Les « micro-éléments »

« Le rôle de ces nombreux métaux et métalloïdes à l’état de traces dans l’organisme est vital, car sans eux, la vie devient impossible » Pr. Gabriel Bertrant

A partir du numéro atomique de 54 (50 = numéro atomique de l’étain, activateur de la gastrine, une enzyme de l’estomac et 53 = numéro atomique de l’Iode), le rôle des éléments de l’environnement au sein de l’organisme est essentiellement toxique. L’effet clinique de ces éléments a été particulièrement étudié :

*** pour les fortes doses par la toxicologie (par la médecine du travail en particulier) :

Elément :                       Chélateur :

  • Argent                         Sélénium
  • Cadmium                    Sélénium, Zinc
  • Mercure                      Calcium, Sélénium
  • Plomb                         Calcium, Zinc

*** pour les micro-doses par l’homéopathie (cf. les riches pathogénésies de ces différentes substances). Malheureusement, certains éléments n’ont pas encore bénéficié d’une pathogénie poussée (nous félicitons le dr. Patricia LEROUX pour ces récents travaux).

*** Certains laboratoires, comme « Life Matters », en Hollande, propose ces éléments légers/lourds peu connus en basses dilutions (unitaires ou formules complexes) pour leurs effets particuliers, d’où le nom qu’ils emploient de « micro-éléments » (catalyseur enzymatique) 30 ml. Disponibles chez : www.luniversdessimples.com

Ils notent pour ceux-ci un certain nombre d’indications dont nous ne connaissons pas l’origine, mais dont nous avons pu vérifier l’efficacité : nous vous les signalons donc tels quels (soulignés), afin de solliciter votre expérience et de susciter vos commentaires.

tableau-periodique-des-elements

Le classement que nous proposons n’est pas celui de l’ordre alphabétique, mais pour une meilleure compréhension de leurs effets chimiques, celui de leur poids moléculaire, avec un rappel de la colonne du tableau de Mendeleïev :

  • métaux alcalins = groupe 1 (excepté l’hydrogène)
  • métaux alcalino-terreux = groupe 2
  • cristallogènes = groupe 14
  • chalcogènes = groupe 16
  • halogènes = groupe 17
  • gaz rares = groupe 18 dont l’hélium

Nous sauterons volontairement cette colonne 18, des gaz rares, dont nous parlons dans la rubrique « les gaz homéopathiques » de ce site. D’autres regroupements sont également en usage, on parle par exemple par exemple des « terres rares », qui comprennent le Scandium (21Sc), l’Yttrium (39Y) et les Lanthanides.

Titane (Ti – 22 – 4) … Remède homéopathique : Titanum du groupe de l’Argent (Kollitsch p. 294), à la pathogénésie d’ulcérations cutanées et d’impuissance (NB. l’image en tête de chapitre est un bloc de Titane). En micro-élément, il s’est montré efficace sur les petites tumeurs de la peau (Bowen et basocellulaires).

Etain (Sn – 50 – 14) … Remède homéopathique : Stannum metal. à la riche pathogénésie de douleurs et de suppurations chroniques (effondrement immunitaire des tuberculeux et des patients HIV+). A dose oligo-élémentaire, il s’est révélé très efficace dans les molluscum contagiosum (petites tumeurs bénignes de la peau des enfants).

Stannum

Antimoine (Sb – 51 – 15) … Remède homéopathique : Antimonium crudum (eczéma) ou Antimonium tartaricum (asthme)

Tellure (Te – 52 – 16) … Remède homéopathique : Tellurium metallicum. Remède d’otite chronique et de douleurs vertébrales (canal lombaire étroit ?)

Iode (I – 53 – 17) … Halogène (comme le Fluor, le Chlore et le Brome). Ion clef du métabolisme thyroïdien. Polycrest du pôle Coeur (Kollitsch p. 65) et nombreux sels homéopathiques :Calcarea iodata (poussée ganglionnaire), Natrum iodatum (dyspnée d’effort), Kalium iodatum(rhume des foins), Ammonium iodatum (catarrhe laryngé) …

Caesium (Cs – 55 – 1) … Remède homéopathique du groupe du Potassium (Kollitsch p. 263) : dépression avec céphalées d’une tempe à l’autre, douleurs de la colonne vertébrale, de l’axis aux lombes avec irradiation aux testicules.

