Pueraria montana

Pueraria montana (Kudzu) est une espèce de plantes vivaces de la famille des Fabacées, originaire d’Extrême-Orient.

LE KUDZU, ÇA RESSEMBLE À QUOI ?

Le Kudzu est une plante envahissante qui peut se suspendre jusqu’à 20 mètres dans les arbres, elle peut recouvrir le sol, les ruines, grillages et peut s’étendre sur plus de 300 mètres par an ! De la même famille que le haricot elle développe des fleurs semblables à la Glycine. Il existe trois variétés de Kuzu qui présentent chacune des fleurs et des fruits différents. Il s’agit d’une plante grim­pante s’accrochant et pous­sant partout.

Elle vient d’Asie du Sud Est, de Chine, du Cambodge et des Philippines. Elle y était déjà utilisée au 3ème siècle avant JC.Elle ne se développe que dans un milieu chaud et humide et ne supporte pas le froid. Elle est cultivée dans son aire d’origine pour ses racines fournissant une fécule alimentaire.

Elle a ensuite conquit le Japon où elle servait dans la confection (paniers, filets de pêche, textile avec ses fibres), puis en cuisine (gélifiant au même titre que l’Agar Agar). C’est dans les années 1920 qu’elle a été introduite aux États-Unis comme plante d’ornement et pour nourrir les animaux. Hors, vu que sa croissance se fait à raison de 1,50m de progression par jour, elle a rapidement envahi de grandes régions du Sud. C’est ce qui lui a valu d’être classée dans les variétés nuisibles dans ce pays.

Elle se révèle être un incroyable outil pour arrêter de fumer, de boire et pour retrouver le chemin du bien-être…Car elle contient des acides aminés précurseurs du GABA et de la Sérotonine qui stimulent les neuro-transmetteurs du cerveau !

L’on trouve aussi dans ses racines des isoflavones antioxydants de la famille des flavonoïdes qui ont des effets mimants les oestrogènes (peut être utilisé durant la ménopause) :

  1. La daidzéine, reconnue comme anti-inflammatoire et antimicrobien
  2. La génistéine (que l’on utilise contre la leucémie)
  3. La puérarine qui bloque les récepteurs beta-adrénergiques et en diminue les effets hypertenseurs (de l’adrénaline)
Précautions et effets indésirables

Le kudzu est relativement peu toxique. Une étude réalisée chez le rongeur indique que la racine de kuzu à une dose élevée (5g/kg/jour), ce qui correspond à environ 500 mg/kg de puérarine, ne présente aucune toxicité. L’innocuité de la plante a été confirmée dans un essai clinique au cours de laquelle des participants ont reçu 500 mg d’extrait de kudzu trois fois par jour pendant 7 jours. Dans une autre étude, 100 patients étaient traités avec un extrait de plante contenant de la racine de P. lobata (3 g) pendant 6 mois, sans entraîner d’effets secondaires ou de changements d’indicateurs hématologiques. En revanche, l’injection intraveineuse de puérarine peut entraîner des effets secondaires tels que de la fièvre, un mal de tête, des vertiges, une anémie ou un dommage hépatique.

L’extrait de racine de kudzu contient des isoflavones (par exemple puérarine, dadizine, génistine). Ils peuvent donc aggraver les lésions sur les organes reproducteurs femelles telles que des kystes ovariens.

Contre-indications

La consommation prolongée de kudzu est contre-indiquée en cas de cancer du sein, du fait de la présence des isoflavones.

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.