Nux vomica

alt    NUX VOMICA 

L’action pharmacodynamique de la Noix vomique (Strychnos nux vomica – loganiacée) nous montre qu’elle agit par ses alcaloïdes (2 à 3% d’alcaloïdes indoliques, dont la strychnine et la brucine) d’une façon élective sur la substance grise de la moelle et du bulbe en laissant indemne le cerveau, les nerfs moteurs et les muscles. La Noix vomique exalte l’excitabilité réflexe des cellules des centres bulbo-médullaires déterminant des réactions vives et généralisées : amplification des mouvements thoraciques respiratoires, péristaltisme intestinal, vasoconstriction périphérique (–> élévation de la pression artérielle), elle produit l’excitation du sympathique (mydriase) et des sensibilités spéciales (odorat, vue, ouïe, etc…), elle agit sur le sang, la température, la sécrétion biliaire qu’elle diminue …  

HOMEOPATHIE diathésique : remède du groupe du Soufre (Kollitsch p. 98) : « Au fou ! »

Causalité :     Il pense que tout problème peut être résolu par l’effort et la ténacité « Je peux, si je fais tout ce qu’il faut pour … » : combattre l’angoisse de la mortalité, désir de maîtriser l’événement, « Rien ne me résiste !« , il ne peut se résoudre à accepter une limite, se résigner à un échec (car la finalité de sa vie = réussite professionnelle) :

  1. il use de drogues pour se doper, repousser ses limites…. s’il échoue, il ne s’en remettra jamais…
  2. pathologie de l’identification … jusqu’au suicide (comme Aurum). 

Symbole :      l’inadaptation =            

  • au niveau de l’estomac : incapacité à digérer l’échec, à s’adapter à des situations nouvelles,           
  • hémorroïdes : fardeau, pression + tension, impossibilité de lâcher prise,           
  • hernies : effort, surcharge nerveuse, manifestation créatrice mal ciblée.  

Problématique :     Amplification des aspects habituellement positifs de sa conscience professionnelle et de l’ambition. « Au lieu d’utiliser ses dons pour travailler de façon équilibrée et harmonieuse, il sera dominé par eux et par son ambition à toute heure du jour et de la nuit; son désir de puissance, son besoin de compétition et de réussite s’accentueront de plus en plus » (Vithoulkas). 

Usage de stimulants artificiels pour faire face à une telle tension (café, cigarettes, drogues, alcool, abus sexuels) et/ ou de traitements médicaux à trop fortes doses (purgatifs, etc…), tous excitants du système bulbo-médullaire. Sensibilité particulière à bon nombre de ces substances ® grand nombre de déséquilibres au niveau digestif puis nerveux : hypersensibilité, impressionnabilité, hyperesthésie nerveuse. 

Psyché :         Les sujets Nux vomica sont en général, de type musculaire, solides, trapus, avec une forte constitution de base. Ce sont des gens ambitieux, intelligents et dans leur phase équilibrée, rapides et compétents. Leur éducation et leur inclination personnelle ont souvent valorisé le sens du devoir et une éthique de travail. S’ils ne sont pas dans un état pathologique, ils sont travailleurs, tenaces, efficaces. L’activité est accrue comme si le temps devait lui manquer avant la fin de sa vie. Nux vomica est le plus compétitif de la matière médicale : « possédé » par son travail, il s’y attelle fanatiquement et accepte sans hésitation les promotions …  

SCRUPULOSITE, maniaquerie adaptée à la réalité, spécifiquement liée à son besoin d’efficacité (mais différent d’Arsenicum album, dont la maniaquerie névrotique est en fait un besoin d’ordre et de propreté, un désir de maîtriser son entourage pour calmer son insécurité).

alt   

Le système nerveux semble agir à l’inverse de la normale, inversion de toutes les fonctions naturelles : il a des nausées, des haut-le-cœur douloureux (mais le patient ne peut pas vomir), de même au niveau de la vessie, la vessie est pleine, il éprouve une forte envie d’uriner et malgré cela, l’urine s’écoule goutte à goutte, si le malade se force, elle peut même s’arrêter complètement de couler ! De même sur le plan intestinal, les efforts du patient sont totalement improductifs. En cas de diarrhée, il ne peut se libérer que s’il s’asseoit de façon passive, puis vient une forme de contraction qu’il ne peut contrôler, il éprouve une sensation de reflux. Dans la constipation, plus le malade fait d’efforts, moins il obtient de résultats … 

En résumé :    En ressentiment contre la situation, source de ses soucis, il agira agressivement : 

Avers = hyper-actif. En MTC on apprend que la colère blesse le Yin  ® manifestations Yang. « L’hépatique coléreux » : énervé, agité et constipé !

Effort et ténacité … en excèsIl finit par endosser des responsabilités supérieures à ses propres capacités et use de substances artificielles pour se sentir toujours au niveau de ses ambitions ! C’est l’homme d’affaire qui a un bar bien approvisionné dans son bureau, une machine à café (expresso, bien fort), une cartouche de cigarettes d’avance, chaque chose dont il use et abuse pour tenir le coup ou simplement se sentir en forme !

Abus de toutes sortes (sexualité, alcool, drogues) : « Ses impulsions l’amènent à franchir les limites de la morale conventionnelle, car s’il possède une éthique sur le plan professionnel, elle ne se retrouve pas sur le plan personnel » (Vithoulkas). Amoralité (cf. le personnage de J.R. dans le feuilleton « Dallas » : Nux vomica / Mercurius). 

