Neurologie (Sémiologie Chap.9)

 

L’examen neurologique 

Le praticien se doit d’être précis et systématique. L’examen sera réalisé de façon segmentaire. Afin d’en voir l’aspect pratique, nous y avons associé les symptômes de notre logiciel SYNERGIE de répertorisation homéopathique, accessible gracieusement avec chaque HTS (voir section « Biologie fonctionnelle ») : 

Les douze paires crâniennes                                       Code symptôme (logiciel Synergie)

 1 – Nerf Olfactif          Anosmie (perte de l’odorat)                                182           

  • Lachesis (ge) … congestion faciale (éthylisme, avant les règles ou post ménopausique)           
  • Mercurius … dans un contexte suppuratif ORL           
  • Petroleum (ch1) … épistaxis, ozène, narines fendillées

2 – Nerf Optique        

  • Troubles de l’acuité visuelle, vue faible (amblyopie)                    500                                                  
  • Troubles du champ visuel (hémianopsie)                                     501

Recherchés en bouchant un œil du malade qui regarde le nez du praticien. Celui-ci promène son doigt dans le champ visuel du malade en lui demandant s’il le voit ou non. Une recherche plus précise est du domaine de l’ophtalmologiste.           

  • Oleander (pb) …  trouble au centre du champ visuel           
  • Phosphorus … phosphènes liés à des troubles circulatoires rétiniens           
  • Physostigma (mn) … avec glaucome et myosis, contexte de spasmes et de parésies  
  •          
alt

3/4 et 6 – Nerfs oculomoteurs                      

A* Troubles de la motricité oculaire extrinsèque :

Symptômes recherchés en bouchant un œil du malade, le praticien lui demande de suivre des yeux le doigt du médecin, dans le sens horizontal, puis vertical. On peut ainsi différencier :          

Strabisme                                                                                                   502

  • externe = atteinte du 3, moteur ocul. commun, ex. : Hyosciamus (ca)
  • interne = atteinte du 6, moteur ocul. externe, ex. : Agaricus (pb)                     

Diplopie (paralysie des nerfs oculomoteurs)                                             503

NB. il s’agit d’une vision double des objets (verticale ou horizontale) qui n’apparaît que dans les positions extrêmes du regard.           

  • Botulinum … parésie post « lifting médical » (injection de toxine botulique)           
  • Cyclamen europ. (na) … au cours de céphalées, migraines           
  • Natrum muriaticum … nette fatigue visuelle, céphalées d’études 

B* Troubles de la motricité oculaire intrinsèque :

Etat des pupilles (noyau pupillaire du 3) 

  • Myosis                                                                                              079                              
  • Mydriase                                                                                           080                                  
  • Anysocorie (inégalité pupillaire)                                                        504                 

Recherche de la contractilité de la pupille à la lumière                                   

  • hypersensibilité à lumière                                                                 073                 
  • trouble de l’accommodation (fatigue oculaire)                                  505

NB. la dissociation d’un réflexe photomoteur aboli avec conservation du réflexe d’accommodation doit faire évoquer un Tabès = syphilis tertiaire)           

  • Aurum mur. … yeux rouges, palpitations et troubles vasculaires congestifs           
  • Conium (au) … photophobie et parésie des oculomoteurs           
  • Onosmodium (na) … asthénopie avec céphalée frontale pesante

5 – Nerf Trijumeau (à double fonction sensitive et motrice)                       

          * fonction sensitive de la face (trois branches) : rechercher

– une douleur des points d’émergence (sus-orbitaire, sous orbitaire, dentaire)       030

– un trouble de la sensibilité tactile, thermique, douloureuse de la face                    052

– un trouble de la sensibilité de la pointe de la langue           

    • Cedron (s)  … névralgies sus-orbitaires de périodicité horaire           
    • Kalium bichromicum … douleurs localisées à de petites place, sinusite ?           
    • Natrum sulfuricum … pointe de la langue douloureuse et brûlante
    • Plantago (ca) … névralgie dentaire «d’une oreille à l’autre», dent de sagesse

         * fonction motrice essentiellement des muscles masséters

Bruxisme        (Arsenicum albumCina (as), Strontium carb. …)         133
Trismus          (BelladonnaHepar sulfurTetanotoxinum …)               438

 

7 – Nerf Facial (également à double fonction sensitive et motrice)

* fonction sensitive :

–       conduit auditif externe et conque du pavillon de l’oreille

  • Argentum nitricum … prurit du conduit auditif et douleurs pharyngées
  • Verbascum (am) … névralgie faciale améliorée en serrant les dents

– la sensibilité du tiers moyen de la langue

Sensation d’un cheveu sur la langue : Allium sat. (as), Kalium bichrom., Silicea …

* fonction motrice essentiellement des muscles peauciers de la face (deux branches). NB. inspection à faire au repos : paralysie = le malade « fume sa pipe » et pendant les mouvements : ne peut fermer paupière + l’œil bascule en arrière du côté atteint.

