Les Asteracées (dicotylédones gamopétales)

K.5 – Les Composées (ou Astéracées)

C’est, avec 20 000 espèces, la famille la plus importante des plantes à fleurs, c’est aussi la plus perfectionnée. On y trouve surtout des plantes herbacées, vivaces et à feuilles alternes, mais il existe aussi des herbes annuelles (Seneçon des jardins), des arbustes, des lianes, des plantes cactiformes …

L’inflorescence est contractée en un capitule : fleurs nombreuses à anthères soudées (tubu-liformes), dont le fruit est un akène surmonté généralement d’un pappus (parasol plumeux). Le capitule est un réceptacle plat ou bombé, à fleurs de pourtour modifiées en languettes : les ligules.

Par surévolution, les capitules peuvent se grouper et se simplifier pour simuler une grande fleur simple (Edelweiss, Chardons).

Les plantes 46

 

L’ovaire est infère, uniloculaire, surplombé d’un disque nectarifère. Les anthènes étant mûres avant les stigmates, il y a pollinisation indirecte. Certaines espèces, comme le Pissenlit, sont parthénogénétiques.

« Alors que l’arbre peut être envisagé comme le rassemblement en un seul tronc d’une multitude de « fougères évoluées », de même le capitule, motif commun de la famille, est le rassem-blement d’une multitude de fleurs en une unité parfaite et structurée. La composée, centrée sur son capitule, est une « fleur sociale », structurée à un point extrème, alors qu’au contraire, déchainée à développer mille variations de son motif à six pétales, l’orchidée est toute individuelle » (Pelikan).

Pour repousser les prédateurs, les composées ont abandonné les alcaloïdes pour s’enrichir de lactones sesquiterpéniques (comme les ombel- lifères, autre famille évoluée). Leurs organes de réserve sont constitués d’inuline (exp.: les tubercules du Topinambour). Les composées sont pourvues d’un appareil sécréteur bien développé, qui permet de diviser en trois l’immense famille des composées :

1 – le groupe des plantes à latex : les Pissenlits, Salsifis, Laitues …

2 – le groupe des plantes radiées à résines ou à essences (le capitule apparait orné de rayons) = les Seneçons, Camomilles, Paquerettes, Margue-rites, Chrysanthèmes, Armoises, Millefeuilles …

3 – le groupe des plantes à fleurs en forme de tubes = les chardons médicinaux sont des plantes imposantes des steppes sèches d’Europe et d’Asie, comme les Cactés (Amériques) et les Euphorbes (Afrique). Le gonflement aqueux « avale » la tige et les feuilles et ne libère leurs extrémités que sous forme d’aiguillons épineux.

 

Les plantes 47

 

  1. Carduus et Onopordon = chardons des steppes semi-désertiques,
  2. Carline = chardon des montagnes,
  3. Artichaut = chardon des terres cultivées.

L’Artichaut, l’Estragon, les Laitues, la Chicorée, les Endives, les Salsifis, les Topinambours, le Tournesol, et autrefois l’Absinthe, sont alimentaires.

 

Cycle floral des principales composées :

Printemps =                 Eté =

Taraxacum                   Arnica

Tragopopon                 Cichorium

Tussilago                      Leucanthemum

 

Fin d’été =                    Automne/hiver =

Chamomilla                  Asters

Millefolium                    Chrysanthemum

Solidago virg. aur.         Dahlias.

 

Dans la vaste famille des Composées, le genre Armoise est composé d’herbes et de sous-arbrisseaux originaires des steppes de l’Eurasie et de l’Amérique septentrionale, la plupart aromatiques, en majorité toxiques. On en connaît plus de 100 espèces, pour beaucoup utilisées en thérapeutique dans leurs pays d’origine. En Europe, on emploie l’Estragon (A. dracunculus), l’Armoise commune (A. vulgaris), l’Absinthe (A. absinthium), la Maritime (A. maritima) et l’Aurône (A. abrotanum). Comme les plantes steppiques, les Armoises présentent des fleurs très petites (deux à cinq millimètres), en tube, sans languette à la circonférence, groupées en capitules, sans éclat (jaunâtres, verdâtres ou grisâtres). Les capitules sont nombreux et étagés, jamais disposés sur le même plan (à la différence des Achillées).

 

Artemisia abrotanum (na)       l’Aurône mâle

Les homéopathes, sous le nom d’Abrotanum, en font un grand remède des alternances morbides (diarrhée et constipation, rhumatismes et poussée hémorroïdaire, rhumatismes et diarrhée, rhumatismes et manifestations viscérales, hémorragie ou sécrétion de l’ombilic du nourrisson, etc …). Le type sensible est décrit comme « émacié de bas en haut, avec gros ventre et jambes maigres (malgré une faim vorace), le faciès pâle, ridé prématurément, en un mot vieilli ».

