Les dysménorrhées

Les dysménorrhées

L’algoménorrhée est une algie pelvienne cyclique qui va obliger la femme à interrompre toute activité pendant une demi-journée au moins. Les dysménorrhées primaires s’observent chez 20% des jeunes filles, tous les degrés de souffrance peuvent s’observer. La pilule (utilisée ici en dehors d’un but contraceptif) fait disparaître l’algie menstruelle. Ces douleurs disparaissent dans 65% des cas par la maternité.

Les dysménorrhées secondaires (acquises) apparaissent dans un contexte d’endométriose (dysménorrhée qui dure plusieurs jours), de MST ou de tumeur de la région. Faites préciser les pathologies fonctionnelles associées : hépatalgies, migraines, cystalgies, dermatoses, troubles du comportement …

  • Actea racemosa (s) hyperménorrhée (hyper-folliculinie) avec caillots et crampes
  • Colocynthis (mg) règles courtes, douleurs crampoïdes améliorées « en chien de fusil »
  • Viburnum opulus (mg) hypoménorrhée et spanioménorrhée, douleurs irradiant vers les cuisses.

Avec les remèdes des douleurs crampoïdes : Caulophyllum, Cuprum metallicum ou Magnesia phos. (amélioré à la chaleur)

On pourra aussi essayer un « isothérapique de sang des règles » en 6 / 9 / 12 CH. NB. à préparer soi-même depuis que les laboratoires refusent de préparer ceux-ci !

Les dysménorrhées lorsqu’elles sont importantes doivent faire suspecter un kyste fonctionnel de l’ovaire. Pathologie bénigne de l’ovaire (SOPK = 5% des femmes), les kystes fonctionnels sont fréquents aux alentours de la puberté. Ils sont caractérisés en outre par des irrégularités menstruelles, un hirsutisme et une infertilité. Elles peuvent se voir également plus tôt et s’accompagnent alors d’une activité hormonale anormale pour l’age.

KysteOvaire

 

La clef du diagnostic est l’échographie (qui permet en outre d’éliminer le risque de GEU ou de tumeur ovarienne) : les attitudes thérapeutiques sont conditionnées par la taille de l’image : inférieure à 3 cm, ils régressent souvent spontanément, supérieure à 4 cm, ils peuvent nécessiter une ponction sous cœlioscopie. Ne pas oublier, dans le diagnostic d’une douleur pelvienne aiguë qui dure, la torsion d’un kyste ovarien et la GEU. Les remèdes de base de ce trouble sont :

à droite :

  • Palladium (au) … gros ovaire dur et douloureux, avant et après les règles
  • Platina (au) … aggravée pendant les règles, induration utérine.
  • Nepenthes (ag) … hyper-ménorrhéïque frigide, préménopausique
  • Iodum … avec un goitre ?
  • Lycopodium (al) … douleurs ovariennes + dyspepsie hépatique
  • avec Apis (hg) ou Bryonia alb. (ph) si participation péritonéale.

à gauche :

  • Lilium tigrinum (mg) … excitation et bearing-down, également mastose gauche
  • Lachesis (ge) … aggravées par la pression locale, > dès le début des règles
  • Ovi gallinae pelicula (ca) … ptose utérine + douleurs vers hanches et lombes.
  • Thuya occ.(na) … induration utérine (post MST ?), aggravées pendant les règles
  • ou Bromium (io), Graphites, Naja (ve) douleurs avant et après les règles, Sepia, Zincum …
  • avec : Viburnum prunifolium (mg) 1 DH, ou bien sûr les gouttes « Menodoron » (lab. Weleda)

NB. l’association d’un kyste fonctionnel de l’ovaire et d’une microlithiase rénale doit faire évoquer une dysrégulation hormonale, car les organes de la filière uro-génitale, qui ont la même origine embryologique, sont sensibles aux mêmes hormones stéroïdiennes (ex.: Chimaphilla (al). Le kyste fonctionnel de l’ovaire est aussi statistiquement associé à un syndrome métabolique : hyper insulinisme et hyperlipidémie, surpoids et risque d’artériosclérose précoce. Chez certaines, normaliser le syndrome métabolique permet de récupérer des ovulations normales !

Remèdes complexes de Heel :

GYNACOHEEL (en Suisse : HELONIAS Compositum) (Apis D4/Lilium D4/Aurum iodat. D12/Helonias D4/Palladium/Platina D12/Melilotus D3/Viburnum D2…)

METRO-ADNEX-Injeel (en Suisse : CRABO VESPA-Compositum) (Apis D10/Lachesis D10/Lilium tigr.D10/Pulsatilla D10/Crabo vespa D10/Mercurius D10/Actea rac.D10 …)

 

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.