Ces excès conduisent le malade à un état d’EPUISEMENT : Il éperonne sans cesse son corps, dont il ressent l’extrême fatigue le matin (-> café ++). Déséquilibre au niveau digestif, puis le système nerveux est atteint : hypersensibilité (lumière, bruits lui deviennent intolérables, ce qui l’amène à des actes d’une grande violence : jusqu’à prendre son fusil et… tirer !). D’autant plus que ses abus sexuels l’ont conduit à une impuissance qui exacerbera encore ses frustrations érectiles … « L’homme d’affaires reste à son bureau jusqu’à la limite de ses forces, il reçoit un courrier volumineux et a trente six choses à faire à la fois… son esprit est constamment bousculé jusqu’à la torture par une foule de petites choses, pas toujours des choses importantes. Il fait constamment travailler sa mémoire pour des questions de détail et il ne peut plus en détacher son esprit lorsqu’il rentre chez lui. Il en perd le sommeil, il est étourdi par la multitude de ses problèmes, il est furieux, à envie de tout casser ou de tout laisser tomber, et il va s’en prendre à sa famille, à ses enfants, à ses voisins…. Il va dormir par à-coups, se réveiller à trois heures du matin assailli par les problèmes de son entreprise, se rendormir vers le matin d’un sommeil écrasant. Lorsqu’il se réveille, il n’en peut plus et aimerait pouvoir faire la grasse matinée » (J.T. Kent).

*  Exagération de la susceptibilité (l’appareil psychique fonctionne aux limites supérieures de ses possibilités) : Irritabilité intérieure d’abord ® gastrites, ulcères d’estomac… puis manifestations extérieures : querelleur, aggravé par la contrariété la plus petite (explose même pour des bagatelles, réactions impulsives pour des ennuis mineurs), impatient envers lui-même et les autres, « une difficulté pour boutonner sa veste et il arrache le bouton » (Withoulkas)… intolérance à la contradiction, certitude d’avoir raison et impatience vis à vis de ceux qui sont moins rapides et efficaces que lui (comme Aurum).

*  Exagération de la sensibilité : Supporte difficilement la douleur (la moindre égratignure lui fait dire qu’il souffre atrocement). Par contre peut manifester de la cruauté pure (envers les animaux par exemple, comme Mercurius). Intolérance au moindre bruit (Aurum), aggravé par les odeurs, la lumière (Yang du foie).    

Revers = dépressif et hypo-réflectif.Conscience douloureuse du présent, soucieux, triste, renfermé, horreur de tout mouvement. Labilité émotionnelle, tendance aux ruminations anxieuses quant à l’avenir (pb. financiers ++). Fait des reproches à son entourage (Causticum). Insomniaque. Aliénation qui peut prendre un aspect paranoïde : désir de tuer. « Hallucinations ayant trait au fait de tuer, d’être tué, blessé, injurié » (Kent). Diminution progressive de son appétit, mais gourmandise (aversion pour la viande, désir de gras, d’alcool, de saveurs piquantes qui l’aggravent), peur du vent (comme Chamomilla… ils ont la même hyper-excitabilité !). Très tatillon, maniaque de l’ordre (Arsenicum album), porté au suicide (Aurum).

Soma :          *  auto-intoxication se traduisant par des spasmes, des douleurs un peu partout, des crampes, des lumbagos (qui obligent le patient à s’asseoir pour se retourner au lit : envisagez une origine digestive = problème de chaîne musculaire antérieure ® hypertonie douloureuse des chaînes postérieures) + névralgies sciatiques. Paralysies avec douleurs piquantes et tiraillantes au niveau des membres affectés. Patraqueries digestives et hépatiques :dès que le patient présente des troubles digestifs, tout son état général semble affecté : éructations, sensation d’étouffement, migraine du dimanche, coryza et nez bouché (écoulement le jour, nez bouché la nuit, coryza sec au grand air, écoulement abondant à l’intérieur), angine blanche avec déglutition douloureuse et élancement dans les oreilles. Colique néphrétique (Berberis), tendance à l’hypertension (Aconit ® l’état apoplectique).             

                       *  congestion et stase hépato-portaleSuite d’abus : auto-intoxiqué aimant l’alcool qu’il supporte mal. Langue chargée, constipation avec des hémorroïdes, varices œsophagiennes, jaunisse, cirrhose du foie, coliques hépatiques. C’est bien le tableau du sédentaire. Remède de désintoxication, qu’elle soit alimentaire, médicamenteuse ou professionnelle. C’est un remède d’enfant fiévreux, frissonnant quand il se découvre, avec des rhumes, des éternuements et des crises d’acétone fréquentes.  

Modalités :

Aggravé par : tôt le matin (4 h), le froid, aux courants d’air, au vent, en se découvrant, les excès : café, condiments, liqueurs, médicaments et purgatifs… les moindres causes : le bruit, la colère, l’effort mental et sexuel, les vexations, le toucher, le sommeil perturbé …                       

Amélioré par : les éliminations, la sieste, le repos, en s’enroulant la tête, les boissons chaudes, le lait, le temps humide.

NUX VOMICA essence spagyrique : Essence de rationalité, de logique, qui calme une trop grande émotivité; permet de dédramatiser, de se calmer pour prendre la bonne décision et l’assumer qu’elles qu’en soient les conséquences. Juste équilibre entre la réussite, l’argent, le prestige, et notre quête spirituelle. Bon pour les personnes colériques, toujours stressées, sous pression. « Je vous permet de vomir toutes les substances obscures et sans vie que vous avez ingurgitées tout au long de votre passage terrestre, qu’elles soient de nature physique, psychique ou affective« .

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.