L’intolérance à l’histamine ?

L’intolérance à l’histamine ?

Qu’est-ce que l’histamine? L’histamine appartient au groupe des amines biogènes. L’histamine est d’une part produite par l’organisme et d’autre part fournie par l’alimentation. Certains aliments, produits alimentaires périmés et aliments obtenus par fermentation microbienne (par ex. la choucroute) contiennent de grandes quantités d’histamine.

capture-decran-2016-12-12-a-23-08-06

Quel est le rôle de l’histamine ?

1/ Histamine mastocytaire et allergies

L’histamine libérée par les mastocytes lors de réactions allergiques va se fixer dans le voisinage, sur les récepteurs H1 des cellules endothéliales des vaisseaux sanguins et les récepteurs H2 des cellules musculaires lisses. Il en résulte une vasodilatation et la formation d’un œdème local accompagnant les allergies cutanées et nasales. Le plus grave est le choc anaphylactique (collapsus cardiovasculaire).

2/ Histamine et sécrétion acide de l’estomac : 
L’histamine se lie aux récepteurs H2 des cellules pariétales de la paroi voisine et active les pompes à protons. Il contribue donc à la production d’acide gastrique et au fonctionnement de l’appareil gastro-intestinal
3/ L’histamine neuromédiateur du système nerveux central

L’histamine est aussi un neurotransmetteur synthétisé et libéré par les « neurones histaminergiques ». Le système histaminergique cérébral module le rythme de veille/sommeil, mais aussi la prise alimentaire et/ou prise de poids, ainsi que l’attention et la vigilance, sous le contrôle de l’hormone mélatonine.

Autres propriétés essentielles de l’histamine :

  • augmente la puissance et la fréquence des battements cardiaques (par la libération d’adrénaline)
  • contribue au déclenchement des vomissements
  • contribue à la régulation de la température corporelle, de la pression artérielle et de la sensation   de douleur
  • régule l’équilibre hormonal

Qu’est-ce que l’intolérance à l’histamine ?

En temps normal, l’histamine est détruite dans l’organisme sous l’action d’une enzyme appelée « diaminoxydase« . Chez les personnes souffrant d’intolérance à l’histamine, l’activité de cette enzyme est réduite. Par conséquent, l’histamine produite par l’organisme et celle absorbée par l’alimentation ne peuvent plus être détruites, ou seulement partiellement, ce qui provoque des troubles.

Quelles personnes sont touchées? Quelles en sont les causes?

L’intolérance à l’histamine toucherait environ 1% de la population, surtout les femmes à partir de 40 ans. Le risque est particulièrement élevé chez les personnes souffrant d’une maladie inflammatoire de l’intestin ou d’une allergie alimentaire. Très peu de personnes sont atteintes d’un déficit enzymatique congénital.

Un excès d’histamine peut être provoqué par des aliments qui sont eux-mêmes riches en histamine ou par les « libérateurs d’histamine“ qui induisent une sécrétion d’histamine par les cellules du corps. Il en résulte des troubles allergiques, dont le plus banal est le prurit.

La fiche de l’AFSSA indique que « la formation d’histamine est essentiellement d’origine microbienne. Les micro-organismes producteurs sont essentiellement mésophiles, ce sont notamment des Entérobactéries. La prolifération d’espèces productrice d’histamine dans la flore intestinale, liée à la prise d’antibiotiques ou au régime alimentaire (lactobacilles) pourrait en être un facteur de déclenchement.

histamine-intolerance

 

L’augmentation rapide du taux d’histamine peut aussi être occasionnée par:

  • un effort physique
  • un stress émotionnel soudain
  • des fluctuations hormonales: les femmes développent souvent des réactions allergiques avant le début de leurs règles
  • des maladies infectieuses
  • certains médicaments

Les aliments riches en histamine

La teneur en histamine varie selon la fraîcheur, les conditions de stockage et le mode de fabrication des aliments. La règle veut que plus un aliment mûrit, plus sa teneur en histamine augmente.

Les aliments non transformés ont généralement une très faible teneur en histamine. Elle peut toutefois augmenter par fermentation, maturation ou stockage. Cela vaut également pour les aliments périssables ou stockés de façon inappropriée tels que:

  • les boissons alcoolisées (notamment le vin rouge, certains types de bière, le saké)
  • les fromages (longuement affinés, tels le roquefort)
  • la saucisse: saucisson cru, salami, cervelas
  • la viande: foie de porc et de bœuf (teneur très élevée), le jambon de Parme, la viande des Grisons, le lard (l’histamine augmente avec la maturation)
  • les poissons et fruits de mer (notamment le maquereau, les anchois, le hareng, le thon, la truite, la marinade de poisson, les poissons marinés)
  • la levure de bière et les aliments fermentés (vin, bière, choucroute)
  • le café, la poudre de cacao, le chocolat et les produits chocolatés
  • les produits à base de soja et de tofu
  • la farine de blé
  • les légumes: choucroute, légumes marinés dans le vinaigre, marinades de légumes
  • les fruits: fraise, framboise, kiwi, poire, banane, agrumes, ananas (NB. la teneur en histamine augmente lors de leur transformation !)
  • toutes sortes de noix
  • mais aussi les exhausteurs de goût et les colorants

Parmi ces aliments, on distingue ceux qui augmentent la libération d’histamine par l’organisme (parce qu’ils contiennent des libérateurs d’histamine) et ceux qui bloquent l’enzyme diaminoxydase. Cette liste n’est pas exhaustive. Elle a été établie d’après l’expérience de patients et doit être complétée par les personnes concernées.

