Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin

Les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI) 

L’incidence des MICI est sous-estimée : elle concerne 4/100 000 habitants pour la RCH et 5/100 000 pour la maladie de Crohn. L’hypothèse d’un facteur infectieux favorisant a été soulevée : myco-bactéries ou para-myxovirus ?. Certaines études modernes ont retrouvé le virus du vaccin de la rougeole – souche identique – dans les tissus coliques enflammés.

La recto-colite ulcéro-hémorragique (RCH) et la maladie de Crohn sont deux maladies inflammatoires de l’intestin, de cause inconnue, dont le tableau clinique est dominé par la diarrhée et les douleurs abdominales. Ces deux affections sont des maladies immunes inflammatoires du côlon, lequel est atteint en partie ou dans sa totalité.

Le rôle des systèmes nerveux central et neurovégétatif est prédominant pour la réactivation des symptômes. La maladie somatique constitue le moment évolutif des phases de décompensation psychologiques, la tension verbale pouvant s’exprimer par une diarrhée sanglante ! Elles évoluent par poussées de diarrhée muco-hémorragique plus ou moins espacées vers des complications : surinfection, sténose, perforation, cancérisation…

Le traitement physiologique de ces affections chroniques repose sur :

• Un régime pauvre en fibres (céréales) lors des poussées, sur l’argile (Smecta, argile blanche) et les probiotiques (Lactobacilles, Bifidus …) qui modulent la réponse immunitaire locale et sur des remèdes qui changeront en fonction de la phase évolutive dans laquelle se trouvera le malade.

• Un régime pauvre en acides aminés soufrés (œufs, fromages, lait entier, mayonnaise, choux, viandes rouges …). De toutes façons, comme dans la plupart des MAI, le « régime Seignalet » (sans gluten et lait) est conseillé !

• Une supplémentation en Fer (Spiruline) + vitamine B12 (anémie), Calcium + Vit. D (risque osseux) devra être envisagé.

Les remèdes homéopathiques unitaires communs aux MICI sont :

A ce stade pathologique (maladies de phase 5) le BNS est indispensable. Les plantes les plus efficaces se sont révélées être : Glycyrrhiza glabra 1DH (anti-inflammatoire et antalgique digestif), Euphorbium (hg), Scrofularia nodosa (si) … dont les pathogénésies évoquent la RCH

En plus des complexes homéopathiques du laboratoire Heel décrits en introduction aux MAI (Thymus + Placenta comp. + Ubichinum comp.), on pourra utiliser (selon les symptômes) : VERATRUM-Homaccord, MERCURIUS-Heel, PODOPHYLLUM Compositum, MUCOSA Compositum, avec :

  • OVARIUM COMP. (si femme et trouble hormonal)
  • LYMPHOMYOSOT (si réactivation virale)
  • CUPRUM comp. (si les spasmes sont violents)
  • CINNAMOMUM-Homaccord (s’il y a hémorragies)

Oligo-éléments : Silicium (ou EFFICOMPLEX n°6) + Cuivre-Or-Argent + Zinc-Ni-Cobalt …

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.