigo, elle est froide et amère, son lieu d’action est le Foie, le Coeur et l’estomac et la couche du Sang, elle élimine la chaleur et les toxiques, rafraîchit le sang, fait disparaître les éruptions

Les tiges /Jing :

L’énergie des tiges peut monter ou descendre, Elle permet de régulariser le Qi, les tiges se récoltent au printemps des l’apparition des petites pousses lorsque le végétal est dans toute sa vigueur

Les feuilles / Ye :

Les feuilles possèdent un pouvoir dispersant, elles cherchent être cueilli alors pleine croissance lorsqu’elles sont épanouies, comme la feuille de mûrier / San Ye / Morus Alba, qui entre dans le méridien du poumon, et qui disperse le vent et la chaleur, rafraîchissant le sang et clarifiant la vue.

Les ramifications / Zhi : (ce qui part transversalement)

Leur disposition transversale leur confèrent une aptitude à attendre les quatre membres tel Morus Alba / Sang Zhi, qui a une action pour débloquer les luo, qui traitera les douleurs articulaires.

Les fleurs / Hua :

Leur caractère aromatique Leur donne un pouvoir dispersant. D’une manière générale les fleurs sont cueillies lorsqu’elles sont encore en boutons, le Chrysanthemum Morifolium / Ju-Hua/ camomille de Chine, piquante douce et amère, elle disperse le vent, élimine la chaleur élimine les toxiques et clarifie la vue.

Les fruits / Shi :

D’une manière générale la cueillette des fruits a lieu lorsqu’ils arrivent à maturité (sucré – doux), toutefois certains fruits sont récoltés avant leur mûrissement et d’autres sont mis à moins à murir dans un endroit sec et aéré. Le Citrus aurantium / l’orange amère, et piquante, amère et légèrement acide, elle inverse le contre courant, fait circuler l’énergie, lève les stagnations et éliminé les glaires.

Les graines / Zi :

Leur usage met à profit leur aptitude à faire descendre le Qi, Datura Tuo Luo Zi / Datura Stramonium, les graines de Datura sont de nature tiède et toxique, ont un tropisme pour le méridien du foie de la Rate. Elle chasse le vent, calme les convulsions sont de nature antalgique

Shi Luo Zi / Anethum gaveolens, l’Aneth est de saveur piquante, de nature tiède son lieu d’action et la rate et les Reins, Elle réchauffe la rate et ouvre l’appétit dissipe le froid harmonise le foyer médian, Elle nourrit les reins et Ming Men.

Les amandes et les noyaux / Ren :

Les amandes (réserves) ont un pouvoir humidifiant envers le bas, elles sont donc laxatives. Xin Ren / Prunus Arméniaca / l’amande du fruit d’abricot, Elle est amère, tiède et toxique (acide cyanhydrique) à pour le lieu d’action le gros intestin et le poumon, elle dissipe les glaires et humidifie le gros intestin.

Bai Zi Ren / Semen Biotae, les graines de pin sont douces et neutres, elles ont pour lieu d’action le cœur et les reins, elles tranquillisent l’esprit, tonifient le cœur, lubrifient les intestins, favorisent l’évacuation des selles.

Les nœuds/ Jié :

Les nœuds favorisent le jeu des articulations comme Song Jié / le Pin de Chine /Pinus Tabaeformis, de nature amère tiède, chasse le vent, assèche l’humidité, décontracte les tendons, perméabilise les Luo, dans les arthralgies et contractures musculaires.

Les germes / Ya :

Les germes (graines germées) ont un pouvoir dispersant, le riz germé / Oriza Sativa / GuYa, de saveur douce, son action se marque sur la Rate l’Estomac, le cœur et le foie, disperse la fièvre sur vide, tonifie l’estomac et facilite la digestion, dans les ballonnements et dyspepsie

Les écorces / Pi :

Selon la loi d’analogie et des signatures l’écorce pour les chinois est réputée agir sur la peau, comme Sheng Jiang Pi / la peau du Gingembre

Les Zestes de Grenade / Shi Liu Pi, elle est acide, tiède et âpre, est indiquée dans les diarrhées les prolapsus.

Le cœur / Xing :

Le cœur (moelle) des plantes est réputé agir sur les viscères : comme le Lotus / Nébulo Nuciphéra Xing, de nature douce sont toxiques, tonifie la rate, ouvre l’estomac, est utile au Sang, produit les muscles, autre exemple : moelle de l’Onagre.

Les lianes / Teng :

Les lianes permettent de parcourir les méridiens, comme Hai Feng Teng / Piper Kadzura, les tiges sont de nature tiède piquante et amère, elles ont une action sur le méridien du foie, elles dispersent le vent et l’humidité et débloquent les Jing Luo. Rhumatismes de la colonne cervicale et le mental (houblon, vin, ayahuasca, kud zu …): plantes « adaptogènes ».

NB. La sève « dynamise et rafraîchit le sang ».

 

PhytoChinoise

 

  • 3 – Le séchage et la conservation

De la qualité du séchage va dépendre la conservation de la plante. Le séchage au soleil est la plus simple et la plus économique, Elle concerne surtout les racines, les tiges ou les graines. Les feuilles vertes, les pétales de fleurs perdent leurs couleurs vives, ce qui altère leurs propriétés. Les plantes aromatiques ne doivent pas rester trop longtemps au soleil pour ne pas perdre leur parfum, le séchage à l’ombre dans un endroit sec convient particulièrement aux plantes aromatiques.

La conservation, le stockage et les méthodes de conservation doivent être appropriées pour éviter toute modification de nature des plantes. Ainsi, il faudra éviter le développement des micros organismes, des moisissures favorisées par l’humidité. Il faudra aussi éviter tous les processus qui peuvent accélérer l’oxydation ou la fermentation de certains produits végétaux.

 

LES CARACTERES ENERGETIQUES DES HERBES

Les herbes ont pour objet d’éliminer les pervers, ainsi que leur facteur déclenchant, elles ont pour effet de rétablir l’harmonie des organes et des viscères, de corriger les déséquilibres Yin / Yang qui sous-tendent toute pathologie.

En médecine chinoise, toute prescription doit répondre aux huit règles fondamentales que sont les huit règles diagnostiques. Les plantes médicinales s’accordent à ces huit règles par un certain nombre de paramètres qui vont conditionner leur emploi.

Les plantes médicinales sont caractérisées par plusieurs paramètres fondamentaux qu’ils conditionnent leur qualité et leurs règles de prescription :

  • Les quatre natures
  • Les cinq saveurs (wu wei),
  • Les actions montantes (sheng),
  • Les actions descendantes (jiang),
  • Les actions sombrantes (chen).
  • Le pouvoir tonifiant ou dispersant
  • Le caractère toxique ou non
  • Le point d’impact de la plante

 

  • La forme Xing

Intervient ici plusieurs notions qui concerne tant la prescription que le mode d’administration

La couleur, la consistance, le degré d’hydratation, qui font intervenir la dialectique du dur et du mou, c’est-à-dire la consistance

La dialectique de l’humidité et de la sécheresse c’est-à-dire le degré d’hydratation pour mettre en mouvement le Yang Ming, la Rate, et la distribution des liquides et des saveurs dans l’organisme.

  • La quintessence Jing ou principe vital

La qualité thérapeutique d’une plante est fonction de son Jing qui se révèle d’autant plus intensément que la période de récolte et de consommation de la plante respecte son cycle saisonnier et de production, principe commun à toutes les médecines traditionnelles.

Il faut se souvenir que les plantes reçoivent les qualités énergétiques de l’année.

Chaque année est définie par la combinaison d’un tronc céleste et d’une branche terrestre. Il y a 10 troncs et 12 branches, il faut un cycle de 60 ans pour couvrir toutes les combinaisons.

Un grand mouvement domine la Terre pendant une année, chaque grand mouvement se succède ainsi dans l’ordre de production de cinq mouvements

Il y a des mouvements hôtes qui sont des mouvements normaux de l’année, et il y a des mouvements invités qui expliquent les anomalies climatiques, leur position étant variable tous les ans.

Toutes ces caractéristiques provoquent des contraintes sur les plantes qui leur confèrent qualités différentes selon les années et leur lieu de production.

Chaque remède a des propriétés particulières. Ce n’est que par la connaissance de ces propriétés qu’il est possible d’établir une thérapeutique correcte et d’obtenir un traitement satisfaisant.

  • En médecine chinoise la saveur représente la qualité d’un remède ou d’un aliment qui lui est donnée par à la terre
  • La nature d’un remède ou d’un aliment est une qualité qui lui est conférée par le ciel

 

LES QUATRE NATURES

Le froid, la chaleur, la tiédeur et la fraîcheur des herbes sont nommées « les quatre Qi » et cela correspond à la température des quatre saisons, parce que les anciens considéraient que les herbes recevaient leur Qi du ciel.

Les quatre natures, appelées également les « quatre propriétés » sont quatre qualités des remèdes :

  • Froide,
  • Chaude,
  • Tiède
  • Fraiche.

Les herbes sont classifiées entre deux grands groupes suivant leur Qi :

Les herbes tièdes et chaudes et les herbes fraîches et froides

  • Celles qui peuvent soulager éliminer le syndrome de chaleur Qi Froid ou Frais
  • Celles qui peuvent soulager éliminer le syndrome de froid on un Qi tiède ou chaud

Cela veut dire que le Qi des herbes correspond à leur effet sur l’organisme humain et sont le contraire des caractéristiques des maladies qu’elles traitent.

En pharmacopée il y a souvent une cinquième sorte de Qi : Le Qi neutre. C’est un groupe d’herbes dont l’effet est relativement doux.

Tous les remèdes ont une nature qui leur est propre.

La connaissance de ces natures provient de la synthèse d’observations cliniques, menées sur une très longue période, de leurs effets sur l’organisme.

Quand nous consultons les livres de phytothérapie, à partir des effets thérapeutiques nous allons en déduire la nature de la plante.

  • Les produits ayant pour action de rafraîchir la Chaleur et de disperser le Feu sont généralement de nature froide ou fraîche.
  • Ceux qui ont pour action de chasser le Froid et de soutenir le Yang sont généralement de nature tiède ou chaude.

C’est pourquoi, il est possible de dire que globalement les remèdes de nature froide et fraîche sont employés pour traiter les syndromes de Chaleur et de Yang. Et il faudra faire la part des choses entre le vrai Yang ou la vraie Chaleur de la fausse Chaleur et du Yang apparent.

Il est possible de dire que globalement les remèdes de nature tiède et chaude sont employés pour traiter les syndromes de Froid et de Yin.

Ex.: Sulfur est un remède QUI MOBILISE et va clarifier la Chaleur, qui va la disperser en haute dilution.

