Medorrhinum

Medorrhinum

Nosode de la sycose : «  Les préjugés « 

Lysat de sécrétions urétrales blennorragiques (gonocoques) en dehors de tout traitement. Neisseria gonorrhée ressemblent au germe de la méningite … d’où beaucoup de symptômes d’obnubilation. Nosode du « vide » chronique de Feu et de Shen de l’élément CÅ“ur, au principe de l’identité.

Causalité : La souffrance existentielle du vieillissement / avec son déni !

« La mélancolie, le remords, la culpabilité et l’auto-accusation côtoient sans peine le côté rabelaisien et l’appétit de vivre » (C. Coulter).

Problématique : Les stéréotypes (pas de sens critique) et les préjugés !

Fermé à toute création, il vit sur ses acquis, en confondant les statuts et les rôles.


Psyché : Sur la défensive, il cherche à occuper l’espace

C’est l’image travestie du courtisan : il arrive à ses fins par la manipulation de son entourage (égoïsme et cupidité), qu’il surveille avec suspicion !

« Le Sycotique triomphant et suffisant est soupçonneux, méfiant, car il sait bien qu’il ne trompe personne, même pas lui-même avec son auto-déification » (Masi).

« Fait tout à la hâte » (H.C Allen) : il veut être partout à la fois, mais s’il fait quelque chose, n’a ni organisation, ni méthode. Ne veux rien perdre … dans l’immobilisme (cf. de nombreux hommes politiques ?) !

Soma : « Patient intoxiqué, dont le métabolisme est empoisonné par un mal à l’évolution lente et chronique » (Hodiamont).

1 – infection (génitale) chronique —-> profusion des sécrétions au niveau du pôle poumon : catarrhes ORL incessants (Dulcamara), leucorrhées et affections cutanées pruriantes : eczéma, psoriasis, intertrigo … transpiration fétide.

2 – rhumatismes : raideur douloureuse chronique des articulations, avec dérouillage (Rhus tox.), améliorés par l’humidité (Causticum), aggravés par l’orage : pelvispondylite (Aurum, Phytolacca), sciatiques, arthrites, tendinites, talalgies +, métatarsalgies ++ … « Il est rare que les rhumatisants n’en aient pas besoin comme remède réactif » (P. Schmidt).

3 – excroissances des tissus = polype du nez, des sinus, de la vessie, verrues pédiculées, épithélioma baso-cellulaire …

4 – anémie : asthénie et frilosité (froideurs localisées : bout du nez et des seins). Il mange peu, mais grossit (il faut qu’il se protège = hyper-structure).

Modalités : aggravé par temps sec et froid (Causticum), avant l’orage, le jour (les douleurs), la nuit (les symptômes mentaux)


Cybernétique : « Il cherche à se faire passer pour autre chose que ce qu’il est réellement » (G.Withoulkas), mais alors que Thuya occidentalis (na) est obsessionnel et lent, Medorrhinum est précipité.


A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.