Méthodes de diagnostic : l’observation

Les METHODES DE DIAGNOSTIC en MTC

Le diagnostic en MTC est une méthode destinée à analyser une maladie et à recueillir des informations sur l’état du patient, grâce à ce que l’on appelle « les quatre examens« . :

  1. l’observation,
  2. l’interrogatoire
  3. l’auscultation,
  4. et à la palpation.

Le corps humain est un ensemble organique unifié dans les différentes parties sont liées entre elles par le système des méridiens et de leurs branches collatérales, par l’intermédiaire desquelles une affection localisée peut avoir un retentissement sur tout l’organisme, ou encore une réflexion interne peut se manifester à la surface. Il est dit : « Ce qui est interne se manifeste inéluctablement à l’extérieur ».

Ainsi, par les manifestations visibles à la superficie du corps d’un malade, on peut déduire l’existence d’une affection interne ou localisée. Pour savoir ce qui se passe à l’intérieur, il faut observer ce que l’on voit à l’extérieur, Pour porter un diagnostic sur ce qui se manifeste à l’extérieur, il est  nécessaire de comprendre ce qui se passe à l’intérieur !

Nous verrons donc successivement l’observation de :

  1. Shen
  2. du visage
  3. des yeux
  4. de la langue
  5. de l’apparence corporelle
  6. des sécrétats et des excrétats
  7. de la tête, des cheveux et des cinq orifices
  8. de la peau
  9. des vaisseaux
  10. de l’olfaction

L’interrogatoire et la palpation seront traités dans des dossiers indépendants.

 

AcuRapide

 

Pouvoir la synthèse de l’observation de la couleur du teint et de la palpation des pouls permet d’être infaillible.      On ne peut en omettre aucune, il est indispensable de les utiliser conjointement : c’est ce qu’on appelle « l’emploi simultané des quatre examens ».

Par la suite, il sera possible de comprendre de manière globale l’état du malade et de poser un diagnostic            juste. Si on en privilégie qu’une ou deux, on obtient qu’une vue partielle de l’état du patient.

 

1) L’Observation du Shen

Le Shen désigne d’une part l’esprit (vitalité/état de conscience), d’autre part les différentes manifestations, visibles à l’extérieur, qui reflète :

  • L ‘état des organes et des viscères
  • De l’énergie et du sang.
  • De la vitalité et de l’état du Jing

Que ce soit le Shen dans son acception d’activités mentales,

Que ce soit le Shen dans son acception de manifestations des organes et des viscères : problème de concordance entre un « feu du visage » et un mauvais état du corps … le Yin est lésé et le Yang s’échappe par le haut (car tous les méridiens vont au visage) !

Que ce soit le Shen dans son acception de l’énergie et du sang,

Examen de l’expression du visage

C’est la manifestation externe du Shen, donc de l’activité vitale du corps, donc de son état mental.

A) Etat de l’énergie correcte Zheng Qi :

Ling Shu ch. 32 : « Le Shen traduit l’abondance ou la faiblesse du Qi et du Sang des organes dans l’expression du visage ». L’état du Shen est le reflet de l’énergie correcte, donc permet de déterminer le niveau de gravité de la maladie.

B) Le Shen et l’état mental du patient :

L’observation de l’éclat des yeux et de ses modifications permet de connaître l’état de conscience, l’état mental et physique du patient. Le Jing Qi des organes se concentrent au niveau des yeux, ils sont l’ouverture du Foie et l’émissaire du Cœur et communique avec le cerveau. La tradition dit que : « Le Shen est conservé dans le Cœur, sa traduction externe est dans les Yeux ».

Le Shen a pour base matérielle l’énergie originelle et en reflète l’état.

C’est la raison pour laquelle les modifications du Shen représentent des indications majeures permettant de juger de l’importance de la maladie et de poser un diagnostic. Ceux qui possèdent du Shen ont une vie florissante, ceux qui perdent le Shen perdent aussi la vie. C’est bien pour cette raison que l’observation du Shen est si importante.

L’observation du Shen consiste principalement à analyser l’état de l’esprit du malade, à apprécier si sa conscience est claire et ces réactions vives.

Le point le plus important consiste en l’observation du regard.

Il est dit : « L’énergie quintessenciée des six organes et des six viscères monte et se déverse dans les yeux et que, par ailleurs, le cœur abrite le Shen, celui-ci se manifeste à l’extérieur dans les yeux ».

C’est pourquoi, on peut dire : « Les yeux sont le miroir du corps ». L’observation des modifications du regard permet de connaître l’état de l’énergie quintessenciée de l’organisme.

Globalement, on peut distinguer trois situations relatives au Shen :

  1. Présence de vitalité ou de Shen :

Lorsque chez un malade, on observe des yeux vifs et mobiles, un esprit clair et un discours cohérent, on considère qu’il « a du Shen », c’est ainsi que l’on définit la présence de vitalité. Dans ce cas, l’énergie droite n’est pas profondément blessée et l’énergie des organes n’est pas trop déficiente.

La présence du Shen manifeste l’abondance du Jing Qi : même si la pathologie est sérieuse, le pronostic reste bon. Les yeux sont vifs, brillants avec de l’éclat, le visage est brillant et a du Tau, la respiration est régulière et la conscience claire.

  1. Perte de vitalité ou perte du shen :

Lors ce que, chez un malade, on observe un regard éteint, sombre et sans éclat, un esprit confus et un discours incohérent, on considère que le shen est perdu. La perte du Shen indique une baisse de l’énergie correcte ; si la maladie est grave, le pronostic est plus réservé.

Les yeux sont ternes et le regard est éteint, les réactions sont lentes, la respiration irrégulière, le visage manque de lustre.

3.   Apparence de vitalité ou « faux Shen » :

Lorsque, chez un individu atteint de maladies graves et chroniques, on observe une transformation totale de l’état général, on remarque qu’il se met à parler sans discontinuer, qu’il a envie de manger et de pouvoir et que sa respiration devient régulière, tout comme s’il était en bonne santé, on considère que ces signes apparents sont le fait d’un « faux Shen ». Ce sont des manifestations trompeuses, au seuil de la mort, du à la dissociation du yin et du yang, Elles représentent les derniers sursauts de la vie d’un agonisant : « Les dernières lueurs du soleil couchant ».

Au cours d’une maladie grave, cette fausse vitalité et le présage d’une mort imminente.

En cas de démence, de folie et d’épilepsie l’observation du Shen est différente

Le faux Shen correspond à l’exclusion du Yin par le Yang (on l’appele « le mieux de la fin »), il se rencontre dans les maladies graves avec un pronostic sévère. Les yeux qui étaient éteints se rallument, l’état mental s’améliore brusquement, le teint retrouve de la couleur soudainement. Il va de soi que ce Feu est de courte durée et n’est que le prémice de la séparation de Shen qui n’a plus d’ancrage.

 

2) L’Observation du visage

L’observation du visage consiste à en apprécier sa couleur et son éclat, c’est-à-dire sa luminosité. On parle de couleur de l’énergie ou de couleur du Shen.

Puisque « L’énergie et le sang des 12 méridiens et des 365 branches collatérales montent et irriguent le visage ainsi que les orifices ». La luminosité du visage reflète donc état de l’énergie et du sang des organes et des viscères, des méridiens et de leurs collatéraux.

La couleur normale du visage des Chinois est d’un jaune rouge, léger et brillant. Il peut cependant exister des différences qui sont dues aux caractères héréditaires ou aux origines géographiques variées, ainsi qu’aux saisons, ou climat et aux diverses professions. Si la couleur du visage varie dans des limites normales qu’elles tendent soit vers le noir ou vers le blanc, mais qu’elle conserve cependant luminosité et brillance, elle est considérée comme normale.

De manière générale, quand la couleur du visage reste lumineuse et éclatante, l’énergie et le sang ne sont pas encore trop affaiblis : les affections sont plutôt superficielles, bénignes et facilement curables.

Si la couleur du visage est d’apparence sombre, terne sans luminosité et sans éclat, l’énergie et le Sang sont atteints : les affections sont plutôt grave, profondes et difficilement curables.

Le Teint du patient

Désigne la coloration du visage, le caractère de l’homme

Ling Shu ch. 4 : « Le Sang et le Qi des 12 méridiens se concentre dans au visage et travers ses ouvertures ». Cela montre que l’éclat et la couleur du visage sont l’expression du Qi et du Sang.

Le coloris du visage répond aux sentiments du cœur. Il désigne l’empreinte des sentiments sur le visage, par extension désigne « le rouge de la passion », « la convoitise de la chair » a le sens de charme, d’appétit sexuel et de volupté, c’est l’empreinte laissée sur le visage par les émotions du Cœur.

Soulier de Morant traduit Tsing (quintescence) par couleur, entendant par là aussi bien le reflet de l’état de cette énergie dans le comportement général de l’individu que dans la coloration particulière de la peau, principalement celle du visage.

Soulier de Morand : « Une énergie spéciale anime les 3 plans du psychisme : Hun, Shen et Po, elle est appelée couleur (Tsing) car sa présence se voit à la couleur du visage et à l’animation du regard ».

Il est tentant de rapprocher la couleur de la libido, mais il faut considérer que la couleur est la force de croissance de tout être vivant et que son aspect sexuel n’est que l’une des formes de son activité multiples de vie. Cette quintescence est la source de la puissance attractive d’un individu, ce qui constitue son « To », traduit par : vertu, puissance du charisme, influence, pouvoir, rayonnement.

Faire : 4 MC, 4 Rn,17 Jm,11 Rm

Le sujet en bonne santé

A) Son teint doit comporter en permanence la couleur jaunâtre de la terre et rosée marquant la présence de la circulation du Sang et de l’énergie.

B) Sa peau doit avoir du lustre et de la brillance qui sont les témoins d’une bonne circulation des liquides au niveau de la peau. Pour mémoire, la fonction de diffusion du poumon circule avec l’Energie.

Dans les problèmes de diffusion du Poumon, faire le 5 P (Point Ho de dispersion, quand l’Energie ne diffuse pas les liquides) et faire le 13 V (Fei Yu, point Shu de Poumon).

C) Le Teint fondamental ou « visage caché »

Chacun à une couleur physiologique dominante qui le suit toute son existence, cette teinte de base est plus ou moins marquée en fonction de la tempérance de la Terre. Si la quintescence de la Terre est absente, la couleur apparaît sans nuance comme pour les pouls et cela est grave.

D) Le visage apparent

Certaines écoles soulignent le fait que le teint de base de tout l’individu subit de légères variations d’ordre physiologiques au cours du déroulement de son existence. Les modifications suivent la loi des 5 éléments et sont très théoriquement liées aux saisons de la vie.

Par exemple : il est normal de voir du rose, rouge dans le teint d’un enfant, mais la présence de gris l’est beaucoup moins chez cet enfant alors qu’elle est presque physiologique chez une personne âgée.

Donc, tout individu possède un teint fondamental propre qui a tendance à se nuancer légèrement au cours de son existence en suivant le cycle Cheng de production.

Lorsqu’au cours de l’existence, les changements de couleurs suivent le cycle Ko, ce n’est pas physiologique. Cela indique les viscères à surveiller préventivement. Exemple de Ko: nuance blanche à 50 ans avec du rose, donc surveiller le Feu sur le Métal ou le Feu du Cœur.

Il faut faire la distinction entre la couleur fondamentale et la couleur apparente et la ou les couleurs dues à la pathologie. Exemple : Couleur blanche fondamentale à 65 ans ou se mêle un peu de gris, ce qui est normal car nous sommes en période hiver de la vie. (Il faut cependant surveiller l’Eau du Rein)

E) Le teint doit se nuancer de la qualité et couleur saisonnière surtout quand les saisons sont très marquées.

