Leucorrhées

Les Leucorrhées

Le terme leucorrhée désigne tout écoulement des voies génitales féminines, à l’exclusion des pertes de sang. Le répertoire de Kent fait état de 86 médicaments pour les différents types de pertes vaginales :

  1. leucorrhées claires, aqueuses = 20 médicaments
  2. leucorrhées laiteuses, blanches = 23 médicaments
  3. leucorrhées âcres, brûlantes = 44 médicaments
  4. leucorrhées purulentes, jaunâtre = 35 médicaments
  5. leucorrhées verdâtres = 16 médicaments … etc

Schématiquement, on distingue deux grands types de leucorrhées :

 * Leucorrhées non infectieuses : sécrétions blanches ou jaunes qui s’extériorisent à un moment quelconque du cycle menstruel, le bacille de Doderlin produit de l’acide lactique qui assure un pH de défense du milieu vaginal. En MTC, leucorrhée aqueuse = vide de Yang de la fonction Rate-pancréas … pertes blanches = vide de Yang de Rate ou de Rein, ou jaunes = chaleur. Ces infections génitales basses sont très fréquentes :

Leucorrhée des petites filles : il convient d’éliminer une vulvite parasitaire (phtiriase pubienne, oxyurose ou gale). Localement = lavage avec solution de permanganate de potassium diluée au 1/10 000 

  • Cina (cu) … sur verminose // Silicea
  • Cubeba (mg) … leucorrhée épaisse, irritante –> cystalgies
  • Lamium album (mg) … peu irritante, règles en avance mais diminuées

 et les Tuberculines (VAB si post BCG) ++.

http://www.chu-toulouse.fr/IMG/pdf/Vulvites403052_-_HE-_08.pdf

Celle-ci est parfois associée à une cystite récidivante. Il faut alors conseiller de boire plus (au mois un litre et demi/jour), de corriger les troubles du transit digestif, d’uriner après un rapport sexuel, de faire une toilette intime sans excès de zèle : une fois par jour et au savon de Marseille (protection de la flore de défense vaginale).

Cervicite de la jeune fille et de la femme (la glaire, même très abondante, reste translucide et filante) :

  •  Alumina …  écoulement blanc sur vagin sec et constipation
  •  Calcarea carbonica … leucorrhée laiteuse non corrosive
  •  ou Calcarea phosphorica … écoulement « blanc d’œuf », nymphomanie périodique
  •  Pulsatilla (si) … écoulement jaune non irritant (les « glaires »)

Rassurez la femme, affinez votre diagnostic (oubli de tampons vaginaux ou d’éponges contraceptives ?) et ne traitez pas de façon abusive. 

Leucorrhée sur polype du col :  Teucrium scorodonia (si) ou Nitricum acid.

Leucorrhée post-ménopausique : Conium (au) la métrite des « vieilles filles ».

 * Leucorrhée infectieuses : pertes plus épaisses vertes ou jaunes, avec pus et sang, dues à des éléments pathogènes qu’il faudra identifier. L’interrogatoire doit être précis : l’âge, le mode de début, le rapport avec le cycle menstruel, leurs caractéristiques (abondance, couleur, odeur noséabonde = Gardnerella vaginalis ou Trichomonas vaginalis, aspect caséeux = Candidose …), les signes associés : brûlures vaginales, prurit, métrorragies, dyspareunies, douleurs pelviennes, fièvre, cystalgies. Dans les antécédents, on recherchera les MST (ayant bénéficié d’un « traitement minute » ?), les problèmes obstétricaux, le type de contraception et les habitudes sexuelles (partenaires multiples, symptômes chez le partenaire ?). Conseillez – tant que le symptôme persiste – des rapports sexuels protégés et si le problème récidive, un traitement du (des) partenaire(s). 

 – – La bartholinite (inflammation des glandes situées de chaque coté des grandes lèvres) : tuméfaction douloureuse de la vulve, avec adénopathies inguinales unilatérales, qui évolue rapidement vers la collection suppurée.

Stade de début (petit noyau douloureux de la taille d’un pois) : Belladonna et Hepar sulfur (avec onguent « KLC » localement)

Stade de cicatrisation : Silicea                           si récidives : Thuya occ.

 – – La vaginite de cause parasitaire (fréquente), mycosique (tenace) ou pluri-microbienne :

* Trichomonas (MST) = leucorrhée permanente, jaunâtre, irritante et fétides

 Lachesis … post ménopausique, avec prurit

* Candida albicans = leucorrhée épaisse, blanchâtre, prurigineuse (apparaissant parfois après une antibiothérapie : sorte de « muguet vaginal » = Borax (na) écoulement blanc irritant.

 Helonias (mg) … surtout petite fille et femme enceinte  Nosode = Candida albicans

* Microbienne = surtout Gardnerella, mais aussi colibacilles, staphylocoques, protéus … En MTC pertes verdâtres = chaleur + humidité

  • Argentum nitricum ou Mercurius corrosivus 
  • Plus grave :  Hydrastis (k) … métrite du col et atteinte de l’état général

Pour Compton Burnet, le traitement de base des leucorrhées (7 CH alternés) = Aletris farinosa (mg) + Helonias (mg) + Thuya occ. (na) … leucorrhée profuse, verdâtre, irritante

Remèdes complexes de Heel :  LAMIOFLUR (en Suisse : LAMIUM ALBUM compositum) (Lamium album 4D, Hydrastis 4D, Mezereum 4D, Viola tricolor 4D, Kreosotum 6D, Alumina 12 D, Platina 12D …)

Localement :  douches vaginales avec 1 cuillérée à soupe / litre d’eau tiède de la préparation suivante : Hydrastis TM + Calendula TM + Kalium bichromicum 6X aa 125 cc

ou « Lamium composé » ovules – formule n°320 – lab. Weleda

 – – Les endométrites et les salpingites, associent fièvre, douleurs pelviennes basses et leucorrhées muco-purulentes, qui peuvent être aiguës, ulcératives ou hémorragiques. Neisseiria gonorrhoeae et/ou Chlamydia trachomatis (MST) en sont souvent la cause, parfois l’infection est pluri microbienne (après la pose d’un DIU par exemple).

  • Mercurius et/ou Kalium bichromicum … métrite avec ulcération du col « à l’emporte pièce »
  • Kalium carbonicum … métrite de la femme enceinte
  • Hydrastis (ka) … cervicite avec leucorrhée irritante, tr. digestifs associés
  • Fraxinus americ.(na) 1 DH + Thuya occ. 30 CH après chlamydiæ : congestion et leucorrhée aqueuse.

Evolution hémorragique : Kreosotum (ac) col saignant au contact, mauvaise odeur des pertes ++, ou les autres acides : Muriaticum acid., Sulfuricum acid. (CHU = « Lachesis comp. » + « Acidum comp. »)

  principaux remèdes

Evolution grave = 

  • Arsenicum album … douleurs brûlantes, aggravées par la chaleur
  • Echinacea (ge) + Crotalus … les pertes remplacent les règles !

Avec le Stock-nosode = Pyrogenium +++  4 ou 5 ch, 3 granules quotidiennement

Remèdes complexes de Heel :  GYNACOHEEL (en Suisse : Helonias compositum) + ECHINACEA COMP.

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.