Papaver somniferum

alt   Papaver somniferum ou Opium (ba) 

Plante de la famille des Papavéracées. Herbes à feuilles isolées, mais richement découpées, grasses et recouvertes de cire. La floraison est précoce et luxuriante mais brève : grande fleur d’un blanc bleuâtre, marquée en son centre d’une tache sombre. Un latex blanc remplit la plante et sa capsule encore verte.

Ce latex, sorte de « lait végétal » qui coagule au contact de l’air, riche en alcaloïdes (25 alcaloïdes différents, dont 10% de morphine) qui annihilent la volonté et la motricité, éteint nos expériences sensorielles et ressuscitent la « conscience d’images » qui était la nôtre durant notre période enfantine, onirique.

Il fut utilisé depuis le début des temps pour ses vertus sédatives et antispasmodiques. Ce pouvoir analgésique est central, s’accompagnant d’hyper-idéation. L’opium et la morphine n’ont pas d’action au niveau périphérique et, contrairement à la cocaïne, ne peuvent pas servir d’anesthésiques locaux.

NOM FRANÇAIS : le Pavot somnifère (Ang.: Opium puppy).

HOMEOPATHIE : groupe du Baryum (Kollitsch p. 235) : « Anesthésié »

Causalité :      Suite de : joie excessive, de peur, de colère ou de honte ou de frayeur(Gelsemium), mais aussi de traumatisme, d’intoxication ou de maladie

Key-note :       Croit que certaines parties du corps gonflent et vont éclater !

Psyché :         Obnubilation  : tableau de congestion cérébrale passive (prodrome de l’ictus ?)

Torpeur, indifférent à tout, immobile, mais dans un état de bien être… « Même s’il a 40° de fièvre, qu’il est couvert de transpiration, que le pouls est rapide, que la respiration est stertoreuse, il déclare qu’il se sent bien et qu’il n’a besoin de rien ! » (Kent). NB. Dose en 30 CH à prendre le matin, sinon va réveiller le patient qui ne pourra plus dormir !

Période d’excitation réactionnelle avant ou après la phase comateuse, exaltation de l’idéation dont la peur est la grande caractéristique : dans son délire, il voit des animaux ou des démons…. il garde longtemps l’impression d’effroi qui en résulte. Il peut avoir des convulsions, des vomissements, de la diarrhée…

Réalise le tableau complet de delirium tremens :

–> phase sténique : hypersensibilité (au bruit, à la lumière, à la moindre odeur …), spasmes de la gorge, mouvements spastiques, excitation sexuelle violente, sens moral émoussé, menteurs …

–> phase asthénique : « ivre-mort » = torpeur, sans douleurs, ni souffrance, ne désire rien, expression hébétée.

Soma :                        Absence de douleurs

Indolence (comme Stramonium), mais myosis et ptôsis des paupières, avec face rouge (ou pâleur de cire) et sueurs chaudes. Il est bien sûr constipé sans désirs, par atonie intestinale avec beaucoup de gaz… peut lâcher ses selles et ses urines sous lui dans son lit.

Au cours de la fièvre, le malade transpire abondamment alors que les autres sécrétions sont arrêtées (sueurs = liquide organique du cœur : les maladies par plénitude viennent du fils !). Il a trop chaud dans son lit et cherche à se découvrir (Sulfur, Glonoïnum).

Merveilleux remède d’apoplexie, d’hémorragie cérébrale (// Arnica, Helleborus, Apis), d’abus d’excitants ou d’analgésiques (Nux vom.). Retenons-le dans l’aménorrhée ou la pelade après frayeur et la crise d’épilepsie suite de peur.

Insensibilité ++ : il est quelquefois utile de donner Opium 30 ch aux malades qui ne réagissent pas aux remèdes en apparence bien choisis (P. Schmidt).

A été proposé comme remède préventif de la « mort subite du nouveau-né », lorsque la mère a subit une intense frayeur lors de la grossesse (Grangeorges).

Modalités : Aggravé par :           

  • la peur, les émotions, la joie, les odeurs, l’alcool et les stimulants                                   
  • pendant et après le sommeil                                   
  • l’arrêt des éliminations ou éruptions                       
  • la chaleur.                                                           

 Amélioré par : en se découvrant, au froid.

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.