On peut considérer le teint fondamental comme le visage caché de l’individu et les variations de couleurs s’inscrivent soit en fonction des étapes du vieillissement ou en fonction des pathologies.

 

Les systèmes d’interprétation entre le grave et le bénin

L’atteinte occupe le visage dans sa globalité et peut se déplacer :

Ling Tchou ch. 49 : « Lorsqu’une couleur se propage vers le bas, les phénomènes morbides deviennent plus graves. Si elle se dirige vers le haut, ce sera une atténuation progressive des états morbides ».

« Si la face du malade se manifeste par une couleur brillante, la maladie s’améliorera tandis que si elle est terreuse, ce sera un signe d’aggravation ».

  • La couleur vive brillante signe un trouble du Yang dans le Biao
  • La couleur foncée terne signe un trouble Yin dans le Li
  • Lorsqu’une couleur se manifeste comme un voile de teinte vive très en surface, l’affection est dans le Biao, d’autant qu’elle est vers la périphérie du visage.
  • Si la couleur est profonde et mate et plus vers le centre du visage, l’affection est dans le Li.

Visage

Les Couleurs

Nous pouvons concevoir l’approche analytique du teint soit par rapport à la globalité, soit par rapport à la localisation des couleurs.

A) Les cinq couleurs du visage et les cinq organes.

D’après la théorie des cinq mouvements :

  • Le vert correspond au foie et au bois,
  • Le rouge correspond au cœur et au feu,
  • Le jaune correspond à la rate et à la terre,
  • Le blanc correspond au poumon et au métal
  • Le noir correspond au rein et à l’eau :

C’est la règle générale de correspondance des cinq organes. Toutefois, en clinique, on ne peut pas se borner à appliquer ses relations : il est nécessaire de les utiliser de manière souple et d’employer simultanément les quatre examens, afin de déterminer l’organe ou le viscère malade.

B) Les cinq couleurs et les principales affections

Le vert. Cette couleur signe essentiellement :

  • Le froid,
  • La douleur
  • La stagnation de Sang
  • Les convulsions infantiles.

La couleur verte révèle une stagnation de l’énergie due au froid (NB. un gros choc émotionnel, c’est du froid !) qui congèle, ralenti, fait mal et peut générer une obstruction dans les méridiens. Le froid contracte et resserre, lorsque la perversité due au froid se trouve dans les branches collatérales, les méridiens se contractent, l’énergie et le sang ne circulent plus librement, autrement dit, l’énergie ce bloque et le sang stagne, laissant apparaître sur le visage une couleur bleutée.

Si la prépondérance du froid Yin en interne provoque douleur au cœur et à l’abdomen, il apparaît sur le visage couleur vert pâle. En effet, le cœur est un organe Yang qui domine le feu et stocke le Shen, le cœur régit le sang, et si le yang du cœur est déficient, il ne peut ni réchauffer ni faire circuler le sang : les lèvres et le visage deviennent bleus, avec palpitations du Cœur, manque de souffle, oppression de la poitrine, transpiration spontanée.

Chez les enfants, une fièvre élevée et une coloration bleue violet des lèvres et du visage sont souvent des signes précurseurs de convulsions. Lors d’une affection de la rate, quand une couleur bleue se manifeste, cette affection est difficile à guérir dans ce cas le bois domine la terre.

Le rouge. Cette couleur correspond au feu et à la chaleur :

L’excès de chaleur permet à l’énergie et au sang d’occuper pleinement les vaisseaux. Le visage devient rouge :

  • Lors d’un syndrome de plénitude, quand le visage est rouge, il l’est dès le début du syndrome et totalement.
  • Lors d’un syndrome d’insuffisance, quand le visage est rouge, c’est souvent après une longue maladie et cela ne se manifeste qu’aux pommettes.
  • Au cours d’affections chroniques graves, si le teint habituellement livide d’un malade devient rouge comme sous l’effet d’un fard, cela signifie en général un syndrome de « yang flottant » : le yang insuffisant émerge.

Lors d’une affection du poumon quand la couleur rouge se manifeste, la maladie est difficile à guérir, car le feu domine le métal. Chaleur-vide qui s’installe = le patient se gratte, le sang devient « sec » !

Le jaune

Couleur correspond à la déficience à l’humidité. Un teint jaune marque une insuffisance de la rate, une stagnation du à l’humidité.

  • Un visage de couleur jaune pâle et desséchée, comme un jaune fané, se rencontrent souvent lors d’une insuffisance de l’énergie de la rate et de l’estomac : le sang ne peut plus monter s’épanouir au visage. Nous sommes dans ce cas souvent en présence d’un vide de Sang

Quand le Qi de la Rate est vide, la source de la transformation du Qi et du sang devient insuffisante de sorte que le visage les muscles et les quatre membres manquent de la nutrition du Qi et du sang. Ce qui se manifeste par de la fatigue, de la lassitude des membres, le teint jaune fané, l’amaigrissement, la langue pale, le pouls fin et faible etc..

  • Quand tout le corps, visage et yeux compris, devient jaune, on est en présence d’un ictère, si cette couleur jaune est éclatante, brillante comme une mandarine, il s’agit d’un ictère de type yang du à la chaleur et à l’humidité,
  • Si le jaune est sombre et terne, il s’agit d’un ictère de type yin, du à l’humidité et au froid.
  • Quand le jaune apparaît par zone et légèrement, il traduit la présence d’accumulations sanguines qui prennent cette couleur.

Le blanc

Cette couleur correspond à l’insuffisance et au froid, à l’épuisement du sang et à l’échappement de l’énergie.

Un teint blanc révèle l’impossibilité pour le sang et l’énergie de monter et de s’épanouir au niveau du visage.

Il est dû :

  • A l’insuffisance de Yang qui ne peut ni réchauffer ou faire circuler le sang

Le vide de Yang est aussi appelé vide de Yang Qi, c’est pour cela que le vide du Qi et le vide de Yang s’induisent l’un et l’autre, les deux syndromes ont des symptômes communs, le teint pale, le Shen fatigué, la lassitude, la respiration courte, le manque de souffle, le manque d’envie de parler, la voie basse, la transpiration spontanée, la langue pale etc..

  • Ou à une déficience simultanée de l’énergie et du sang à la suite d’une longue maladie,
  • Ou encore à un épuisement et à un échappement du sang provoquant d’immenses douleurs,
  • Ou pour finir, à une aversion pour le froid accompagné de tremblements.

Le Blanc est un signe d’affaiblissement et d’une mauvaise circulation du Qi et du Sang :

  • Signe de Yin, le blanc est brillant avec œdème sous cutané.
  • Blanc terne : manque de sang nourricier.
  • Visage blême engendré par froid interne avec douleurs abdominales.

Toutes ces causes provoquent des symptômes dans lesquels le sang et l’énergie ne peuvent fleurir au niveau de la face, ce qui entraîne l’apparition d’un teint blanc.

Le noir

Cette couleur correspond à la déficience du rein et accumulations d’eau due au froid ou due à la déficience ou la douleur. Le noir est une couleur propre à l’eau du rein, il est souvent signe d’insuffisance du yang et de prépondérance du froid yin.

On observe cette situation lors de symptômes de froid ou de symptômes douloureux, lorsque l’énergie stagne et que le sang se fige, entraînant l’apparition d’une couleur noire sur le visage.

Le rein domine l’eau, contrôle la transformation du Qi, les selles et les urines.

Si le corps est lésé par le surmenage physique ou sexuel ou si les maladies chroniques consomment le qi du Rein, le Yang du Rein faiblit progressivement, de sorte que l’ouverture et la fermeture sont dérèglés, que la transformation du Qi de la vessie perd le contrôle et que l’eau liquide (shui ye) est retenue, s’accumule et déborde et une couleur noire apparaît alors au niveau des orbites.

Un visage au teint noir, desséché brûlé, un corps amaigri, sont dus :

  • A l’insuffisance du yin produisant de la chaleur interne, le vide de Yin du Rein se manifeste par le vide du Yin et l’exubérance du feu, comme « la chaleur agitée des cinq centres » : la bouche et la gorge sèche, la transpiration furtive, la langue rouge le pouls fin et rapide etc..
  • A insuffisance de l’essence du Rein. Le Jing appartient au Yin, le vide de Jing produit des bourdonnements d’oreilles et le vertige, le Rein domine la reproduction, quand la chambre du Jing est vide, les activités sexuelles diminuent, ce qui cause impuissance et stérilité.

Le Jing est une substance essentielle pour le développement et la croissance des enfants. Quand le Jing est insuffisant la croissance des enfants est retardée

 

Il est important de souligner que ces cinq couleurs dont nous venons de parler ne sont pas identiques aux couleurs observées dans la vie quotidienne, même si elles en sont proches ; avec une grande expérience clinique, il est aisé de les distinguer.

Selon la théorie des cinq mouvements :

  • Quand les couleurs observées sur les visages sont en concordance avec le cycle d’engendrement mutuel des cinq organes, le pronostic est favorable ;
  • Si ces couleurs concordent avec le cycle de domination mutuelle des cinq éléments, le pronostic est défavorable.

En clinique, il faut donc utiliser ces observations avec souplesse, les analyser et en faire la synthèse :

Visage2

Front = Feu / Coeur

Pommette droite = Metal / Poumon

Pommette gauche = Bois / Foie

Centre = Terre /rate

Menton = Eau / Rein

 

 

Les topographies classiques correspondent aux 4 orients et, par analogie, on retrouvera sur ces zones la quintessence des Zang auxquelles elles sont liées.

Les affections Yang avec chaleur aux organes, qui est consécutive à une atteint froid nocif, se manifesteront sur les zones organiques correspondantes.

Le So Ouen nous dit :

  • Un échauffement de l’énergie du Foie se marque sur la joue gauche ;
  • Un échauffement du Cœur se marque sur le front.
  • Un échauffement de la Rate sur le nez.
  • Un échauffement du Poumon sur la joue droite

Il est fréquent que l’apparition de la coloration précède les signes physiques.

 

Nei Ting : « Les affections chaleurs se traduisent par la couleur qui leur correspond : la couleur apparaît, si l’énergie est encore forte »

Lin Tchou ch. 37 :  « Si la maladie n’a pas de répercussion sur le teint du visage, c’est qu’elle est localisée dans les organes (pas de communication, énergie perverse bloquée à l’intérieur). Si l’on ne voit pas l’énergie des organes touchés apparaître, c’est qu’il faut traiter les organes dont l’énergie ne peu plus apparaître par suite de l’énergie perverse ».

Il en ressort que :

  • lorsque l’énergie est en plénitude normale, elle peut lutter contre l’énergie perverse et la couleur spécifique de l’organe peut se manifester.
  • si l’énergie perverse a pénétré à l’intérieur du corps en vide, la coloration ne peut se manifester.
  • la couleur peut apparaître après traitement.

Ling Tchou ch. 49 : « Lorsqu’une teinte différente de celle de la teinte correspondant à l’organe s’installe sur une topographie, si la couleur s’accorde avec la couleur d’un autre organe avec lequel il est en accord le patient n’est pas en danger même si l’affection est grave ; si une couleur apparaît au niveau de la topographie d’un Zang avec lequel il y a désaccord, c’est un signe de gravité ».

Exemple (1et 3): La Rate a la couleur jaune, elle est le fils du Cœur rouge. Si une teinte jaunâtre à l’emplacement du cœur, il n’y a pas de danger car fils et mère s’accordent.