COMPOSITION : HE, amers, nitrates, ac. silicique, tanins, résine, vit. B2 et C, coumarine.

INDICATIONS : désadaptation catabolique d’un organisme à assimilation et éliminations toxi-niques difficiles : troubles nutritionnels (anémie, goutte). Tonique, digestive, calmante, fébrifuge et vulnéraire.

 

Absinthium artemisia (cu)       l’Absinthe

COMPOSITION : HE à thuyone et azulène, vit. B2 et C, amers et acide silicique.

PATHOGENESIE : convulsions précédées de tremblements de la langue, avec grimaces.

 

Ambrosia artemisiaefolia (s)     l’Ambroisie

PATHOGENESIE : coryza, rhume des foins, prurit des paupières.

 

Arctium lappa (mg)             la grande Bardane

COMPOSITION : tanins, HE, amer (cynaro- picrine), inuline.

INDICATIONS : hypoglycémiante (obésité). Dépuratif cutané (eczéma, intertrigo, furon- culose…). Diurétique (HTA). Laxative. Antibiotique et antifungique.

PATHOGENESIE : prolapsus utérin, transpiration des aisselles.

 

Anthemis nobilis           la Camomille romaine qui donne l’HE de Camomille, essence très chère ! … à ne prescrire qu’en 2D ou 3D.

INDICATIONS : anti-inflammatoire et sédative (migraines, névralgies faciales), anti-allergique, digestive, anti-parasitaire (lamblias, ankylostomes), cicatrisante, emménagogue.

 

Arnica montana (hg)               l’Arnique

COMPOSITION : flavones, HE et gommes, choline, carotène, silice, tanins, amers, inuline.

INDICATIONS : vasculaire (contusions …), « le coeur reprend courage » (Goethe). Digestive (apéritive jusqu’à être purgative). SRE (fièvre, arthralgies).

 

Artemisia vulgaris (cu)             l’Armoise

COMPOSITION : inuline, tanins, HE (cinéol), résines et amers.

INDICATIONS : digestive (acidité gastrique), aménorrhée, migraines, épilepsie, somnan- bulisme.

 

Bellis perennis (hg)                 la Pâquerette

PATHOGENESIE : traumatismes (seins, œil, utérus). Insomnie depuis 3h. du matin.

 

Calendula officinalis (hg)       Souci des jardins

COMPOSITION : HE, vit. A, saponines, ac. silicique, mucilage, Mn.

INDICATIONS : ectoderme (SEP ++, plaies infectées, mal perforant plantaire, écorchures, brulures …), hémostatique (hémopathies). Antispasmodique et antalgique, en douches vaginales (T.M. diluée) dans les leucorrhées.

 

Carduus benedictus (mg)     le Chardon bénit

COMPOSITION : amers, tanins, HE (peu), résine, mucilages, inuline.

INDICATIONS : circulation portale (hémor-roïdes, varices, ulcères variqueux) cholagogue, cholérétique. Euphorisante.

PATHOGENESIE : sensation de brulure (estomac, paumes des mains), de constriction, de mouches volantes…

Carduus marianus (mg)       le Chardon marie (proche du précédent).

 

Chamomilla (na)                   la Matricaire ou Camomille allemande

PATHOGENESIE : hypersensibilité à tout, impatience et mauvaise humeur, douleurs insupportables, maux de dents aggravés par la chaleur et le froid !

 

Cina artemisia (cu)             le « Semen contra »

INDICATIONS : vermifuge (helminthiase) … démangeaisons, bruxisme, énurésie …

PATHOGENESIE : épilepsie, vertiges, hallucinations et délire.

 

Cineraria maritima (pb)     la Jacobée maritime

INDICATIONS : cataracte (surtout trauma- tique). Polyarthrite, SEP.

 

Cynara scolymus (s)             l’Artichaut

COMPOSITION : amer (cynarine), tanins, mucilage, vit. A et B1, sucres, Zn, Ni et Cobalt

INDICATIONS : dépuratif hépatique et diuré-tique. Anti-spasmodique. Hypoglycémiante.

PATHOGENESIE : volubile, euphorique, expansif, jusqu’à être emporté et vindicatif.

 

Echinacea angustifolia (ve)

Composée d’Amérique du nord

INDICATIONS : antiseptique (anthrax, septicémie, granulomes dentaires ..).

 

Erigeron canadense (fe)     la Vergerette

PATHOGENESIE : hémorragies rutilantes (ex.: sur placenta praevia). Sensation d’un corps étranger dans l’oesophage supérieur.