Saveurs1

En outre, il existe des substances médicamenteuses de nature neutre et harmonisante. Cependant, ces remèdes de nature neutre manifestent en fait une tendance vers le frais ou le tiède. Cette nature fait en réalité partie des quatre natures. Pour cette raison, on ne parle pas de cinq natures, mais bien de quatre.

 

Fonction du QI des herbes

Le QI froid

  • Le froid élimine la chaleur, il purge le feu
  • Le froid rafraîchit le sang et élimine les toxiques (stress oxydatif)
  • Le froid fait baisser le yang et élimine l’évaporation
  • Le froid élimine l’humidité chaleur
  • Le froid blesse le foyer médian
  • Le froid blesse le Yang et attaque le Qi de la croissance

 

Shi Gao / Gypsum Fibrosum / Gypse : Le sulfate de calcium (talc) est de nature « froide piquante et sucrée ». A pour fonction d’éliminer la chaleur, de purger le feu du poumon et de l’estomac et de la couche du Qi

  • Montée du feu de l’estomac avec céphalées frontales
  • Calme l’agitation et la soif
  • Forte fièvre agitation soif
  • Eczéma, brûlure, abcès cutané (= toxique au niveau du sang)

Niu Bang Zi / Fructus arctii : Le fruit de la bardane (Arctium lappa) est de nature froide piquante (mobilise) et amère, tropisme pour le poumon et l’estomac. A pour fonction de disperser les facteurs exogènes de chaleur et de vent.

  • Calme les éruptions cutanées de type vent chaleur
  • Anti – toxine et anti inflammatoire
  • Indiqué dans les angines de type « vent – chaleur »

NB. en occident, on n’utilise pas toujours les mêmes parties de la plante … Même dynamique, mais diffère en fonction de la partie et du mode de préparation.

 

Le Qi frais

  • La fraîcheur clarifie la chaleur et élimine l’évaporation
  • La fraîcheur blesse le Yang et refroidit le foyer médian

Bo He / Herba Mentha arvensis :  La menthe de nature fraîche et piquante, tropisme pour le poumon et le foie. Elle disperse la chaleur et le vent, chasse de la chaleur de la tête et des yeux. Elle régule le Qi du Foie :

  • Elle active les éruptions cutanées vers la guérison
  • Indiqué dans les maux de tête, les maux de gorge
  • La phase initiale des éruptions cutanées
  • Les syndromes d’attaque de « vent chaleur » de la partie supérieure du corps avec mal de tête les yeux rouges, gorges gonflées et douloureuse
  • Dans les syndromes saisonniers fébriles de « vent chaleur » avec fièvre, aversion au froid et au vent modéré et céphalée
  • Dans les stagnations du Qi du Foie avec oppression et douleurs des hypocondres
  • soupirs : blocage du Qi du foie

 

Le Qi tiède

  • La tiédeur chasse le vent et disperse le froid
  • La tiédeur ventile, disperse et élimine l’humidité
  • La tiédeur réchauffe l’estomac, elle harmonise le foyer médian
  • La tiédeur réchauffe et assure la libre circulation du Qi et du sang
  • La tiédeur tonifie et nourrit le yang

Les herbes tièdes sont déconseillées en cas de vide de Yin pour éviter qu’elle ne blesse encore plus les liquides organiques

La prise durable d’herbes tièdes est déconseillée parce que l’accumulation de tiédeur peut se transformer en chaleur

Gui Zhi / Ramulus Cinnamomi : La tige de cannelle est de nature tiède piquante et côté sucrée qui nourrit. A pour tropisme le cœur les poumons et la vessie. A pour fonction de libérer la surface. Active la circulation du Yang Qi

  • Indiquée dans les syndromes externes de vent froid
  • Distension abdominale
  • Arthralgies sensibles au vent froid

Mati Ye / Caltha Palustris / Populage : Piquante (mobilisation) et tiède, elle chasse le vent et disperse le Froid, indiquée dans les douleurs musculaires et les vertiges de plénitude.

 

En se référant à la classification en Yin et en Yang, parmi les quatre natures,

  • le froid et le frais relèvent du Yin,
  • le chaud et le tiède relèvent du Yang.

Le frais est moins marqué que le froid, le tiède moins marqué que le chaud.

Ainsi froid et frais d’une part, tiède et chaud d’autre part, sont de même nature mais ils manifestent des nuances d’intensité.

 

Le Qi chaud

  • La chaleur chasse le froid et aide le feu
  • La chaleur fait circuler le sang et élimine l’humidité
  • La chaleur consomme et blesse le Qi et le sang
  • La chaleur blesse les liquides organiques
  • Le Qi chaud des herbes perturbent le feu et produit la chaleur

Wu Zhu Yu / Fructus Evodia : Le fruit d’Evodia est de nature chaude, piquante est amère

A pour tropisme la rate / l’estomac et le foie ainsi que les reins. Il réchauffe l’estomac et la rate et disperse le froid. Inverse le flux contraire de l’estomac, c’est-à-dire le contre-courant.

Dans les syndrome de froid du foie (avec le gingembre) : difficulté à se projeter dans l’avenir. Dans les dysménorrhées dues au froid

 

Le Qi neutre

Les herbes au Qi neutre n’ont pas d’interdiction. Elles peuvent être utilisées pour traiter toutes les maladies du corps sans aucun danger.

Shan Yao / Rhizoma dioscoréa : La patate douce. Elle est de nature neutre et sucrée. Elle a pour tropisme la Rate et les poumons et les reins. Elle renforce la fonction de la Rate et de l’ Estomac. Elle active la production des flux de bénéfiques aux poumons, revigore la Rate et préserve la quintessence.

  • Indiquée dans le manque d’appétit, les diarrhées chroniques (= rate)
  • Déficience de la rate et de l’estomac, bouche fade (= rate), fatigue, Selles molles
  • Les toux sèches par déficience du poumon

 

Principes thérapeutiques d’après le Qi des herbes

Traiter les maladies par les herbes c’est régulariser le Qi excessif ou le Qi insuffisant du corps par les différents Qi des herbes

Il est dit dans le Su Wen : « Réchauffer ce qui est froid, refroidir ce qui est chaud rafraîchir ce qui est tiède et tiédir ce qui est frais »

 

Les cinq saveurs

Le rôle de la saveur est une des notions des plus complexes de la physiologie chinoise

Les saveurs possèdent :

  • Un rôle de vitalisation de notre principe vital ou quintessence (Jing) par l’intermédiaire des cinq mouvements
  • Un aspect de structuration des formes (Xing) prises par les cinq mouvements
  • Une fonction de régulation des souffles (Qi) des organes et viscères

Afin d’expliquer certaines apparentes contradictions nous allons éclairer le système des saveurs selon :

  • La dialectique Yin /Yang
  • Les propriétés spécifiques des saveurs
  • La relation avec les cinq mouvements
  • La relation avec les viscères sur le plan de la forme Xing et sur le plan du souffle QI
  • Selon les éliminations induites
  • La relation avec le triple réchauffeur
  • Les contre-indications éventuelles

Les cinq saveurs des médicaments sont :

  • Le piquant, XIN
  • Le doux, GAN
  • L’acide, XUAN
  • L’amer, KU
  • Le salé. XIAN

Chaque saveur a une action particulière et les substances de même saveur ont (généralement) une action identique. Ainsi la détermination de la saveur d’un remède permet d’en connaitre les propriétés. En fait on peut rajouter à ces 5 saveurs :

  • Le fade ou insipide (champignons)
  • L’âpre ou l’astringent

De fait les cinq serveurs s’appuient sur les cinq éléments

  • En fait la saveur insipide est laissée par la saveur douce après un certain temps

Elle est donc rattachée au doux

  • La saveur âpre est laissée par la saveur acide des fruits pas assez mûrs

 

Comment sont déterminés les saveurs ?

La détermination des saveurs provient de la saveur en bouche, cela prête à confusion, une saveur en bouche donne telle action dans une fonction. Cependant la connaissance des fonctions montre la différence entre la fonction et la saveur, ce qui provoque certaines confusions

Saveurs et propriétés :

La saveur peut être définie selon les caractéristiques du remède sur la fonction

Dai Zhi Shi ou oxyde ferrique (rouille) est classé dans les amers mais n’a aucun goût amer,

Il agit sur le cœur, fait descendre l’activité Yang du Foie.

Shan Zha / fructus crataegi est astringent en bouche, mais classé comme saveur acide et sucré et légèrement tiède. Il favorise la digestion, active la circulation sanguine et est hypotenseur, à une bonne action sur la régulation cardiaque (grande plante des hyperthyroïdies) … mais en MTC, régularise le foyer médian.

 

Différence entre propriétés et caractéristiques :

On retrouve les deux types dans les ouvrages, on va donc retrouver la saveur en bouche et la saveur définie par rapport à la fonction.

Saveurs2

Les caractéristiques fonctionnelles des saveurs, c’est le cœur de l’étude

 

  • Le piquant /XIN : montée et émergence (inverse de l’automne)

Le dynamisme est inverse à celui de l’automne et du métal, auquel il correspond.

Le piquant disperse, dissipe, humidifie, mobilise et fait circuler.

Sur le plan de la forme : XING

  • En quantité modérée nourrit le poumon
  • En excès ponctuel nuit aux poumons
  • En excès chronique nuit au foie

Sur le plan de l’énergie : QI

  • Tonifie le foie
  • Disperser le poumon
  • Harmonise les reins

Actions au niveau des trois foyers :

  • Action de dégagement, d’extériorisation au niveau du foyer supérieur
  • Le piquant rentre dans l’estomac, son souffle se rend au foyer supérieur, le foyer supérieur reçoit le souffle il nourrit tout ce qui est Yang, le souffle des condiments et des légumes piquants l’enrichit

Les souffles de l’énergie nourricière Yong et défensive Wei reçoivent le piquant sans interruption, il séjourne longtemps sous le cœur, c’est pourquoi le cœur est vide

Contre-indication :

Faiblesse du QI, le piquant bouscule le QI, on évitera le piquant quand le Qi est souffrant

Élimination : sudorifique

Le piquant et le souffle circulent ensemble, c’est pourquoi lorsque le piquant entre, il peut ressortir en même temps que la sueur

Propriétés spécifiques :

  • a pour action de disperser ou de faire circuler l’Energie. Il est sur le pôle Métal. Le Poumon est le maître du Qi, donc il fait circuler. Ainsi, le piquant fait circuler l’Energie.
  • Le piquant a donc tout rô moile de stimuler d’accompagner le mouvement d’extériorisation par le foyer supérieur des énergies élaborées

               XING fait circuler, mobilise énergie et sang

XIN

               SAN disperse la superficie

 

Tous les remèdes libérant la superficie et faisant circuler l’énergie et le sang sont piquants.