Visage3

 

Exemple (2 et 4) : Signes de gravité, car l’ennemi vaincu ne peut pas s’entendre avec son attaquant, nous sommes dans Cheng d’agression :

  • Teinte noire au niveau du front
  • Teinte rouge au niveau des deux pommettes

Les localisations : Elles sont variables suivant les écoles …

Visage4

Quelques remarques :

Poches sous les Yeux = accumulation d’eau et de graisse (concessions lipidiques)

Taches rouges sur les paupières inférieures = calculs reinaux en voie de formation

Région temporale siège de veines saillantes bleu verdâtre = signe de l’attaque du bois sur la terre.

Région des joues marquée par un fort trait = vide de poumon.

Quand on est gravement malade, le teint ne se marque pas forcément. Les vides de quintessence se marquent plus au niveau de la diminution ou de la perte d’un sens, goût ou odorat.

Les rides

Visage ridé dans son ensemble = déficience du Yang Ming, déficience de l’énergie et du Sang. Sécheresse organique. Il faut faire la différence avec les individus florissants marqués par les agressions climatiques.

Rides verticales entre les yeux = sensibilité du Foie

Petites rides autour d’une petite bouche = spasmes des organes sexuels

Rides horizontales sur le front = troubles intestinaux (Yang Ming)

Lignes horizontales sous le nez = problèmes ovariens ou testiculaire

Fortes rides de chaque coté de la bouche = problèmes pulmonaires.

Examen de la peau

La peau est l’écran protecteur en liaison avec le Wei Qi, et avec le Poumon.

Il faut retenir :

  • Sa coloration en rapport avec les 5 mouvements = jaune brillante, chaleur à la Rate, ictère …
  • Sa texture = Oedématiée dans les stagnations de l’Eau du Rein
  • Humide (transpiration) ou sèche = vide de liquides ou de Wei Qi
  • Sa température dans différents endroits, mains, pieds, haut et bas de l’abdomen = équilibre Yin, Yang. Froid chaleur.
  • Cellulitique, dans les stagnations et insuffisance du Traé Yin
  • Les varices ou les lacis vasculaires, témoins d’une stagnation

3) l’observation des yeux

L’observation de l’œil consiste essentiellement en l’examen de sa morphologie externe, de la couleur des différentes zones, ainsi que de la taille de la pupille. Il est dit : « L’énergie quintessenciée des cinq organes et les six viscères montent et se déversent dans les yeux ».

En outre, les yeux sont les orifices du foie et par ailleurs les affections des cinq organes ont chacune des manifestations au niveau des différentes parties de l’œil. C’est pourquoi l’observation des yeux représente également une partie essentielle du diagnostic par l’observation.

Modification de la morphologie externe de l’ Œil

  1. gonflements orbitaire
  • Le gonflement orbitaire concerne les paupières. Le gonflement des paupières est un œdème = eau … méridiens qui peuvent être en cause : Rate / IG / VB / Est / Coeur / Vessie
  • L’aspect des paupières rouges qui enflent rapidement est dû à la présence de chaleur au niveau de la rate.
  • Des paupières qui enflent progressivement et ne donnent pas de sensation de gonflement relèvent d’une insuffisance de la rate.
  1. Enfoncement orbitaire
  • L’enfoncement des orbites indique une insuffisance des liquides organiques et un affaiblissement de l’énergie quintessenciée.
  • Des yeux dirigés vers le haut ou encore à un regard dévié ou fixe sont souvent dues à l’agitation interne du « vent du foie »
  • Chez les enfants, ces signes sont les prodromes de « l’agitation du vent » que l’on appelle convulsion et spasmes.
  • Si un enfant dort avec les yeux entrouverts, cela relève de la déficience de la rate.

Modifications et altérations au niveau de l’œil

  1. l’œil dans sa totalité est rouge sec et douloureux

Si les yeux sont très rouges, secs et douloureux, il s’agit d’un symptôme de feu ;

  • Une apparition franche des symptômes est due au feu par hyperfonction,
  • Une apparition insidieuse est due à la déficience du yin qui entraîne la prépondérance du feu.

Les néphélions et les ptérygions peuvent être occasionné par la déficience ou la plénitude :

  • Quand ils sont dus à une insuffisance, c’est l’insuffisance du Rein qui est en cause,
  • Quand ils sont dus à la plénitude, c’est l’excès de feu qui en est responsable.

 

  1. Modifications de certaines zones du globe oculaire
  • Si les emplacements délimités par les commissures des paupières sur le globe oculaire deviennent rouges, il s’agit d’humidité de chaleur.
  • Ces mêmes zones devenant blanc pâle indiquent souvent l’insuffisance simultanée de l’énergie du sang.
  • La sclérotique se teinte en jaune en cas d’ictère
  • La pupille est dilatée lorsque l’essence du Rein est insuffisante ou presque épuisée. Elle est fixe en cas d’épuisement de la quintessence et de perte de l’esprit
  • Enfin, le rétrécissement de la pupille, il signe la présence de chaleur dans le méridien du Rein.

IrisMTC

Les signes interprétables en acupuncture se retrouvent au Ling Shu ch. 14 :

  • « Celui qui a les yeux rouges : la maladie se trouve au Cœur »
  • « Celui qui a les Yeux blancs : la maladie se trouve aux Poumons »
  • « Celui qui a les yeux jaunes : la maladie se trouve à la Rate »
  • « Celui qui a les Yeux noirs : la maladie se trouve aux Reins »
  • « Quand on examine la couleur des yeux, celui qui a un vaisseau rouge de haut en bas, a une maladie du Taé Yang, IG-V »
  • « Celui dont le vaisseau rouge se dirige de bas en haut à une maladie du Yang Ming, Est-GI »
  • « Celui dont le vaisseau court de l’extérieur vers l’intérieur a une maladie du Quand Yang, VB-TR »

Noter l’analogie des couches énergétiques dans le domaine du Yang se manifestant par l’externe :

  • Taé Yang : 1ere couche
  • SHAO Yang : charnière
  • Yang Ming : 3ème couche interne dans le Yang (cas des fébricules en fin d’après-midi)

 

4) Observation de la langue

En parallèle avec l’examen de la langue, il est indispensable d’observer :

Les lèvres

  • Lèvres pâles : Vide de Sang et d’énergie
  • Lèvres violettes : stagnation du Sang et froid
  • Lèvres sèches : chaleur sèche, vide de liquides organiques
  • Lèvres rouges foncées : chaleur au Sang.
  • Les ulcérations des commissures : Chaleur Rate Estomac

Les dents (les dents sont le reflet de l’Estomac et des Reins)

  • Dents sèches (sans éclat, dévitalisée) : Vide de liquides organiques à l’Estomac
  • Dents sèches et ternes : Vide Yin du Rein
  • Dents sèches avec dépôt : Vide de Rein + chaleur à l’Estomac
  • Dents jaunes avec dépôt : Humidité chaleur en haut.
  • Dents déchaussées : la quintessence de la Rate et des Reins est en cause

Les gencives (elles sont le reflet de l’estomac et de la Rate)

L’examen doit porter sur la couleur :

  • Très claires : vide de Sang
  • Enflées et rouges : inflammation en haut par le Feu de l’Estomac
  • Si gencives rouges saignantes, le Feu de l’estomac blesse les vaisseaux

La langue

Remarques préliminaires :

  • Parfois la langue ne dit rien en pathologie
  • Parfois l’enduit est normal pour la constitution

Révèle les états physiologiques, et les divers états pathologiques de l’organisme.

Au cours d’une affection, la langue subit diverses modifications qui sont autant de signes permettant au praticien de juger de l’évolution de la maladie. La langue est l’orifice du Cœur. Ses mouvements dépendent des tendons qui sont gouvernés par le Foie.

Parmi les 5 Zang et les 6 Fu, trois organes ont une relation privilégiée avec la langue. Ce sont le Cœur la Rate et l’Estomac. Si la langue est le bourgeon du Cœur, elle est également l’organe externe qui reflète le bon fonctionnement de la Rate. Quand à l’Estomac c’est la vaporisation de Wei Qi qui forme son enduit.

La langue est l’organe de la gustation, la gustation influence l’appétit dépendant des fonctions de Rate et Estomac qui sont la racine du Ciel Postérieur, le fondement de l’acquis.

Le Cœur contrôlant les vaisseaux, une quantité importante de Sang circule de ce fait dans la langue. Le Cœur contrôle également les commissures, qui influencent la mobilité de la langue et l’élocution. C’est pourquoi la langue reflétera de manière privilégiée l’état de cet organe.

Dans l’examen de la langue, il faut distinguer :

  • Le corps de la langue pour lequel on déterminera 3 caractéristiques :
    • La mobilité
    • La couleur du corps
    • La forme
  • Les enduits
  • L’examen de la couleur
  • L’examen de la morphologie de la langue.
  • L’examen du dessous de la langue

Une langue normale est légèrement rouge, humide et brillante, souple et mobile

1- La Forme / le Corps de la langue

Sa topographie est en rapport avec les Trois Foyers :

  1. Foyer inférieur … Rein – Vessie
  2. Foyer moyen … Rate – Estomac
  3. Foyer supérieur … Coeur – IG (et Poumon)

La Forme et l’aspect normal de la langue

  • Peut être éclatante ou flétrie, ce qui permet d’apprécier la vitalité et la qualité des liquides organiques
  • Bonne vitalité : corps rose, aspect éclatant et humide
  • Les mouvements sont aisés et souples
  • L’enduit est blanc et très mince, ni trop sec, ni trop humide.

L’aspect de la langue peut dépendre de la constitution de chacun , un sujet robuste peut présenter un enduit important sans conséquences pathologiques , au contraire l’expérience montre que chez ces individus un enduit très mince peut être un signe d’insuffisance du Qi de Rate et Estomac.

Texture de la langue

Epanoui ou flétri (cela permet de discerner l’état des liquides Jin et de la vitalité de la langue) ?

BelleLangue

— Epanouie, c’est avoir de l’éclat, être rouge claire, fraîche. Alors le Jin est abondant, il y a vitalité, c’est un signe de bonne santé.

— Flétrie, c’est une langue sèche, terne, sombre, alors le Jin est amoindrit, la vitalité perdue, le pronostic est mauvais.

FlétrieMTC  enduit épais, symptôme de plénitude

 

Langue dure ou tendre ?

  1. Dure veut dire que la texture de la langue est grossière, c’est un symptôme de plénitude
  2. Tendre, indique que la texture de la langue est tendre, c’est un signe de vide

 

La forme de la langue :

Grosse et grande, qui déborde de deux côtés de la bouche

TendreMTC

Grosse souple et pâle, c’est un vide de Yang de Rate et Rein, les liquides ne sont pas transformés, provoquant glaires mucosités

Grosse enflée et rouge : c’est un signe de chaleur à la Rate et au Cœur

Grosse et marquant l’empreinte des dents : Yang vide, vide de Qi de Rate = accumulation d’humidité

EmpreinteMTC

 

Langue maigre et mince

Maigre et rouge pâle : le Qi et le Sang sont en insuffisant, Rate et Cœur en vide ?

RougePâle

 

Maigre mince et rouge : vide de Yin avec Feu florissant, les liquides Jin sont lésés

MinceRouge

 

La Langue crevassée ou fendillée

Les fissures sur la surface de la langue sont la marque d’une atteinte des liquides organiques qui ne peuvent irriguer la surface de la langue. Mais peut aussi être génétique !

