Prurit vulvaire

Le prurit vulvaire

Symptôme fréquent, ces démangeaisons mal placées sont un signe révélateur d’une pathologie organique dans de nombreux cas. Ses causes peuvent être générales :

  1. hormonales (diabète),
  2. dermatologiques (eczéma, psoriasis …),
  3. gynécologiques (condylome, candida albicans, bartolinite …),
  4. parasitaire (éliminez la présence de trichomonas, d’une gale …),
  5. cancéreuse, post thérapeutique (radiothérapie ?) …
  6. mais aussi « sine matéria« , liées à l’abandon affectif le plus souvent (le lit à part …?!) ou a une problématique sexuelle non réglée (méridien de VESSIE en MTC) 
  7. et/ou à une « stagnation-chaleur » sur le trajet du méridien du FOIE en MTC (grossesse, pathologies émotionnelles ou hépato-vésiculaires).

 

Bartolinite   Bartolinite

 

S’il irradie au pli inter fessier, on parlera de « prurit ano-vulvaire ».

 Les vulvodynies :

Les « vulvodynies » peuvent se définir comme des « douleurs sans organicité ». Ce sont des douleurs chroniques, décrites souvent de manière imagée, non insomniantes (disparaissant souvent en position allongée), associées à des céphalées, des troubles digestifs (diarrhée) ou survenant après un traumatisme affectif. Deux contextes s’observent :

–> l’hypochondrie des femmes âgées, déprimés, solitaires, parfois convaincues d’avoir un cancer : Conium (au) …

–> des douleurs dans un contexte de « syndrome de conversion », mécanisme de défense visant à masquer une immaturité (Pulsatilla) ou une frigidité (Platina), une hystérectomie … Les remèdes du groupe des sodiums sont alors les plus souvent indiqués :

  • Natrum muriaticum … adolescente pubère avec pertes vaginales et prurit,
  • Ambra grisea (na) … avec leucorrhée,
  • Ignatia amara (na) … le dit et s’en plaint !, contexte de déception
  • Origanum (na) … avec rêves érotiques,
  • Staphysagria (na) … avec cystalgies ou orgelets à répétition… (en MTC = 3 F et 4 GI : les « quatre barrières »)

Mais aussi : Agaricus (pb) éthylique ou droguée, Fagopyrum (s) excitation mentale et prurit vulvaire, avec sensation de brûlure de l’ovaire droit, Moschus (cu) prurit « voluptueux », avec masturbation ou nymphomanie, Murex (mg) prurit vulvaire menstruel, Platina (au) hypersensibilité, Tarentula hispanica (ge) aggravée la nuit et au moment des règles, physométrie et tics, Zincum quand les règles n’arrivent pas …

Prurit avec leucorrhée :

La vulvo-vaginite candidosique récidivante (15% des femmes) se manifeste par des démangeaisons qui réapparaissent systématiquement à chaque menstruation. Les pertes sont blanches, en « lait caillé ». Il peut y avoir des cystites post coïtales.

A l’examen il y a un érythème de la vulve et parfois un œdème des lèvres. Le prélèvement au laboratoire est indispensable. Un traitement local avec des bains de siège à l’hydralin (un sachet pour 5 litres) est à conseiller, ainsi qu’un bilan de l’état « d’humidité + chaleur » qui a anormalement favorisé le développement du parasite (en MTC = 8 F qui favorise la circulation du du Qi et du Xue – et 67 V qui disperse l’humidité perverse). Les tampons et l’usage de préservatifs est déconseillé pendant le traitement.

Nosode (si chronicité) = Candida albicans

Prurit sur vulvite : infectieuses le plus souvent (voir chapite « Leucorrhées »), parfois allergiques (soins d’hygiène intempestifs ?)

Prurit post ménopausique :

D’autres facteurs interviennent : la sécheresse de carence oestrogénique, les antécédent d’infection génitale ?. On observe alors parfois une leucoplasie :

Lac caninum (na), la lichénification (épaississement cutané avec accentuation bien limitée du quadrillage normal de la peau, primitive ou secondaire au grattage chronique ?, biopsie indispensable ++)

jusqu’au Kraurosis vulvae ou une autre néoplasie vulvaire (maladie de Bowen, maladie de Paget, carcinome épidermoïde) … qui pourra réagir à  Carbo animalis (ch2)

  • Alumina  … prurit, anesthésie douloureuse + lésions scléreuses sèches.
  • Plumbum  … hyperesthésie vulvo-vaginale, alternance de constipation et diarrhée
  • Sepia et Conium (au) … congestion veineuse, dépression, hémorroïdes et ptoses
  • Thuya occ.  … tuméfaction des grandes lèvres, lichénification (antécédent d’infection génitale ?)
  • Radium bromatum (as) … avec douleurs vertébrales (antécédent de radiothérapie ?)

Penser aussi à : Actaea racemosa (contexte hyper-hormonal), Graphites, Lachesis et Sulfur … Nosode (chronicité) = Medorrhinum

Prurit vulvaire pendant la grossesse :

  • Caladium (am) … avec dépression, amélioré par le froid et les repas
  • Sepia + Collinsonia (mg) … constipation avec hémorroïdes
  • Spiranthes (ca) … prurit + sécheresse vaginale, aggravé par la lactation

 Prurit vulvaire de cause extra-génitale :

  • Sulfur ou Lycopodium … affection dermatologique apparente, diabète avec ou sans problème digestif
  • Rhus tox. (hg) ou Rhus venerata  … dermite caustique avec vésicules, rhumatisante agitée

 

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.