Baryum (Ba – 56 – 2) … Remèdes homéopathiques du pôle Rate-pancréas :

  • Baryta carbonica (hypoendocrinie et ralentissement mental),
  • Baryta acetica (prurit sénile),
  • Baryta iodata (engorgement ganglionnaire),
  • Baryta muriatica (artérite)

Début de la série des Lanthanides (actuellement très prisés par l’industrie pour leurs propriétés électroniques) :

Les lanthanides (terres rares) occupent, avec le lantane, une seule et même case du tableau : cette particularité résulte de leur structure électronique, qui est identique pour les couches externes et ne diffèrent d’un élément au suivant que par addition d’un électron dans la couche profonde 4ƒ, d’où le nom de transition 4ƒ que leur donnent parfois les physiciens. Ils sont en outre associés à l’yttrium, leur homologue situé au dessus d’eux dans la colonne III du tableau périodique. Les propriétés des lanthanides ont été découvertes grâce aux travaux de savants français : luminescence (Urbain) et propriétés magnétiques (Félix tombe). D’après les travaux de Linus PAULING, les lanthanides, à l’exception du Lanthane et du Lutétium, ont des propriétés para-magnétiques.

MicroElement

Lanthanum (La – 57 – 3) … « glaucome (hypertension oculaire) », infections diverses PSYCHO : « Puis-je prendre des responsabilités ou pas ? : je suis dans le flou » (RS)

  • Lanthanum nitricum
  • Lanthanum oxydatum
  • Lanthanum sulfuricum

Cerium (Ce – 58 – 4) … Remède homéopathique du groupe du Cuivre (Kollitsch p. 176) : Cerium oxalicum (vomissements réflexes et toux spasmodique).

Praseodyme (Pr – 59 – 5) … Sel proposé par le pr. Vernes dès 1930, pour ses propriétés cytostatiques (ce fut une des premières « chimiothérapies » utilisées). Appareil circulatoire (cœur, hémorroïdes, varices …), hypophyse (développement des seins), spécifique des muscles lisses.

Néodymium (Nd – 60 – 6) … sang (HTA, leucémie)

Promethium (Pm – 61 – 7) … ?

Samarium (Sm – 62 – 8) … foie et vésicule biliaire (migraines) et/ou pancréas

Europium (Eu – 63 – 9) … digestion (lithiase biliaire, dyspepsies, fermentations …), jusqu’à la maladie de Crohn (MICI)

Gadolinium oxydatum (Gd – 64 – 10) … supprime les excroissances de chair, réduit les fibromes utérins, les indurations ainsi que les polypes (surtout intestinaux). En cas de kyste s’il ne le réduit pas, il en arrête la croissance (kyste au pancréas, seins, salivaires …)

Terbium (Tb – 65 – 11) … « appareil uro-génital, lithiase rénale » ?

Dysprosium metallicum (Dy – 66 – 12) … inflammation de la vessie » en cas de cystite même purulente, que j’associe toujours à une plante comme uva ursi  + un alcalin (lithothamne ou bicarbonate de soude). Régénère la paroi interne de la vessie – très utile en cas d’inflammation

Holmium metallicum (Ho – 67 – 13) … décalcification, ostéite accompagnée d’insuffisance veineuse, stabilise les fonctions thyroïdiennes que ce soit en hypo, hyper ainsi que dans la thyroïdite d’Hashimoto. A noter que l’on peut arrêter le lévothyrox après 15 jours de prise et aussi dans des cas de grande chronicité !

Erbium (Er – 68 – 14) … conjonctif (rides)

Thulium (Tm – 69 – 15) … à lui tout seul évite l’opération du canal carpien (et de la maladie de Dupuytren). Minéral très intéressant dans la circulation de l’énergie de la partie supérieure du corps notamment des bras.