Les remèdes piquants en bouche ne font pas tous circuler l’énergie et le sang et ne libère pas forcément la superficie.

En résumé, le piquant /XIN :

  • Chasse le vent-humidité (transforme l’humidité)
  • Réchauffe l’interne
  • Le piquant fait circuler l’énergie et brise le Qi
  • Ouvre les orifices
  • Il purifie et assèche parce qu’il met les liquides en circulation
  • A pour fonction de mobiliser
  • Les fonctions dispersantes du piquant sont de deux types :

Il disperse les pervers de surface,

Il met les liquides en circulation

  • Le piquant domine la dispersion, il ne faut pas en manger en cas de chaleur pour éviter que le feu ne s’enflamme
  • Le piquant entre dans le Qi, il ne faut pas en manger en cas de lésion de l’énergie
  • Le piquant est proscrit en cas de maladie du foie

 

San Ye / feuille de murier / morus alba : défini comme piquant, car libère la surface, on peut aussi dire qu’il est amer, car il libère la chaleur du foie et du Poumon, cependant il est doux en bouche ! (c’est la clinique qui prime).

Be He / Herba Menthae : la tige de menthe est piquante fraîche. Elle disperse le vent chaleur et chasse la chaleur de la tête et des yeux. Elle régule le Qi du foie et disperse la stagnation du foie.

JU Hua / Flos Chranthemi :  la fleur de chrysanthème est sucrée en bouche, mais est définie comme piquante et amère. En tant que piquante elle disperse le vent chaleur

En tant qu’amère, elle disperse la chaleur du foie et élimine les toxines. Elle traite toutes les affections oculaires deux de types chaleur. Indiquée dans l’hypertension artérielle

Cong Bai / Bulbus allii Fistulosumi : la ciboule (culinaire) est piquante et tiède en bouche, elle disperse le vent froid. Elle tonifie le Yang QI, élimine les toxines.

Sheng Jiang / rhizoma gingiberis : le gingembre est frais et piquant en bouche. Il chasse le vent, il ouvre les orifices. Quand il est sèché, il devient piquant et tiède et va réchauffer le foyer médian. Il va restaurer le Yang et disperse le froid. Confit, il a une action plus nette sur l’estomac.

 

  • Le doux / GAN :  mouvement de monter et d’émergence,

Le doux tonifie, relâche et ralentit, le doux harmonise et régularise le foyer médian (rate + estomac + pancréas). C’est un dynamisme identique à celui du centre et de la terre

Sur le plan de la forme : XIN

  • En quantité modérée, il nourrit la rate
  • En excès ponctuel, il nuit à la rate
  • En excès chronique, il nuit aux Reins (par épaulement mutuel)

Sur le plan de l’énergie : QI

  • Tonifie la rate (la régénération passe par les 3 foyers)
  • Disperse les plénitudes du cœur
  • Harmonise le foie (relation Ko)

Sur le plan des trois foyers

  • Se rend au réchauffeur médian, assouplie et humidifie, peut affecter le cœur.
  • Le doux rentre dans l’estomac, son souffle est faible, il ne peut monter jusqu’au foyer supérieur, il demeure dans l’estomac avec les céréales, à ce moment il humidifie et assouplit l’être humain. Lorsque l’estomac est assoupli, il y a un ralentissement qui favorise les voies digestives.

Contre indication : Problème au niveau des chairs, le doux bouscule les chairs.

Propriétés spécifiques : A pour action de tonifier, de nourrir, de modérer. Il est sur la Terre qui est la racine du Ciel Postérieur, donc elle nous nourrit. Ainsi, le doux nourrit et tonifie.

Le doux tonifie l’énergie et le sang, il tonifie le Yin et le yang

Le doux adoucit le mauvais goût des remèdes acides, il adoucit l’action des remèdes

Le doux a une action de relâchement des spasmes organiques (d’ou l’expression chinoise : « couvrir la terre pour empêcher le feu de monter« )

Le doux en tonifiant le sang et l’énergie à une action sur toutes les douleurs :

Douleurs sur l’obstruction de l’énergie

  • En désobstruant le pervers froid
  • En levant la stagnation d’énergie
  • En dégageant et faisant circuler

Douleurs sur déséquilibre du Sang

  • Douleur de type spasmes par vide de nutrition, c’est un déséquilibre entre sang et énergie, le doux harmonise, le doux tonifie le vide, il remet de la Terre là où elle en manque.

Résumé : le Doux /GAN :

  • La saveur douce peut monter et descendre
  • La saveur douce peut émerger et immerger
  • La saveur douce peut entrer et sortir
  • La saveur douce peut harmoniser et relâcher
  • La saveur douce peut tonifier et drainer

La fonction de tonification de la saveur douce comprend :

  • la tonification de l’énergie
  • La tonification du sang
  • La tonification du Yin et du yang

La saveur douce a également la fonction de favoriser l’eau et de filtrer l’humidité, cette fonction de la saveur douce est également liée à la saveur fade. Le doux est interdit en cas de maladie des Reins

Le doux entre dans les muscles : il ne faut donc pas manger beaucoup de doux en cas de maladie des muscles

Le doux peut causer la plénitude du foyer médian, il est donc interdit en cas de plénitude du foyer moyen.

Quelle est la différence entre le sucré et le doux ?

Dans les sucres raffinés il y a un côté doux mais aussi acide. Ce sont les sucres que l’on trouve dans les limonades, le coca-cola etc. Avec cette acidité il y a ce côté astringent et nous allons sur le Foie. La banane, la réglisse et la poire sont des vrais doux.

 

Da Zao / Fructus Zizyphi Jujubae : Jujube (fruit rouge), de saveur douce harmonisante, nourrissante. Tonifie le foyer central, le Qi, il nourrit le sang

Harmonise et modère l’action des substances médicinales, protège l’estomac

Gan Cao / Radix Glycyrrhizae : la racine de réglisse est douce, fraîche et clarifiante

Elle clarifie la chaleur, neutralise la toxicité, humidifie le poumon. Elle atténue les tensions, arrête la douleur. Harmonise les substances médicinales et protège le foyer central

Sheng di Huang / Radix Rehmania : c’est une racine tubéreuse amère sucrée froide

  • Elle humidifie la sécheresse et tonifie le vide
  • Elle clarifie la chaleur en rafraîchissant le sang.
  • En tant que tonifiante, elle a une fonction douce.

Feng Mi / Apis cerana / le Miel : de nature sucrée et neutre il va sur poumon, rate et gros intestin. Il nourrit l’estomac. Il fluidifie les intestins et calme la douleur. C’est un antitussif

On le retrouve souvent dans les préparations médicinales qui sont grillées au miel pour modérer leur nature

 

  • Dan / Fade :

Par ailleurs, il existe aussi une saveur fade : qui a généralement pour propriété de favoriser l’écoulement de l’Humidité et la diurèse. Favorise l’écoulement. Comme ce n’est pas une saveur agressive, nous la plaçons dans les saveurs douces. Elle se trouve dans tous les champignons.

              SHEN – favoriser l’élimination de l’humidité dans le corps (rapport à la diurèse)

DAN

              LI –signifie de drainer

Par exemple dans les champignons de Paris, les champignons blancs font uriner.

Comme la saveur fade n’est pas vraiment une saveur spécifique, on la classe habituellement dans les saveurs douces (on l’appelle alors doux/fade), et il n’est donc pas question de sept saveurs mais bien de cinq.

Fu Ling / Poria Cocos / Truffe de Virginie : Fu Ling est fade et de nature neutre

  • Il a pour tropisme le poumon, la rate, le cœur et la vessie
  • Il régule le métabolisme de l’eau, il est diurétique
  • Il renforce les fonctions de la rate et de l’estomac. Il tranquillise l’esprit
  • Il est indiqué dans les œdèmes, l’oligurie, la rétention de l’eau, dans le ballonnement abdominal et la diarrhée, dans les insomnies, les palpitations cardiaques et les états d’angoisse.

Yi Yi Ren / Semen Coicis : Les graines des larmes de job sont fades, fraîches. Elles ont pour polarité la rate l’estomac le poumon et le gros intestin

Fonction :

  • Diurétique draine l’humidité
  • Tonifie la rate arrête la diarrhée
  • Anti-inflammatoire il évacue le pus
  • Réduit les contractures des muscles et la douleur articulaire

Indications :

  • Les œdèmes l’oligurie et l’ascite
  • Les douleurs rhumatismales les diarrhées
  • Draine l’humidité dans les bronchites et les pneumonies

Shui Shi / LiuYe Cai / Epilobe des Marais : insipide et neutre, élimine la chaleur. Indiqué dans les aphonies vent/chaleur, oedèmes de la gorge dus à la chaleur.

Tropisme sur Poumon, GI, Vessie.

 

  • L’acide / XUAN

L’acide est astringent, ramasse récolte et collecte, il immobilise. C’est un dynamisme inverse au mouvement du printemps et à celui de du bois auquel il correspond. La fonction raffermir et de deux types : raffermissement du Jing et affermissement des intestins.

  • L’acide produit les liquides organiques
  • L’acide entre dans les ligaments, il faut éviter les saveurs acides en cas de maladie des ligaments

Sur le plan de la forme : XIN

  • En quantité modérée nourrit le foie
  • En excès ponctuel nuit au foie
  • En excès chronique nuit à la rate

Sur le plan de l’énergie : QI

  • Tonifie les poumons
  • Disperse le foie
  • Harmonise le cœur

Au niveau des trois foyers :

  • Harmonise et tiédit le foyer médian et l’estomac
  • Resserre la vessie et le foyer inférieur
  • L’acide entre dans l’estomac, son souffle est astringent et collecteur, il lui est impossible d’entrer et de sortir, il reste donc dans l’estomac. il harmonise et tiédit le centre de l’estomac puis descend et pénètre dans la vessie. L’acide rétracte la vessie, il n’y a plus d’échange et la voie des eaux ne circule plus, on ne peut donc plus uriner.

L’acide pénètre au périnée par le trajet du méridien du foie. il semble agir sur le Zong Jin ou « Muscle des ancêtres » qui se déploie à partir d’un noyau fibreux du périnée entre les deux orifices inférieurs.

Contre indication :

Problème musculaire ligamentaire, l’acide bouscule les muscles

Le Yin est la fin du rassemblement des muscles et des tendons, lorsque l’acide rentre il se rend aux muscles et aux tendons

Élimination : évacuation

Propriétés spécifiques :

  • Collecteur, recueille, amasse, rassemble
  • A généralement un effet astringent et une action de resserrement et d’arrêt
  • La saveur acide produit des liquides organiques
  • Resserre les poumons
  • Arrête la diarrhée
  • Arrête les saignements et la transpiration.
  • Arrête la perte de l’essence

XUAN – SE … ramasser et augmenter le contrôle sur l’énergie et le sang

GU- SE … éviter que la voix soit trop dégagée pour éviter la déperdition

 

Shan Zhu YU / Fructus Corni : Fructus officinalis : le fruit du Cornouiller est acide et chaud, avec un tropisme pour le foie et les Reins.