Hypotonie d’un côté de la face (paralysie faciale)                                      506 (code Synergie)

  • Bothrops (ge) …  après ictus par thrombose (rouge)
  • Causticum (am) … sur sécheresse, crampes et dépression

Tics, myoclonies : IodumMygale (ge) …                                                 160

8 – Nerf Auditif

Branche cochléaire auditive …

  • Acouphènes (sifflements, bourdonnements d’oreilles)                     233
  • Perte de l’acuité auditive (signe de la montre)                                  234
  • Sensibilité au moindre bruit                                                               507

Branche vestibulaire dont la séméiologie est riche  …

Vertiges vrais (rotation des objets toujours même sens)                            232

  1. signe de Romberg (malade debout, talons joint, yeux fermés)
  2. épreuve de la marche aveugle (déviation toujours du même côté)
  3. épreuve des index de Barany (rencontre verticale et horizontale)

Cocculus (am) … mal des transports, perceptions lentes

Nux vomica (s) … hypersensibilité et asthénie (fond éthyl ?)

Nystagmus                                                                                                  081

N.B. le sens du mouvement lent indique le coté de la lésion. Une recherche plus précise est du domaine du médecin ORL

  • Agaricus (pb)  … vieillards, avec tremblements et rachialgies
  • Theridion (na) … aggravé au moindre mouvement ou en fermant les yeux

9 – Nerf glossopharyngien (également à double fonction sensitive et motrice)

Fonction sensitive qui recueille l’oropharynx (goût amer, acide, salé, sucré),

Absence de saveur des aliments                                                               508

AluminaMagnesia mur., SiliceaSulfuricum acid. (névralgies profondes), Veratrum alb

Fonction motrice du nasopharynx (voile du palais, hémiparaisie = signe du rideau) et le tiers post de la langue (réflexe nauséeux).

Fausses routes alimentaires (= hydrophobie)                                              509

  • Stramonium (ca) …  peurs, agitation et spasmes, jusqu’au délire
  • Hydrophobinum … séquelle d’encéphalite, SEP évoluée (ou transitoire, après vaccination antirabique ?)

10 – Nerf Pneumogastrique (ou Vague) nerf mixte

L’innervation pharyngo-laryngée, atteinte unilatérale = voie bitonale           186

La partie végétative (ortho, mais surtout para-sympatique) qui contrôle :

image

* Les ganglions cervicaux supérieurs = les plexus carotidiens, les nerfs cardiaques :

  • Tachyarythmie                                                                                    106
  • HTA                                                                                                     107

* les ganglions stellaires = plexus pulmonaires :

è Troubles respiratoires, dyspnée                                                         de 187 à 192

* les ganglions semi-lunaires = le réseau péri-oesophagien et mésentérique :

è Dysphagie, gastralgies, colopathie                                                          122 à 129

  • Antimonium crudum (as) … dysphagie, gastralgies et eczéma
  • Antimonium tartaricum (as) … dysphagie et asthme bronchique

 

11 – Nerf Spinal (nerf mixte) : la partie motrice innerve le sterno-cléido-mastoïdien et le trapèze

Trouble de la rotation de la tête et du haussement d’épaule                         235

  • Actaea racemosa (s) … contracture para-vertébrale aggravée par l’exercice physique
  • Curare (mn) … paralysie progressive avec diminution des réflexes (post-chirurgicale ?)
  • Guaco (au) … myasthénie avec myalgies au mouvement.

12 – Nerf Grand hypoglosse (nerf moteur de la langue), évaluez :

– la motricité (mouvements latéraux, rétraction, protraction)

–> si l’atteinte est bilatérale = troubles de la phonation, déglutition

Bégaiement                                                                                                   161

–> si présence d’une fibrillation (cas d’intoxication éthylique, de SLA) :

  • Causticum (am) … parésie de la langue avec embarras de la parole
  • Cuprum metal. … paralysie de la langue avec trouble de la parole
  • Gelsemium (mn) … avec enrouement constant (ou aggravé aux rêgles)

– et la trophicité (atrophie ou hémi-atrophie).

 

Rappel de quelques syndromes associant l’atteinte de plusieurs nerfs crâniens :

  1. Syndrome de Garcin (tumeurs du cavum et de la base du crâne) = tableau paralytique global, unilatéral, respectant les deux premières paires
  2. Syndrome de Foix et Chavany (ou labio-facio-glosso-pharyngé) = déficit bilatéral des 5, 7 inférieur, 9, 10 et 12 ème paires
  3. Syndrome de la fente sphénoïdale = atteinte unilatérale des trois oculomoteurs
  4. Sarcoïdose = atteinte progressive des 5, 7 et 8ème paires

 

Le Syndrome cérébelleux 

Le Syndrome cérébelleux est consécutif à une lésion du cervelet ou des voies cérébelleuses du tronc cérébral. Se rappeler que les troubles observés sont homolatéraux à la lésion et pas aggravés par la fermeture des yeux, contrairement aux troubles sensitifs. Il se caractérise par :           

  1. une hypotonie (test de l’exagération du ballant du bras)           
  2. une incoordination des mouvements volontaires (épreuve doigt-nez et talon-genou)           
  3. des troubles de la statique (avec oscillations) et de la marche (pseudo-ébrieuse)           
  4. une dyarthrie (voie hachée) et un tremblement intentionnel (d’action)           

Thuya occ. (na) … tremblements des mains quand il écrit.

alt

Les membres supérieurs : évaluez successivement les différents aspects 

Motricité :       

  1. globale = épreuve du serment (bras tendus en avant, chute progressive unilat.)                       
  2. segmentaire (comparatif) = force d’extension des doigts, flexion-extension des poignets, abduction-adduction du bras. 

