les dermites de contact

La dermite ou eczéma de contact

C’est une réaction inflammatoire (non infectieuse) de la peau à des substances ou des facteurs externes. C’est une des maladies cutanées les plus fréquentes. Elle peut être de nature passagère ou chronique, limitée ou intense.

 

alt

 

Elle présente les mêmes caractéristiques que l’eczéma, mais elle est déclenchée par le contact de la peau avec des substances qui se révèlent extrêmement allergisantes pour certains alors qu’elles sont totalement inoffensives pour le plus grand nombre !   

20% de la population en souffre au cours de la vie, avec dans certains cas des conséquences graves (changement professionnel pour les coiffeurs par exemple).

Le nickel est l’allergène le plus fréquent et concerne 10/100 des femmes. On doit aussi rechercher le cobalt, les sels de chrome (dans le ciment, cf. Kalium bichromicum), les conservateurs de cosmétiques (savons, crèmes, lotions, détergents …), caoutchouc (latex, gants professionnels), certains médicaments (lanoline, désinfectants, anesthésiques locaux …), substances végétales (Baume du Pérou, Calendula, Chrysanthème, Rhus tox., parfums …), colorants (teintures capillaires …) …

Ces eczémas apparaissent toujours d’abord au point de contact de la peau avec la substance causale : ils sont donc surtout localisés sur les mains et le visage. Il existe une exception à cette règle : le cas des vernis à ongles qui provoquent un eczéma des paupières ! 

Dans les formes chroniques, l’inflammation est peu marquée, par contre la peau peut s’épaissir, prenant un aspect cartonné et dartreux. Sur cette peau épaissie peuvent apparaitre des crevasses douloureuses : les rhagades.

Sur 100 dermites du visage, on observe en Europe que 34 sont d’origine cosmétique, 47 de cause thérapeutique, 15 de cause professionnelle et seulement 4 d’une autre origine. Quand le facteur déclenchant est identifié, éruption cède à l’éviction en une à trois semaines.


alt   

La désensibilisation est sans effet. Les substances anti-inflammatoires (corticoïdes topiques) n’ont qu’un effet suspensif. 

Il existe aussi des dermites de contact où le mécanisme irritatif est prédominant. Elles se développent en général plus lentement que l’eczéma allergique, la peau y est moins rouge et il y a moins de prurit. Les plus fréquents sont les dermites des mains, par excès d’humidité (sparadrap, ciment frais …) ou par des savons dessicatifs.

 
A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.