Myrrha

alt   Myrrha

Commiphora abyssinica (Burséracées) est un parfum rituel et un aromate très anciennement connu (cf. les « rois mages »).

NOM FRANÇAIS : Le Balsamier d’Arabie

PRINCIPES ACTIFS : HE, résine et gomme

Son utilisation médicale traditionnelle se faisait en le triturant avec de la graisse de dromadaire (!), pour ses effets emménagogue, aphrodisiaque et surtout vulnéraire (antiseptique et cicatrisant).

HOMEOPATHIE diathésique : remède du groupe de l’Or (Kollitsch p. 304). Sa pathogénésie signale sa polarité pour les soins des plaies ulcéreuses ou des caries osseuses indolentes (Syphilis ?).

NB. Le « Bain de bouche à la Myrrhe » (lab. Weleda) fait merveille au sein d’une stratégie thérapeutique des parodontopathies.

ACTION BIOLOGIQUE (PRS/BNS) :

  • Baisse les tests : Magnesium / Alpha 2 précipitines / Cuivre
  • Augmente les test : Mercurius / Germanium / Bêta précipitines
A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.