Réflexe :         réflexe bicipital (racine de C5), tricipital (racine de C7)

NB. une exagération des réflexes traduit une atteinte centrale = premier moto-neurone de la voie pyramidale, une diminution des réflexes traduit une atteinte du deuxième moto-neurone).                       

  • Hyper-réflectif                                                                 510 (code logiciel Synergie)                       
  • Secousses musculaires (myoclonies)                             160            

Actaea racemosa (s) … hypersensibilité générale, hyper-réflectivité, aggravé aux règles           

Tarentula hisp. (ge) … excitation psychique, motrice et sensorielle 

Tonus :

  1. tonus de repos = apprécier le ballottement passif des mains et des membres sup., l’hyperflexion (main à l’épaule) et l’hyperextension.           
  2. tonus de posture = épreuve des fleurets (maintient des index face à face)           
  3. tonus d’action = épreuve du doigt au nez                       

hypotonie musculaire                                                                         512           

  • Baryta carbonica … paralysie flasque des vieillards           
  • Hippomanes (mn) … faiblesse des poignets et des doigts, sans impotence                       

dysmétrie (mouvements saccadés) ou hypermétrie (mouvements trop amples) :                       

  • maladresse des mains (ex. : ApisNatrum mur. …)                 513                            
  • bouge constamment les mains (ex. : Kalium bromatum)        158 

Sensibilité :                

Superficielle (toujours comparative des deux côtés) = tactile : épreuve de localisation du contact

Phosphorus  … démangeaison des paumes et tremblement au moindre mouvement

Thermique : épreuve des deux tubes (eau chaude, eau froide)

Douloureuse : épreuve de la piqûre (ressentie comme simple contact ?)

Profonde =            Périosté vibratoire (avec un diapason)

Kinesthésique : on demande au malade de reproduire du côté sain, les mouvements que le médecin lui imprime du côté malade.

Morphognosique : reconnaître au toucher un objet de forme simple

  • Aranea diadema (na) … sensation de mains et avant-bras lourds et enflés
  • Hypericum (hg) … douleurs névralgiques après traumatisme
  • Secale cornutum (pb) … élancements douloureux dans les membres supérieurs

Trophicité :      Aspect de la peau et des phanères

Vasomotricité (chaleur et sueurs, œdèmes)

Dimension des muscles (par mesures comparatives).

Les membres inférieurs :

Motricité :           Globale =

— épreuve de Mingazzini (patient à plat-dos, jambes à 90° -> chute ?)

— épreuve de Barré (décubitus ventral, jambes à 90° -> chute ?)

— à la marche =  sur les pointes (gênée si atteinte S1), sur talons (gênée si atteinte L5), marche « en steppant » : atteinte sciatique poplité (polio, polynévrite …), marche « à petits pas » (Parkinson, syndrome pseudo-bulbaire), démarche ébrieuse : instabilité (atteinte cérébelleuse)

Segmentaire =

— réflexe rotulien (racine de L3-L4)

— réflexe achilléen (racine de S1)

— réflexe cutané plantaire (signe de Babinski = atteinte pyramidale)

  • Argentum metal. … crampes, raideurs et engourdissements des membres inférieurs
  • Conium (au) … démarche difficile avec exagération des réflexes et vertiges
  • Plumbum … paralysie des extenseurs, « froid de glace » du membre, douleurs névritiques, le soir et la nuit.

Syndrome des jambes sans repos                                                    159

  • Lathyrus (pb) … parésie spastique, incoordination aggravée les yeux fermés. Contracture des extenseurs, tremblement intensionnel.
  • Manganum … paralysie ascendante, avec atrophie musculaire
  • Zincum …  agitation et sursauts des jambes au repos (même en dormant).

Tonus, sensibilité et trophicité, idem membre supérieur.

Le tronc :

— Motricité : mouvements respiratoires thoraciques et abdominaux

— Réflexes abdominaux (D7 à D12) et crémastérien (S2 à S4)

Hypericum (hg) … névralgie intercostale, aggravé par la chaleur et la pression locale

— Sensibilité : les dermatomes sont ici horizontaux (NB. ombilic = D6-D7).

Alumina … maigreur et sécheresse, anesthésie « en selle » et douleurs fulgurantes

On pourra aussi inclure dans ce chapitre les symptômes qui intéressent :

  • le caractère des douleurs (non fixes, brûlantes …)                031 à 034
  • la dynamique d’apparition et de disparition de la douleur      035 à 038

Conclusion : faire la synthèse de la séméiologie ainsi obtenue, première étape du diagnostic.

 

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.