Naja tripudians

 alt   Naja tripudians

Remède du groupe du Germanium


« L’impulsion suicidaire« 

Dans la morsure du Cobra capel, « serpent à lunettes » d’Asie (cf. pathogénésie de Hering et Russel en 1853), les symptômes nerveux l’emportent, la mort est terrible car le sujet garde la conscience et assiste angoissé et muet à son asphyxie progressive. Cette mort est en tout point comparable à celle provoquée par le curare.

Key-note : Sensation comme « un fil suspendu de l’ovaire gauche au coeur« . NB. en MTC il est dit : « Un méridien va de l’utérus au coeur » (Ling-Shu)

Psyché de l’adulte : « Perte de la volonté de vivre, comme tous les remèdes de l’atteinte cardiaque » (Kent).


Exhibitionniste égaré et tremblant, il balance entre ses exigences et ses désirs, jusqu’au suicide. Il veut plaire : peur qu’on le néglige ou le méjuge. Il s’affuble mi-féminin, mi-masculin en vue d’être accepté de tous : sur Platina … (ex.: Michael Jackson ?)

Mentalité d’une intoxication neurotrope grave : énervement à la moindre cause, mélancolie, dépression, inattention, troubles du sommeil, cauchemars effrayants, jusqu’à un désir brusque de se suicider ! Se coupe les veines ou se défenestre, appelle la mort comme une délivrance, surtout au cours de ses névralgies (comparer Natrum sulfuricum, Aurum).

Soma : Dépression nerveuse, puis (surtout) bulbaire

Symptômes respiratoires et cardiaques : Digitaline-like —-> puis symptômes périphériques : effet Curare-like.

On songe à ce remède quand il y a des douleurs cardiaques, comme dans l’angine de poitrine, l’asthme ou l’insuffisance cardiaque, avec oppression (sensation de poids qui écrase la poitrine) et difficulté d’élocution. Ne peut se coucher sur le côté gauche à cause des palpitations (= position qui comprime le coeur, contrairement à Elaps = droite).

Maux de tête intenses (= céphalées orbitaires gauches irradiant à l’occiput), syncope, évanouissements, fatigue intense avec cyanose et froid périphérique, sur chaleur et congestion céphalique. Névralgie de l’ovaire gauche avant et pendant les règles (cf. son Key-note !).

A un stade avancé, Naja correspondra à des formes malignes du choléra ou de collapsus, avec pouls très faible et respiration difficile.

Cybernétique : Il y a, dans Naja, une note horrifiée et de stupeur que n’ont pas les autres serpents.

Contrairement aux autres serpents, peu de symptômes d’hémorragie ou de suppuration.

Comme Lachesis : aggravé par les cols serrés, après avoir dormi, par l’humidité, mais avec une arythmie cardiaque, et souvent dans un contexte de dyspnée et de toux (= asthme cardiaque !)

Deux draineurs végétaux :


 Crataegus oxyacantha (l’aubépine) faiblesse et tachyarythmie, insomnie et oppression,

 Hématoxylon (le bois de campêche) constriction thoracique, palpitations et bearing-down.

Aggravé par :

  • couché sur le côté gauche
  • pendant et après le sommeil (= ralentissement circulatoire)
  • après le repas, par l’alcool (malgré le désir)
  • le froid (l’air froid et les courants d’air)
  • la pression des vêtements (autour du cou)
  • l’humidité (comme tous les serpents)

Amélioré par :

  • le grand air (les céphalées)
  • en fumant, en éternuant.
  • couché du coté droit

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.