Olea europa

 

alt   OLEA EUROPA 

Oléacée alimentaire du bassin méditerranéen, arbuste rameux d’une dizaine de mètres de haut, aux feuilles argentée et allongées, aux petites fleurs blanches. Le fruit est une petite drupe verte.

NOM FRANÇAIS : Olivier (Ang.: Olive / Esp.: Olivo).  

PRINCIPES ACTIFS :

  1. Feuilles et bourgeons : tri terpènes, flavonoïdes, mannitol, choline, oligo-éléments : Manganèse, Zinc …
  2. Fruits : acide oléique (oméga 9) 

INDICATIONS traditionnelles : La feuille d’olivier est un médicament que connaissaient déjà Pline et Dioscoride. Utilisée comme astringente et dépurative. Au Moyen Age sa décoction est utilisée au comme amère, astringente, tonifiante, dépurative, diurétique, fébrifuge, antirhumatismale, antigoutteuse et anti-hémorroïdaire. Son utilisation moderne s’adresse aux pathologies vasculaires et métaboliques. En France elle est officiellement « utilisée traditionnellement pour favoriser l’élimination rénale de l’eau« , alors que les phytothérapeutes l’emploient depuis quelques décennies (dès Leclerc H. « Revue de phytothérapie » 18,7,1954) pour son activité hypotensive.

Pour Pol HENRY, ses bourgeons sont « le remède clef de l’artériosclérose cérébrale«  

Fleur de Bach (OLIVE) : « Ont beaucoup souffert, incapables du moindre effort » 

Pathogénésie homéopathique récente de Jeremy SHERR (Dynamis school, Dynamic Provings Volume 2)

EFFET BIOLOGIQUE (BNS):

  • Baisse les tests : Bêta précipitines / Albumines 
  • Augmente les tests : Germanium / Calcarea / Euglobulines Alpha

Les recherches de laboratoires confirment les constatations cliniques. Ainsi on reconnaît à l’olivier une action hypotensive de l’extrait hydroalcoolique de ses feuilles chez le rat génétiquement hypertendu, ainsi qu’un effet hypotenseur par injection de 30 mg/kg d’oleuropéoside sur le chien à hypertension artérielle provoquée. Cette molécule, caractéristique de la drogue provoque une augmentation du débit coronaire sur le cœur isolé de lapin et a une action antiarythmique.

L’étude comparative de macérats de feuilles et de jeunes pousses d’Olea et de l’oleuropéoside montre que l’action hypotensive n’est probablement pas due exclusivement à la seule molécule d’oleuropéoside. Dans un travail antérieur il avait été montré que cet effet pouvait être lié à un effet vasodilatateur obtenu par l’extrait de feuille d’olivier. Le macérât le plus efficace sur l’hypertension artérielle, les coronaires et les artères est le macérât glycéro-alcoolique de feuilles. (1)

La même équipe de l’Université de Grenade – Espagne (2) a montré la diminution dose-dépendante de la glycémie chez le rat sous extrait de feuille d’olivier. Il existe une corrélation avec la teneur en oleuropéoside dont l’activité hypoglycémiante ne dépend pas de l’insuline avec un diabète par alloxane. L’incubation de cellules pancréatiques avec l’oleuropéoside permet d’observer une augmentation de l’insulinosécrétion. Il s’ensuit que l’oleuropéoside permettrait d’obtenir une augmentation d’une sécrétion d’insuline liée au taux de glucose, et une meilleure résorption périphérique du glucose.

 Ces constatations expérimentales se retrouvent chez l’homme malade. Il s’agira cependant de vérifier l’innocuité de cette médication chez l’Homme et de fixer une dose minimale efficace par kilo de poids, et ce sur des extraits de feuille d’olivier standardisés en son principe actif caractéristique.  

  1. Zarzuelo A., Duarte J., Jimenez J., Gonzales M.,Utrilla M.P.”Planta Medica” 57,417,1991
  2. Gonzalez M., Zarzuelo A., Gamez M.J., Utrilla M.P., Jimenez J., Osuna I. “Hypoglycemic activity of Olive leaf” Planta Med. 1992,58,513-5
A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.