Il renforce le foie et les reins, il préserve la quintessence.

Indiqué dans la faiblesse des lombes et des genoux, les étourdissements, les sueurs spontanées, l’impuissance, dans les ménorragies et métrorragies

 

  • Astringent où âpre :

Les effets sont analogues à ceux de la saveur acide. L’action astringente est anti diurétique, anti hémorragique anti leucorrhéique, anti diarrhéique, anti spermatorrhéique.

 

Mu Li / Concha Ostreae : la coquille d’huître est décrite comme salée astringente et fraîche avec tropisme pour le foie et les reins. Elle est tranquillisante, sédative

Déficience des reins avec émission séminale spontanée

Métrorragies et sécrétions vaginales anormales

 

Long Gu / Os Dragonis

Fossile astringent, mais pas acide en bouche, est décrit comme âpre.

Polarité foie, cœur, rein

Tranquillisant sédatif : calme le Vent du foie, renforce le rein Yin

  • Sueur spontanée, émission séminale involontaire
  • Hypertension avec céphalée / vertiges
  • Leucorrhée claire ou hémorragie

 

  • L’amer /KU :

YIN c’est un mouvement de descente et d’immersion

L’amer dessèche, affermit et consolide, fait écouler.

Le dynamisme est inverse à celui de l’été et celui du feu auquel il correspond.

Sur le plan de la forme : XIN

  • En quantité modérée l’amer nourrit le cœur
  • En excès ponctuel nuit au cœur
  • En excès chronique nuit au poumon

Sur le plan de l’énergie – QI:

  • Tonifie les Reins
  • Disperse la rate
  • Harmonise le Poumon

Au niveau des trois foyers :

  • Ferme la Communication des trois foyers
  • Action émétique
  • L’amer se rendant dans l’estomac, l’ensemble des souffles des cinq céréales ne peut supporter ce qui est amer. L’amer ferme la voie des trois foyers et donne envie de vomir
  • L’amer possède donc une action inhibitrice sur les échanges des trois foyers et s’oppose directement au bon fonctionnement du foyer moyen

Contre-indication

  • Les problèmes osseux, la saveur amère bouscule les os
  • Les dents sont l’extrémité supérieure de l’estomac en relation avec le rein

Élimination :

  • Vomification

Propriétés spécifiques

  • a généralement pour action d’assécher l’Humidité, de disperser le Feu et de consolider le Yin. La saveur amère affermit.
  • L’amer est sur le Coeur. De ce fait nous dispersons le Feu, ce qui va assécher l’Humidité.

           XIE Disperser la chaleur et tempère le feu

ku

ZAO Assécher

 

  • La saveur amère peut drainer, assécher l’humidité et raffermir
  • Les herbes de saveur amère drainent vers le bas
  • Les herbes de saveur amère drainent le feu
  • Les herbes de saveur amère font descendre l’énergie et draine l’énergie
  • Asséchant l’humidité la saveur amère est interdite en cas de maladie des poumons
  • La saveur amère entre dans les os, elle est déconseillée en cas de maladie des os.
  • Les herbes de saveur amère ont une fonction purgative très forte, il faut les utiliser avec tempérance chez les personnes de constitution physique faible, les personnes âgées et les femmes enceintes.

Pu gong Yin /herba taraxaci :Taraxacum : Le pissenlit est considéré comme amer mais cependant plutôt sucré en bouche, il est de nature froide avec un tropisme pour le foie et l’estomac

Il va éliminer la chaleur et les toxines du sang, il va drainer l’humidité :

C’est un cholagogue

Indiqué dans les gonflements de la gorge, dans les cystites, les yeux rouge et gonflés, la jaunisse pour éliminer la chaleur et humidité, les nodules sous-cutanés pour dissiper les glaires.

Jin JI Le /Cinchona : la chicorée est de nature fraîche de saveur amère Elle dissipe la chaleur

Elle est utile dans toutes les fièvres

Son tropisme pour l’estomac et la Rate en fait un bon tonique digestif et un bon remède de tonification du sang ainsi qu’un tonique cardiaque

 

Long Dan /Radix Gentiana : La racine de gentiane est amere et froide Elle a un tropisme pour le froid et la vésicule biliaire

Elle évacue la chaleur et l’humidité. Elle purge le feu du foie et de la vésicule biliaire

Elle est indiquée dans les miliaires, eczéma, infection génitale, prurit vulvaire, les yeux rouges et les conjonctivites,

Les hypertensions avec acouphènes, les céphalées de type feu du foie, la bouche amère, les infections urinaires aiguës

  • Jiang Xié … Disperse en faisant descendre du poumon et estomac

Fait descendre le trouble de l’estomac

  • Tong (dégager) Xié … Dégage disperse vers le bas, les purgatifs.

 

Da Huang / Radis et Rhizoma Rhei : la racine de rhubarbe est de nature froide et amère

Elle a pour tropisme le foie, la rate et l’estomac et le gros intestin

Purgatif, elle élimine la chaleur pathogène

Elle renforce la circulation sanguine élimine la stage de sang. 

Elle traite l’hépatite virale – Dans les ictères par chaleur humidité

Elle est indiquée dans les constipations, les occlusions intestinales incomplètes

Les dysménorrhées, aménorrhées

Les troubles cutanés suppuratifs par chaleur toxique

Les céphalées avec rougeur des yeux, douleur de la gorge, stomatite par montée du feu

 

Lu Hui / Aloé : Le jus d’Aloé vera est amer et froid il a pour tropisme le Foie, l’estomac, le gros intestin, il a pour fonction d’évacuer le feu du foie et du gros intestin

Il élimine les stagnations intestinales dans les constipations par excès de chaleur, du feu du cœur et du feu du foie avec l’insomnie agitation nerveuse.

 

Chang / ChunTang / Hedera Hellix (Lierre Terrestre) : de nature fraiche et amère.

Polarité Foie/Rate. Harmonise le Qi, vivifie le Sang, chasse le Vent, calme le Foie, neutralise les toxiques, élimine l’Humidité.

Indiqué dans les problèmes oculaires, hépatiques, vertiges et rhumatisme

 

 

  1. b) ZAO

La saveur amère peut assécher l’humidité

Les remèdes qui éliminent et assèchent l’humidité sont dits amers.

Zhi Ké / Citrus Aurantium : L’écorce d ’orange amère immature, amère et acide, elle aura pour fonction de dissoudre les glaires.

Sera indiquée dans les dyspepsies, les ballonnements abdominaux, les constipations, dans les sensations d’étouffement avec des glaires jaunes et épais.

Dans tous les prolapsus de l’utérus du rectum et de l’estomac.

Ju Pi / Pericaprpium Citri tangerina : La pelure de mandarine, de nature amère et piquante aura pour tropisme la rate le Poumon.

Elle va éliminer l’humidité et dissoudre les glaires

Elle va réguler le QI et harmoniser la rate et l’estomac

Il sera indiqué dans les troubles gastriques

Distension épigastrique, nausée et, vomissement

Les toux productives avec crachats profus par présence de glaires froids et humides

Chen Pi / L’écorce de mandarine vieillie est plus modérée et est préférée en usage clinique, elle est d’ailleurs considérée comme piquante et tiède. Elle régularise le QI, renforce la rate, harmonise l’estomac et abaisse le QI inverse

Elle dissout les mucosités et l’humidité.

Qing Pi / Péricarpium citri Réticultae : Pelure de Citron vert, de nature tiède, amère et piquante.

Son tropisme est le foie et la vésicule biliaire et l’ estomac.

Elle va réguler le foie, disperser la stagnation du foyer médian, sera indiquée dans les dyspepsies, les hernies hiatales, les ballonnements abdominaux et cirrhose hépatite.

  

  • Le salé / XIAN

YIN mouvement de descentes et immersion. Il ramollit et assouplit

Humidifie en descendant, est laxatif

Le dynamisme est inverse à celui de l’hiver et de l’eau auquel il correspond.

Sur le plan de la forme :

  • En quantité modérée nourrir les reins
  • Excès ponctuel nuit au Reins
  • En excès chronique nuit au cœur

Sur le plan de l’énergie QI :

  • Tonifie le cœur
  • Disperse les reins
  • Harmoniser la rate

Au niveau des trois foyers :

  • Se rend au foyer médian pénètre dans le sang, assèche et nuit aux liquides
  • Le salé entre dans l’estomac, lorsque le sel et le sang se combinent mutuellement ils se figent et cela provoque la mise en mouvement des sucs et de l’estomac qui sont vite épuisés provoquant la déshydratation et la soif.

Le salé agit donc sur le foyer médian et sur le sang, il influe sur la sécrétion de liquides organiques en l’inhibant.

Contre-indication :  Faiblesse du sang le salé bouscule le sang

Élimination :  Purgation et évacuation

Propriétés spécifiques

  • A généralement pour action de ramollir le dur,
  • D’humidifier et de faire descendre (le salé est laxatif ).

Le calcaire d’huitre est un remède salé. C’est un grand remède anthroposophique quand le Feu est dominant, parce qu’il renforce l’Eau du Rein. Par exemple, nous pouvons donner les sels calcaires de Weleda chez les enfants qui sont trop actifs. Nous donnons du salé, cela va diminuer le côté neurosensoriel et le côté Feu.

Pour ce qui est le Feu, nous pouvons effectivement avoir une action dispersante mais aussi une action à partir de l’Eau. L’Eau temporise le Feu.

                  XIA … signifie purger

XIAN

                  RUAN … signifie ramollir le dur, les nouures et les masses

 

Les remèdes piquants ont une action sur les stagnations d’énergie et mucosités

Les remèdes salés on une action particulière sur les stagnations on ramollissant le dur

 

Le Salé /Xian

  • La saveur des herbes salées amollit
  • La saveur des herbes salées fait descendre et purge
  • La saveur des herbes salées fait descendre et humidifie
  • La saveur salée dissipe et disperse les masses dures
  • Le salé est interdit en cas de maladie du cœur
  • Le salé entre dans le sang, il ne faut pas manger beaucoup de salé en cas de maladie sanguine

 

Mang Xiao / Le sulfate de sodium : Natrum sulfuricum est amer et salé

Il a pour tropisme estomac et le gros intestin

Il a pour fonction de purger et la chaleur : il est anti-inflammatoire

Il est indiqué dans la constipation due à la stagnation-chaleur sécheresse ou à la chaleur humidité

Indiqué dans la conjonctivite, la rougeur des yeux en collyre

Jin Qiao Cao / Herba Lysimachiae : Herba lysimachia est de saveur salée et neutre

A pour tropisme le foie la vésicule biliaire et la vessie

Fonctions :

  • Élimine la chaleur humidité de la jaunisse
  • Diurétique cholagogue et lithagogue
  • Élimine les toxines

 

Fan Xié Yé / Follium Sennea : la feuille de senné est de nature sucrée salée

Elle élimine la chaleur en excès

Elle est indiquée dans les constipations chroniques par stagnation chaleur.