Fissures

Si la langue est rouge foncée : chaleur qui blesse les liquides

Si la langue est blanche pâle avec fissures, c’est souvent un vide de Sang qui ne peut irriguer la surface

NB. Si on observe des fissures de la langue chez un sujet normal, cela n’est pas significatif (génétique)

 

La langue épineuse :

La langue possède un aspect rugueux et épineux (picots), c’est le signe d’une « chaleur perverse », à déterminer en fonction des topographies.

Rugueux

 

La mobilité de la langue (la règle est que la langue soit souple et suffisamment mobile) :
La langue raide

La langue est peu mobile, ce voit dans les atteintes chaleurs

La langue molle

Elle est sans force, impotente, ce voit dans les vides extrêmes avec ou sans feu

La langue rétrécie ou contractée
  • Contractée et pale signe de froid
  • Contractée et grosse, signe de mucosités à l’intérieur
  • Contractée et rouge foncée et sèche, signe de chaleur qui attaque les liquides

 

Inspection de la couleur du corps de la langue

Normalement la langue est rouge clair humide

Les couleurs pathologiques sont : le blanchâtre, le rouge, le rouge sombre, le pourpre

Permet de définir une langue jeune ou vieille, en relation avec Jin Qi

Langue pâle blanchâtre : Signe de vide froid, vide de Yang Qi sur insuffisant

PâleBlanchatre

 

Langue rouge : c’est un signe de chaleur. Rouge brillant sans enduit vide Yin, et Feu

LangueRouge

  • Rouge, sec et terne, atteinte des liquides organiques et Feu
  • Rouge avec enduit jaune : chaleur pleine
Langue rouge sombre : Chaleur interne plus grave

Pénétration de la chaleur perverse, dans la couche nourricière et dans la couche Sang :

rouge sombre

Atteinte interne avec Feu prospère et liquides atteints :

rouge sombre2

2 – Examen de l’enduit : l’enduit est une « évaporation du Qi de l’estomac »

EnduitVF1

Chez le sujet sain, l’enduit est mince blanchâtre, humide, ni gluant, ni sec.

 

EnduitVF2

L’enduit pathologique est causé par la contrainte opérée sur le Qi de l’estomac soit par :

  • Une énergie perverse externe
  • Soit une stagnation de nourriture
  • Soit par une stagnation interne de mucosités

 

EnduitVF3  disperser la chaleur, réduire les sucres !

 

Il faut regarder : la nature et la couleur de l’enduit

EnduitVF4     La nature de l’enduit

1) L’enduit Vrai / Faux

  • L’enduit vrai semble lié à la surface de la langue, il est difficile à enlever, surtout si plénitude-chaleur, il montre que le Qi de l’Estomac est florissant.
  • L’enduit faux semble flotter sur la surface, il est facile à enlever, c’est un « vide froid » et une déficience du Qi de l’estomac

2) L’enduit Epais/ Mince

  • Un enduit mince indique que la maladie est bénigne dans le Biao
  • Un enduit épais montre que la maladie est passée dans le Li, ou qu’il s’agit d’accumulation d’aliments ou de mucosités.

Un enduit qui s’épaissit montre une pénétration de la pathologie et vice versa.

3) Brillant ou Sec

Un enduit normal est légèrement humide, le caractère brillant ou sec permet d’apprécier la qualité des liquides organiques.

Si la surface est sèche cela indique que les liquides ne peuvent monter pour irriguer la surface de la langue ou que la chaleur a endommagée les liquides.

Si la surface est très brillante / très humide, il s’agit d’un excès pervers d’humidité.

L’évolution ou l’involution de l’humidité permet en fonction du type d’affection, froid ou chaleur de suivre l’aggravation ou l’amélioration de la pathologie.

4) Langue lisse d’enduit ou « enduit écaillé »

Une langue en miroir, lisse d’enduit, indique une blessure du Yin, les liquides sont très atteints

On dit que l’enduit est écaillé, si l’enduit tombe par plaques, et qu’à l’endroit de la chute la langue est propre, il s’agit d’une blessure de l’estomac et des liquides Yin de l’Estomac.

Si le fond des plaques est gras et gluant, cela signifie mucosités troubles.

5) Enduit gras ou « vaseux »

GrasLangue   enduit gras, épais « comme du fromage »

Avec un enduit gras, la langue est recouverte par une couche trouble, grasse, de type granitée, difficile à racler. Cela se voit dans les accumulations de nourriture, ou de glaires, ou les énergies perverses Yin (froid humidité)

EnduitBlanc

On dit que l’enduit est « vaseux » quand il est épais avec de gros grains assez repoussants et se voit dans les stagnations au niveau de l’estomac de type « humidité trouble » et dans les atteintes perverses humides.

NB. Pour que la Rate fonctionne, elle a besoin du mouvement du Bois (Foie), sinon : la « Terre est humide » … le bois, c’est un peu la « vanne de l’eau » (en homéopathie : Baryta carbonica = blocage de Qi de rate).

 

b – La couleur de l’enduit

L’enduit présente 4 couleurs : blanc, jaune, gris ou noir

Les modifications de couleur révèlent surtout le niveau de pénétration de l’énergie perverse, ainsi que sa nature. Lors d’une atteinte d’origine externe, lorsque la couleur de l’enduit passe du blanc au jaune puis au gris et enfin au noir, c’est que par une pénétration progressive, la perversité atteint la profondeur.

1) Enduit blanc

Il correspond à l’état normal, cependant il est en général associé aux énergies perverses (vent, froid, humidité) ou aux manifestations externes de la maladie.

Un enduit mince

Un enduit blanc et mince est normal, mais en cas d’atteinte par une perversité externe, la présence de ce type d’enduits indique que la perversité agit toujours en superficie et n’a pas pénétré en profondeur.

Donc, un enduit blanchâtre signe une maladie externe à la surface qui n’a pas pénétrée dans le Li.

  • Si l’enduit est brillant et fin : « vent froid externe ».
  • Quand le corps de la langue et pale et l’enduit blanc, c’est un symptôme de « froid interne ».

Si la langue est recouverte d’un enduit blanc comme si de la poudre blanche s’y était accumulée et qu’au toucher il ne paraisse pas sec, c’est le signe d’une affection pestilentielle : l’énergie a été troublée et altérée par une agression externe provoquant une prépondérance interne de chaleur toxique. Cet enduit s’observe également en cas d’abcès interne profond.

Un enduit épais

  • Enduit brillant épais : est souvent un symptôme de superficie, un symptôme de froid.
  • Enduit épais vaseux et blanc : accumulation de nourriture gastrique et mucosités.
  • Enduit blanc épais et sec : les énergies troubles sont attaquées par la chaleur.

 

2) Enduit jaune

C’est un signe de chaleur en particulier sur Rate et Estomac.

La couleur jaune associée à l’épaisseur de l’enduit, ainsi que sa qualité sec ou humide permet de définir le type de déséquilibre chaleur :

  • En général, l’intensité de la teinte permet d’apprécier la gravité de la chaleur perverse. Un jaune « brûlé » indique une stagnation de chaleur.
  • Un enduit blanc qui vire au jaune est le signe d’une pénétration de l’énergie perverse de la superficie vers la profondeur et de sa transformation en chaleur.

Puisque que l’enduit jaune est caractéristique des affections internes de chaleur, on observe fréquemment de manière concomitante, une langue rouge cramoisie traduisant aussi un état de chaleur.

  • Si un enduit jaune, lisse et humide accompagne une langue pâle, grosse et tendre, c’est que l’insuffisance du yang ne permet plus à l’eau et l’humidité d’être transformées.
  • Quand l’enduit est jaune, lisse et gras, on est en présence de chaleur et d’humidité interne.

 

3) Enduit gris cendré

C’est une couleur de transition entre le blanc et le noir, ou peut être le résultat de la transformation du jaune. Il est en relation avec un symptôme interne de type chaleur ou humidité froide.

Si l’enduit est gris humide :

Enduits gris : c’est un symptôme de l’interne. On le rencontre lors d’un syndrome de chaleur interne, d’un syndrome d’humidité de froid. Le gris, c’est du noir pâle et l’enduit gris et souvent concomitant d’un enduit noir ou même un enduit jaune.

Un enduit gris, lisse et humide est signe de stagnation d’une perversité froide dans l’interne ou d’une accumulation de mucosités fluides. Il souvents’agit d’humidité froide bloquée à l’intérieur.

Si l’enduit est sec :

Atteinte des liquides organiques et chaleur.

Un enduit gris et sec reflète en général une chaleur excessive et une atteinte des liquides organiques ou encore une déficience du yin et une prépondérance de feu.

 

4) Enduit noir

Se voit dans les phases critiques des maladies, soit dans les chaleur extrêmes (enduit noir et sec) ou dans les plénitudes de froid (enduit noir et humide).

  • C’est un symptôme de l’interne, il indique une chaleur extrême ou un froid excessif.
  • L’enduit noir provient souvent de l’évolution d’un enduit gris ou d’un enduit jaune brûlé, il apparaît fréquemment au cours du stade critique d’une affection. Un enduit noir, craquelée ou même en cas d’aggravation présentant des épines, indique une chaleur extrême et un assèchement des liquides.
  • Un enduit noir lisse et humide révèle souvent une insuffisance du yang avec une prépondérance de froid.

d) Aspect de l’enduit

L’aspect de l’enduit lingual comprend les caractéristiques suivantes :

  • Epais ou mince,
  • Humide au sec,
  • Trouble ou gras,
  • Desquamé,
  • Enracinée au flottant.

Epais ou minces :

L’épaisseur de l’enduit permet d’évaluer la puissance de la perversité d’apprécier l’état du malade.

  • Un enduit mince s’observe en général au début d’une affection : la perversité se localisant à la superficie et l’état du malade n’est pas préoccupant.
  • Un ennui épais indique en général la progression de la perversité à profondeur : l’état du malade et plus sérieux ;

Cet enduit épais peut également être le signe d’une accumulation d’aliments ou de mucosités humides au niveau interne.

Quand l’enduit lingual s’épaissit, la perversité passe de la superficie et la profondeur : l’état du patient s’aggrave, la maladie progresse.

Si l’épaisseur de l’enduit lingual diminue, énergie perverse passe de la profondeur la superficie : état du malade s’améliore, la maladie régresse.

Humide ou sec :

L’enduit normal est humide, il indique que les liquides physiologiques montent sans difficulté.

Le degré de sécheresse ou d’humilité de l’enduit révèle l’état des liquides organiques.

Un enduit sec qui en cas d’aggravation devient même rugueux et présente des épines, révèle :

  • Une perte liquide
  • Ou d’une insuffisance du yang, ce dernier ne pouvant plus transformer les liquides physiologiques ni les faire monter.

Un enduit lisse et humide est le signe d’une stagnation d’eau et d’humidité interne.

Trouble ou gras :

L’enduit trouble ressemble à des restes de fromage de soja, il est possible de l’enlever en nettoyant la langue.

Il est dû aux remontées troubles et putrides dans l’estomac. L’enduit gras est aussi gluant comme si une couche de liquide visqueux recouvrait la surface de la langue, on ne peut l’enlever par frottement.

Il révèle la stagnation d’une perversité du Yin freinant l’énergie yang ; c’est souvent une accumulation de mucosités liquides, et d’humidité trouble ou d’aliments.

Desquamé :

L’enduit lingual est éliminé.

Lorsque l’enduit tombe brusquement et n’est pas remplacé, la surface de la langue propre polie comme un miroir, c’est ce qu’on appelle une langue en miroir ;

La cause réside dans un grave endommagement de l’énergie et du yin de l’estomac.

