Parodontites / Parodontoses

   Parodontites / Parodontoses

Les parodontites sont des atteintes dégénératives du parodonte avec migration en profondeur de l’attache épithéliale, désorganisation du desmodonte et résorption osseuse suivant plusieurs configurations, horizontale et/ou verticale. Le plus souvent les lésions commencent à partir de 30 ans, elles sont d’évolution lente.

Les symptômes principaux sont :

  • Récession gingivale et saignements (toujours pathologiques)
  • Mobilité dentaire, sensibilité au froid
  • Halitose (haleine chargée) et tassements alimentaires

On distingue deux types d’atteintes parodontales :

1/ Les parodontites simples

Le processus inflammatoire est plus ou moins marqué, il s’agit de poche(s) parodontale(s) où la destruction osseuse est de type horizontale (c’est à dire que le fond de la poche est au dessus du niveau du septum osseux).

Les profils BNS de ces patients sont hyper ou normo-floculants, quatre paramètres s’imposent assez systématiquement (en position hyperfloculante sur le profil-robot) : Zincum et Magnesia (réactif = Mg phos.). Dans ce cas, le trouble de l’axe Rate –> Rein est compliqué d’une perturbation du pôle Poumon, diathèse dominante = TUBERCULISME (hypo-structure).

– Avec hyper Gamma (auto-immunité) et baisse des acides gras (en particulier les Oméga 3 – ce qui suggère une anomalie du système d’attache, autorisant la colonisation bactérienne), dans les parodontites agressives des adolescents (anciennes parodontites juvéniles)

– Avec une hyper Gamma isolée, lors d’une connectivite débutante, d’une gammapathie monoclonale, d’un HIV, d’un alcoolisme chronique (nous observons alors des Bêta élevées et Albumines basses)

Le remède choisi le plus souvent par l’ordinateur est : Equisetum hiemale (si).

2/ Les parodontites complexes

A – Destruction osseuse verticale : le fond de la poche parodontale est au dessous du niveau du septum osseux, mais il reste toutefois, après traitement, une possibilité de régénération osseuse.

Les profils BNS de ces patients sont hyper ou normo-floculants, quatre paramètres s’imposent assez systématiquement (en position hyper-floculante sur le profil-robot) :

A – Alpha 1, Cuivre (Céruléoplasmine), Manganum (lipoprotéines) et Mercurius.

Dans ce cas, le trouble de l’axe Rate –> Rein est compliqué d’une perturbation du pôle Foie, diathèse dominante = PSORE (hypo-fonction –> stagnation –> chaleur, évoluant vers la suppuration franche).

B – Avec hyper Alpha 1 + 2 (Haptoglobine et Orosomucoïde), dans les parodontites chroniques de l’homme et chez les femmes après la ménopause : aspect inflammatoire vasculaire

Le remède choisi le plus souvent par l’ordinateur est : Calendula off. (hg), que nous associerons volontiers avec le traitement proposé par R. Steiner : extrait aqueux d’écorce de marron d’inde en haute dilution (Aesculus hypocastanum = draineur de Sulfur). Il fait d’ailleurs remarquer que ce remède est aussi curatif des congestions hémorroïdaires, problème similaire, transposé à l’autre extrémité du tube digestif !

  • En aigu : Argentum nitricum D30 + Echinacea D3
  • Chronique : Anantherum + Hekla lava + Siegesbeckia aa D8

Les parodontoses (ou sénescence parodontale) :

Récession parodontale avec lyse gingivale et osseuse horizontale sans signes inflammatoires, ni poches parodontales, l’évolution est très lente : la perte d’attache est la somme des récessions (qui représentent 60% de la perte) et des poches (qui ne représentent que 40%).

Les profils BNS de ces patients sont majoritairement hypofloculants (anorexie, régimes amaigrissants, séquelles de paludisme, hépatites …), hyper Alpha 1 + 2. Quatre paramètres s’imposent assez systématiquement (en position hyper-floculante sur le profil-robot) : Kalium, Iodum et Calcarea. Dans ce cas, le trouble de l’axe Rate -> Rein est compliqué d’une perturbation du pôle Cœur, diathèse dominante = SYCOSE (hyper-structure pathologique sur vide interne)…. En cas de carence en AGPI (hyperlipémie), à supplémenter avec des Oméga 3.

  • Avec une augmentation des Euglobulines, du test à l’Iode et du test au Cuivre, signes biologiques de la souffrance vasculaire (ex.: vu avant un infarctus et une rupture d’anévrisme) !

Les remèdes choisis le plus souvent par l’ordinateur est : Althaea off. (ca), Cochlearia off. (hg) …

Pensez aussi à vérifier une origine réflexe de certains troubles observés = le problème peut être lié à un trouble (même minime) de l’articulé ou à un électrogalvanisme buccal (« micro-piles » en bouche ?!).

Si vous souhaitez réaliser un BNS12 ou 24, cliquez sur ce lien : www.mybiobox.com

Les risques généraux des parodontites non contrôlées sont importants :

 

RisquesParo

Une supplémentation en acides gras Oméga 3 aura un bon effet (cf. Journal of the American Dietetic Association, Novembre 2010), la consommation d’acides gras polyinsaturés étant inversement proportionnelle aux affections parodontales (- 20%) !

Pour écrire ce chapitre, nous nous sommes basés sur une étude réalisée sur 120 patients avec la participation du dentiste P. BLANCHARD (Magalas – France) et de J. ZEIDAN (Nantes) :

http://dr-zeidan-jihad.chirurgiens-dentistes.fr/Le-traitement-des-parodontites-dechaussement-des-dents-Article-3278.aspx

http://dr-zeidan-jihad.chirurgiens-dentistes.fr/Dentisterie-Holistique-Article-3762.aspx

Formation au traitement des poches de paro par laser Yap :

Brève note sur l’utilisation des lasers et ondes magnétiques pulsées en pratique dentaire (et autre) : 

1/ Laser chirurgical

Exemple : le laser de chez LOBEL (LOKKI), outil polyvalent, qui répond parfaitement au traitement de la maladie parodontale et la désinfection des canaux en endo, son champ d’action est plus large que ça, freinectomie, élongation radiculaire, hypersensibilité au collet, RDG, il est aussi d’une aide précieuse pour la désobturation canalaire et la volatilisation d’instruments fracturés dans le canal, dépose de tenon… 

PMB : http://www.youtube.com/watch?v=8EEfMz813E8&feature=related

2/ Ondes pulsées

Beaucoup utilisent la MILTA, surtout en paro. Antalgique et décongestionnant. Parfait pour les lésions profondes. 

3/ Les petits appareils de LLLT (low level laser therapy) …

La LLLT fonctionne bien en auriculothérapie, acupuncture et en neuralthérapie. Les expériences de Richand sur les cicatrices ont démontré que le LLLT aurait les mêmes effets sur la neutralisation cicatricielle que l’injection d’implétol. Dans le cas de lésions étendues ou profondes, passez à la MILTA.

 

Il existe pas mal de ces « softs lasers », des 632,8 nM classiques (rouges), mais aussi d’autres machines qui travaillent dans l’InfraRouge (diodes) comme le « Next laser » par exemple (Sedatelec). Vous en valoriserez l’usage en ayant une bonne formation et pratique de neuralthérapie.

LLLT : http://www.youtube.com/watch?v=JOtqIyL671w

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.