 

Outre les actions mentionnées ci-dessus, les cinq saveurs sont étroitement liées aux cinq organes. Généralement, les règles d’utilisation de ces relations sont les suivantes :

  • L’acide entre dans le Foie,
  • L’amer entre dans le Cœur,
  • Le piquant entre dans le Poumon,
  • Le doux entre dans la Rate,
  • Le salé entre dans le Rein.
  • C’est ce qui est appelé les cinq entrées

 

  • Le bois produit l’acide
  • Le feu produit l’amer
  • La terre produit le doux
  • Le métal produit le piquant
  • L’eau produit le sale

 

  • L’acide produit le foie
  • L’amer produit le cœur
  • Le doux produit la rate
  • Le piquant produit le poumon
  • Le sale produit le rein

 

  • Le Foie a la Couleur vert bleu, le doux est une saveur convenable pour le foie :

Le riz, la viande de bœuf, les Jujubes sont doux et conviennent pour les maladies de la rate.

  • Le cœur a une couleur Rouge, l’acide est une saveur convenable pour le cœur ; les petits sojas Rouge, les prunes sont acides.

Les petits sojas Rouge, les prunes viennent pour les maladies du foie.

  • Le poumon a une couleur blanche, l’amer est une saveur convenable pour le poumon :
  • Le blé, la viande de mouton, les abricots sont amers.
  • Le blé, la viande de mouton, les abricots conviennent pour les maladies du cœur.
  • La rate a une couleur jaune, le sale est une saveur convenable pour la rate :
  • Les grands grains de soja, la viande de porc sont salés et conviennent pour la maladie du rein
  • Le Rein à une couleur noire, Le piquant est une saveur convenable pour le rein:

La viande de poulet, les pêches et les oignons sont piquants

La viande de poulet, les pêches et les oignons conviennent pour la maladie du poumon.

  • Si le Foie souffre de tension il faut vite manger doux pour le relâcher, Gan cao, la racine de réglisse .

Le Foie désire la dispersion il faut manger du piquant pour le disperser et le piquant pour le tonifier, l’acide pour le purger.

  • Si le Cœur souffre de relâchement, Il faut manger de l’acide pour le raffermir, la baie de schizandre/ WuWei Zhi) ou Shan Zha /l’aubépine ou Suan Zao Ren / le Jujube, ces herbes sont toutes acides

Le Cœur désire la souplesse, il faut manger du salé pour l’assouplir, et le salé pour le tonifier, le doux pour le purger.

  • Si la Rate souffre de l’humidité, Il faut manger de l’amer pour l’assécher, l’actratylode blanc/Cang Zhu

La Rate désire le relâchement, il faut manger du doux pour la relâcher, et le doux pour la tonifier, l’amer pour la purger .

  • Si le Poumon souffre de la montée contraire du Qi, Il faut manger de l’amer pour le drainer, la racine de scutellaire/ Huang Qin

Le Poumon désire le rassemblement, il faut manger de l’acide pour le rassembler, et l’acide pour le tonifier, le piquant pour le purger.

  • Si le Rein souffre de la sécheresse, il faut manger du piquant pour l’humidifier, le rhizome d’amemarrhena/ Zhi Mu

Le Rein désire la solidité, il faut manger de l’amer pour le solidifier et de l’amer pour le tonifier, le salé pour le purger.

 

Les cinq interdictions :

  • Le piquant est déconseillé en cas de maladie du foie
  • Le salé est déconseillé en cas de maladie du cœur.
  • L’acide est déconseillé en cas de maladie de la rate.
  • Le doux est déconseillé en cas de maladie du rein.
  • L ‘amer est déconseillé en cas de maladie du poumon

 

Le piquant rentre dans le Qi, il ne faut pas manger beaucoup de piquant quand le qi est malade.

Le salé entre dans le sang, il ne faut pas manger beaucoup de salé quand le sang est malade.

L’amer entre dans les os, il ne faut pas manger beaucoup d’amer quand les os sont malades.

L’acide entre dans les ligaments, il ne faut pas manger beaucoup d’acide quand les ligaments sont malades.

 

Les fonctions et les interdictions des 5 saveurs :

L’acide, l’amer, le doux, le piquant, le salé, sont le plus souvent mentionnés dans la pharmacopée, en général on met respectivement le fade dans le doux et l’astringent dans l’acide.

 

Fonctions et interdiction de la saveur piquante

Le piquant peut disperser, faire circuler, humidifier et assécher. On peut classer la fonction dispersante du piquant suivant de ce type :

Disperser les pervers de la surface, disperser la nourriture dans l’interne. Le piquant humidifie et assèche parce qu’il met les liquides en circulation. Le piquant fait circuler le Qi et brise le Qi.

Le piquant domine la dispersion, Il ne faut pas en manger en cas de chaleur pour éviter que le feu ne s’enflamme.

Le piquant entre dans le Qi, il ne faut pas en manger un cas de lésion du Qi.

Le piquant est interdit en cas de maladies du foie.

 

Fonctions et l’interdiction de la saveur amère.

L’amer peut drainer, assécher et raffermir.

L’amer draine vers le bas, l’amer draine le feu, l’amer draine le Qi, il fait descendre le Qi.

L’amer peut assécher l’humidité.

L’amer est interdit en cas de maladie du Poumon.

L’amer entre dans les os, il ne faut pas manger beaucoup d’amer en cas de maladies des os. Les herbes de saveur amère ont une fonction purgative très forte, certaines sont interdites chez les vieilles personnes, les personnes de constitution physique faible et les femmes enceintes.

 

Fonction interdiction de la saveur douce

La saveur douce peut monter et descendre, émerger et immerger, entrer et sortir, harmoniser et relâcher, tonifier et drainer.

La fonction de tonification de la saveur douce comprend :

La tonification du Qi, la tonification du sang, la tonification du Yin et du yang.

La saveur douce a également la fonction de favoriser l’eau et filtrer l’humidité, cette fonction de la saveur douce est souvent liée à la saveur fade.

Le doux est interdit en cas de maladie du Rein.

Le doux entre dans les muscles

Le doux peut causer la plénitude du foyer médian, il est donc interdit en cas de la plénitude du foyer médian.

 

Fonction et interdiction de la saveur acide

L’acide retient, rassemble ; la fonction de raffermir comprend le raffermissement du jing et des intestins.

L’acide produit des liquides organiques.

L’acide est interdit en cas de maladie de la rate

L’acide entre dans les ligaments, Il ne faut pas manger beaucoup d’acide en cas de maladie des ligaments.

 

Fonctions et interdiction de la saveur salée

Le salé amollit, descend et purge, le salé descend et humidifie.

Le salé dissipe et disperse les masses dures.

Le salé est interdit dans les maladies du cœur, le salé entre dans le sang

Il ne faut pas manger beaucoup de salé en cas de maladie du sang.

 

 

Fonctions et l’interdiction de la saveur fade

Les herbes fades sont souvent classées dans les herbes douces, le fade peut filtrer, favoriser les orifices et il favorise la diurèse

 

Fonction et l’interdiction de la saveur astringente

L’astringent domine le rassemblement et peut retenir ce qui s’échappe.

Toutefois, ces cinq sortes de correspondances ne sont pas absolues et souffrent d’exceptions. On peut facilement trouver les contradictions dans ces citations, mais elles ont en commun être basées sur la théorie des cinq phases, et leurs relations d’engendrement et de contrôle réciproque.

Si l’on classe les cinq saveurs selon le Yin et le Yang :

  • L’acide, l’amer et le salé dépendent du Yin. Ces saveurs font plutôt descendre les choses, donc cela va plutôt vers l’intérieur.
  • Le piquant, le doux et le fade dépendent du Yang. Le piquant a ce côté tonique qui fait monter les choses et les fait circuler.

 

Ibis

 

Les quatre natures et les cinq saveurs représentent les propriétés des substances médicamenteuses. Chacune d’entre elles possède une nature et une saveur.

En pratique clinique, il est nécessaire d’associer nature et saveur, puis de procéder à une analyse. Pour certains produits, il est d’autant plus important d’analyser l’ensemble des données pour l’utilisation la plus juste et le résultat le meilleur.

Si les remèdes sont de même nature et de saveurs différentes ou de même saveur et de natures différentes, leurs actions présentent des points communs et des divergences. C’est pourquoi, il est nécessaire d’associer les saveurs aux natures et d’analyser la situation ainsi créée afin d’en maîtriser la totalité des aspects.

Conclusion :

  • L’emploi des saveurs accroît l’exactitude dans l’utilisation des remèdes
  • Cet emploi est d’autant plus important quand la fonction n’est pas connue
  • Il existe toujours une polémique entre les saveurs selon les ouvrages
  • Dans 20 % des cas il n’y a pas de relations entre la saveur en bouche et la saveur des fonctions
  • D’autre part un remède a souvent plusieurs fonctions donc des saveurs différentes rattachées a ces fonctions
  • La valeur clinique des saveurs est moins importante actuellement puisse que l’on insiste sur les fonctions des remèdes

 

 

Le tropisme des remedes / Gui – jing

Définition : GUI : se rendre arriver + JING : renvoie à une région

  • Endroit d’action d’un remède après absorption
  • Renvoie aux organes et viscères et méridien

Dans les matière médicale ancienne référence aux méridiens et collatéraux

Référence au tropisme sur les organes et viscères

Tropisme signifie que les herbes ont une destination préférentielle dans certains Méridiens où elles déploient leurs effets.

 

Fondements théoriques sur la théorie du tropisme

  • La nature des herbes

Toutes les herbes ont leurs propres :

  • Forme
  • Couleur
  • Odeur
  • Saveur

Dans l’Antiquité la signature était toujours la base de l’explication des effets dés herbes et en même temps un des fondements théoriques du tropisme. À l’époque du Nei Jing, on commençait déjà à chercher la relation entre les cinq couleurs, les cinq saveurs, les cinq odeurs des herbes et les cinq zang. Il est dit :

  • « les herbes de couleur verte, de saveur acide et d’odeur rance appartiennent au bois et entre dans le foie
  • Les herbes de couleur rouge, de saveur amère et d’odeur de brûlé appartiennent au feu et entrent dans le cœur
  • Les herbes de couleur jaune, de saveur douce et d’odeurs aromatiques appartiennent à la terre et entrent dans la rate
  • Les herbes de couleur blanche, de saveur piquante et d’odeur de poissons appartiennent au métal et entrent dans le poumon.
  • Les herbes de couleur noire, de saveurs salées et d’odeurs pourrissantes appartiennent à l’eau et entrent dans le rein ».