Géo

Si l’enduit est desquamé par plaques, où la langue apparaît lisse et brillante, on parle de langue tachetée ; elle est observée lors du syndrome d’atteinte simultanée du yin et de l’énergie de l’estomac.

D’un enduit gras sur une langue tachetée est due à des mucosités troubles non transformées et à un endommagement de l’énergie droite.

Si le centre de la langue ne comporte pas d’enduit, la cause en est :

  • L’insuffisance du Yin,
  • L’insuffisance du yang,
  • Ou une atteinte de l’énergie de l’estomac.

En conclusion, la desquamation de l’enduit lingual, qu’elle soit partielle ou totale, est toujours la manifestation d’un endommagement de l’énergie droite.

Enraciné ou flottant :

L’enduit enraciné est un enduit qui ne s’enlève pas en grattant, il semble faire corps avec la langue : on dit qu’il a des racines, on l’appelle également enduit véritable.

L’enduit flottant est un enduit qui semble simplement posé sur la langue, il part au grattage : on dit qu’il est sans racines, on l’appelle également faux conduit.

  • L’enduit enraciné manifeste la présence de l’énergie de l’estomac, c’est un symptôme de plénitude, un symptôme de chaleur.
  • L’enduit flottant manifeste la faiblesse de l’énergie de l’estomac, c’est un symptôme d’insuffisance, un symptôme de froid.

Candidose = humidité (Rate – Poumon) / avec leucorrhée … Rate-Rein

 

En conclusion :

  1. L’épaisseur de l’enduit permet d’évaluer le niveau de l’énergie perverse
  2. Son degré d’humidité permet d’apprécier la quantité des liquides organiques
  3. L’enduit trouble ou gras révèle la présence d’humidité turbide au niveau de la rate et de l’estomac
  4. La présence ou l’absence d’enduit permettent d’évaluer l’état de l’énergie de l’estomac
  5. Le véritable ou le faux enduit révèle la présence ou l’absence de l’énergie de l’estomac et syndrome d’insuffisance ou excès.

 

3- Le corps de la langue

L’observation du corps de la langue comprend

  • La couleur de la langue

La couleur de la langue va subir en cas d’affection, des modifications anormales :

  • Celle-ci devient blanc pâle,
  • Rouge écarlate
  • Violacé.

En pathologie et de manière simplifiée, les significations sont les suivantes :

a) Langue blanc pâle : C’est une couleur plus pâle que la couleur normale de la langue. Elle signe la déficience du yang, d’énergie et du sang.

La langue n’est plus réchauffée ni nourrie ; on observe cette situation lors des syndromes de froid du à la déficience du yang ou de syndromes de déficience du Sang.

b) Langue rouge : C’est une couleur plus foncée que la couleur normale de la langue,

Elle est le résultat d’un excès de chaleur qui occasionne une surabondance d’énergie et sang

On observe cette situation lors des syndromes de plénitude interne de chaleur ou de chaleur interne d’une insuffisance de Yin.

c) Langue écarlate : C’est une couleur rouge prononcée.

On l’observe dans les maladies de tiédeur, quand la chaleur a pénétré au niveau de la couche nourricière et de la couche Sang ou lors d’affections chroniques ou graves dans lesquelles le Yin est déficient et le feu prépondérant.

d) Langue violacée : C’est une couleur rouge sombre tirant sur le violet.

  • La langue rouge violet et sèche indique une prépondérance de la perversité de la chaleur, les liquides yin se sont endommagés, cela signe un syndrome de stagnation de l’énergie et du sang.
  • La langue violet pâle et humide indique une prépondérance interne de froid yin, la circulation dans les vaisseaux est entravée. À la surface de la langue apparaissent des macules de couleur violette, appelé également pétéchies, que l’on observe fréquemment dans les syndromes de stagnation de Sang

e) Aphtose : atteinte chaleur et humidité –> lésion du Yin (petit ulcère)

 

4-Morphologie de la langue

L’observation de la morphologie de la langue consiste essentiellement à examiner :

  • L’aspect gros ou effilé du corps de la langue,
  • Son apparence vieillit ou jeune,
  • S’il présente des crevasses
  • S’il est indenté

Sa mobilité : La langue peut présenter les mouvements ou des attitudes particulières. Elle peut être :

  • Raide
  • Flasque,
  • Tremblante,
  • Exhibée,
  • Déviée,
  • Rétractée.

Quand la langue est humidifiée brillante, elle est dite florissante, les liquides physiologiques sont abondants.

Quand la langue est desséchée, elle est flétrie, les liquides physiologiques sont insuffisants.

Si la langue est fendillée, et paraît légèrement grasse, c’est un symptôme d’insuffisance, de froid.

 

a) Langue grosse et large :

  • Le corps de la langue gros, large et tendre, de couleur pâle, indique souvent que l’insuffisance du yang de la rate du Rein qui induit une accumulation d’eau et d’humidité
  • Quand la langue est grosse, large, gonflée, de couleur rouge et occupe toute la cavité buccale, elle traduit l’existence d’une stagnation de l’énergie et du Sang du un excès de chaleur dans le cœur et la        rate.
  • Si la langue est grosse, large et vert violacé, elle révèle la présence de toxines au centre.

 

b) Langue effilée est mince :

Le corps de la langue effilée et desséchée indique que le sang et le Yin sont insuffisants pour le nourrir.

  • Une langue effilée, mince et pâle, reflète l’insuffisance simultanée de l’énergie du Sang.
  • Une langue mince, effilée, sèche et rouge écarlate, indique une prépondérance du feu d’une insuffisance du Yin ou une consommation et un endommagement des liquides physiologiques.

 

c) Langues crevassées :

De manière évidente, elle présente des crevasses, conséquence d’une déficience des liquides organiques ou du sang qui ne la nourrisse plus.

  • Cependant une langue crevassée peut s’observer chez une personne en bonne santé (génétique)
  • Une langue rouge écarlate qui présente des crevasses indique une blessure des liquides organiques du à un excès de chaleur.
  • Une langue « blanc pâle » présentant crevasses est un symptôme de déficience du Sang.
  • Une fente médiane oriente vers un déficit du Qi de l’estomac
  • Une fente au bout de la langue oriente vers un déficit du Qi du coeur

 

d) Langues indentées :

La langue présente des marques de dents sur les bords, et dans ce cas, elle est en général grosse large et s’écrase sur les dents. Ainsi, une indentation sur la langue, qui de plus est large grosse, est un signe de déficience de la rate.

Si, simultanément à cette indentation, la langue est blanc pâle humide, elle manifeste une accumulation excessive d’humidité de froid, dû à la déficience de la rate.

 

e) Langue raide :

Le corps de la langue rigide, elle ne peut ni se plier, ni s’allonger, ni tourner. On l’observe lors des maladies de tiédeur, quand la chaleur a pénétré dans le péricarde et que les mucosités troubles s’accumulent à l’intérieur ou lorsque l’abondance de la chaleur a blessé le yin.

Attention … Quand on l’observe lors d’une atteinte interne d’une maladie diverse, elle est souvent le prodrome d’une attaque de d’apoplexie

 

f) Langues flasques :

  • Le corps de la langue flasque, mou et sans force est le symptôme d’un grave endommagement de l’énergie, du sang et des liquides organiques qui ne peuvent plus nourrir les tendons et les vaisseaux.
  • Une langue flasque et pâle, lors d’une maladie chronique, est la conséquence d’une insuffisance simultanée de l’énergie du sang.
  • Si la langue est écarlate et flasque, les liquides Yin sont profondément lésés.
  • Durant une maladie aiguë, une langue sèche rouge et flasque indique un feu en excès qui blesse les liquides.

 

g) Langue tremblante :

Le corps de la langue est agité de tremblements qui ne peuvent être maîtrisés.

  • Lors d’une affection chronique, une langue tremblante est due à une insuffisance simultanée de l’énergie du Sang ou à une agitation interne du vent du foie.
  • Dans les affections provoquées par une atteinte externe de chaleur, elle est le signe d’une chaleur extrême produisant du vent.

 

h) Langues exhibées :

La langue exhibée s’étend, joue entre les dents, elle est sortie de la bouche. La langue jouant entre les lèvres, sort et rentre dans la bouche de manière répétitive ou sort pour humecter les lèvres.

  • Ces deux types de langue établissent la présence de chaleur dans Cœur et la rate.
  • La langue exhibée de s’observer en cas de maladie saisonnière contagieuse en cas d’épuisement de l’énergie étroite.
  • La langue jouant est un signe précurseur de l’agitation du vent ou de sécheresse dans la rate chez les enfants.

 

i) Langue déviée :

Le corps de la langue est dévié d’un côté. Elle est observée en cas d’attaque que d’apoplexie mais peut-être aussi un prodrome.

 

j) Langue rétractée :

Le corps de la langue se contracte, il ne peut plus s’étendre.

La langue est raccourcie, est un signe morbide d’une gravité extrême.

  • Une langue pâle, humide et rétractée indique un blocage du au froid au niveau des tendons et des vaisseaux.
  • Quand la langue est rouge, sèche, raccourcie et rétractée, une affection de chaleur a lésée les liquides. Une langue grosse et rétractée est due à une stagnation interne de mucosités humide.
  • Quand le langue a une forme carrée (absence de pointe), il s’agit d’une insuffisance de Qi du poumon (problème de « foyer supérieur »)

Une langue raccourcie, rétractée rigide est toujours un signe de gravité.

 

5-Le dessous de la langue

Il faut regarder les vaisseaux sous la langue, ils sont le reflet de l’état du sang :

Il faut apprécier l’état des deux veines qui cheminent sous la langue :

  • Peu développées et très claires : le sang est insuffisant
  • Larges et foncées : c’est un signe de froid ou de stagnation de Qi
  • La présence de pétéchies témoigne d’une stase de sang (couleur bleue)

 

En clinique,

On observe souvent des modifications anormales, simultanément :

  • Au niveau de l’enduit
  • Du corps de la langue

C’est pourquoi il est nécessaire de procéder à une analyse complète et d’en faire la synthèse. Le diagnostic par la langue constitue une des méthodes diagnostiques parmi les plus importantes.

  • Grâce à ce diagnostic, on peut estimer d’une manière tout à fait fondamentale, l’état des : Organes et des viscères, insuffisance ou excès
  • De l’énergie du sang,
  • Le niveau profond ou superficiel de l’affection,
  • La nature de la perversité pathogène, froid chaleur excès insuffisance
  • Ainsi que l’amélioration ou l’aggravation de l’état des malades.

Au moment de l’observation de la langue, il est important de tenir compte de l’influence de la lumière et les substances alimentaires ou médicamenteuses sur la couleur de l’enduit.

Par ailleurs il ne faut pas oublier que chez un patient respirant par la bouche, l’enduit   lingual est sec.

 

Synthèse

Les signes recueillis à l’examen vont permettre l’évaluation de la pathologie en concordance avec les autres données de l’examen.

1) Evaluer le vide ou plénitude de l’énergie correcte, le vide ou plénitude des Zang et Fu

  • Langue rouge humide : Sang prospère.
  • Langue pâle : Sang faible.
  • Enduit mince, blanc et humide : Qi de l’Estomac prospère.
  • Langue brillante sans enduit : Qi de l’Estomac faible, atteinte du Yin de l’Estomac (alcool ou épices ?)

2) Localisation Avers / Revers

  • Enduit mince : maladie débutante ou localisation superficielle.
  • Enduit assez épais : maladie ancienne ou de localisation profonde.

3) Déterminer la nature de l’énergie pathogène

  • Enduit blanc : froid humidité vent.
  • Enduit jaune : chaleur.
  • Enduit gras vaseux : stase de nourritures, humidité trouble.
  • Plaques violettes : stase de Sang.