Ytterbium (Yb – 70 – 16) … cœur, appareil circulatoire. Utilisé avec la Praséodyme, a permis d’éviter l’opération de la valve mitrale (cela fait dix ans qu’elle devait se faire opérer) sous Va-Li pratiquement toute l’année (patiente hyperanxieuse) : la valve garderait sa souplesse et serait stable d’après les examens … l’opération est constamment reportée !

Lutetium (Lu – 71 – 3) … système nerveux (facilite le tranfert cathionique au niveau cellulaire) :à retenir pour son action sur le bégaiement !

………………. Fin de la série des Lanthanides

Hafnium (Hf – 72 – 4) … dissout et prévient les calculs biliaires » ? PSYCHE : « Il commence à être indépendant et à prendre ses responsabilités. Toutefois, il a encore des doutes sur ses capacités » (RS)

Tantalum (Ta – 73 – 5) … ossification. PSYCHE : « Alternance de décision et de doutes quand à prendre ou non des responsabilités : j’aimerai foncer, mais j’hésite » (RS)

Tungstène (W – 74 – 6) … stimulant digestif ? PSYCHE : « Il relève le défi pour prouver son indépendance, sa capacité à prendre des décisions, des responsabilités et le pouvoir » (RS)

Rhenium (Re – 75 – 7) … psoriasis. PSYCHE : dépression nerveuse ?

Osmium (Os – 76 – 8) … Remède homéopathique du groupe du Manganèse (Kollitsch p. 217) : coryza et laryngite aigue avec toux sèche, glaucome, érections douloureuses, néphrite avec albuminurie.

Iridium (Ir – 77 – 9) … Remède homéopathique du groupe de l’Or (Kollitsch p. 300) : épuisement et névralgies au cours de l’évolution d’une tumeur utérine. Néphrite de la grossesse.

Platine (Pt – 78 – 10) … Remède homéopathique du groupe de l’Or : Platina (exigences et spasmodicité)

Or (Au – 79 – 11) … Polycrest homéopathique du pôle Rein (Kollitsch p. 296) : volonté et congestion vasculaire. Nombreux sels : Aurum arsenicosum, Aurum bromatum, Aurum iodatum …

Mercure (Hg – 80 – 12) … Polycrest homéopathique du pôle lymphoïde (Rate-pancréas). Nombreux sels : Mercurius aceticus, Mercurius auratus, Mercurius bi-iodatus, Mercurius bromates, Cinnabaris …

Thallium (Tl – 81 – 13) … Remède homéopathique du groupe du Plomb (Kollitsch p. 225).Thallium aceticum : paraplégie avec atrophie musculaire, douleurs à type de choc électrique. Alopécie massive.

Plomb (Pb – 82 – 14) … Polycrest homéopathique du pôle lymphoïde (Rate-pancréas)

Bismuth (Bi – 83 – 15) … Remède homéopathique du groupe de l’Arsenic (Kollitsch p. 336) : inflammation des muqueuses digestives avec tendance ulcéreuse, érosions prurigineuses des extrémités.

Polonium (Po – 84 – 16) … PSYCHE : « Il a perdu complètement l’énergie, la capacité et les compétences nécessaires pour prendre des responsabilité. Il n’y a plus d’espoir » (RS)

Astane (At – 85 – 17) … « Dépossédé de tout pouvoir de décision. Son pouvoir s’est volatilisé » (RS)

Francium (Fr – 87 – 1) … PSYCHE : « Je ne peux pas m’accrocher par moi-même à l’existence : il faut le faire pour moi ! » (RS)

Radium (Ra – 88 – 2) … Remède homéopathique du groupe de l’Arsenic (Kollitsch p.330).  Radium bromatum (sclérose tissulaire et douleurs post-radiques), hautes dilutions.

………………. Début de la série des Actinides (éléments rares)

Actinium (Ac – 89 – 3) … PSYCHE : « Je doute d’être capable de préserver ma propre cohésion » (RS)

Thorium (Th – 90 – 4) … ?

