MAI de la peau et des muqueuses

Maladies auto-immunes de la peau et des muqueuses

 

Des mécanismes immuns ont été mis en évidence dans de nombreuses dermatoses, soit qu’il s’agisse de maladies frappant essentiellement le derme, soit que les signes cutanés s’intègrent dans une maladie de système.       

 

Le Vitiligo … Cette affection peu fréquente, mais très disgracieuse par la généralisation des « taches achromiques », est liée à la destruction des mélanocytes épidermiques, et fait actuellement l’objet d’un certain nombre d’explications immunologiques … On observe d’ailleurs que certains de ces patients présentent conjointement une autre pathologie cutanée : acné, para-psoriasis … ou endocrinienne (diabète, maladie de Basedow, thyroïdite …) ou un Lupus …

Vitiligo  affection très marquée chez les patients à peau noire !

*  Pour la MTC, c’est la manifestation psychoaffective d’un trouble du sang (donc lié à l’émotionnel) qui s’exprime à la peau. Le traitement classique repose d’ailleurs essentiellement sur la PUVA thérapie, « chaleur » qui fait circuler le vasculaire superficiel.

*  Pour l’anthroposophe, le vitiligo est la manifestation d’une insuffisance du « processus fer » en périphérie de l’organisme, on préconise donc : « Urtica Ferro culta » D3, 10 gouttes, trois fois par jour

« Chalcosine » D6, trituration, une mesurette trois fois par jour

Avec sur les lésions : Dulcamara flos. TM 15%, Lysimachia TM 15% aa Gel

 

Leucodermie

Formule d’homéopathie complexiste d’un homéopathe pakistanais (sans garantie !)

Dans le but d’approfondir nos connaissances sur cette affection chronique à l’évolution désespérante, nous avons réalisé des BNS – avant tout  traitement – sur une vingtaine de ces patients, sélectionnés par une consoeur dermatologue de notre groupe. Nous avons ainsi pu observer : 

  1. —  des bilans avec hyper Gamma-précipitines (typique des MAI)
  2. —  quelques tests significativement déviés : Argentum, Zincum

L’affinité pour l’Argent pose le problème du rôle particulier des cellules argentaphiles hypophysaires dans le développement de cette affection ?.

L’hyper Zincum (marqueur de SEPIA – remède de l’axe Poumon-Foie) conforte le choix de ce remède, le plus souvent indiqué par la clinique.

Parmi les plantes le plus souvent proposées par le programme informatique, on trouve 3 plantes d’impact dermatologique : Arctium lappa  (mg), Calendula off. (hg) et Juniperus communis  (ch). Ainsi que 3 plantes de dysfonctions vasculaires et hormonales : Agrimonia eupatoria  (mg), Aristolochia clematitis  (na) et Glycyrhizza glabra (s).

Ont été également essayé le nosode de la lèpre (aussi maladie acromique) : Leprominum  

Les oligo-éléments : Magnésium + Sélénium + Zinc   …      et lesVitamines A+C+E    

Le résultat pratique des traitements entrepris sur ce groupe de malades s’est révélé décevant, les patients ne voyant pas de résultats évidents cessant au bout de quelques mois la thérapeutique entreprise.

Plus récemment, l’hypothèse d’une intoxication aux métaux lourds ayant été soulevée, suite à un examen au PhysioScan : une de nos consoeurs a obtenu un très beau résultat avec une détoxication prolongée (Chloréla + huile de requin …). Elle a ensuite appliqué ce traitement à d’autres patients porteurs de vitiligo et a pu constater des améliorations substatielles … à suivre !

 

Le Lichen plan reste une affection assez mystérieuse : dermite papuleuse caractérisée par un « réseau lichennien », apparaissant après un choc affectif, émotionnel ou la prise d’un médicament. Le prurit est très important. Recherchez l’atteinte vulvaire et buccale et si les lésions sont érosives (NB. petit risque d’une dégénérescence cancéreuse !). Maladie qui semble être associé fréquemment à une infection chronique du virus de l’hépatite C. Il existe des formes du cuir chevelu (alopécie) et des ongles (striés et cassants).

Diagnostic différentiel : les dermatoses lichenoïdes d’origine médicamenteuse.

En homéopathie, comme pour le psoriasis, essayez de toujours d’associer le polycrest et son draineur cutané :

  • Sulfur iodatum  avec Juglans cinerea (la peau qui élimine) ou Fagopyrum (prurit nocturne).
  • Arsenicum album (ou Arsenicum iodatum) avec Antimonium crudum
  • Lycopodium (al) avec Ledum palustre (al)
  • Mercurius corrosivus avec Arnica (hg)  inflammation et fissures 
  • Causticum avec Sarsaparilla (am)                    
  • Natrum arsenicosum avec Staphysagria (na)
  • Plumbum avec Oleander (pb)                          

et une Tuberculine … car c’est une maladie de peau chronique

Lichen plan buccal : développé sur ce site dans la FMC Dentaire

LPB

 

Le Lichen vulvaire scléro-atrophique

Le LP génital est de diagnostic facile en présence de lésions blanchâtres avec un aspect clinique évocateur et une histologie caractéristique. En revanche, le diagnostic est plus difficile devant des lésions érosives. On observe dans les antécédents un nombre remarquable d’hépatites C. L’évolution du LP est très variable d’un individu à l’autre. Les formes aiguës, spontanément régressives en quelques semaines, sont rares. Plus fréquemment, surtout au niveau muqueux, la maladie se chronicise en dépit des traitements (corticoïdes locaux essentiellement). Il y a un petit risque d’évolution néoplasique, donc à surveiller régulièrement.

Traitement proposé par les médecins anthroposophes :

Formica rufa D8 amp. + Viscum fermenté Pini 0,01 en sous-cut. une fois par semaine

Localement : Graphites D1 pommade (très peu)

 

Le pemphigus vulgaire : maladie bulleuse de la peau et des muqueuses (parfois déclenchée par des médicaments : Ampicilline, Captopril, la Phénylbutazone ou la D-pénicillamine …), correspondant à une acantholyse auto-immune. L’auto-anticorps, une IgG le plus souvent, est dirigée contre un AG membranaire. Un diagnostic précoce est essentiel pour une évolution favorable, car sans traitement d’attaque (corticoïdes), il s’agit d’une affection rapidement fatale.

Remèdes homéopathiques : Hura (hg) euphorbiacée du Brésil, Mancinella (hg) et Rhus sceleratus

Cette affection pourra bénéficier de remèdes complexes : APIS Homacord, CUTIS Comp., GALIUM-Heel, HEPEEL, LYMPHOMYOSOT (Myosotis comp. en Suisse)…

PemphigusV

 

La dermite herpétiforme : maladie qui survient au décours d’une entéropathie au gluten, avec présence de dépôts d’IgA.

La pelade … voir « hôpital virtuel » au service de Dermatologie, rubrique « Alopécie »

Le psoriasis     … voir « hôpital virtuel » au service de Dermatologie

 

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.