L’organothérapie

alt

 

L’organothérapie

.

Les sarcodes (de « Sarcx »= la chair), ou « organothérapiques » sont des produits (sécrétions) ouextraits tissulaires sains, d’origine animale De quoi s’agit-il me direz-vous ? Citons quelques exemple dans la matière médicale homéopathique : Lac caninumCholesterinumThyroidinum…. (le sarcode est un remède tiré d’une partie d’un animal et non de l’animal entier, ce qui exclut de la définition des remèdes comme : Apis mel., Asterias rubensCoccus cactiHomarus… qui sont des triturations d’animaux entiers).

Fonctionne selon la loi d’identité : « Une substance à dose infinitésimale (diluée et dynamisée) a une activité sur son propre métabolisme« .

  1. Loi qui est démontrée par de nombreuses expériences scientifiques (ex. : intoxication du pigeon à l’arsenic puis récupération de la chronaxie et reprise des éliminations du toxique après des doses homéopathiques d’Arsenicum album),
  2. Loi qui a de nombreuses applications pratiques : oligo-éléments / sels biochimiques de Schüssler / isothérapie / organothérapie …

NB. : plus la substance utilisée a un rôle physiologique important, plus son action sera étendue.

 

L’utilisation en dilutions basses ou moyennes (4 D à 10 DH) des sarcodes est optimale, au dessus, les proving restent très fragmentaires. Dans la riche liste des sarcodes, voyons ensemble quelques remèdes de la matière médicale aux origines et/ou utilisations peu connues :

  • Amnios liquidum, le liquide amniotique, a été utilisé en injection pour le traitement de certaines affections cancéreuses (?!).
  • Arenaria tela, la toile d’araignée, remarquable pour certaines hémorragies.
  • Cervus, peau et poils de cerf, que l’on mettait dans les thériaques autrefois.
  • Hippomanes, substance muqueuse de l’allantoide d’une pouliche.
  • Oleum jecoris aselli, l’huile de foie de morue.
  • Ovi galli pellicula, pellicule interne de la coquille de l’œuf de poule, remède des ovarialgies gauche, à noter que la poule n’a qu’un ovaire, le gauche !
  • Sphingurus, trituration de piquants de porc-épic…
  • etc …

Il ne faut pas la confondre l’organothérapie avec l’opothérapie substitutive (l’administration pondérale ayant toujours pour conséquence d’induire un ralentissement des sécrétions endogènes). Son principe est celui de la régulation de l’organe homologue du malade. L’apport d’AG organiques (ou d’AC spécifiques, comme vous le verrez au chapitre « sérothérapie ») stimule les équilibres du SRE (en effet, un tissu vieillissant est reconnu comme pathologique et éliminé, la régénération s’active alors, c’est « l’effet cytotrophique ») : 

Notons par exemple l’effet cyto-trophique remarquable de certains organes du SRE :

  • Foie = relance métabolique
  • Rate = effet anti-viral, herpès, aphtose, diarrhées saisonnières…,
  • Os, Poumon, Intestin grêle = anti-infectieux bactérien,
  • Pancréas = anti-inflammatoire et digestif …,
  • Thymus, Placenta = augmente l’immunotolérance lors des maladies auto-immunes (les AC d’organes produits en trop grande quantité par le SRE, s’attaquent alors aux cellules normales).

Ne pas se laisser égarer par des notions simplificatrices (malheureusement trop répandues) :

a / l’organe agit sur l’organe = vrai et faux ! Ce n’est pas parce que l’on a mal au pied qu’il faut utiliser l’organe « pied ». En matière de sarcodes, ce qui compte, ce sont les correspondances histologiques et physiopathologiques : ainsi une trentaine de souches suffisent en pratique, il ne faut pas tomber dans des analogies trop strictes,

b / l’organe agit en « stimulation » par les basses dilutions, en « freination » par les dilutions hautes = faux ! Car le type de réponse dépend beaucoup de l’organe utilisé, du malade et de la pathologie en cours. En fait elle est essentiellement stimulante (basses dilutions) et à peu d’action en dilutions hautes?  

.

alt

.

Les organes au sein des complexes SUIS (organothérapie d’origine porc du laboratoire Heel) ou unitaires : 

Pôle métabolique  … l’organe Foie = relance métabolique (enfant ou convalescent), effet anti-tumoral remarquable (s’il ne s’agit pas d’une atteinte hépatique !):

  • Hepar suis comp. … fonction hépato-vésiculaire (anti-inflammatoire et détoxiquant)
  • Testis suis comp. … fonction sexuelle chez l’homme (C.I. si cancer génital)
  • Oculus totalis suis-Injeel / Retina suis-Injeel / Vesica fellea suis-Injeel … 

Pôle vasculaire … mobilise le sang (qui contient « Shen » !)

  • Cor suis compositum … fonction cardio-vasculaire (hypo TA, arythmie, OAP…)
  • Thyroïdea suis comp. … fonction thyroïdienne hypo
  • Thalamus suis comp.  … contient thalamus, épiphyse, surrénale 
  • Aorta suis-Injeel / Arteria suis-Injeel / Sanguis suis-Injeel … 

Pôle lymphoïde … Rate = effet anti-viral, herpès, aphtose, diarrhées saisonnières, choc vasculaire … Pancréas = anti-inflammatoire

  • Syzygium compositum …  pancréas endocrine, diabète gras et complications
  • Tonsilla suis compositum … tous les blocages lymphoïdes
  • Placenta suis comp. … contient placenta, veine et artère, hypophyse
  • Cerebrum suis comp. … fonction corticale, tr. de mémoire, dépression
  • Gingiva suis-Injeel / Hypophysis suis-Injeel … 