 

Eupatorium (ca)                l’Eupatoire perfoliée

INDICATIONS : diurétique (oedème, ascite), fébrifuge (grippe, pneumonie …)

PATHOGENESIE : mal du pays (comme = Capsicum, Carbo animalis, Phosph. acid. …), cystite des femmes enceintes, stérilité, impuissance.

 

Gnaphalium (s)                l’Immortelle

PATHOGENESIE : sciatique, lombago amélioré assis, aggravé couché et aux mouvements. Dysménorrhée du premier jour, avec règles insuffisantes.

 

Grindelia robusta (ph)       le Grindelia

PATHOGENESIE : suffocation au moment de s’endormir (comme Lachesis), douleurs intenses de l’oeil gauche.

 

Helianthus annuus (fe)       le Tournesol (d’origine mexicaine)

COMPOSITION : flavone, choline, tanins, huiles grasses (des akènes), albumine.

INDICATIONS : remède de la rate (post-paludisme), flatulences, hypocholestérolémiant.

 

Hieracium pilosella       la Piloselle, épervier

COMPOSITION : flavones, tanins, Mn, HE (sécrète un poison qui fait le vide autour d’elle)

INDICATIONS : astringente, diurétique, cholagogue. Migraines.

 

Inula helenium (mg)             l’Aunée

INDICATIONS : digestive (riche en HE), vermifuge, pectorale.

PATHOGENESIE : larynx douleureux, toux sèche aggravée couché et la nuit, douleur piquante comme par des épingles.

 

Lactuca virosa (ba)               la Laitue

COMPOSITION : latex ++, amers, traces d’alcaloïdes, « Opium froid » aux effets rappelant ceux de l’atropine.

PATHOGENESIE : sensation d’un énorme poids sur la poitrine (asthme, angor), odeur de violette de l’urine (comme = Clematis, Nux mosch., Phosphorus et Selenium).

 

Lampsana communis (ka)   la Lampsane commune, herbe aux mamelles

COMPOSITION : huiles grasses (proche de la chicorée et du pissenlit)

INDICATIONS : Cholagogue (hépatite chronique active, hémorroïdes), diurétique (lithiase). Vasculaire (angor, HTA, hyperlipidémie, micro-angiopathie). Immuno-modulant (ex.: drépano-cytose).

 

Millefolium (hg)               l’Achillée millefeuille

COMPOSITION : soufre, silice, potasse, HE, flavones, tanins, amers.

INDICATIONS : tonique veineux (régularise les règles, ménopause, hémorroïdes, hémorragies de sang rouge brillant : « herbe à la coupure »), digestive, antispasmodique, antiseptique et cicatrisante.

 

Senecio aureus (fe)               le Seneçon

COMPOSITION : phosphore, alcaloïdes (sénécine), flavonoïdes.

INDICATIONS : peau (ulcères et plaies). Pb. nerveux (impatience, épilepsie…). Hémo- statique, emménagogue et vulnéraire. Artério- sclérose (vieillissement prématuré) : plante à l’incroyable vitalité !

 

Solidago virga aurea (s)         la Verge d’or

COMPOSITION : mucilages

INDICATIONS : vulnéraire (plaies, pyorhée, acné, eczèma …) et diurétique.

PATHOGENESIE : région rénale très sensible à la pression, oligurie, phosphaturie.

 

Tanacetum vulgare (cu)         la Tanaisie

COMPOSITION : HE (thuyone), amers

INDICATIONS : vermifuge, emménagogue (jusqu’a être abortif). Convulsions.

 

Taraxacum dens leonis (ph)       le Pissenlit (de reproduction parténogénétique)

COMPOSITION : latex, silice, Mg, Cu et Zn.

INDICATIONS : hépatotrope, gastrite …

PATHOGENESIE : besoin impérieux d’uriner, mais miction indolore et abondante, langue en carte de géographie.

 

Tussilago farfara (si)               le Pas d’âne (rhizome durable, avec rejets).

TussilagoFarfara

COMPOSITION : inuline, mucilages, salpêtre, HE, tanins, Zinc.

INDICATIONS : pectorale ++ (bronchorrhée chronique). Peau (prurit, sein…). Les feuilles appliquées sur l’eczéma calment le prurit.

 

Les plantes 48

Polarité d’action principale des astéracées = le « triangle du sang » (Foie – Coeur – Rate)

Foie et vésicule biliaire (convulsions, spasmes = beaucoup de remèdes du groupe Cuprum ) -> Rate et pancréas (Cortex). Elles apportent à l’homme des substances indispensables dans le domaine métabolique (sang) et des processus constructeurs dans le domaine du système nerveux.

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.