Okoubaka aubrevillei

L’okoubaka aubrevillei (santalacée) est un arbre qui pousse dans la forêt tropicale de l’Afrique occidentale, surtout au Ghana, au Nigeria et en Côte  d’Ivoire. L’okoubaka peut atteindre 40 mètres de haut et 3 mètres de circonférence pour le tronc. Il a une cime est large et touffue, des branches pendantes. Ses feuilles oblongues ont 15 cm de long et 10 cm de large. Les petites fleurs verdâtres poussent sur les branches les plus vieilles, sur des épines atteignant jusqu’à 15 cm de long. Elles produisent des fruits jaunes et durs.

okoubaka

L’okoubaka est considéré comme un remède des guérisseurs d’Afrique occidentale. Avec l’écorce de l’arbre, ils fabriquent une poudre dont ils se servent contre les empoisonnements de toutes sortes. Certaines parties de la plante sont aussi utilisées symboliquement pour chasser les mauvais esprits. L’arbre a donc pour eux une valeur inestimable et il fait l’objet des plus stricts tabous. Seuls les sorciers et les guérisseurs indigènes ont le droit de s’en servir.

Ce remède fut introduit en Europe dans des circonstances curieuses. Il y a quelques années, à Francfort, un Africain remercia le docteur Magdalena Kunst pour ses bons soins en lui offrant une petite quantité d’écorce en poudre. Il précisa que dans son pays, on en prenait après chaque repas où l’on était invité sans être sûr des dispositions de l’hôte à son égard. Cette poudre neutralisait tous les poisons. Spécialisée en homéopathie, Kunst élabora un remède en diluant la précieuse poudre et elle s’en servit avec succès dans le traitement de diverses intoxications alimentaires. Elle demanda alors au docteur Willmar Schwabe de rechercher cet excellent produit lors de sa prochaine expédition en Afrique. Au début, il était très difficile de se procurer cette écorce, mais ce n’est plus le cas aujourd’hui. On peut toutefois craindre maintenant la disparition de cet arbre rare, menacé par une exploitation incontrôlée de son écorce.

OKOUBAKA AUBREVILLEI essence spagyrique : Libération, purification et désintoxication à tous les niveaux, physique, émotionnel et psychique. « Le poison », quand on est empoisonné au sens large, à notre insu, ouverture de conscience. Nous libère de l’énergie noire, nous fait retrouver notre libre arbitre. Quand on nous empoisonne la vie, quand on nous pompe notre énergie, « les coups bas ». Protection contre les personnes négatives et les énergies perverses, de la colère, de la haine, transformation en Amour et Joie. Eveil à la spiritualité, retrouver Dieu en soi, clé pour appréhender, comprendre les mystères de la vie.

 

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.