L’orthopédie dento-faciale

alt

Les troubles induits par un mauvais équilibre de la mandibule sont incroyablement nombreux, quelque soit l’âge … Cela peut aller des nez bouchés, des tics de la face chez les petits enfants, des acouphènes et/ou vertiges, des otites récidivantes, des cervico-dorsalgies (les chaines tendino-musculaires antéropostérieures, antérolatérales et postéro-latérales de tout le corps se terminent dans la région), des douleurs des épaules, du canal carpien (poignet), des scolioses, jusqu’aux douleurs des hanches et des genoux, les dyslexies (problème occlusal et respiratoire), le ronflement nocturne … !

Savez-vous que repositionnement de la mandibule sur un plan horizontal et vertical peut régler tous ces problèmes ?

L’orthopédie dento-faciale

C’est une pratique qui commence à se faire connaitre … Voyons sur quoi elle repose :

  1. Les structures … elles assurent : respiration/phonation/mastication et déglutition
  2. La dent est la structure la plus solide du corps
  3. Elle repose sur un os alvéolaire qui reste (relativement) malléable à l’âge adulte
  4. Celui-ci repose sur un os basal (crâne et mandibule) qui est fixé tôt.
  5. La langue est le muscle le plus puissant de la région. Rattachée au crâne par le biais de l’os hyoïde et des ligaments stylo-hyoïdiens, son extrémité supérieure doit normalement reposer sur le palais.
  6. La mandibule est l’articulation principale du pôle supérieur, comme les hanches au pôle inférieur.

La mise en place des structures … durant l’enfance, période de croissance crânio-faciale

  1. Les sutures crâniennes se soudent à l’âge de 3 ans (rôle de l’ostéopathe ++)
  2. Les sutures des os de la face se soudent à l’âge de 7 ans (limite de l’orthopédie préventive)
  3. La structure de l’os mandibulaire est fixée à l’âge de 15 ans (limite de l’orthodontie)
  4. Une position basse de la langue dans la bouche ne permettra pas l’élargissement du maxillaire et de l’arc dentaire.

L’équilibre des structures … intérêt des traitements précoces

 Les plans (visuel / respiratoire / masticatoire) doivent être horizontauxLe plan sphénoïdal et le plan frontal doivent faire 116,4 ° (sinon avance ou recul de la mandibule, car la position des condyles temporaux règle l’ouverture de la bouche) :

  • si l’angle sphénoïdal est supérieur à 116 ° = CLASSE II due au recul de la mandibule.
  • si l’angle sphénoïdal est inférieur à 116 ° = CLASSE III due à l’avancée de la mandibule.

L’ATM est situé juste à coté du conduit auditif externe et de la trompe d’Eustache (d’où son rôle capital dans les otites séreuses récidivantes). NB. Quatre méridiens d’acupuncture passent d’ailleurs par l’articulation de la mâchoire (ATM): le triple réchauffeur, l’estomac, le gros intestin et la vésicule biliaire !

Les obstacles respiratoires (amygdales et végétations) induisent des malpositions de langue.

 

La symptomatologie de ces dysfonctions est énorme …Si durant la journée on marche sur ses pieds, durant la nuit on marche sur la mandibule, d’où la fatigue, les céphalées, migraines et douleurs corporelles au réveil !

alt

Il convient donc de faire un « bilan crânio-facial » …

  • Radiographies du crâne (face et profil) + panoramique dentaire (bouche fermée, dents serrées – sans cale, avec vision des ATM)
  • Bilan de l’occlusion (empreintes éventuelles)
  • Test d’horizontalité (crayon en travers des dents, en avalant sa salive)
  • Bilan podologique, dans le cas d’une scoliose (les pressions ne sont pas dans l’axe aux deux extrémités de la colonne, qui se déforme alors comme un ressort).

Les traitements de repositionnement … intérêt des traitements précoces ++

  • Repositionnement de l’ATM (dans les axes horizontal et vertical) pour recentrer la mandibule
  • Correction de la position de la langue : la succion (percer – avec une aiguille – la pulpe de la tétine à partir de l’âge de 3 ans), plus tard, mettre des plaques palatines « antipouce » (avec un trou pour y coller la langue : bon exercice de rééducation) ou/et des chaussettes longues aux bras la nuit !
  • Correction de l’occlusion : stellite de repositionnement s’il manque une dent.

Les outils utilisés sont multiples … ils dépendent bien sûr de l’âge du patient et de la nature des lésions objectivées.

Depuis les simples exercices de phonation, le port de plaques palatines (qui modifient les os du crane dans les trois sens de l’espace, grâce à des petits vérins qui ajustent les tensions), en passant par le port d’une gouttière inférieure fonctionnelle personnalisée visant à l’horizontalisation du plan mandibulaire (à équilibrer en position allongée : mandibule en retrait),

 

alt

ou de gouttières supérieure et inférieure personnalisées visant le repositionnement de la mandibule : allonger la mandibule en retrait ou reculer la mandibule avancée et avancer le prémaxillaire en retrait, afin de mettre le patient en CLASSE I squelettique et en CLASSE I alvéolaire, d’obtenir le repositionnement de la langue et une respiration nasale physiologique, jusqu’à des actes de chirurgie si nécessaire.

 

Dès la cinquantaine, une supplémentation de vitamine D, de sels de silice, des acides gras Oméga 3 (selon le cas – d’où l’intérêt des bilans BNS) protègera les structures occlusales (gencives et os alvéolaire surtout) soumises à des tensions permanentes et considérables (stress nerveux, désadaptation hormonale …). L’arrêt définitif du tabac est bien sûr un préalable.

 Les erreurs les plus communément rencontrées sont :

  • Les gouttières haut et bas = détendent … mais reproduisent le problème initial !
  • Les gouttières qui avancent la mandibule (traitement du ronflement) … ont un mauvais impact fonctionnel.
  • Les appareils d’ortho fixes ne doivent servir qu’à recentrer les dents, et à partir de l’âge de 12 ans, ils n’ont plus d’effet que sur l’os alvéolaire.
  • Les manipulations ostéopathiques de l’ATM ne servent pas à grand-chose à l’âge adulte. Préférez (dès l’enfance) une kinésithérapie orientée de la langue (en poussant la joue controlatérale) et un travail sur les chaînes ligamentaires et musculaires effectué en les équilibrant.

Une formation approfondie pour les plus curieux d’entre vous ?

 

Notre amie la drs Jeanine MERIENNE (Orthodontiste et praticienne hospitalière en stomatologie à l’hôpital de ROANNE) nous dit :

« Après avoir fait un bilan craniofacial, en repositionnant horizontalement la mandibule, on enlève : les migraines, les acouphènes et les vertiges, les douleurs des oreilles (j’élimine les compressions), les douleurs cervico-dorsales, les douleurs des épaules, les douleurs des hanches et des genoux (Je travaille sur les chaînes ligamentaires et musculaires en les restructurant)… »

.

Bibliographie :

PEREZ Philippe « Troubles posturaux d’origine temporo-mandibulaire, voies réflexes nociceptives, modèle neurophysiopostural » (IIHP)

CHAUVOIS A., FOURNIER M., GIRARDIN F. « Rééducation des fonctions dans la thérapeutique orthodontique » (ed. SID 1991)

 

Rééducation de la langue :

http://www.medecine-integree.com/Dossiers-2010/lorthopedie-dento-faciale.html

 

 

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.