Pôle cutanéo-muqueux … Poumon, Colon = anti-infectieux bactérien … Thymus = augmente l’immunotolérance lors des maladies auto-immunes

  • Cutis suis compositum … fonction cutanée (mycoses, alopécie, sclérodermie…)
  • Mucosa suis comp…. affections et catarrhes muqueux (respirat., digestives et génitales)
  • Ovarium suis compositum …  fonction génitale féminine (contient utérus et hypophyse)
  • Bronchus suis-Injeel / Colon suis-Injeel / Glandula thymi suis Injeel  … 

Pôle conjonctif … minéralisation, squelette et « entrailles curieuses » …

  • Solidago compositum …  fonction rénale (petit effet diurétique)
  • Cartilago suis comp. … arthrose (contient embryon total et placenta)
  • Discus suis compositum …  fonction articulaire rachidienne (contient surrénale et embryon)
  • Uterus suis-Injeel / Ren suis-Injeel / Medula ossis suis-Injeel …                                                                                

L’organothérapie du laboratoire SEROLAB est également intéressante (gouttes buvables en unitaire), voir le fichier correspondant sur ce site …

 

Six règles thérapeutiques sont à respecter pour une organothérapie optimale :

Dans les cas d’insuffisance :

1 – choisir un organe du pôle « attaqué » (cf. pentagramme de la MTC). Exemple : dans un asthme, on pourra faire du Poumon (pôle Tuberculinique), mais aussi du Colon (GI), Thymus, Ovaire, Sous-cortex ou Peau.

2 – limiter l’action du pôle « attaquant » en tonifiant les organes du pôle qui le contrôle. Exemple : comme c’est le pôle Coeur (Sycose) qui appuit (trop fort) sur le Poumon, on peut contrôler cette action pathologique en faisant de la Surrénale (pôle Luèse), mais aussi du Rein, de l’Os ou de la Vertèbre.

3 – nourrir le pôle attaqué en tonifiant sa « mêre » (pôle qui le nourrit dans le cycle Chen). Exemple : dans cet exemple, on pourra faire de la Rate (pôle adaptation), mais aussi du Pancréas, de l’Estomac, du Placenta, de l’Hypophyse ou de l’arcade dentaire. 

Dans les cas de « plénitude », il faudra au contraire associer un organe du pôle affecté avec un organe du pôle qui le contrôle. Par exemple, dans le cas d’une rhinopharyngite de l’enfant (pôle lymphoïde) on utilisera Tonsilla suis comp. (la Rate), associé à Hepar suis comp. (le Foie).

Il faut surtout éviter ++ (cause de presque toutes les aggravations !):

4 – de stimuler plus de trois organes à la fois, si possible choisir un organe répondant à chacune des trois règles,

5 – de tonifier les organes du pôle attaquant (dans notre exemple, ne pas faire de Myocarde, ni d’Intestin grêle ou de Thyroïde), ou le pôle que le nourrit (Foie et Vésicule biliaire), sous peine d’une aggravation symptomatique désagréable.

6 – ne pas tonifier un organe plein de « pervers » :

  • exemple 1 : dans un cas de cancer, ne jamais utiliser un organe correspondant à un tissu envahi, ainsi éviter au moindre doute : Mamma suis Injeel / Prostata suis-Injeel  …
  • exemple 2 : pas de poumon dans un asthme Yin (plénitude : aggravé la nuit, en décubitus, au froid …),
  • exemple 3 : une émotion qui ne s’est pas exprimée est une énergie perturbée sur l’organe correspondant (poumon = tristesse/ rein = dépression / foie = colère …cf. MTC).

.

Principales sources d’organothérapie :

A – L’organothérapie « diluée et dynamisée » (ODD) des laboratoires homéopathiques français (4 CH dilution minimale délivrée, jusqu’à la 30 CH !). Organes lyophilisés, puis montées à l’alcool (ces manipulations modifieraient l’aspect spatial de la molécule, c’est à dire ses propriétés antigéniques),

B – Par expérience, nous préférons :

  • les médicaments préparés à partir d’organes frais (organolysats des lab. Heel, Serolab ou Weleda),
  • les basses dilutions par voie injectable, endo-nasale (aéropulseur), gouttes perlinguales ou suppositoires.

C – L’organothérapie embryonnaire (l’embryon prélevé est à moins de 1/3 de son temps de gestation) est encore utilisée par quelques cliniques européennes, à des concentrations variant de 1/5 ème au 1/40 ème. Très efficace (concentration importante), mais chère et de conservation délicate (frigidaire obligatoire pour ces souches).

NB.1 l’organe « Placenta », supprimé par décret, est remplacé par « Cordon ombilical ».

NB.2 l’apparition récente de la « maladie des vaches folles », due à un prion (séquence protéique infectante induisant une réaction immune gravissime), a conduit l’ensemble des laboratoires a abandonner les souches d’origine bovine.

NB.3 les Organothérapiques (AG) peuvent être associés à une sérothérapie (AC) du même organe, pour une action plus rapide et durable !

.

Bibliographie d’organothérapie :

  1. NIEHANS P. « La thérapie cellulaire » (ed. Payot, Lausanne 1958)
  2. BERGERET Cl. et TETAU M. « L’organothérapie diluée et dynamisée » (ed. Maloine 1973)
  3. JULIAN O.A. « Traité de micro-immunothérapie dynamisée » (ed. le François 1977)
  4. PALAISEUL J. « Tous les espoirs de guérir » tome 2 (ed. j’ai lu 1979)
  5. « Abécédaire pour la pratique : Revitorgan-thérapie » lab. Revitorgan (RFA 1982)
A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.