Les tuberculines

Les tuberculines

La plus ancienne préparation tuberculinique aurait été faite par SWAN à partir du crachat d’un tuberculeux. C’est en 1890 que KOCH publia la découverte de son bacille, précisément à l’époque à laquelle BURNETT, médecin homéopathe londonien, publiait sa brochure sur cinq ans d’expériences avec Bacillinum.

 

 

Bacillinum

Crachats et portion de caverne tuberculeuse (sécrétions et bacilles humains, tout à la fois), due au dr. Burnett. Ce fut la première à être utilisée. Nosode très efficace pour calmer les rhino-pharyngites chroniques (de Pulsatilla), les blépharites marginales chroniques et les eczémas atopiques.

 

Tuberculinum bovinum (TB)

Tuberculine bovine préparée par culture (4 à 5 semaines) et traitée par évaporation (Swan), assez douce, c’est un bon remède des asthénies post grippales et chez les vieux emphysémateux.

 

V.A.B.

Dilution de vaccin B.C.G. Pasteur, bacille d’origine bovine. A utiliser si décompensation ORL ou cutanée, après complication de vaccination BCG ou cuti-réaction (exemple: psoriasis).

 

Tuberculinum residuum (TR)

Bacilles triturés avec de l’eau stérile pour séparer les produits solubles, centrifugation, décantation puis nouveau traitement du précipité : surtout endotoxines. Remarquable dans les rétractions tendineuses et aponévrotiques (Causticum).

 

Tuberculinum Koch (TK)

Cultures de bacilles de porc filtrées à travers une série de filtres bougies : exotoxines, il ne reste plus de germes (comme Denys). C’est la Tuberculine la plus indiquée chez le patient de structure carbonique (9 et 30 CH sont les meilleures dilutions). Elle fait merveille dans les infections ORL à répétition (sur des cas ayant des tests BNS hypofloculants) et la dépression de l’adolescent (Phosphorus), les douleurs cédant et commençant brutalement, mais non influencées par l’humidité et aggravées par le repos, les céphalées de l’œil droit à l’occiput (Sanguinaria), améliorées en mangeant.


Spengler (Immunkörper)

Sérum de rats immunisés contre la tuberculose par des injections de bacilles tuberculeux (bon remède de l’anémie des tuberculeux, avec Ferrum phosphoricum).

 

Bacillinum testium

Trituration de bacilles extraits d’une orchite tuberculeuse.

 

Denys

Bouillon tuberculeux filtré de Denys (remède assez réactif, spécifique de l’asthme cortisoné).

 

Marmorek

Sérum antituberculeux de cheval : anticorps dilués de Marmoreck.


Aviaire

Tuberculose des poussins (Cartier), c’est la tuberculine la plus douce à administrer, pour les enfants (sur Sulfur iodatum), ou dans les cas de « poumon de fermiers » (ayant des oiseaux).

 

Friedmann (Anisochin en Allemagne, MCH pour les vétérinaires)

Bacilles de la tortue de mer, souche largement utilisée à dose pondérale pour créer des « abcès de fixation » (par injection sous-cutanée d’une petite quantité de bacilles vivants), traitement historique des asthmes, rhumes des foins, PR, SEP… (cf. le principe de la MTC : « Le Feng combat le « Feu »). J’ai eu l’opportunité de réaliser une centaine de cas de patients, avec un BNS avant et après la réalisation de l’abcès de fixation : à ma grande surprise, j’ai constaté chez presque tous les patients un effondrement des gammaglobulines. Une dose de Friedmann en 200K a – au contraire – un effet inverse, d’où l’intérêt de pratiquer un PRS avant l’utilisation de ce nosode.

 

En France, ne sont délivrés que TK, TR, Aviaire et VAB, et encore, depuis l’affaire de la « vache folle » ces nosodes sont autoclavés (donc cuits !) et sans plus d’efficacité qu’un bouillon de bœuf (merci Boiron !). J’ai l’expérience de Bacillinum, de Marmorek et de Friedmann, qui me sont apparues comme des tuberculines tout à fait remarquables.

Les réglementations n’allant certainement pas s’assouplir dans les années à venir, les Nosodes étant dans le collimateur des organismes de contrôle, il y a fort à parier que nous devrons un jour nous en passer et les remplacer par des remèdes d’homéopathie gazeuse (voir ce chapitre).

 

NB. Pour Burnett, il existe trois symptômes-clefs communs aux tuberculines, chez l’enfant : 

 

  1. Transpirent
  1. Peur des chiens
  1. Se défendent quand on veut les corriger !

 

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry

Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur.
Auteur d’une dizaine d’ouvrages, il coordonne l’enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l’aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.