Les hépatites virales

alt   LES HÉPATITES VIRALES

Des progrès considérables ont été faits dans la connaissance des hépatites virales :  

Virus A … entérovirus infectieux, maladie épidémique de l’enfant et de l’adulte jeune (80% des sujets de 30 ans sont HVA+). L’ictère est rare (5 % des cas), l’évolution en est le plus souvent favorable en 3 à 4 semaines, mais la fatigue peut durer.

.

alt   répartition géographique de l’endémie d’hépatite A

 

Virus B … d’inoculation (transfusion / drogue / sexuelle), 1% des sujets de 30 ans sont HBS+.

L’ictère est rare (10 % des cas), l’hépatite aiguë est grave dans 1 % des cas. L’évolution est moins favorable car chez 10 % des patients l’hépatite devient chronique, évoluant vers la cirrhose, avec un risque de carcinome hépato-cellulaire dans les 15 années suivantes.

Virus C … d’inoculation aussi (transfusion / drogue / sexuelle), 70% des toxicomanes sont HCV+, mais jusqu’en 1990, la transfusion en a été le vecteur principal, en l’absence de test fiable = on estime à 1 million de personnes en France les patients contaminés (virus à ARN) ! Si l’ictère est rare (5 % des cas), 50 % des hépatites C deviennent chroniques. La cirrhose se compliquant d’un carcinome hépato-cellulaire dans 15% des cas. Pour B. Kouchner (alors ministre de la santé en 1993) : « L’hépatite C pourrait devenir un problème majeur de santé publique dès l’an 2000 » … 9 millions de patients européens en 2015.

Virus D … surinfection stricte des sujets atteints d’hépatite B : la co-infection VHB + VHD est parfois responsable d’une hépatite fulminante, souvent d’un passage à la cirrhose.

Virus E … voisine de l’hépatite A, mais à l’évolution plus fréquente vers des formes cholostatiques.

 

alt

N.B. en 2000, les toxicomanes européens étaient infectés à 17% par le HBV, 55% par le HCV, 13% par le HIV. Chez les porteurs HVC, une hépatite A prend une forme fulminante dans 40% des cas !

Sur le plan des « thérapeutiques classiques », est proposé :

— la sérothérapie anti-A en cas d’endémie ou anti-B en cas de contamination, assure une protection immédiate, mais brève (4 semaines).

— la vaccination contre l’hépatite A est disponible, contre l’hépatite B (ex. GenHevac B), elle nous parait assez sycosante (comme le vaccin anti-fièvre jaune) et a déconseiller aux sujets hyper-immuns (SEP ?) ou immuno-déprimés (enfants ++).

— depuis 20 ans, l’interféron alpha 2b, à des doses de 3 millions d’unités, 3 fois par semaine, pendant 3 à 6 mois, permettait d’obtenir une disparition de la réplication virale dans 50 % des hépatites B et C, mais une réactivation virale pouvait réapparaître ultérieurement. A présent, l’association Viekirax-Exviera permet d’obtenir 98% de guérison en deux mois de traitement (variant C1b majoritaire) ++

— de nouveaux traitements (très chers) sont en train d’arriver sur le marché : ils sont réservés à des cas particuliers.

 les mesures hygiéno-diététiques : la nécessité d’un repos est évidente en cas d’asthénie. L’alimentation devra se faire « à la carte » pour chaque patient en fonction de son appétit. Si l’intérêt des « hépato-protecteurs » classiques n’est pas démontrée, un traitement homéopathique au malade peut avoir un effet remarquable : limiter l’homéopathie au traitement des troubles fonctionnels ou névropathiques, c’est se priver de ses meilleures indications !

 

En phase aiguë, cherchez les signes qui, à coté de l’ictère, permettent le choix des remèdes efficaces :

Début … Nux vomica (s) … si nausées ++ 

Etat …  gros foie sensible (aggravé couché du côté droit) , bouche humide avec soif,  la langue garde l’empreinte des dents.

  • Mercurius vivus (+ enfants)                                                           
  • Mercurius solubilis (+ femmes)                                                     
  • Mercurius corrosivus (+ hommes)                                              
  • Lycopodium … a faim, mais rassasié dès les premières bouchées, urines rouges « comme de la brique pillée »   
  • Phosphorus  … vomissements –> amaigrissement, mais faim et soif persistante.

NB. Phosphorus correspond mieux aux hépatites toxiques et aux états évolués :

  1. – dans un premier temps, le foie rempli d’un « pervers » écrasera la rate-pancréas = Mercurius
  2. – dans un second temps, vide de bonne énergie, c’est le pôle poumon qui le remplira = Phosphorus.

Complications …                   

  • Arsenicum album … anxieux, amaigri, agité (// Chionanthus)
  • Kalium carbonicum … œdème malléolaire (perturbation potassique), météorisme épigastrique
  • Lachesis … importance du réseau capillaire, ecchymoses (éthyl ou ménopause ?)          
  • ou Crotalus (ge) … cirrhose post-hépatitique à tendance hémorragique.

Cas particuliers …     

  • Conium (au) … prurit post ictérique
  • Humulus lupulus (s) … ictère des nouveau-nés
  • Sepia … ictère prolongé du nourrisson.

 Remèdes hépatotropes (basses dilutions) … Avec un BNS de préférence !

  • Berberis (sur Lycopodium) …  sensibilité nette des loges rénales
  • Chelidonium (sur Phosphorus) … haleine fécaloïde, somnolence et asthénie, douleur sous l’omoplate droite
  • Carduus marianus (sur Sepia ou Lachesis) … hépatomégalie gauche avec varices œsophagiennes, pyrosis
  • Solidago (sur Sulfur) … albuminurie et oligurie
  • Taraxacum  (ph) … langue dépapillée, en plaques.

 

 HVC

 

En phase chronique : remèdes de cirrhose post-hépatitique …           

  • Bryonia alba (ph) … constipation, hépatomégalie douloureuse, aggravé aux mouvements
  • Chionanthus (as) … gros foie + rate -> réapparition de l’ictère, coliques soulagées à plat ventre, avec selles jaune pâle.
  • Digitalis (as) … pouls lent, nausées
  • Sepia  … dépression mentale, hémorroïdes, tr. gynécologiques.
  • Natrum mur. ou  Silicea  … syndrome de déminéralisation post-hépatite. 

NB. Dans les cas de greffes hépatiques après hépatite C chronique, la réinfection du greffon est quasi constante, pourtant le taux de survie à 5 ans reste à 70% grâce à une bithérapie interféron + Ribavirine.             

Anthroposophie (lab. Weleda):

  1. en aigu … Cichorium stanno cult. D3
  2. en chronique … Taraxacum stanno cult. D3 

Oligo-éléments : Soufre + Manganèse + Cuivre-Or-Argent           

Organothérapie : Foie + Rate (les viroses) + Thymus et Placenta (en phase de chronicité)

alt

Quand nous interrogeons la banque de données des BNS au chapitre « hépatite virale », le portrait-robot biologique est évocateur :

  1. hyper : Gamma + Zincum (les viroses) + Stannum (l’épuisement immunitaire)
  2. hypo : Albumines et Alpha 1  = l’insuffisance hépatique.

Plantes proposées = Arenaria rubra, Equisetum arvense, Ulmus campestris, Stachys palustris …   

Si vous souhaitez réaliser un BNS12 ou 24, cliquez sur ce lien : www.mybiobox.com

 

 

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.