Psoriasis

    Psoriasis

Dermatose squameuse chronique et inflammatoire (par activation anormale des cellules dendritiques et des lymphocytes T, des cytokines TH1 = interféron et TNF alpha), qui touche environ 3 % de la population en Europe (elle est rare dans les populations noires). On y observe une suractivité les lymphocytes T dans la peau, avec libération de cytokines (TNF) qui déclenchent l’inflammation et une prolifération anormale des kératocytes. Les formes sont variées et le traitement reste délicat, car reflet de troubles multiples :

  1. Immunitaires (familiaux): un tiers des cas commence dès l’enfance (on peut voir un psoriasis des couches !), parfois déclanché par un vaccin (variole, BCG …), mais sensible aux UV et à la Cyclosporine.
  2. Conflits affectifs (Staphysagria en est un grand remède) sur tempérament nerveux-bilieux (Sepia le plus souvent).
  3. Se compliquant dans 10% des cas d’un rhumatisme inflammatoire ou (plus rarement) d’une hémopathie maligne !

Une étude américaine (« Arch. Dermatol. » Vol. 145, juin 2009) le confirme : Le psoriasis n’est pas qu’une maladie de peau, car l’inflammation n’est pas que locale, elle majore le risque : de diabète de type 2, de goutte et de dyslipidémie, d’HTA (cf. Syndrome métabolique), d’infarctus du myocarde (pour les formes sévères), d’artériopathie périphérique et d’accident vasculaire cérébral ! Cependant, traiter de façon « agressive » le psoriasis n’améliore pas notablement le risque de survenue des complications vasculaires.

.

Le traitement allopathique est « local et prolongé » : les corticoïdes locaux et la vitamine D (Daivonex – de structure spatiale voisine de la cortisone !), la puvathérapie (car les UV sont immuno-supresseurs), le Néotigason (Soriatane) qui a des effets dévastateurs au niveau du foie et des cheveux, la Ciclosporine ou le Méthotrexate, les anti TNF-alpha et les AC-anti Lymphocytes (anti-IL-17A) ont été essayés dans les formes graves de « psoriasis en plaques » : 30% des patients voient ainsi leur dermatose se réduire de 75%.

On peut observer :

  1. Le psoriasis nummulaire régulier, forme la plus fréquente, de début progressif, à placards arrondis desquamant bien limités, du cuir chevelu, des coudes, des genoux ou des régions sacro-lombaires. Le prurit est variable.  Dans le psoriasis, trois hommes sur dix ont des lésions génitales : celles-ci peuvent révéler la maladie, s’associer à des lésions péri-anales et du pli inter-fessier.
  2. Le « psoriasis inversé des plis » est une difficulté diagnostique : il est à distinguer d’un eczéma (plus suintant et mal limité) ou d’une candidose (enduit blanchâtre). En effet, le psoriasis perd dans les plis son caractère hyperkératosique et épais : il devient simplement érythémateux, suintant, parfois fissuraire (ressemble à un intertrigo ou à un eczéma des plis).
  3. Le « psoriasis en gouttes » est une forme généralisée des sujets jeunes, décompensation souvent secondaire à une affection ORL.
  4. Le « périonyxis » est une atteinte psoriasique unguéale qui ressemble à une candidose. Traitement local avec « Onypso » (lab. P. Fabre)

 

Le rhumatisme psoriasique en est la décompensation rare et grave, d’évolution comparable à la polyarthrite rhumatoïde. Nous la développons est au chapitre « maladies auto-immunes » / ‘autres maladies rhumatismales’. L’éruption cutanée qui précède en général les signes articulaires est de couleur lie-de-vin et a une tendance à la micro-pustulisation

RhuPso

 

L’étiologie de cette affection reste mystérieuse aux yeux occidentaux. Pour la MTC, alors que l’eczéma est la manifestation d’une dysfonction du Rein, le psoriasis est l’expression d’une dysfonction du FOIE (d’ailleurs souvent accompagné d’un trouble des graisses du sang).