Protactinum (Pa – 91 – 5) … ?

Uranium (U – 92 – 6) … Remède homéopathique du groupe de l’Argent (Kollitsch p. 294). Uranium nitricum : néphropathie diabétique (polyurie, boulimie et soif excessive)

Neptunium (Np – 93 – 7) … ?

Plutonium (Pu – 94 – 8) … Le Plutonium est le plus lourd des éléments ayant fait à ce jour l’objet d’une dilution homéopathique (J. SHERR). C’est un élément transuranien artificiel instable de nombre atomique 94, découvert en 1941. Ce métal très lourd peut se présenter sous 15 formes isotopiques différentes, les plus communes sont les Plutonium 238 – 239 – 240 – 241-242. Seul l’isotope 239, d’une période radioactive de 24 065 ans, est utilisé en raison de son caractère fissile. Il avait progressivement disparu de la surface de la terre et fut recréé artificiellement dans les réacteurs nucléaires. La seconde bombe nucléaire (celle de Nagasaki) était une bombe au Plutonium (alors que celle de Hiroshima était à l’Uranium).

Plutonium nitricum est un remède homéopathique :

  1. de la sphère luétique, comme Aurum et Luesinum (problématique phallique de violence : pulsion d’agression irraisonnée et de peurs, aggravation nocturne),
  2. du groupe d’Argentum nitricum (agitation par refus de choisir et perte des repères),
  3. proche d’Uranium nitricum (le métal lourd le plus proche chimiquement), remède classique de la néphropathie diabétique (axe pancréas -> rein),
  4. avec des aspects de douleurs et de parésies (des sacralgies intenses le forcent à marcher à quatre pattes, fatigue paralysante) évoquant Plumbum (métal lourd qui constitue la dégradation ultime de tous les noyaux instables),
  5. et les symptômes de désadaptation de Carcinosinum (douleur morale, vécu d’exigences et d’obligations : on lui en demande trop, vers l’évolution tumorale).

Les éléments suivants sont très instables … à partir de du n° atomique de 104, ils ont été obtenus artificiellement et n’ont pas encore fait l’objet d’une désignation officielle.

*****

Voici quelques unes des associations préconisées (prof. Charles Beijns):

  • Al-Br-Mg-Ni … asthme (bons résultats chez l’enfant)
  • Ca-Mg-F … qui fait baisser la tension artérielle
  • Ce-Va-La-Sc-Y-C  … immunstimulation (infections et tumeurs – prévention). C’est le complexe de réparation des chimio pour quelques cancers que ce soit : il régénére la formule sanguine très rapidement tout en éliminant les effets secondaires de la chimio (ce qui m’a valu des problèmes avec les protocoles de certains cancérologues, qui du coup, vu la bonne tolérance aux séances de chimio se permettent d’augmenter les posologies et les temps de traitement (prévenir le patient de cela) !
  • Ga-Pb-Sn … bouffées de chaleur de la ménopause
  • Ni-Pt-Pb-Ti … décoloration précoce des cheveux (efficace au bout de six mois)
  • Rh-Ni-Pd … arthrose et HTA (des « vide de Rein »)
  • Va-Li … neuropsychiatrie PMD dans la phase maniaque ≠ Rb : phase dépressive
  • Ba-Br-Hf-Nb-Th-V (Ar 3006) … Parkinson
  • Au-Ev-Mn-Pd-Tl (Ar 3008) … Alzheimer
  • K-Se-Fe-Yb-Ce-Ca-Sc-Tm-Cr-Ir-Zn-Er-Au (Ar 1032) … Parodontose

Ces éléments sont bien sûr proposés en micro-doses, les doses pondérales étant bien connues pour leur toxicité, exemple : Plomb = toxicité nerveuse (paralysie), digestive (coliques) et rénale (HTA )…

Article réalisé avec l’aide de notre ami Michel Dubray (botaniste et phytothérapeute).

 

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.