4) Juger l’état évolutif

  • Un enduit mince qui devient épais traduit une pénétration en profondeur de la maladie.
  • Un enduit qui passe d’humide à sec traduit une pénétration de la chaleur ou une diminution des liquides.

L’observation de la langue, que l’on appelle également diagnostiquer par la langue, représente un aspect essentiel du diagnostic par l’observation ; elle est également la base du diagnostic différentiel en médecine chinoise. Cet examen de la langue consiste à observer les modifications de son aspect (apparence, le corps, enduits de la langue).

Le cœur « s’ouvre sur la langue » et ces modifications représentent également une manifestation externe de la rate.

Les méridiens des cinq organes et six viscères sont en relation directe ou indirecte avec la langue ; aussi les modifications de l’aspect de la langue sont directement en rapport avec les organes, les viscères, les méridiens et leurs branches collatérales.

 

D’une manière générale :

  • L’enduit lingual reflète les transformations de l’énergie de l’organisme et plus particulièrement l’énergie de l’estomac
  • Le corps de la langue reflète les transformations du sang.
  • C’est pour cette raison qu’il est dit : « dans les affections de l’énergie on observe l’enduit, dans les affections du sang on observe le corps ».
  • Si les altérations de l’enduit se développent en affectant le corps de la langue, c’est le signe d’une aggravation et d’une pénétration en profondeur de la maladie.

 

5) Observation de l’apparence corporelle et du maintien

L’observation de l’apparence corporelle consiste à examiner les modifications et les altérations visibles sur le corps du malade et annoté : si le corps est robuste ou chétif, gros ou maigre ou encore s’il présente des malformations.

L’observation du maintien permet de relever les mouvements anormaux et de noter par exemple : si le patient est calme ou agité, si ces mouvements sont vifs roulants ou s’il est agité dans les convulsions.

Ces examens ont une importance particulière dans le diagnostic de certaines affections.

a) Apparence corporelle

D’une manière générale, l’apparence de force de faiblesse du corps est le reflet de l’état des organes, des viscères, l’énergie du sang.

  • Quand ces deux derniers sont florissants, l’aspect du corps est robuste,
  • Dans le cas contraire, le corps paraît chétif.

Un corps gros et gras, une peau blanche et sans lustre traduisent un état de plénitude du corps et d’insuffisance de l’énergie. Ce sont des symptômes fréquemment rencontrés parmi les symptômes d’insuffisance de l’énergie yang.

Grosse

Des os fins une poitrine étroite, un visage jaune et une peau sèche sont des signes d’une déficience du sang yin. Il est dit que « Les personnes trop grosse ont beaucoup de mucosités, les personnes trop maigres ont beaucoup de feu » :

Cela signifie que :

  • Chez les sujets corpulents, Yang est insuffisant avec une humidité prépondérante
  • Chez les sujets éthiques, le yin est insuffisant et le feu prospère.
  • Un thorax en bréchet, une poitrine de poulet et un dos bossu sont dus à une insuffisance congénitale.
  • Si les mouvements de rotation de la langue sont difficiles, le Rein est faible.
  • Lorsque les mouvements de flexion et d’extensions des genoux sont limités, les tendons sont atteints.

Pour la médecine chinoise, l’apparence corporelle dépend de l’état de l’énergie originelle.

Normalement, il faut que le corps et énergie s’accordent, c’est-à-dire qu’il se trouve dans un état d’équilibre et d’harmonie. Si l’un ou l’autre est plus faible, leurs situations respectives sont désaccordées, cela ne correspond pas à un état de bonne santé de l’organisme.

Quand le corps et l’énergie sont en désaccord, la maladie est difficile à guérir.

b) Le maintien

L’observation du maintien du patient consiste essentiellement à examiner ces mouvements, ses attitudes et ses postures.

Les anomalies relevées dans les mouvements, les attitudes et les postures d’un malade reflètent souvent certaines affections.

Par exemple :

  • Comme le yang et le feu régissent le mouvement, un patient agité, loquace, nerveux, qui n’aime pas être trop couvert, manifeste la présence d’un syndrome Yang, un syndrome de chaleur.
  • Si le malade reste calmement étendu, sans parler, son état relève d’un syndrome yin, d’un syndrome de froid.
  • Un patient qui ne peut rester tranquillement étendu, qui ne parvient à respirer qu’en position assise, la bouche ouverte et les épaules relevées, souffre d’obstruction du poumon par des mucosités troubles.
  • Les tremblements des doigts et aux orteils sont un prodrome de convulsions dues à l’agitation du vent.
  • Les membres flasques et sans force signent un syndrome de paralysie.
  • Les membres engourdis d’un seul côté du corps traduisent une hémiplégie consécutive à une attaque d’apoplexie. Quand on observe une rigidité du dos et de la nuque, un opisthotonos et des contractions des quatre membres, on est en présence d’une maladie convulsive.
  • Pieds froids : Yang du rein pas à sa place, le QI de l’estomac ne distribue pas bien

Pour toutes ces raisons, l’observation du maintien des malades a vraiment une importance dans le diagnostic de certaines affections.

 

6) Examen des secréta et des excréta

L’observation des matières sécrétées excrétées revient à examiner la couleur, la consistance et la quantité des crachats, de l’urine et des selles, des vomissures ainsi que des leucorrhées des règles dans le but d’apporter des indications en vue de l’établissement du diagnostic différentiel.

a) Les crachats

  • Les crachats blancs, clair et fluides s’observent lors d’un syndrome de froid ;
  • Lorsqu’ils sont abondants et facilement expectorer, on est en présence d’humidité
  • Des crachats blancs ou jaunes épais et visqueux s’observent lors d’un syndrome de chaleur ;
  • S’ils sont peu abondants et difficilement expectorer, on est en présence de sécheresse.

Des crachats jaunes observés lors d’une maladie de causes exogènes indiquent la chaleur se localisant la couche de l’énergie.

  • Des crachats nauséabonds, purulents et sanguinolents se retrouvent généralement lors d’un syndrome d’abcès pulmonaire.
  • Les crachats mêlés de Sang ou du sang expectoré révèlent souvent un endommagement des vaisseaux du poumon par la chaleur.
  • Une toux violente, blessant les vaisseaux du poumon peut aussi occasionner l’apparition de crachats mêlés de sang.

b) Les vomissements

  • Le vomissement de salive mousseuse est un symptôme de froid. Le vomissement de matières alimentaires sans goût acide ni mauvaises odeurs est signe froid dans l’estomac :

Quand le yin froid est prospère dans l’interne, le Yang de l’Estomac est lésé. Les manifestations de ce syndrome sont : la sensation de froid à l’épigastre, la remontée et le vomissement de liquides clairs, la douleur vague de l’estomac, surtout à jeun et améliorée par le réchauffement, la palpation et les aliments, la langue est pâle, l’enduit mince et blanc, le pouls profond sans force

  • Si ces matières sont en putréfaction, acides et d’odeurs nauséabondes, cela évoque soit la présence de chaleur dans l’estomac soit un endommagement de l’estomac par les aliments.

Il s’agit d’un syndrome de plénitude causée par la pénétration de la chaleur perverse dans l’interne ou par l’excès d’aliments piquants et lourds, pouvant mener à vide de yin de l’estomac. La chaleur de l’estomac se manifeste par de la chaleur plénitude comme delà fièvre , soif agitée, la douleur brulante de l’épigastre, l’envie de boissons froides, le patient a toujours faim, il peut y avoir douleur des gencives et mauvaise haleine et constipation.

Le syndrome du vide de Yin de l’estomac se manifeste par des signes de chaleur vide comme l’agitation du cœur et la fièvre basse, le patient à faim sans désir de manger

  • Le vomissement de liquide amer révèle la chaleur dans le Foie et la vésicule biliaire.

La chaleur de la vésicule biliaire monte suivant le méridien et perturbe le haut se manifestant par le vertige, des bourdonnements d’oreilles, la gorge sèche et le goût amer dans la bouche. Il y a aussi la douleur de la tête et les yeux rouges. De plus la vésicule biliaire domine la décision, le foie domine la colère, on a donc souvent des soupirs fréquents , de l’irritabilité et agitation.

  • Une hématémèse de couleur vive ou sombre est dû à l’ agression de l’estomac par un excès de feu du foie ou de la VB : le chaleur endommage alors les vaisseaux de l’estomac.

Dans l’examen des matières régurgitées, il faut tenir compte du fait que l’absorption de certains médicaments peut nous modifier la couleur de ces matières.

 

7) Observation de la tête, des cheveux des cinq orifices

      a) La tête et les cheveux

  • La tête et le lieu de convergence de tous les méridiens yang,
  • Le cerveau et la mer des moelles, le rein engendre les moelles,
  • Les cheveux sont le surplus du sang et sont nourris par l’énergie du rein, le rein fleurit dans les cheveux.

C’est pourquoi la tête est en étroite relation avec :

  • Tous les Méridiens Yang,
  • Avec l’activité du Rein
  • Ainsi qu’avec le sang.

 

1) La tête

Chez l’adulte il est important d’observer s’il y a des mouvements de la tête : en cas de tremblements incontrôlés il s’agit d’un symptôme de vent.

Chez l’enfant on observe souvent surtout la taille des fontanelles, leur forme et la période à laquelle elles se ferment.

  • Si les fontanelles ont tendance à être convexes :

Il s’agit d’un symptôme d’excès, d’un symptôme de chaleur mais cela peut être aussi un symptôme de froid.

  • Quand les fontanelles sont plutôt concaves :

Il s’agit un symptôme de déficience qu’on observe également à la suite d’une maladie chronique ;

La cause peut en être aussi de la diarrhée ou de la polyurie ou une insuffisance congénitale de l’énergie originelle entraînant une déficience des liquides organiques et un enfoncement de l’énergie qui ne s’élève plus assez pour nourrir le cerveau.

  • Chez l’enfant plus âgé, retard de fermeture des fontanelles est dû à l’insuffisance de l’énergie du Rein.

 

2) Les cheveux

L’essentiel de l’observation des cheveux porte sur l’examen de la couleur et du lustre.

  • Des cheveux clairsemés, desséchés jaunes ou chez l’enfant des cheveux desséchés, ternes et mal implantés sont la conséquence de l’insuffisance de l’essence et du sang.
  • Une chute soudaine de cheveux et par plaques sont causés par l’insuffisance du sang qui produit du vent.
  • Chez les jeunes gens, la chute des cheveux est occasionnée par la déficience du Rein ou par la chaleur dans le sang ;
  • La présence de cheveux blancs sans autre signe pathologique est d’origine est héréditaire.

 

b) Les cinq orifices

D’une manière générale les orifices sont les reflet des organes leur correspondant.

Ils sont normalement lubrifiés par les Yin Yé. En général, les liquides fluides ont pour fonction d’humidifier et les liquides visqueux ont pour fonction de nourrir.

La diffusion des liquides fluides à la superficie du corps et vers les orifices permet d’humecter la peau et les poils, les muscles, les yeux, le nez, la bouche. L’écoulement des liquides visqueux dans les organes internes, la moelle osseuse et le cerveau permettent de nourrir les organes et de reconstituer les moelles.

Il est donc important de bien regarder l’aspect :

  • Sec ou humide
  • Les écoulements : clair signe de froid, jaune signe de chaleur.

 

1) Les oreilles

L’oreille est l’orifice du Rein, elle est liée au méridien du Shaoyang (jeune yang), c’est le lieu où se réunissent tous les méridiens.