Cela prouve que la couleur et l’odeur des herbes ont joué un rôle très important dans la formation et l’évolution de la théorie du tropisme. Cependant elle est surtout aux relations avec les cinq saveurs.

Il existe des contradictions entre la couleur et la saveur, la couleur et la forme. Par exemple les herbes acides ne sont pas nécessairement vertes, les herbes douces ne sont pas nécessairement jaunes et vice versa ! Cela explique pourquoi dans les différentes pharmacopées le tropisme de certaines herbes est différent.

  • Relations avec le corps humain :

Le tropisme tout d’abord en relation avec les Zang / Fu

Le « Nei Jing » décrit déjà la relation entre les effets des herbes et des cinq Zang, on parle de la relation entre les cinq saveurs des herbes et la tonification ou la dispersion des cinq Zang

Par exemple dans le Nei Jing: « la racine de buplèvre / Chai Hu élimine les accumulations de Qi dans l’estomac et les intestins » c’est la première de la théorie du tropisme

Actuellement le tropisme est exprimé en termes de méridiens

 

  • L’effet thérapeutique

La théorie du tropisme est liée intimement à la forme la couleur l’odeur et la saveur des herbes et au facteur organique

Elle est finalement basée sur les effets thérapeutiques. En effet qu’importe que le tropisme soit marqué par le nom des Zang ou des méridiens, le fondement principal est l’effet thérapeutique. Par exemple :

Si on parle d ‘Ephedra ou de la tige de cannelle : elles sont entrées dans le Tae yang de pied, c’est parce qu’elles ont respectivement l’herbe principale dans les formules : ce sont deux formules importantes pour traiter le syndrome superficiel de Taé yang

La racine de rhubarbe est efficace pour purger la « chaleur plénitude de l’estomac et des intestins », elle rentre donc dans le méridien de l’estomac

Ma Huang :  l’Ephédra. Tropisme poumon – vessie arrête la toux

La vessie et la diurèse. Dégage l’organe poumon et la voie des eaux

Tropisme sur une couche soit l’énergie soit le sang

L’angélique est une herbe importante pour tonifier et harmoniser le sang, elle entre donc dans le méridien du cœur et du foie.

 

Les effets thérapeutiques, le Qi et la saveur des herbes ne sont pas seulement le fondement du tropisme, mais décident également de l’étendue du tropisme.

  • En général, les herbes qui ont des effets simples, un Qi et une saveur unique entre dans un seul méridien,
  • Les herbes qui ont des effets variés et plusieurs Qi et plusieurs saveurs rentrent souvent dans plus de deux méridiens

Tropisme sur un tissu par exemple la peau, les os

Le tropisme est aussi important sous l’angle de la manifestation des organes: par exemple Ju Hua / le chrysanthème : est oculaire et a un tropisme sur le Foie

Les remèdes de foie sont des remèdes de spasmes, de contractions

Les remèdes de foie sont en analogie avec le vent et l’agitation du vent du foie. Donc le chrysanthème est un remède d’action sur les spasmes et ayant un tropisme sur le foie

La théorie du tropisme se base sur les phénomènes de la nature :

Si l’homme s’agite comme le vent on dira que l’on a une présence de « vent interne »

Relation avec le bois : le foie ne veut pas être contraint si blocage vent ou feu, car le foie est un organe fort

C’est à partir de la fonction d’une herbe que l’on va aussi déterminer son tropisme sur un organe

En médecine Chinoise comme en occident, nous savons que tel type de remède aura une action sur tel type d’organe. Ainsi, dans les matières médicales chinoises, nous avons tel remède avec un tropisme Foie, Vésicule biliaire etc… Par exemple :

Hydrastis canadendis (rhizome de renonculacée) : Sa température est fraîche, sa saveur est amère (raffermi – groupe coeur en homéo). Comme elle est fraiche, elle va faire descendre aussi, elle va s’occuper plutôt du bas du corps. C’est un grand remède de leucorrhées, donc elle va disperser les Chaleurs/Humidité du Foyer Inférieur.

Elle va sur :

  • Poumon, c’est en rapport avec le Foyer Supérieur et la Voie des Eaux
  • le Foyer Inférieur : Foie, Vésicule Biliaire, Estomac, Intestin et utérus.

Donc cette plante va rafraîchir, faire circuler et disperser la Chaleur.

 

Le tropisme [méridien destinataire] est un guide dans le choix des médicaments :

Ceux-ci doivent correspondre à l’organe ou au viscère et au méridien en rapport avec l’affection ainsi qu’à la localisation de cette dernière.

Cette théorie, fruit d’observations et de synthèses menées sur une longue période par les anciens, joue un rôle important dans le diagnostic clinique et la pratique thérapeutique.

Ainsi, quand le méridien du Poumon est agressé par une énergie perverse de Vent/Chaleur, les fonctions de diffusion et de descente sont perturbées et de la toux apparaît.

 

Donc quand est-ce que nous savons que c’est ainsi ? Il faudra un remède piquant pour disperser le Vent et frais pour la Chaleur.

Nous choisirons aussi un remède qui soit davantage de type fleur ou feuille, qui a un tropisme Poumon ou Rein.

Il faut alors traiter avec des médicaments qui pénètrent le méridien du Poumon (Sambucus, Hysopus, Marrubium) et contribuent à la diffusion et à la descente de l’Energie de cet organe, arrêtant la toux, de ce fait. Avec Sambucus nous sommes vraiment sur la partie aérienne de la plante avec ces grappes qui font penser aux alvéoles.

Le ginseng et l’astragale peuvent tonifier et favoriser le QI de la rate et du poumon, traite le vide de Qi la rate et du poumon, ils entrent donc dans le méridien de la rate et du poumon.

Les méridiens et leurs branches collatérales n’existent pas isolément, mais sont en relation interne avec les organes et les viscères, en relation externe avec la surface du corps, reliant ainsi la profondeur et la superficie et formant un système fonctionnel ayant pour centre les organes.

Pour rappel : Le système de méridiens collatéraux est tout un système de vaisseaux qui permet de faire circuler en surface et de permettre la relation entre la surface et la profondeur, ainsi qu’entre les organes.

C’est pourquoi la notion de « méridien destinataire » ne peut se concevoir simplement comme un tropisme [des médicaments] vers tel ou tel méridien, mais couvre plutôt la pénétration [des médicaments] dans un système global composé d’un organe, d’un viscère, d’un méridien, de zones cutanées et d’organes superficiels.

Ainsi, par exemple : Herba Ephédra

  • pénètre dans le méridien du Poumon,
  • libère et relâche la peau et les poils et les espaces interstitiels [couIi = petits vaisseaux de superficie),
  • provoque la transpiration et disperse le Vent en surface,
  • il peut également aider le Poumon dans sa fonction de diffusion et calmer la dyspnée.

Le système Poumon est tout cela dans sa totalité, c’est le souffle, la peau et le poumon lui-même. Donc lorsque nous avons une plante avec un tropisme bien particulier, il ne faut pas se dire que cela ira sur le Gros Intestin, parce que celui-ci est sur le Métal. Lorsque nous avons une plante qui assèche l’Humidité d’une manière générale, elle sera peut-être capable de l’assécher sur les 3 Foyers.

Donc nous allons la trouver autant pour des problèmes de leucorrhées que de bronchites.

La rhubarbe par exemple est laxative mais surtout elle permet de rafraîchir la Chaleur. Elle ne rafraîchit pas que la Chaleur des Intestins mais partout, même au niveau du Sang.

 

Par rapport à une attaque de vent, pourquoi ne pas traiter le Foie ?

C’est une attaque de vent externe, donc c’est une atteinte externe. Et dans ce cas nous sommes sur la surface externe ce qui veut dire que dans un premier temps le froid, le vent froid ou le vent/chaleur, l’énergie perverse atteint tout d’abord la surface. Il faut donc prendre des remèdes dont le tropisme est la surface ou qui pousse vers la surface et vers l’extérieur. La qualité du piquant est d’aller vers la surface.

Alors que si nous prenons la saveur acide, il y a un côté plus astringent.

Par cet exemple, il est évident que l’action d’Herba Ephédra vise le système du Poumon dans sa globalité et ne se limite pas au méridien.

Puisque les organes et les viscères situés dans l’interne sont liés et communiquent avec les tissus et les organes situés à la superficie de l’organisme, les substances médicamenteuses doivent donc passer par les méridiens et leurs branches collatérales pour atteindre

  • en profondeur organes et viscères
  • et en surface tissus et organes superficiels.

C’est pour cette raison qu’il est question de « méridien destinataire ».

Une affection est toujours complexe : au cours d’un processus morbide, les organes et les viscères, les méridiens et leurs branches collatérales s’influencent souvent mutuellement.

C’est pourquoi, quand il s’agit de traiter, l’emploi d’une seule substance est insuffisant.

Il est nécessaire de comprendre, grâce au diagnostic différentiel, quels organes et quels méridiens sont impliqués dans l’évolution pathologique, et de choisir les médicaments correspondants en composant une prescription dont l’effet thérapeutique sera global.

Par exemple :

La stagnation de l’énergie du Foie influence la Rate et provoque la perturbation de sa fonction de transport : c’est le syndrome de « dysharmonie entre le Foie et la Rate ».

Quand il s’agit de le traiter, il faut non seulement employer les remèdes qui entrent dans le méridien du Foie comme

  • Verbena (neutre, amer, qui va vers Foie),
  • Rosmarinus (aromatique, tiède, amer, âcre, qui va vers Cœur, Foie, Rate, Intestin) afin de relâcher le Foie et de faire circuler l’Energie,

mais il est également nécessaire d’utiliser des produits qui pénètrent dans le méridien de la Rate pour soutenir la Rate et nourrir l’Energie

Radix astragali, de saveur douce et tiède qui rentre dans le méridien de Rate Poumon.

La réunion des deux actions permet d’obtenir le meilleur effet.

Verbena : la verveine est intéressante parce que, quand nous ne savons pas si c’est du Froid ou de la Chaleur, elle est amère, ainsi elle va au moins faire circuler le digestif. Toutefois elle enlève un petit peu de la Chaleur.

