Oedème de Quincke

         Œdème de Quincke

L’œdème de Quincke est un œdème angio-neurotique, proche de l’urticaire, mais d’infiltration plus étendue. Il s’agit d’une réaction immédiate, quelques minutes, après la prise d’un médicament (ex. : péniciline), d’un aliment (ex. : cacahouète) ou d’une piqûre d’insecte. On a pu observer des cas liés aux cosmétiques et des teintures de cheveux, comme des atteintes au niveau des muqueuses génitales à la suite de gels anticonceptionnels !

Il donne lieu à des enflures spectaculaires, pouvant induire une asphyxie par atteinte oropharyngée et un choc du fait de l’anaphylaxie. Le traitement est donc urgent et nécessite la prescription d’adrénaline et de corticoïdes.

Enquête étiologique comme pour l’urticaire (voir chapitre correspondant)

Traitement homéopathique de la crise :

Bovista , Mercurius ou/et Sulfuricum acidum (associés en CHIT = « Bovista comp. »)

toujours sur Apis 30ch ou/et Phénobarbital 9ch (si association avec migraine ou choc nerveux)

  traitement historique … 

Le traitement du “terrain allergique” (pollinose, eczéma …) par un complexe “gamma globulines placentaires + histamine” (Histaglobine) date de 1959 … L’injection sous-cutanée (une à deux doses/semaine), ou pernasale d’un tel composé était proposée car susceptible de provoquer une immunité antihistaminique. Elle a été abandonné en France en 1993.

 

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.