Psoriasis = « Feng » (agression – soucis) sur « vide de sang du Foie « . Cette insuffisance => stagnation (améliorée par le soleil – qui apporte de l’énergie) => chaleur (pôle coeur) => sécheresse de la peau (pôle poumon) => desquamation. Ce qui explique que l’alcool aggrave cette dermatose chronique !

En homéopathie, on obtiendra de bons résultats si l’on respecte une « règle d’or » : le similimum doit être accompagné de son draineur cutané.

Presque toujours = Sepia ++ 30 CH (minimum) ou Lilium tigrinum (mg), avec selon le cas (ces formes peuvent alterner) :

  • Hydrocotyle (mg) … très induré
  • Viola tricolor (mg) … du bord cuir chevelu
  • Bovista (mg) … des doigts

* Pire l’hiver (plus sec) =

  • Arsenicum album 30 CH … démangeaisons nocturnes
  • Arsenicum iodatum ou Petroleum (ch1)

* Pire l’été (humide) =

  • Graphites avec Selenium (s) … paumes des mains et poignets
  • ou Natrum carbonicum et Hepar sulfur (ca)

Et choisir les remèdes réactionnels correspondants :

* Psoriasis du jeune (proche des dermites séborrhéïques) :

  • Natrum muriaticum accompagné de Staphysagria (na) ++
  • ou Lycopodium accompagné de Mahonia (al)

* Psoriasis de l’adulte :

  • Ammonium mur. ou Causticum, accompagné de Sarsaparilla (am) … crevasses
  • Kalium ars. ou Kalium iodat. accompagné de :
  • Platanus orientalis (ka) 1 D … peau hypersèche
  • Anthrahokali … scrotum, mains, dos du pied)
  • Mercurius, accompagné de Mezereum ou Phytolacca / Chrysarobinum (hg) … cuisses, jambes, oreilles
  • Phosphorus accompagné d’Ipeca (ph)
  • Pulsatilla (si) ou Silicea, accompagné de Sanicula (si)
  • Thuya occ., accompagné de Zea italica ou Teucrium marum (na) … psoriasis unguéal

Avec, selon la localisation :

  • Staphysagria (na) … derrière les oreilles
  • Clematis erecta (si) … nuque, occiput (cf. méridien vessie)
  • Viola tricolor (mg) / Oleander (pb) … lisière les cheveux.
  • Mezereum, Antimonium crudum, Graphites … secrétions humides

Pensez aussi à : Castor equi (ch1), Manganum, Natrum arsenicosum, Nitricum acidum, Platina, Sulfur, Ustilago (pb) …

Nosodes = donnez les remèdes de la maladie (ou vaccination) qui a précédé l’éruption !

  • VAB ou Marmoreck … peau granitée, localisation dorsale
  • Folliculinum … psoriasis aggravé aux règles : 15 CH – 8ème jour du cycle.
  • Il est intéressant de noter que les dermatoses de certains patients alternent, de façon cyclique, avec d’autres troubles, parfois même psychologiques. Ainsi les poussées du psoriasis et les accès anxio-dépressifs : quand l’éruption s’aggrave, le moral du malade s’améliore (cf. la pathogénésie de Psorinum) !

Formules du lab. Heel, alternez = Psorinoheel + Cutis compositum + Ubichinon comp.

Formules Weleda (10 gouttes/jour) = Arnica D20 + Plumbum melitum D12 + Betula cortex D2

Organothérapie / Sérothérapie :

  • Pôle digestif … Foie, Vésicule biliaire et Intestin grêle
  • Pôle nerveux … Cortex et Thyroïde
  • Pôle immunitaire … Rate + Pancréas, Poumon et Surrénale

Oligo-éléments : Soufre + Zn-Cu ou Zinc-Ni-Cobalt (surpoids) + Cuivre-Or-Argent

Sels du BNS les plus fréquemment rencontrés, que vous pouvez utiliser en trituration : Arsenicum iod. (8D) + Magnesia sulf. (6D) + Natrum sulfurosum (5D) + Zincum sulfuricum (4D)

Si vous souhaitez réaliser un BNS12 ou 24, cliquez sur ce lien : www.mybiobox.com

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.