Rosmarinus est un petit peu chaud, il est amer donc il va enlever de la Chaleur, il est âcre donc légèrement piquant et de ce fait il fait circuler.

Il va essentiellement vers Foie/Rate et très peu Coeur et pas du tout sur Intestins. C’est ce qui est donné pour la Médecine Traditionnelle Chinoise. C’est aussi un remède de socialisation. Mais c’est vraiment un remède entre le Foie et la Rate, le Shao Yang.

En Médecine Chinoise pour le Shao Yang, il faut travailler le Triple Réchauffeur et faire un 3 TR ou un 4TR. Cela permet aux gens d’être bien à l’intérieur et à l’extérieur. Donc socialement cela les socialise, mais surtout ils se sentent physiquement bien à l’intérieur.

C’est un remède qui agit sur le Shao Yang (Foie/Vésicule Biliaire), mais c’est aussi Terre, alternance de Froid/Chaud. En fait le Shao Yang est toujours en train de se balader.

C’est aussi un remède de relance parce qu’il fait circuler dans le Trois Foyers. Il sera automatiquement intéressant dans les Stagnations.

Huang Qi / Radix astragali : l’astragale est un très grand remède chinois, sa saveur est douce donc il va nourrir, et sa nature tiède. Il va dans Poumon/Rate.

Les saveurs piquantes ou âcres, c’est pareil.

En pratique, quand nous prenons un pouls et qu’il est tendu, nous faisons un 3 Foie et cela va déjà un peu mieux. Si nous faisons le 3 et le 4 TR, après 10 secondes nous reprenons le pouls, il est complètement détendu.

 

Quand utiliser le Shao Yang ? Nous l’utiliserons chaque fois que les personnes ont des problèmes d’agressivité. Ils ont :

  • la bouche amère,
  • des problèmes d’insomnies,
  • besoin de soupirer,
  • ils sont un petit peu timoré,
  • ils ont une gène sous les côtes et des vertiges
  • et chaque fois qu’il y a des problèmes entre les Trois Foyers et qu’il faut faire circuler entre les Trois Foyers.
  • c’est aussi un remède d’articulations.

Quand nous sommes sur le Shao Yang, nous sommes à cheval.

Quand nous avons vu les grands méridiens, nous ne sommes ni à l’intérieur ni à l’extérieur.

Donc quand nous sommes entre les deux, nous travaillerons sur la surface et sur la profondeur.

Les remedes vecteurs ou herbes guides :

Certains remèdes sont définis comme vecteur, car ils vont guider les remèdes vers des organes cibles. L’herbe guide est celle qui guide les autres herbes pour qu’elles aillent directement à l’endroit où se trouve la maladie. Ils vont les guider vers des méridiens destinataires

On appelle ces herbes des « substances ambassadrices » ou remèdes vecteurs.

 

Pour le méridien de l’estomac :

Bai Zhi / Radix Angelica Dahuricae Va calmer la douleur et les maux de tête les céphalées frontales de type Yang Ming

Sheng Ma / Rhizoma Cimicifuga : piquant et sucré, légèrement amer et froid, voir dans les syndrome de chaleur du yang ming avec les douleurs dentaire, avec gorge gonflée et douloureuse liée au feu de l’estomac

 

Les herbes adjuvantes :

L’herbe adjuvante est une forme spéciale des herbes, de guide qui sont ajoutées à une formule pour renforcer leur efficacité ; en général ce sont des herbes qu’on utilise même dans la vie quotidienne ; elles peuvent prendre leur pleine signification dans la diététique

Classification : On peut choisir des herbes adjuvantes d’après la nature de la maladie par exemple : on peut ajouter du gingembre et de l’oignon de printemps aux formules pour libérer la surface, du gingembre et des jujubes aux formules pour régler la rate et l’estomac, du vin aux formules pour chasser le vent et animer le sang.

D’après leur origine, les herbes adjuvantes peuvent être classifiées en plusieurs types :

  • Les aliments quotidiens comme le gingembre frais, les oignons de printemps, le vin, le vinaigre, le riz, le miel, le jujube …. Etc.
  • Les herbes courantes du jardin comme la menthe, la mélisse, le romarin, l’estragon le basilic et toutes les autres aromatiques

 

Les mouvements des remèdes :

Montée, descente, mouvement vers la superficie, mouvement vers la profondeur

Définition :

Les mouvements reflètent la tendance d’action des remèdes

  • La montée, action vers le haut
  • La descente, action vers le bas
  • Le mouvement vers la superficie, est flottant, extériorisant.
  • Le mouvement vers la profondeur est sombrant vers l’intériorisation

 

Ces mouvements des remèdes représentent les tendances de leurs propriétés.

  • La montée indique une action ascendante,
  • La descente c’est un mouvement descendant,
  • Le mouvement vers la superficie indique le flottement et la dispersion,
  • Le mouvement vers la profondeur indique l’action de sombrer et  de se dissimuler.

 

Montée et descente, mouvement vers la superficie et vers la profondeur sont réciproquement opposés.

  • Montée et mouvement vers la superficie dépendent du Yang,
  • Descente et mouvement vers la profondeur appartiennent au Yin.

De manière générale :

  • Les produits avec les propriétés montantes et vers la superficie ont tendance à aller vers le haut et à se disperser vers l’extérieur. Ils ont donc pour action de favoriser l’ascension, de libérer la superficie et de disperser.
  • Les produits avec les propriétés descendantes et vers la profondeur ont tendance à aller vers le bas et à sombrer. Ils ont donc pour action de faire descendre ce qui monte à contresens, de faire s’écouler l’Humidité, de purger, de dissimuler et de resserrer.

 

Les produits qui sont utilisés d’une manière générale au niveau digestif, au niveau de l’estomac par exemple sont des produits qui vont favoriser la descente. Alors que les produits qui sont plus piquants vont favoriser la direction vers la superficie.

Les tendances à la montée, à la descente, au mouvement en superficie ou en profondeur des médicaments sont déterminés par leurs saveurs, leurs natures et leurs qualités.

En général :

Les remèdes de saveur piquante et douce, de nature tiède et chaude ont tendance à monter et à aller en superficie. D’une manière générale, le piquant va vraiment vers la surface et la périphérie. Il va permettre de chasser le pervers quand il y a un pervers en surface. Il chasse le Froid parce que souvent le piquant est chaud.

Les remèdes de saveur douce sont souvent Yang.

Avec le piquant et le doux, nous allons disperser le pervers et tonifier le Correct en même temps, c’est à dire tonifier la racine.

 

Les remèdes de saveur amère, salée et acide et de nature froide et fraîche ont tendance à descendre et à aller en profondeur.

La qualité, légère ou lourde du produit est en étroite relation avec la montée, la descente, le mouvement vers la superficie et vers la profondeur. Cela donne déjà beaucoup d’indications.

De manière générale :

  • les fleurs, les feuilles ainsi que les substances de texture légère et aérée ont tendance à monter et à flotter.
  • les substances de texture lourde comme les fruits, les graines, les métaux et les pierres ont tendances à descendre et à sombrer.

Important :

Ainsi, si nous prenons la racine de la plante, le remède n’aura pas du tout les mêmes qualités que si nous prenons la fleur ou la feuille. Si nous prenons bien conscience de ce fait, il y a beaucoup de choses qui vont s’ouvrir dans notre raisonnement même si cela semble évident.

Pour exemple nous allons prendre le Murier :

Cet exemple montre que selon la partie de la même herbe, le tropisme sera différent ainsi que le mode d’action

Sang Ye / Morus Alba / la feuille séchée au soleil :

  • La feuille amère et douce, Elle a pour tropisme le poumon et le Foie, elle disperse le vent et la chaleur purifie le Foie, clarifie la vue, rafraîchit le sang, dans les toux par chaleur du poumon, dans les vents chaleur du Foie, dans les vides de Yin du foie

Sang Bai pi / L’écorce de la racine de Murier Blanc :

  • de saveur douce et de nature froide, son tropisme est pour le poumon, il calme l’asthme, il favorise la diurèse diminue les gonflements rhumato).

Sang Zhi / Les tiges tendres du Murier Blanc

  • Les tiges tendres de mûrier blanc sont de saveur amère et de nature neutre, elles ont pour tropisme le méridien du foie, dispersent l’humidité et le vent, débloquent les luo.

Sang Shen / Les fruits du Murier Blanc séchés au soleil, préparés au miel :

  • Les fruits du mûrier blanc sont de saveur douce de nature légèrement froide, leur tropisme est au cœur, au foie et aux reins, tonifier le sang, tonifier le Yin et humecter les intestins

Pour déterminer la localisation d’une affection, on distingue :

  • la superficie,
  • la profondeur,
  • la partie supérieure,
  • la partie inférieure.

Pour évaluer l’évolution d’une affection on différencie :

  • le reflux vers le haut
  • l‘enfoncement

Nous voyons si l’affection va vers la surface ou au contraire vers la profondeur. Autrement dit, si les choses sortent ou pas. Les médicaments, quant à eux, ont des propriétés de tendances :

  • ascendante,
  • descendante,
  • vers la superficie
  • vers la profondeur.

Pour ces raisons, lors de l’utilisation des remèdes en clinique, il convient généralement d’employer des produits :

  • De propriétés ascendantes et flottantes pour traiter des syndromes de la partie supérieure et de la surface. D’une manière générale, il convient de prendre plutôt des remèdes piquants ou des remèdes plus légers et nous choisirons des fleurs ou des feuilles.
  • Des produits de propriétés descendantes et sombrantes pour traiter des syndromes de la partie inférieure et de la profondeur. Les racines seront plutôt réservées pour ce qui est du Foyer Inférieur. Et si nous voulons faire descendre, nous choisirons les saveurs salées plutôt que des saveurs douces.

En sachant que nous pouvons aussi choisir les amers (ex.: la gentiane) parce que ceux-ci sont à la limite, bien qu’ils aillent sur le Feu. Ils sont à la limite parce qu’ils vont :

  • disperser la Chaleur, ainsi que le Feu du Foie et de la Vésicule Biliaire,
  • assécher l’Humidité
  • faire circuler,
  • sans oublier leur action digestive.

Lors des syndromes de reflux vers le haut, il convient d’employer des produits de propriétés descendantes et sombrantes, et de ne pas utiliser de substances montantes et flottantes, sous peine d’aggraver la montée et le reflux.

 

Lors des syndromes d’enfoncement :

Il convient d’employer des produits de propriété montante et flottante, et de ne pas utiliser des substances descendantes et sombrantes sous peine d’aggraver la descente et l’enfoncement.