Chez le sujet normal, le pavillon de l’oreille et légèrement rouge et brillant :

S’il est d’apparence desséchée de couleur noire brûlé, il traduit l’insuffisance et l’épuisement de la quintessence du Rein.

 

2) Le nez

Le nez est l’orifice du poumon, il est traversé par le Méridien yang ming de l’estomac, c’est la voie de la respiration.

  • L’observation du nez comprend surtout l’examen de sa morphologie et de ses sécrétions. Un écoulement nasal clair manifeste habituellement un atteint externe de froid et de vent.
  • De la morve trouble indique une atteinte externe de chaleur et de vent.
  • Un écoulement incessant de morve trouble, d’odeur nauséabonde correspond à une sinusite ; il est dû à une perversité externe se transforme en chaleur et une stagnation de chaleur dans le méridien de la vésicule biliaire.
  • Un nez dont l’extrémité est rouge de façon permanente et un nez couperosé est du à la stagnation de chaleur dans le poumon et l’estomac.
  • Les battements des ailes du nez accompagnés de fièvre élevée sont souvent provoqués par l’accumulation de chaleur dans le poumon en cas d’atteinte externe.
  • On observe également ces symptômes ainsi que des difficultés respiratoires en cas d’insuffisance d’épuisement de la quintessence de l’énergie du poumon et du Rein.

 

3) La Bouche

Cet examen consiste principalement l’observation : des lèvres, des dents, des gencives, de la gorge.

 

  • Les lèvres : la bouche est l’orifice de la rate, celle-ci s’épanouit sur les lèvres,

La rate et l’estomac sont liés par une relation interne externe. Pour ces raisons, les lèvres reflètent essentiellement les affections de la rate et de l’estomac.

  • Les lèvres blanches à la traduisit une déficience du sang ;
  • Violet clair de la douleur du froid et une stagnation de sang ;
  • Rouge foncé elles indiquent la présence de chaleur dans le sang ;
  • Rouge foncé et desséché, une atteinte des liquides physiologiques par un excès de chaleur.
  • Un écoulement de salive aux commissures des lèvres montre une prépondérance de l’humidité due à une faiblesse de la rate ou encore de la chaleur dans l’estomac ou une infestation parasitaire.
  • Des lèvres excoriées sont dues à l’accumulation de la chaleur dans la rate et l’estomac.
  • La bouche déviée est un signe d’apoplexie.
  • Des lèvres serrées contractées révèlent l’agitation interne du vent du foie ou une insuffisance de la rate engendrant du vent.
  • Un sillon labial plein et des lèvres retournées marquent un épuisement du yang de la rate,
  • Un sillon labial raccourci, l’épuisement du yin de la rate.

 

  • Les dents, les gencives

Les dents sont l’excédent des os. Le Rein régit les os et le méridien d’estomac traverse les gencives.

Pour ces raisons, les altérations au niveau des dents et des gencives peuvent refléter les affections :

  • Du Rein
  • De l’estomac.

Les dents sèches signent l’endommagement des liquides physiologiques par la chaleur de l’estomac.

Les dents branlantes dont les racines sont apparentes évoquent :

  • Une insuffisance du Rein
  • Une insuffisance de la Rate
  • Une inflammation due à un Feu par déficience.

Les grincements de dents (bruxisme) durant le sommeil sont du à la présence de chaleur dans l’estomac ou à une infestation parasitaire.

Des gencives rouges et gonflées éventuellement accompagner de saignements traduisent la présence de feu dans l’estomac.

Un saignement des gencives, sans rougeur ni gonflement indiquent une insuffisance de l’énergie ou un endommagement des vaisseaux dû à un feu par déficience.

 

  • La gorge

La gorge est « la voie du poumon et de l’estomac ». Elle est en relation avec tous les méridiens, mais reflète essentiellement les affections :

  • Des méridiens du poumon, de l’estomac, du foie, du coeur (organisateur des choses) et du Rein
  • Une gorge rouge sombre et enflée est due à l’accumulation de chaleur dans le poumon et estomac.
  • Une gorge rouge enflée et suppurante présentant des points jaunes en rouge et blanc marque la présence de chaleur toxique dans le poumon et l’estomac.
  • Une gorge constamment rouge pâle est liée un état de déficience.
  • Une gorge rouge vif, légèrement sombre signe une prospérité du feu causé par une insuffisance de Yin.
  • La présence de membrane blanche dans la gorge qui s’élimine grattage pour réapparaître aussitôt est due à la chaleur dans l’estomac. Si cette membrane s’élimine difficilement au grattage, et quand insistant du sang apparaisse et qu’elle se reconstitue rapidement, il s’agit d’un « feu toxique » type diphtérie.

 

8) Observation de la peau

L’observation de la peau permet essentiellement de noter les modifications de la couleur et de l’aspect de l’épiderme. Cela donne des indications sur l‘état du Sang et des liquides organiques

Si le Sang est insuffisant, il ne peut accomplir sa fonction de nourrir et humidifier.

L’affaiblissement des fonctions nutritives et humectantes du Sang se traduit par un ralentissement de l’activité fonctionnelle des organes et des viscères, mais également par des manifestations cliniques telle que :

  • Un teint terne, jaune ou desséché.
  • Une sècheresse de l’épiderme et du derme.
  • Un engourdissement et une raideur des membres ou des extrémités et un manque d’agilité.
  • Chez la femme : relation avec le Jing par le Sang génésique utérin.
  • yeux secs, baisse de vue.
  • Transpiration au moindre effort = vide de Qi
  • Odeurs fortes = chaleur

 

Si le Yin et les liquides sont insuffisants :

  • Les Jin qui sont la partie rare et subtile des liquides , rapide fluide et circulant en surface avec l’énergie Wei , ne peuvent pénétrer et lustrer l’enveloppe du corps, nourrir la peau et les chairs.
  • Par exemple une coloration jaune de la peau sur la totalité du corps correspond à un ictère.

Il s’agit d’une humidité chaleur du foie et de la vésicule biliaire, l’humidité chaleur se congestionne et se noue, le mécanisme du foi et de la vésicule biliaire est bloqué et stagne, le bois ne peut plus drainer la terre, la montée descente de rate estomac sont déréglés donnant nausées, distension et oppression épigastrique. Quand l’humidité chaleur est importante la bile déborde ce qui cause la jaunisse du corps et des yeux.

  • Le gonflement des membres, du visage de l’ensemble du corps est un signe d’oedème.

Tout problème d’œdème renvoie à un dérèglement de la voie des eaux avec des perturbations de la montée descente.

Par exemple, quand il y a vide de Yang du rein et débordement de l’eau, le yang du rein est insuffisant et ne peut pas gouverner l’eau, de sorte que la transformation du qi de la Vessie est déréglée et que le transport et la transformation de la Rate sont affectés et que l’humidité déborde , il y a donc oedème de tout le corps, avec godet , miction en petite quantité, douleurs des lombes et courbatures, crainte du froid, membres froids, langue pâle et grosse, enduit blanc humide et pouls lent. 

Dans ce chapitre, est principalement question de distinguer les altérations de l’état de l’aspect et de la couleur de la peau en ce qui concerne les éruptions, les milliaires blanches, les abcès profonds, les furoncles.

 

1) Les éruptions

Les éruptions sont des réactions cutanées apparaissant lors de certaines affections. On les observe fréquemment lors des maladies de chaleur de causes externes et plus rarement dans diverses affections internes :

  • Les éruptions observées durant les affections de causes externes sont souvent causées par la présence de chaleur perverse dans le poumon et estomac, chaleur qui de l’intérieur pousse le sang, ou fait divaguer le sang dans les vaisseaux.
  • Si les éruptions sont de couleurs vives, rouge brillant, le pronostic est bon ;
  • Si elles sont de couleur rouge sombre comme la crête d’un coq, elles sont causées par la prépondérance et l’accumulation de chaleur toxique ;
  • De couleur violet sombre, signent l’endommagement du Yin par la chaleur toxique ;
  • De couleur rouge pâle ou violacé pâle, elle indique une insuffisance de l’énergie Yang.

 

Quant à l’aspect des éruptions :

  • Si leur disposition est régulières et leur espacement harmonieux, le pronostic est bon ;
  • Si elles sont clairsemées dispersées, la perversité est légère et superficielle ;
  • Si elles sont denses et ramassées et que leur couleur ne faiblit pas à la pression du doigt, la chaleur toxique est fort en profondeur.
  • Des papules irrégulièrement réparties, d’apparition fugitive montre que l’énergie droite est insuffisante et que l’énergie perverse pénétré dans l’interne. : c’est un symptôme de gravité.
  • L’apparition d’éruption dans les atteintes internes et les maladies diverses accompagnent généralement la présence de chaleur dans le sang.
  • Des taches de couleur violet foncé, chargées apparaissant de manière irrégulière sont souvent dues à une insuffisance de l’énergie qui ne parvient plus à retenir le sang : celui-ci s’extravase des vaisseaux provoquant des stases sanguines.

 

2) Les miliaires blanches

Les milliaires blanches sont de petites vésicules blanches, transparentes, saillantes à la surface de la peau, de la taille d’un grain de millet.

Elles apparaissent fréquemment au cou à la nuque sur le thorax et parfois sur les quatre membres mais jamais sur le visage.

Elles sont généralement causées par la stagnation de l’humidité dans la partie superficielle de la peau empêchant l’évacuation de la transpiration.

  • Si les miliaires sont transparentes brillantes et remplies, le pronostic est favorable ;
  • Si elles sont desséchées blanches sans éclat à moitié remplies d’un liquide visqueux, le pronostic est défavorable.
  • Dans le premier cas, la perversité humide s’évacue vers l’extérieur,
  • Dans le second les liquides organiques sont desséchées et épuisés.

 

3) Les abcès, les abcès profonds, les furoncles

Ce sont des symptômes relevant de la médecine externe.

  1. Les abcès ont une dimension assez importante, ils sont rouges enflés chauds et douloureux, ils ont une base ronde : ce sont des symptômes Yang.
  1. Les abcès profonds sont gonflés sans tête se situant plutôt en profondeur, ils n’ont pas de relief au niveau cutané et ne modifie pas la couleur de la peau : ce sont des symptômes Yin.
  1. Les furoncles de dimensions plutôt petites de la taille d’un grain de millet à la base ferme et dure peuvent parfois procurent une sensation d’engourdissement ou être insensible ou encore être purulent et douloureux avec une tête de couleur blanche. Ce sont des symptômes Yin
  1. Les furoncles se manifestent au niveau superficiel de forme ronde rouge gonflée chaud et douloureux. Ce sont des symptômes Yang.

 

9) Observation des vaisseaux de l’index chez l’enfant

L’observation du réseau vasculaire consistait examiner les vaisseaux de la face radiale de l’index au niveau du passage d’une branche du méridien du poumon. En clinique, cet examen remplace la prise de pouls au niveau du poignet et se pratique chez l’enfant de moins de trois ans.

L’index est divisé en trois sections  correspondant :

  • La première phalange correspond à la section du vent,
  • La seconde à celle d’énergie
  • La troisième à celle de la vie.

           A) Méthodologie pour la mise en œuvre de cette observation

Le médecins saisit avec le pouce et l’index de sa main gauche extrémité de l’index de l’enfant, puis avec le pouce de sa main droite, il pousse plusieurs fois le bord de la face palmaire de l’index de l’enfant de l’extrémité distale à l’extrémité proximale en appuyant avec une force modérée afin de faire apparaître les empreintes vasculaires du doigt.

