Mimosa

 

Mimosa est un genre d’arbres de la famille des Mimosacée ou selon la classification phylogénétique, de la grande famille des Fabacées et de la sous-famille des Mimosacées. Il comprend près de 400 espèces qui se présentent sous formes d’arbustes ou d’arbres pouvant atteindre 12 mètres de hauteur, et qui fleurissent à des époques différentes entre novembre et mars, le mimosa dit « des quatre saisons » fleurit même toute l’année.

NB. Par un étrange télescopage entre les noms vernaculaires et les noms scientifiques, il existe une confusion dans les appellations de trois genres : les genres AcaciaRobinia et Mimosa. En effet, l’espèce appelée mimosa dans le langage courant a pour nom de genre Acacia, alors que ce que nous appelons acacia est en fait du genre Robinia. Quant aux espèces portant le nom de genre Mimosa, nous les appelons plutôt « sensitives ».

Le genre Mimosa comprend notamment :

alt   Mimosa pudica

La « sensitive », nommée ainsi en raison des mouvements de rétractation de ses feuilles lors d’un frôlement. C’est d’ailleurs la sensitive qui est à l’origine du mot mimosa, utilisé par les botanistes du 16 ème siècle (herba mimosa) et dérivé du latin mimus (= mime) afin d’exprimer l’idée de mouvement.

alt   Mimosa tenuiflora

ou Mimosa hostilisde noms vulgaires : Tepescohuite, huile de Chiapas, arbre à peau), était réputé pour être à la base du ajuca ou « vinho de jurema », une boisson hallucinogène rituelle dans certaines ethnies d’Amérique du Sud. Il s’agit d’un culte ancien signalé dans une chronique de 1788. 

Les guérisseurs des Indiens Mayas, au dixième siècle, connaissaient ses vertus régénératrices et appliquaient sur les plaies et les brûlures son écorce broyée qui calmait les douleurs et permettait à l’épiderme de cicatriser rapidement et sans laisser de marque. 

En 1984, dans une banlieue de Mexico, une centrale gazière explose, faisant plus de trois mille victimes, brûlées au deuxième ou troisième degré. Les grands brûlés, ceux dont la peau est détruite à plus de 60 %, sont traités par du mimosa tenuiflora, faute d’autres médicaments en quantité nécessaire. Résultat : des cicatrisations fulgurantes ! La peau était déjà partiellement cicatrisée après quinze jours et totalement en moins d’un mois. Quatre-vingt-dix jours plus tard, le système pileux avait repoussé, la peau était reconstruite sans aucune séquelle ou marque visible. 

Le corps médical redécouvre à cette occasion les stupéfiantes vertus du Mimosa ténuiflora et s’en sert à nouveau lors du terrible tremblement de terre de Mexico l’année suivante. Le tepescohuite (« arbre à peau » en nahuatl, dialecte le plus parlé du Mexique) est alors décrété « patrimoine national » par le gouvernement mexicain.

PRINCIPES ACTIFS : Tanins (astringents), bio flavonoïdes (veinotoniques), phytostérols (16% = anti-inflammatoires), saponines, oligoéléments (zinc, fer, magnésium, cuivre, manganèse), des acides aminés (leucine, valine, tyrosine, arginine et lysine) qui favorisent la fixation de l’eau par la couche cornéeIl est nécessaire de prendre certaines précautions concernant l’absorption orale, dues à la présence d’alcaloïdes présentant une forte hépato toxicité, il doit être prescrit uniquement pour un usage topique. 

INDICATIONS (écorce de la plante) : utilisée comme analgésique, bactériostatique, fongicide, réparateur et stimulant de la régénération de la peau, activateur de la réparation tissulaire.Indiquée en cas de brûlures, escarres ou varices, coupures (on l’a utilisé comme cicatrisant après une chirurgie plastique), érythème fessier du nourrisson, mycose dermique, couperose, érythème solaire, acné cicatriciel, ulcères de jambe … La cosmétique moderne s’en est emparée pour de nombreuses crèmes antiâges. 

HOMEOPATHIE diathésique : remède du groupe du Mercure (Kollitsch p. 196). Rhumatismes de genoux et des coudes, avec gonflement et raideur.


A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.