Cela ne doit pas être confondu avec la libération d’histamine lors d’une allergie alimentaire.
L’ingestion d’aliments riches en histamine peut provoquer les symptômes suivants:

  • peau : rougeurs, démangeaisons, urticaire (formation de plaques prurigineuses)
  • système nerveux central: maux de tête, sensation de chaleur, migraine, vertiges
  • voies respiratoires: écoulements nasaux, gonflement des muqueuses nasales, difficultés respiratoires, asthme bronchique
  • appareil gastro-intestinal: ballonnements, diarrhées, nausée/vomissements, douleurs abdominales
  • système cardiovasculaire: chute de tension, palpitations, troubles du rythme cardiaque, tachycardie
  • dysménorrhée (troubles du cycle menstruel)

Le gonflement des muqueuses nasales suite à la consommation de vin rouge ou de fromage est également typique, car ces produits sont très riches en histamine et contiennent beaucoup de libérateurs d’histamine.

Comment le médecin diagnostique-t-il une intolérance à l’histamine?

Le recueil détaillé des antécédents médicaux du patient (anamnèse) constitue la première étape. Le médecin peut s’aider d’un journal tenu par le patient concernant son alimentation et ses troubles (lesquels? quand? dans quelle mesure ?).

Dans la plupart des cas, le médecin recommande un régime d’éviction. Il s’agit pour le patient de suivre un régime pauvre en histamine pendant environ quatre semaines. Chez les personnes souffrant d’une intolérance à l’histamine avérée, l’amélioration des symptômes est alors rapide. Pour établir un diagnostic définitif, le médecin procède à un test de provocation orale contrôlé.

Les examens de laboratoire suivants sont pratiqués dans le cadre du diagnostic d’intolérance à l’histamine:

  • mesure du taux de vitamine B6
  • mesure de l’activité de la diaminoxydase
  • test de libération d’histamine (test de stimulation)
  • mesure du taux d’histamine dans le sang

 

Comment traiter l’intolérance à l’histamine?

Une alimentation pauvre en histamine constitue l’élément principal. On trouve parmi les aliments pauvres en histamine:
  • la viande (fraîche, réfrigérée, congelée)
  • le poisson (frais ou congelé)
  • les fruits frais: melon, myrtille, airelle, litchi, mangue, kaki, cerise, cassis/groseille, abricot, pomme
  • les légumes frais: salade verte, choux, betterave rouge, potiron, oignon, radis, doucette, piment, carotte, brocoli, pomme de terre, concombre, poireau, courgette, maïs, asperge, ail, rhubarbe
  • les céréales et les pâtes (pâtes à base d’épeautre, de maïs, de riz, pain de seigle sans levain, pain croustillant à base de maïs ou de riz, riz, flocons d’avoine, galette de riz, farine de maïs, de riz ou de millet)
  • le lait et les produits laitiers (hormis les fromages à pâte dure)
  • les substituts de lait (lait de riz, lait de coco)
  • tous les jus de fruits à base d’agrumes, tous les jus de légumes (hormis le jus de choucroute)
  • les tisanes
  • les bières à fermentation basse, eaux-de-vie claires (vodka, rhum), les vins blancs
  • le thé vert
  • le jaune d’œuf

 

Autres règles de base à respecter:

  • Consommez les aliments le plus frais possible; ne mangez pas d’aliments trop mûrs ou d’aliments en conserve !
  • Consommez des aliments manipulés selon les règles d’hygiène.
  • Ne consommez pas d’alcool juste avant, pendant ou juste après le repas; évitez le vin rouge et la bière blanche.
  • Ne mangez pas d’aliments ayant subi un processus de maturation (par ex. la choucroute, le fromage bien fait).
  • Privilégiez le poisson frais ou congelé au poisson fumé, séché ou salé. Rincez le poisson à l’eau avant de le préparer (l’histamine est soluble dans l’eau).
  • La cuisson et la congélation ne modifient pas la teneur en amines biogènes des aliments !
  • Informez toujours votre médecin de votre intolérance à l’histamine avant d’entamer un traitement, surtout avant une opération sous anesthésie.
  • Ayez toujours votre kit d’urgence avec vous (il vous sera prescrit par votre médecin).
  • Vous devez éviter certains médicaments (demandez à votre médecin traitant!)
  • Consommez toujours les aliments tout juste sortis du réfrigérateur, ne les sortez pas à l’avance et ne les laissez pas tempérer.

 

Traitement médicamenteux : 

  1. Les antihistaminiques sont des médicaments qui inhibent les récepteurs histaminiques H1 (manifestations allergiques) et H2 (estomac). En bloquant les récepteurs de l’histamine, les antihistaminiques empêchent l’histamine d’agir. La tritoqualine (Hypostamine) inhibe la transformation d’histidine en histamine. Il existe au moins un antihistaminique atypique utilisé en thérapeutique qui agit en inhibant la L-histidine décarboxylase (tritoqualine).
  2. L’administration de vitamine C et de compléments de vitamine B6 semblent améliorer les symptômes.
  3. L’acide cromoglicique diminue le taux d’histamine dans l’organisme et freine la libération d’histamine.
A propos de l'auteur
Jean Yves Henry

Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur.
Auteur d’une dizaine d’ouvrages, il coordonne l’enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l’aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.