Les seins

Les seins

Glandes ectodermiques se développant à la puberté (dérivées des glandes sudoripares), destinées à la caresse et à la succion, elles sont chargées de la fonction nutritive du nouveau-né, donc en MTC sous la dépendance du méridien de l’estomac (le point 17 Estomac correspond d’ailleurs au mamelon).

Dans sa pathologie, l’université, après avoir accordé à la thèse hormonale un rôle prépondérant (les seins sont à la fois sensibles aux stimulines et aux hormones ovariennes), tend à la réduire : les spécialistes parlent à présent de « sensibilité accrue du récepteur mammaire » aux hormones. Tous les troubles s’observent, de la simple mastodynie à la maladie de Reclus (pré-cancer).

Quelques remèdes homéopathiques devront être envisagés, selon le problème :

  • Phytolacca (ka) = plénitude empâtement douloureux (amélioré par les applications chaudes), nodulaire, enflammé, avec mamelons excoriés (ou fissurés). MTC = stagnation de sang.
  • ou Conium (au) = vide seins flétris, ptôsés avec noyaux indurés, règles en retard courtes, peu abondantes, douleurs au toucher et élancements pendant la nuit.
  • Thuya occ. ou Hydrastis (k) = pervers (matière) noyaux indurés, risque de dégénérescence tumorale.
  • Folliculinum ou Lachesis = pervers (fonction) remèdes des congestions (kystes ou adéno-fibromes) prémenstruelles bilatérales, souvent associés à des symptômes dystoniques, des céphalées et algies pelviennes.

Problèmes liés à leur volume :

  1. Trop gros : Calcarea carb., Graphites (avant les règles), Sulfur, Thuya occ. … Gynécomastie pubertaire du garçon, banale et régressant spontanément en 1 à 3 ans : Lycopodium
  2. Trop petits : Arsenicum iod. ou Iodum (flétris), Ignatia, Natrum mur., Silicea (mamelons rétractés)…
  3. Pb. suite de contusion : Bellis perennis (hg), Hypericum (hg), Ledum pal. (al).
  4. Kyste galactophorique, sans variation cyclique, récidivant après ponction : Apis mel. (Robert)

MASTOSE

La prescription d’une mammographie, suivie en fonction des résultats d’une échographie et/ou d’une ponction cytologique, dépend de quatre paramètres : l’âge (prudence après 35 ans), le type de douleurs mammaires, l’examen clinique et l’existence de facteurs de risque (mastodynie non cyclique et/ou douleurs localisées). Pour la MTC, il s’agit soit :

  1. d’une atteinte de type « chaleur  » du méridien Yang Ming (Estomac-G.I.), cf. trajet du méridien
  2. ou d’une « stagnation » du niveau Tsue Yin (Foie-M.C.), aux manifestations plus chroniques.

alt

Recommandations en nutriments lors d’une maladie fibrokystique du sein : Vitamine A, complexe de vitamines B, C et E, Iode et Zinc + huile d’Onagre (GLA). En prévention d’un cancer, on pourra ajouter du Sélénium.

  • Thuya occ . aggravée pendant les règles (la plénitude est aggravée par la congestion)
  • + à droite : Conium (au) … dureté de pierre (voir ci-dessus)
  • Palladium (au) et ovarialgies
  • + à gauche : Asterias rubens (au) … adéno-fibrome avec rétraction mamelon, bouffées de chaleur et excitation sexuelle
  • Ustilago (pb) idem et ovarialgies

Remèdes proposés dans le complexe anthroposophique : Conium D4 + Thuya occ. D6 + Fluorit D8 aa 10 gouttes par jour dans un peu d’eau, les 10 derniers jours de chaque cycle.

Localement : Onguent « Angelica archangelica » (lab. Weleda), à passer sur les seins en cas de mastose.

Remèdes complexes de Heel : LYMPHOMYOSOT + GALIUM-HEEL

Avec, selon le stade évolutif :

—> gros seins sensibles infiltrés :

  • Lac caninum (na) … le simple poids du sein est ressenti douloureusement, la mastose passe d’un sein à l’autre et s’aggrave avec les règles (Lachesis)
  • Helonias (mg) … avec dépression et bearing-down (pb. de « Qi »)
  • Kalium muriaticum … avec coryza et leucorrhée jaune épaisse (pb. de « chaleur »).

—> induration ligneuse + ganglions :

  • Cistus canadensis (au) … sensation de froid local, alors qu’il y a un « feu »
  • Lappis albus (silico-fluorate de calcium) … nodules élastiques, avec sensation de brûlure
  • Scrofularia nod. (si) … ganglions, eczéma et prurit (car insuffisance de Qi -> stagnation de sang)

—> stade pré-tumoral (maladie de Reclus) : Calcarea fluorica … induration + infiltration + télangiectasies, douleurs > applications froides

  • Carbo animalis … adénopathies suspectes, douleurs brulantes améliorées par la chaleur, cyanose locale.
  • Sempervirum tectorium (ac) … écoulement sanglant (tumeur intra-canalaire ?)
  • Fluoricum acidum … nodules des seins pendant la grossesse
  • Lacticum acidum … douleur du sein avec ganglion axillaire et douleur irradiant dans la main
  • Sarsaparilla (am) … seins flétris (squirrhe ?) avec rétraction des mamelons.

L’on peut aussi penser à : Bromium (io) avec goitre ou/et ovarite, ganglions sous axillaires, latéralité gauche

Avec : Agrimonia eupatoria 1DH aux effets décongestionnant remarquables ++

A ce stade, une viscum-thérapie (ISKADOR) est à conseiller : Viscum album mali (ou Pini après la ménopause) St 5 + St 4 + St 3 (14 injections sous-cut. sur 2 mois). Echographie et mammographie ne visualisent que les tumeurs d’un centimètre de diamètre minimum. C’est le « Vent du foie  » (caractérisé par une hyper Alpha 1 et Cuprum, Lachesis ou Zincum sur les BNS) qui signe la mise en place d’une néo-vascularisation. Il faut garder à l’esprit que le cancer du sein touche parfois la femme jeune, avant 35 ans, ces cas se développent sur des « terrains à risque » : mastopathies complexes ou familles à risque héréditaire (gène BRCA1ou 2 = 60 à 80% de cancer du sein ou de l’ovaire au cours de la vie). Le risque est donc très supérieur à celui d’une femme à risque normal (8%), contre-indiquant formellement le THS et nécessitant une surveillance renforcée.

—> stade post-tumoral (la patiente sort du centre anti-cancéreux : la correction du terrain reste à faire) :

  • Arnica, Opium et China … la fatigue post opératoire
  • Hamamelis, Kalium carb. ou Natrum sulf. … le « gros bras » après mammectomie
  • Arsenicum album … après chimiothérapie
  • Radium bromatum (as) … après radiothérapie
  • Thallium sulf . … la chute des cheveux, … etc, voir chapitre « Cancer »

Evitez Carcinosinum (tissu cancéreux mammaire) aux effets parfois violents !

A noter les problèmes induits par les prothèses mammaires : outre la possibilité du développement silencieux d’un cancer derrière la prothèse (déjà vu !), la présence permanente d’un agent irritant (plastique + silicone) va induire des réactions inflammatoires (MTC = Feng qui provoquent un Feu) : les cicatrices chéloïdes et les « coques » autour de la prothèse, qui pourront secondairement évoluer vers une auto-immunité (nombreux cas de fibromyalgies et quelques évolutions vers la sclérodermie).

Carbo animalis … cicatrices inflammatoires évoluant vers l’induration.

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.