Plasma de Quinton

Le Plasma de Quinton 

C’est de l’eau de mer, sous forme iso (9/1000) ou hypertonique (33/1000). L’eau de mer est notre milieu originel, elle constitue donc un apport naturel équilibré de tous les minéraux et oligo-éléments (sous forme ionique) qui nous sont indispensables :

Aluminium, Argent, Arsenic, Brome, Bore, Calcium, Cuivre, Chrome, Fer, Fluor, Lithium, Phosphore, Potassium, Magnésium, Manganèse, Molybdène, Nickel, Rubidium, Sélénium, Silicium, Sodium, Soufre, Strontium, Vanadium, Zinc … etc. 

L’eau de mer est prélevée à 10 m. de profondeur (zone de pénétration solaire) dans des conditions qui assurent toute sécurité quant à sa pureté. Les ampoules sont optiquement vides et apyrogènes (pH 7,2), préparées en milieu stérile, par des procédés spéciaux sans élévation de température, sans contact métallique ni procédés électriques, de façon à conserver à l’eau de mer son équilibre moléculaire et son caractère de « milieu vivant ». 

René QUINTON a démontré, dès 1904, que le PLASMA DE QUINTON est identique physiquement, chimiquement, physiologiquement à notre milieu intérieur, ce qui permet d’y faire vivre dans les meilleures conditions les cellules isolées (en particulier, hématies et leucocytes) et les fragments de tissus. 

Le « Plasma de Quinton » a été introduit dans le VIDAL (compendium français) la première fois en 1937 et pour la dernière fois en 1982 lorsqu’il a perdu son AMM (autorisation de mise sur le marché) car par inadvertance l’usine d’alors avait oublié de la refaire valider. A partir de ce moment là, le Plasma de Quinton a perdu son label INJECTABLE pour devenir BUVABLE. Mais il est toujours fabriqué de la même manière (procédé original de stérilisation par microfiltration à froid correspondant aujourd’hui aux normes européenne de la Pharmacopée). 

Principe d’action :

Cure de diurèse avec enrichissement graduel du milieu intérieur existant, appauvri ou souillé, avec recharge en oligo-éléments, sous leur forme naturelle (oligo-synergie). Action infinitésimale, homéopathique, de certains de ses éléments. Pas de contre-indications.

INDICATIONS:

  1. Nourrissons : Gastro-entérites, Toxicose, Athrepsie, Anorexie, Atopie…
  2. Adultes : Anémie, Asthénie, Surmenage, Troubles de la sénescence (parodontose) …
  3. Gynécologie: infections urinaires et congestions utéro-vaginales.
  4. Ophtalmologie-O.R.L.: Coryzas, Rhinites, Sinusites (en Aérosols).
  5. Dermatologie: Eczéma, Urticaire, Psoriasis, Prurigo, Dermites infectées, Brûlures …  

Le PLASMA DE QUINTON peut être utilisé:

1º En injections sous-cutanées multiples (ci-dessous pour lombalgies) ou perfusions intraveineuses (isotonique uniquement, sous la responsabilité du médecin).

Quinton

2º En boissons : 10 à 60 ml/jour, toujours commencer par l’isotonique. Le produit sera conservé dans la bouche quelques secondes avant d’être avalé.

3º Pour usage externe (pulvérisation, compresses et bains locaux) : brûlures, coups de soleil … 

Enfants :

  • Toxicose aigüe: 200 ml. matin et soir pendant une semaine. puis 200 ml. par jour la semaine suivante. L’alimentation pourra être reprise progressivement une heure après la première prise.
  • En cas de vomissement, remplacer le lait par du PLASMA DE QUINTON, dilué au 1/3 dans une eau minérale pure.
  • Anorexie: 1 ampoules de 5 ou 10 ml., 1/4 h. avant les biberons, 3 ou 4 fois par jour.

Adultes: Troubles digestifs, anorexie. Dose moyenne: 1 ampoule de 20 ml., 1/4 h. avant chacun des repas.

 

 

Le « Plasma de Quinton » a bénéficié d’une pathogénésie homéopathique par Wesselhoeft en 1871, puis par Sankarian en 1963, c’est : Aqua marina … Remède du groupe du Sodium (Kollitsch p. 35). : lenteur, torpeur et apathie générale ou agitation anxieuse (dysthyroïdien), céphalées avec vertiges, transpiration (pieds et mains), éruptions vésiculeuses.

Bibliographie :

  1. Quinton René « L’eau de mer, milieu organique » Massos et cie éditeurs 1904
  2. Rodet J. Cl. et Layet Maxence  » Quinton , le sérum de la vie » Le courrier du livre 2008

Remarque du dr. Berdj Haroutunian (dentiste à Genève) : 

BIOCEAN est un producteur d’eau de mer présent sur un stand du congrès ODENTH (2010). C’est en fait un concurrent direct à QUINTON ®, puisque le nom Quinton est protégé. Il y a quelques années. Monsieur BISS a Créé « QUINTON America » pour le diffuser dans le nouveau monde (USA et Canada). Actuellement, Mr BISS a décidé.

  1. de produire son propre produit 
  2. faire en sorte de nuire à QUINTON ®  suite à certaines tensions entre eux. 

J’aimerais attirer votre attention sur le fait que BIOCEAN est un produit qui est chauffé, malgré les dénégations du vendeur, et ceci sans que l’on puisse savoir quelle technique est utilisée, ni à quels lots cette technique a été appliquée. Tous les arguments de BIOCEAN ne reposent que sur la présence des minéraux, sans tenir compte de leur biodiponibilité. Or on sait maintenant pourquoi l’eau DE MER ne doit absolument pas être chauffée, car sinon cette particularité si attractive de l’eau de mer pour nos patients n’est plus respectée. (Travaux du Professeur AUBERT qui a prouvé l’argument de ne pas chauffer bien après que René Quinton l’avait affirmé… en 1904 déjà). 

L’argument de stériliser par traitement thermique est que certains lots de Quinton ont été contaminés par des germes (Pseudomonas ?). Pourtant, il ne faut pas utiliser l’eau de mer stérilisée à chaud ou par tout autre moyen que la microfiltration à froid. Normalement, le producteur Espagnol fait des tests réguliers pour contrôler, mais il peut quand même apparaître tardivement des contaminations. C’est la rançon pour ce produit si précieux qui est plus fragile évidemment qu’une eau tuée par un traitement thermique. Si vous deviez avoir un tel désagrément, le laboratoire remplace les lots contaminés. 

Quand au point 2, qui relève de la politique commerciale, j’ai toujours rejeté avec vigueur les vendeurs qui asseyaient leurs arguments sur les défauts d’un produit concurrent plutôt que sur les qualités supérieures de leur propre produit : cela m’insupporte au plus haut niveau. L’argument commercial de BIOCEAN, c’est que « le QUINTON® a été infecté  et vendu ainsi… » , et ils fournissent même comme argument de vente un CD où l’on peut entendre le Dr Nathalie CALAME dire qu’elle est bien contente « d’avoir un produit sur le marché enfin fiable » (sic) et pourtant partout sur les supports publicitaires, les futurs clients peuvent penser que le produit vendu est bien du Quinton… car les ampoules sont strictement identiques (couleur et formes) ainsi que QUINTON marqué en tout grand sur les ampoules, ce qui montre bien l’aspect pervers d’une publicité mensongère.

 

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.