Phlébite

   LA PHLEBITE  

Le terme de « phlébite » est utilisé pour décrire une thrombose veineuse siégeant au membre inférieur et survenant généralement chez les individus présentant une affection cardiaque, les femmes après un accouchement, les individus venant d’être opérés, etc… Cette affection a été étudiée pour la première fois par Breschet en 1818. 

La phlébite comporte plusieurs stades :

  1. Au cours du premier stade, on constate la formation du caillot.
  2. Deuxième stade, le caillot constitué entraîne une inflammation de la paroi veineuse à laquelle il est accroché, entraînant du même coup une oblitération de la veine.
  3. Ceci aboutit à un arrêt de la circulation veineuse et secondairement à l’accumulation de liquide en périphérie des tissus concernés par la phlébite : l’œdème, qui s’installe en amont de l’obstruction veineuse.
  4. Le mécanisme physiopathologique qui aboutit à l’inflammation des tissus de voisinage entraîne également des douleurs.  

Appelée « Yu Xue », amas de sang en MTC, c’est un phénomène très dépendant de la répartition de l’énergie (stagnation). 

En urgence, utilisez quelques grains des remèdes homéopathiques complexes (voir chapitre « CHU » dans la partie remèdes spécifiques en homéopathie) = « Lachesis comp. » (contient Vipera) + « Sulfur comp. » (stagnation). Avec, selon le cas :

  • Apis mel. (hg) … si l’œdème est rosé
  • Arnica mont. (hg) … si ecchymoses (tunique des capillaires), risque de C.I.V.D. ? 
  • Hamamelis (fe) … la tendance hémorragique : remède normocoagulant, avec Lachesis et Vipera (ge)
  • Pulsatilla (si) … la congestion veineuse ou Clematis vitalba (si), si aggravé en lune montante

Nodule douloureux après thrombophlébite ou sclérose de varices, passez localement :

  • le gel suivant (lab. Weleda) : Allium cepa D1 + Baryta citrica D11 + Cutis foeti D3 + Hirudo off. D1 + Mesenchyme D3 + Polygona. v. D3 + Thuya off. D7 + Vespa crabo D2.
  • ou « Tonic lotion au cuivre » (lab. Weleda) sauf si pieds creux (risque de crampes)

Quand peut-on traiter une thrombose veineuse profonde à domicile ?

Le traitement à domicile est réalisée dans 80% des cas (avec de l’héparine de bas poids moléculaire), mais il faut hospitaliser le patient quand :

  1. il existe un développement iléo-cave de la thrombose
  2. on a une comorbidité associée (insuffisance rénale, cancer, hémorragie)
  3. il n’y a pas de proches susceptibles d’intervenir en support.

Phytothérapie : Cornus sanguineaCastanea vesca ou Sorbus domestica Bourgeons 1D aa 30 gouttes/jour (à défaut d’une plante vasculaire choisie sur un BNS récent – www.mybiobox.com) 

Thromboflow   Anticoagulant naturel, à partir de tomate !

Organothérapie :

  1. Myocarde (ou Veine)
  2. Rein … si œdème des membres inférieurs
  3. Thyroïde … si ralentissement général
  4. Pancréas … si obésité

Sérothérapie : Coeur-Vaisseaux, Neuro-vasculaire et Foie

Oligo-éléments : Mn-Cobalt + Fluor + Magnésium (douleurs/crampes)

Anthroposophie : Cuprum met. D 5 + Fluorite D 10 + Kalium aceticum stibium D 6 aa trituration (lab. Weleda)  

 

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.