Toujours avoir présent à l’esprit les mouvements :

  • ils montent
  • ils descendent
  • ils vont vers l’extérieur
  • ils vont vers l’intérieur

Toutefois, dans l’application pratique, il faut associer les différentes situations et procéder à des rapprochements convenables : la montée avec la descente, le mouvement vers la superficie avec le mouvement vers la profondeur, il y a mille possibilités.

Le but étant d’arriver à harmoniser le Yin et le Yang de l’organisme avec les caractères Yin et Yang des médicaments.

Les propriétés ascendantes, descendantes, de mouvement vers la superficie et vers la profondeur des substances médicinales sont étroitement liées aux qualités naturelles de ces produits.

  • Dans la pratique, on pourra neutraliser les mouvements remèdes
  • Dans la pratique, on pourra accélérer le mouvement des organes en leur appliquant des remèdes animés par les mêmes mouvements

Mais ce n’est pas une règle absolue :

Ainsi, les fleurs utilisées en tant que médicaments sont généralement classées dans les substances ascendantes et de mouvement vers la superficie.

Cong Bai / La Ciboule

on utilise la partie haute  le bulbe, piquante et tiède, elle dégage les voies du yang le biao, indiquée dans les blessures du froid et céphalée ;

on utilise la fleur qui est salée et tiède, aura pour tropisme poumon, Foie et Estomac, elle dissipe les glaires, abaisse l’énergie, favorise l’élimination de l’eau

Cela signifie qu’indépendamment des règles générales, chaque produit a des caractéristiques qui lui sont propres.

 

Il y a certains produits qui ont un tropisme sur le Foie, sur l’Estomac ou encore sur le Rein.

Ils sont souvent dans les formules parce que ce sont eux qui vont guider le reste de la formule vers l’organe que nous voulons atteindre. Ce sont des remèdes dits « messagers ».

 

 

 

Li Shi zhen  disait que : « L’acide et le salé ne monte pas, le piquant et le doux ne descendent pas, le froid n’émerge pas, le chaud n’immerge pas »

  • Les herbes piquantes et tièdes sont en générales chaudes appartiennent au Yang, elles montent, émergent,
  • Les herbes amères acides et salées sont en général froides et fraîches appartiennent au Yin et descende et immerge.

Li Shi zhen  disait aussi que : « Pour faire descendre les herbes montantes, il faut les guidées par le salé et le froid ; elles peuvent donc descendre atteindre facilement le foyer inférieur ; pour faire émerger les herbes immergeantes  il faut les guider par le vin (ou l’alcool) ; elles peuvent donc émerger et monter jusqu’au sommet »

Le traitement peut changer la direction des effets des herbes, à travers son influence sur le Qi et la saveur

 

 

 

  1. Préparations au feu : hémostatiques

La méthode de préparation par le feu consiste à mettre les substances médicamenteuses directement ou indirectement en contact avec le feu afin de les dessécher, de les rendre friables, de les brûler ou de les carboniser.

Les méthodes habituelles de préparation au feu sont :

  • Calciner, Duan
  • Griller, Zhi
  • Braiser, Wei
  • Sauter avec ou sans adjuvant,Jia Fuliao Chao
  • Sécher à feu doux ,Hong Pei

 

 

  • Le fromage de soja ou tofu

Le tofu est doux frais, il favorise le Qi, harmonise le centre, produit des liquides organiques.

Il humidifie de la sécheresse, clarifié la chaleur, élimine les toxiques

La préparation d’herbes ou tofu permet d’éliminer la toxicité des herbes .

 

  • La Terre

La terre la plus utilisée est l’argile de four. L’argile de four est une sorte de terre brûlée Brown noire ayant une odeur de fumée

L’argile de four est et piquante tiède, Elle peut renforcer le centre, harmoniser estomac, arrêter les saignements, restreindre les intestins et arrêter la diarrhée.

Les préparations d’herbes à l’argile de four permettent d’adoucir les herbes et de renforcer les effets thérapeutiques

 

  • La poudre de coquillages

C’est la poudre d’huître qui est utilisée ; elle est salée et froide elle peut clarifier la chaleur favoriser l’humidité transformer les glaire et ramollir ce qui est dur

La préparation d’herbes à la poudre d’huître permet d’éliminer les mauvaises odeurs de poissons de certaines herbes et de renforcer les effets thérapeutiques.

 

  • La poudre de talc (Si-Al) Gipse : SHE GAO

C’est un silicate naturel de blanc légèrement verdâtre, la poudre de Talc est piquant, sucré et froid. Elle peut favoriser la miction, clarifier la chaleur et éliminer la chaleur estivale.

En général, elle est utilisée comme produit intermédiaire pour transmettre la chaleur afin que l’herbe puisse être chauffée harmonieusement quand on la grille.

 

  • Le sable de Rivière

C’est un sable de rivière tamisé, débarrassé de ses impuretés et séché au soleil. Il est souvent utilisé comme produit intermédiaire, parce qu’il peut supporter une température élevée et peut être chauffé de façon harmonieuse.

Après avoir été sauté au sable de rivière, les herbes dures deviennent friables de sorte qu’elles peuvent être plus facilement concassées et que leurs composants thérapeutiques peuvent être plus facilement dissous pendant la cuisson.

En même temps, la préparation d’herbes au sable permet aussi d’éliminer la toxicité des herbes.

 

Il existe trois grandes classes de méthodes préparatoires :

  • Préparation au feu (huo zhi),
  • Préparation à l’eau (hui zhi)
  • Préparation combinant l’eau et le feu (Shui huo he zhi).

En fait, c’est comme en occident !

 

ASSOCIATION DES MEDICAMENTS

En se fondant sur le diagnostic différentiel et en s’appuyant sur certaines règles thérapeutiques, il est possible d’utiliser conjointement deux ou plusieurs substances.

  • Les médicaments ainsi combinés constituent une formule.
  • L’association influence l’efficacité thérapeutique
  • Dans la pharmacopée des associations peuvent augmenter les fonctions
  • Les associations peuvent diminuer la toxicité
  • Les résultats obtenus sont favorables ou défavorables

 

Leurs buts :

Augmenter l’efficacité thérapeutique, un remède unique à une force limitée que l’on peut accroître avec le dosage, mais des effets indésirables peuvent apparaitre ainsi que une toxicité donc pour éviter cela on ajoute d’autres produits.

Le but de l’association :

  • Peut être de réduire la toxicité, de donner une sécurité d’emploi. Ainsi en médecine chinoise quand on donne Fu Pian qui est l’aconit préparée, si on l’associe ou gingembre et à la réglisse sa toxicité est contrôlée
  • Association permet de s’adapter à la situation pathologique en se complétant mutuellement

Les différentes fonctions des herbes en s’associant vont contrôler un syndrome

Passer de l’utilisation de remède unique à l’usage de formules composées a marqué une étape considérable dans les domaines pratiques et théoriques de la pharmacopée chinoise.

Avec une prescription composée de plusieurs produits, non seulement on peut obtenir une action thérapeutique plus vaste et plus complète, mais, de plus, les remèdes peuvent se potentialité ou s’inhiber mutuellement, rendant ainsi le traitement plus efficace et éliminant ou diminuant les effets secondaires.

Si nous mettons des remèdes qui sont très lourds, nous pouvons temporiser avec des remèdes plus légers et dont l’action soit ascendante. Et vice versa.

Autrement dit, il ne faut jamais oublier que pour les remèdes allant dans un sens, il faut mettre un remède qui va à l’inverse du premier pour limiter ou renforcer l’action.

Par exemple, les remèdes pour renforcer le Sang sont lourds. Nous donnerons en même temps des remèdes :

  • qui vont activer l’Energie de l’Estomac parce qu’ils sont lourds à digérer. Quand nous nourrissons, à un moment donné il faut aider l’Estomac
  • qui activent le Sang sinon il y aura des Stagnations.

 

Mais ce ne sont pas les remèdes principaux. Le remède principal est celui qui nourrit le Sang. Le malade va se sentir mieux. Mais si nous ne respectons pas cela, cela n’ira pas encore bien pour le malade.

Ainsi, le principe de l’association des médicaments a d’une part, une signification importante dans l’utilisation des produits pharmacologiques et d’autre part, constitue un des contenus essentiels dans l’étude des formules de la pharmacopée.

Les anciens ont classé les différentes relations associatives en six catégories. En y ajoutant l’utilisation d’une substance unique on obtient sept inclinations.

 

Les six relations :  

1) – Renforcement :

C’est l’utilisation conjointe de produits aux propriétés et aux effets semblables afin de renforcer sensiblement leurs actions premières.

  1. A) les substances médicinales d’un même type se complétant mutuellement

Les herbes d’une même classe on tendance à se compléter et se renforcer mutuellement

C’est ce type d’associations le plus évident est le plus facile à utiliser

 

Cependant certains couples sont plus efficaces et plus célèbres que d’autres :

Da Huang (herba hephedra)/ Gui Zhi(cannelle).

Da Huang : Disperse le froid, favoriser la sudorification fortement

Gui Zhi : Disperse le vent favorise la sudorification modérément.

Associés, ils favorisent la sudorification puissamment, leur action est drastique ,ils dispersent le vent froid

Da Huang (Radix Rei) / Mang Xiao (natrum- sulf.)

Da Huang / La racine de rhubarbe draine le feu, rafraîchit le sang et purifie les selles.

Mang Xiao /natrum sulfuricum purge la chaleur, humidifie la sécheresse ramollit les selles

Associés : Natrum sulf. ramollit les selles et la racine de rhubarbe les évacue.

Cette association permet de traiter efficacement les constipations avec selles dures et sèches dues à une chaleur plénitude dans l’estomac et les intestins.

2) – Potentialisation :

C’est l’utilisation conjointe de produits ayant certaines propriétés et certains effets communs. Un produit est dit principal et les autres secondaires. Ceux-ci ont pour rôle essentiel d’accroître les actions du premier. C’est l’effet de potentialisation.

Dans la célèbre formule purgative « Da Cheng – Qi Tang »

Da-Huang / Rhizoma Rei / la racine de rhubarbe est froide et amère et dirige vers le bas

Dans cette formule, elle est monarque, elle élimine de la chaleur-plénitude de l’intestin

On lui adjoint : Fructus aurantium /  l’orange amère, qui est piquante amère et tiède, elle va activer le yang, enlever la stagnation en régulant le Qi c’est un remède assistant, qui va potentialiser l’action de l’empereur qui est la racine de rhubarbe

 

3) – Crainte :

Le caractère toxique ou les effets d’un médicament sont atténués ou disparaissent s’il est employé avec un autre produit ayant un pouvoir d’inhibition. On dit alors que le premier « craint » le second.

 

alt

A propos de l'auteur
Francis HUMBERT
Je suis praticien de médecine chinoise, ostéopathe D.O, depuis plus de 35 ans après de nombreuses formations ...