Pollinose

 

.

Classiquement présenté comme la réactivité des vestibules sensoriels à la présence d’un élément sensibilisant (pollens, poussières, acariens, etc… ), chez un sujet réagissant (c’est à dire à faible seuil de tolérance, HLA DR2 le plus souvent). C’est un symptômes présentés par 10% des européens au printemps. La difficulté est de faire admettre un traitement de fond en dehors de la période des crises.

Cliniquement, il faut distinguer les conjonctivites (œil rouge, larmoyant à prurit important) et les rhinites saisonnières (récurrente aux mêmes périodes de l’année : pollens ou moisissures), des rhinites perannuelles (plutôt en rapport avec les acariens ou d’autres allergènes domestiques).

.

    Calendrier des pollens :

Février … Aulne + Noisetier
Mars … Peuplier + Saule
Avril … Bouleau + Charme + Frêne + Platane
Mai … Chêne + Graminées + Hêtre
Juin … Châtaignier + Graminées + Plantin
Juillet … Graminées + Prêle + Orties
Août … Ambroisie + Armoise + Mais
Septembre … Verge d’or

.

Traitement classique : anti-histaminique général et local (collyre 4 fois/jour), avec si nécessaire un antidégranulant mastocytaire. En cas de complication (kératoconjonctivite vernale avec photophobie extrême), le spécialiste pourra avoir recours aux corticoïdes ou à la cyclosporine en collyre.

.

Mécanisme décrit par la MTC : Plénitude du pôle Foie (le Foie est en plénitude au printemps) qui – par voie méridienne (branche interne) – traverse le poumon et s’exprime au niveau de la gorge (éternuements), du nez (rhinite) et des yeux (conjonctivite).

Principe de traitement homéopathique :

1/ disperser la plénitude du méridien du Foie :
aa 15 CH Allium cepa (s) coryza excoriant.
chaque matin Euphrasia (s) conjonctivite intense, paupières boursouflées.
Sabadilla (na) éternuements en salves.

 

Sabadilla

Eventuellement : Galphinia glauca 5 CH (cf. Horvilleur) … démangeaisons du nez et du coin des yeux, gonflement des paupières.

2/ nourrir le sang du Foie (insuffisance sous-jacente à la plénitude)
Cydonia vulg.(fe) 1DH 25 gouttes/jour
ou aa 3 DH Chelidonium (ph) le drainage hépato-vésiculaire
chaque soir Dulcamara (na) la sensibilité barométrique ORL.
Sanguinaria (ph) la congestion céphalique avec œdème muqueux

 

Hay-fever

Si l’effet est insuffisant et que l’on sent venir l’accès :

Poumon histamine 15 CH disperse les énergies perturbées au poumon
3 ) avec, selon le cas :
// à un polype éosinophile (50 % des rhinites allergiques) : Teucrium marum (na), avec éventuellement Calcarea phos. et Thuya occ
// à un épistaxis (il y a souvent abus des vasoconstricteurs nasaux) :
Ammonium carb. ou Am. mur. nez bouché la nuit, < chambre chaude
Lachesis à la ménopause, à la place des cycles

.

avec, si le cas est pressant CHU « China comp. » (contient Phosphorus ) en tamponnement local.

Si le syndrome apparait parallèlement à des symptômes tendino-musculaires (douleurs, crampes), il s’agit d’une énergie perturbée de la sphère Foie + VB : cherchez une récente vaccination hépatite A ou/et B, une émotion longtemps contenue (en MTC, on parle d’un « HUN du Foie ») ?

Si extension sinusale, envisager un des remèdes suivants : Mercurius , Mezereum (hg), Sinapis nigra (s) une narine bouché en alternance, Chromium , Kalium sulfuricum

Si extension bronchique :

Blatta orientalis (as) (insecte qui vit dans la poussière de maison)
Naphtalinum (ch) éternuement + toux spasmodique
Sticta pulmonaria (s) (lichen) rhume des foins apériodique, toux sèche et croupale, sinusite

.

Si extension oreilles :

Arundo mauritanica (s) prurit de la voûte palatine et des oreilles
Kalium muriaticum (k) otite séreuse, suite de vaccinations ou AB ?

.

Traitement de « fond », c’est à dire des dysfonctions propres au patient, en dehors du problème actuel :

—> La congestion hépatique (quelques polycrests !) :

Nux vomica … nez bouché la nuit, coule au réveil, aggravé par un temps sec
Lycopodium … nez bouché sec, par auto – intoxication
Sepia … insuffisance hépato-vésiculaire et veineuse
Lachesis … muqueuses lilas, > aux règles, < durant la 2ème partie du cycle
Natrum sulfuricum … aggravé par l’humidité, œdème pâle des muqueuses nasales
et même Sulfur … si coexistence avec une dermatose…

—> La déminéralisation (aspect Tuberculinique fréquent chez le jeune) :

Pulsatilla (pensez aussi à Kalium sulf. ou Silicea )
Kalium iodatum … douleur de la gorge, aggravée en parlant
Natrum muriaticum … dont le nez coule « comme de l’eau »
Arsenicum iodatum … aggravé par les vents chauds

Intermédiaire (congestion + déminéralisation) et surinfection chronique = Thuya occ.
Les halogènes : Bromum, Chlorum sont les remèdes de l’évolution asthmatique.

La prévention : Aviaire (ou Marmoreck ) 200 K
parfois Psorinum 200 K (ou 9 / 15 / 30 ch, en doses),

Lorsque la rhinite spasmodique est apériodique , un profil biologique (BNS) et un traitement d’une année par un coffret d’homéopathie gazeuse séquentielle ( » All.Stop  » – Pharmacie des Bergues à Genève) est à conseiller.

   pub. rigolote d’un laboratoire !

Lorsque nous interrogeons la banque de données des BNS au chapitre « rhume des foins », les plantes les plus souvent proposées par l’ordinateur sont :

Agave americana (ge) 1DH … cortisone-like, anti-allergique respiratoire
Anthemis nobilis (na) 1DH … pollinose avec gastralgies
Curcuma xanthorrhiza (as) … condiment constituant du curry (G.I.->Poumon)
Cydonia vulgaris (fe) 1DH ++ … constituant du « Gencydo » du lab. Weleda
Rumex acetosa (am) 1DH … hypersensibilité des voies respiratoires (cf. pathogénésie)

Si le cas est pressant, utilisez les formules homéopathiques d’urgence (CHU – voir dans le campus, section « homéopathie », le détail des formules) : « Allium cepa comp. » + « Sulfur comp. »

Formules du lab. Weleda : « Gencydo » = succus Citri + Cydonia (inject. + gouttes nasales)
ou : Ferrum rosatum D6 / Graphites D15

Formules complexes du laboratoire Heel : Coenzyme comp. une ampoule ou comprimé à sucer par jour

Luffa comp. gouttes nasales et comprimés. Contient : Luffa operculata (D4/12/30) + Histaminum (D12/30/200) + Sulfur (D12/30/200). 70% de bons résultats lors d’une étude multicentrique récente (120 médecins, 1000 patients).

On peut y ajouter quelques gouttes d’Oculoheel, collyre, si l’inflammation est importante.

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.