Salvia

Salvia_officinalis

LA SAUGE

« Pourquoi mourrait-il l’homme dont la sauge pousse dans son jardin ? » (Vers de l’école de Salerne au Moyen Age).

La sauge (Salvia officinalis L.) qui appartient à la famille des Lamiaceae, fut introduite en Europe de l’Est et du Nord au Moyen Âge, puis en Amérique au XVIIe siècle. Elle affectionne les sites bien ensoleillés et les sols bien drainés. Elle est actuel- lement cultivée dans différents pays européens. Les importations proviennent des pays d’Eu- rope du Sud-est.

L’espèce la plus utilisée et qui nous sert de référence est bien Salvia officinalis. D’autres espèces sont aussi utilisées :

  1. la sauge d’Espagne (Salvia lavandulifolia)
  2. la sauge sclarée (Salvia sclarea).
  3. la sauge des prés (Salvia pratensis) est utilisable, mais elle est moins efficace.
  4. la sauge à 3 lobes (Salvia triloba) qui est officinale en Allemagne et en Suisse.

Il ne faut pas confondre la sauge (Salvia officinalis L.) avec la sauge chinoise (Dan Shen Salvia miltiorrhiza), dont la racine est employée notamment pour traiter les troubles hépatiques et circulatoires en Médecine traditionnelle chinoise.

On utilise essentiellement la feuille de la sauge. L’huile essentielle s’obtient en distillant les sommités fleuries. Ses appellations sont nombreuses : sauge officinale, sauge commune, grande sauge, herbe sacrée, thé de France. Ce sous-arbrisseau vivace, très ramifié peut atteindre 70 cm de haut. Les feuilles, épaisses, oblongues sont de couleur gris-vert avec une pubescence cotonneuse sur la face inférieure. Le limbe est souvent auriculé à la base. Les fleurs sont bleu- lilas parfois rose. Son anatomie rend difficile l’autopollinisation. La pollinisation par les insectes favorise la pollinisation croisée. L’odeur est fortement balsamique et aromatique, sa saveur est chaude, amère et astringente. Des falsifications occasionnelles sont possible avec les feuilles d’autres espèces de Salvia, surtout S. triloba synonyme Salvia fruticosa (sauge trilobée) aux feuilles recouvertes d’une pubescence cotonneuse blanche sur les 2 faces, plus dense que celle de Salvia officinalis.

PRINCIPES ACTIFS :

Salvia officinalis contient 1 à 2,5 % d’huile essentielle (thuyone, cinéole et monoterpènes), 3 à 7 % de tanins, des terpénoïdes, des acides phénols.

INDICATIONS traditionnelles :

Pendant tout le Moyen Âge, elle reste une plante primordiale et entre dans de très nombreuses préparations : Eau d’arquebuse, Eau céleste, Eau impériale Elle fut l’un des composants du célèbre « vinaigre des quatre voleurs » réputé protéger au moment des grandes épidémies de peste en Europe. Au XVIIe siècle les chinois, considéraient la sauge comme une panacée, et étaient prêts à échanger avec les Hollandais 3 caisses de thé pour une de sauge !

La sauge agit principalement sur le système gynécologique. Elle favorise l’activité hormo- nale et diminue les symptômes dûs à un déséquilibre en œstrogènes. Elle agit sur la circulation, sur la sécheresse vaginale ou celle de la peau et elle permet de lutter contre la transpiration (elle est anti diaphorétique). Il conviendra de toujours pratiquer des arrêts de 15 jours après des cures de 2 mois car son effet oestrogènique va favoriser une prise de poids chez les personnes qui y sont sujettes !

Carminative et antispasmodique, elle agit très bien dans les troubles gastro-intestinaux (dyspepsie, flatulence, inflammation de l’intestin, diarrhée…). Antisudorifique elle est précieuse, entre autre, contre les sueurs nocturnes. On l’utilise également en bains de bouche ou en gargarismes, comme antiphlogistique dans les affections de la bouche et de la gorge (gingivite, pharyngite, stomatite, angine…). Mais pour cette indication antiphlogistique, on privilégiera la sauge à 3 lobes (S. triloba) dont l’huile essentielle contient plus de cinéole que de thuyone. La sauge sclarée, dont l’essence est riche en acétate de linalyle et en linalol, peut aussi s’employer dans le traitement des petites plaies.

Contre-indications et effets non désirés :

Suite à sa réputation d’abortive, la sauge est proscrite pendant la grossesse. L’huile essentielle présente de la neurotoxicité (hyper salivation, vomissements, crises convulsives) liée à la présence de thuyone. Quelle que soit la manière dont on utilise la feuille, les effets non désirés n’apparaîtront qu’à fortes doses (15 g de feuilles par prise) ou en usage prolongé.

HOMEOPATHIE diathésique : remède du groupe de la Silice (Kollitsch p. 351). Sueurs épuisantes, surtout nocturnes, avec toux chronique.

PSYCHE : « Mécontents d’eux-même, se dévalorisent, ne s’acceptent pas »

EFFET BIOLOGIQUE (BNS) de Salvia off. :

  1. Baisse les paramètres : Alpha 1 et 2 / Bêta / EuG / Zinc
  2. Augmente les paramètres : Calcium / Carbo / Manganèse

SALVIA OFFICINALIS essence spagyrique : Stabilité psychoaffective. Apporte le goût de vivre, libère des ruminations, nouvelle jeunesse, recommencement, vivre dans la joie la deuxième partie de notre vie. Energie de libération, du changement « passage de la cinquantaine », de l’acceptation de la beauté intérieure au dépend de celle extérieure, « être au lieu de paraître« . Energie d’amour permettant de nous aimer, nous accepter, nous réaliser. Honnêteté, décence, correction et sincérité. Regarder le présent et vers le futur en faisant confiance à son intuition. 

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.