            B) Principales pathologies révélées par cet examen

1) La couleur

  • Les vaisseaux de l’index se sont normalement légèrement rouge, à peine visible dans la section du vent et jamais en surface.
  • D’un rouge vif, ils indiquent une attaque externe de vent et de froid,
  • D’un rouge violacé une chaleur interne.
  • S’ils sont violet tirant vers le noir, c’est un signe de gravité de l’affection.
  • Une couleur pâle révèle un état de déficience,
  • Une couleur sombre qui ne s’atténue pas la pression est un symptôme de plénitude.
  • Le bleu signe un état convulsif ou douloureux.

 

2) L’emplacement des vaisseaux

Les vaisseaux capillaires ne sont normalement visibles que dans la section du vent lors d’une affection,

  • Si les vaisseaux ne dépassent pas cette section, l’affection est superficielle et bénigne ;
  • S’ils étendent dans la section de l’énergie, la maladie s’aggrave et pénètre en profondeur ;
  • Si les vaisseaux atteignent la section de la vie, la maladie est profonde et grave.
  • Si les capillaires vont jusqu’à l’ongle, autrement dit s’il traverse les sections et atteignent l’ongle, la maladie est très grave et difficilement curable.

 

3) La profondeur

  • Normalement les vaisseaux sont visibles en surface comme s’ils flottaient, dans ce cas la maladie est localisée dans la superficie de l’organisme.
  • Les vaisseaux sont enfuis en profondeur tout en étant lisibles, dans ce cas la maladie est localisée en profondeur.

En pratique clinique, le diagnostic par l’observation du réseau capillaire de l’index de l’enfant est insuffisant, il est nécessaire d’y associer l’emploi simultané des quatre examens.

 

2) Le diagnostic par l’audition et par l’olfaction

Le diagnostic par l’audition et l’olfaction consiste à écouter les sons et les bruits et à percevoir les odeurs.

  • A) L’écoute des sons émis par le malade consiste essentiellement à apprécier si ce qu’il dit est censé,

Si le ton de sa voix et les bruits de sa respiration sont aigus ou graves, forts ou faibles.

Il convient également de prêter attention au son de la toux, des hoquets et des éructations.

  • B) L’olfaction consiste à percevoir l’odeur de l’haleine du malade, de ses éructations, de ses sécrétas et de ses excrétas.

 

1) L’écoute des sons et des bruit

               A) La voix

1) Force de la voix

  • Quand la voix du malade est forte, c’est un symptôme de chaleur, de plénitude : l’énergie droite n’est pas affaiblie.
  • À l’inverse, une voix faible et sans force est un symptôme de froid, d’insuffisance.

Si les sons de la voix sont difficilement émis ou si nul son ne peut être émis, il s’agit d’une extinction de voix ou d’une aphonie. Ces deux cas peuvent survenir à la suite d’une atteinte d’origine externe ou d’une blessure interne et correspondre à des symptômes de plénitude ou à des symptômes d’insuffisance.

  • Les atteintes d’origine externe occasionnent souvent des symptômes de froid et de vent ou des symptômes de chaleur et de vent qui relèvent généralement de la plénitude et de la chaleur.

Les maladies occasionnées par les blessures internes sont souvent observées en cas de déficience du yin du poumon et du Rein, ce qui ne permet pas aux liquides organiques de s’élever. Ce sont des affections chroniques qui guérissent difficilement, elles se manifestent par des symptômes des déficiences.

 

2) Cohérence ou incohérence du discours

Le cœur régit l’esprit et la parole est une forme de l’expression des activités psychologiques ; aussi la parole est-elle régie également par le Cœur. L’élocution normale ou confuse reflète donc l’état psychique, l’état du cœur.

Quand le patient parle de manière cohérente et qu’il a l’air normal, à l’évidence son état psychique est équilibré et l’énergie du cœur n’est pas atteinte, dans ce cas le pronostic est bon.

Au contraire, lorsque le malade n’a pas l’esprit clair, que son discours est incohérent et le son de sa voix fort, il présente alors toutes les manifestations d’un délire verbal, symptôme fréquent dans les syndromes de chaleur, celles-ci troublent l’esprit dans le cœur, et lors des syndromes de plénitude.

Quand le malade n’a pas l’esprit clair, qu’il radote de manière intermittente, d’une voix faible et sans force, c’est un état de « rabâchage » ; la perversité trouble de l’esprit du cœur, c’est un syndrome de déficiences dans lequel le cœur ne peut plus conserver l’esprit.

Par ailleurs, on observe aussi une incohérence verbale dans les syndromes de démence et de folie qui en clinique ne sont pas difficiles à différencier.

 

B) Le souffle

1) L’intensité de la respiration

Le souffle correspond à la respiration du malade.

  1. Un souffle faible, c’est-à-dire une respiration faible sans force est un symptôme d’insuffisance.
  2. Une respiration forte est un symptôme de plénitude, un symptôme de chaleur.

 

2) Le halètement et le sifflement

Le halètement est caractérisé par une gêne respiratoire : le malade garde la bouche ouverte et les épaules levées, il ne peut pas rester allongé.

  • Si le son de sa respiration est rauque, c’est un symptôme de plénitude,
  • S’il est faible, c’est un symptôme d’insuffisance.

La respiration sifflante est caractérisée par une difficulté à respirer accompagnée d’un bruit de sifflet dans la gorge ; on l’observe généralement dans les syndromes d’obstruction du poumon par les mucosités fluides.

En clinique, le sifflement et le halètement apparaissent souvent simultanément.

Ainsi par exemple quand des mucosités fluides obstruent le poumon bloquant les voies respiratoires, l’énergie du poumon ne peut plus s’étendre, le malade a de la difficulté à respirer, il ouvre la bouche, lève les épaules et halète ; en même temps un bruit ressemblant à un sifflement se fait entendre dans la gorge.

 

3) Le souffle court

Le souffle court désigne une respiration courte ou de fréquence rapide, le patient a l’impression que les respirations ne peuvent se succéder normalement.

Autrefois, on désignait ce symptôme par l’expression « le peu de souffle ». On l’observe en général lors des syndromes de déficience

 

4) Les soupirs

  • Les soupirs (trop de souffle ou respirer longuement) s’observe fréquemment en cas de blocage des émotions lors du syndrome de stagnation de l’énergie du foie (cf. Ignatia en homéopathie)
  • Bien que la respiration striduleuse et le halètement aient pour siège le poumon et que cet organe en soit généralement la cause, le cœur, le foie, la rate et le Rein peuvent également en être à l’origine.
  • Par exemple si le Yin du poumon et du Rein est insuffisant, l’eau et l’humidité qui ne peuvent plus être réchauffée ni transformée monte et affecte le poumon en provoquant stridulation et halètement.
  • Le poumon régit l’énergie et le Rein reçoit l’énergie ; si le rein est déficient, il ne peut plus recueillir l’énergie, celle-ci remonte à contresens et provoque le halètement ; c’est pour cela qu’il est dit : le « halètement provient du Rein », « le halètement provient du foie », ou encore « le halètement provient du poumon ».
  • Le souffle court n’est pas non plus un symptôme spécifique des affections du poumon ; une insuffisance du cœur, de la rate ou du Rein peut également en être la cause.
  • Par conséquent, il est indispensable en pratique clinique de remonter à la source afin de distinguer les causes initiales des manifestations extérieures.

 

c) La toux

Dans l’audition de la toux, il faut distinguer si la sonorité est :

  • Puissante, avec force
  • Ou assourdie, sans force
  • Si elle produit des sons particuliers, si le rythme est continu.

L’interrogatoire permet de préciser s’il existe ou non des mucosités, si elles sont abondantes ou non, si elles sont difficilement expectorées, de connaître leur consistance, leurs couleurs et enfin de savoir si elles sont mêlées de Sang.

  • Une toux sonore est un signe de plénitude, une toux faible et sans force est un signe d’insuffisance.

Chez l’enfant, des quintes de toux continues accompagnées d’une respiration rapide et d’un visage rouge gonflé et d’un bruit comme le cri de l’aigrette, sont les signes de la coqueluche.

Toujours chez l’enfant, si le son de la toux ressemble à un aboiement, il faut penser à la diphtérie.

Une toux sèche avec peu de crachats épais et difficilement expectorés et ou pas de crachats indique une chaleur et une sécheresse au poumon avec insuffisance des liquides physiologiques.

Une toux accompagnée de mucosités abondantes, claires, fluides et blanches est due à l’humidité et au froid ou à l’accumulation d’eau qui blesse le poumon.

Les mucosités jaunes sont une manifestation de la présence de chaleur dans le poumon. Les crachats sanguinolents indiquent que la chaleur ou la toux endommage les vaisseaux du poumon, mais peuvent être également causé par une déficience de l’énergie qui ne parvient plus à retenir le sang dans les vaisseaux.

Comme pour le halètement et la respiration striduleuse, les causes de la toux ne peuvent être recherchés uniquement dans le poumon, il est donc nécessaire de discerner quel organe est à l’origine de l’affection.

 

D) Le hoquet et les éructations

Hoquet et éructations sont tous deux dus à la montée à contresens de l’énergie de l’estomac, avec un trouble du foie …

Leurs manifestations sont cependant différentes.

  • En général, on accorde pas de signification particulière à la survenue de hoquets, mais s’il se manifeste lors d’une maladie chronique ou quand le malade est dans un état de faiblesse avancée, il témoigne de la gravité extrême de cet état, et tout au moins d’une guérison difficile à obtenir.
  • Les éructations post – prandiales inodores n’ont pas de signification pathologique ; mais lorsqu’elles sont acides, nauséabondes et surviennent longtemps après la fin du repas, il s’agit d’une accumulation d’aliments affectant la rate et l’estomac.
  • Si ces éructations n’ont pas d’odeur particulière, elles indiquent un déséquilibre entre le foie est l’estomac ou une déficience de l’estomac provoquant un reflux et l’énergie. En Chine, on utilise le Kaki (fruit) comme remède des hoquets incoercibles !

 

2) L’olfaction

Une haleine fétide indique souvent la présence de chaleur dans l’estomac, de stagnation alimentaire, mais elle peut aussi être due à des caries dentaires ou à une hygiène buccale négligée.

Quant à l’odeur dégagée par les secréta et les excréta : selles nauséabondes se produisent lors de syndrome de chaleur ou d’accumulation alimentaire.

L’expectoration de mucosités purulentes d’odeurs fétides, indique un abcès pulmonaire. Des leucorrhées malodorantes sont un symptôme de chaleur ;

Des leucorrhées avec une odeur de viande crue signe un symptôme de froid.

Un souffle nauséabond exhalé par le nez est un signe de sinusite.

Une mauvaise odeur émanant des aisselles indique une chaleur.

Le regard, l’éclat de la pupille, les odeurs génitales renseignent sur la qualité de l’essence énergétique et donc sur la qualité du dynamisme mental et spirituel de l’individu.

Odeur de poisson, signe de froid, œil terne sont autant de signes de possibilités mentales limitées.

Ces dix questions servent de fil conducteur au diagnostic clinique, mais il convient de les utiliser avec souplesse en fonction des spécificités de chaque spécialité et de chaque affection.

 

« QUAND L’OBJECTIF TE PARAÎT DIFFICILE, NE CHANGE PAS D’OBJECTIF : CHERCHE UN AUTRE CHEMIN POUR Y ARRIVER » Confucius.

Bibliographie : LIU FENG « L’esprit des points » (ed. Daniel Laurent)

A propos de l'auteur
Francis HUMBERT
Je suis praticien de médecine chinoise, ostéopathe D.O, depuis plus de 35 ans après de nombreuses formations ...