Séminaire 1-2 : La digestion, quelques descriptions physiologiques (1ère partie)

Petit rappel physiologique occidental

Rappelons brièvement le chemin du bol alimentaire.

On peut le décrire en trois étapes :

  • De la bouche au pylore : Bouche, Oesophage et Estomac
  • Du pylore à la valvule ileo-caecale : L’Intestin Grêle
  • De la valvule à l’anus : le domaine du Gros Intestin

De la bouche au pylore : décomposition physique et anéantissement bactériologique

Lorsqu’on met dans sa bouche un tiramisu, on le mâche (décomposition physique) et le mélange à la salive (qui a des composants chimiques qui aideront à la décomposition et à la désinfection).

 

Puis on avale et l’ensemble passe dans l’œsophage où il descend (mouvements autonomes de l’œsophage) jusqu’à l’estomac.

Dans l’estomac, le bol alimentaire va être aspergé par des jets d’acide chlorhydrique, afin de détruire toute bactérie qui pourrait nuire à l’organisme, et passer dans une « lessiveuse », à savoir les 3 couches musculaires de l’estomac qui vont broyer l’ensemble.

 

On obtiendra une bouillie acide (rappelez-vous le goût qui vous reste en bouche après un vomissement), qui est prête à être décomposée et absorbée.

 

Du Pylore à la Valvule Ileo-Caecale : décomposition chimique et absorption

Sitôt que les composantes chimiques (pH notamment) sont respectées, le pylore peut s’ouvrir et le bol alimentaire se déversera dans le duodénum.

Là il est basifié (on enlève l’acidité) par les sucs de la vésicule biliaire. Ces sucs vont également colorer l’ensemble (dans le cas contraire, les selles seraient pâles, voire blanchâtres). Il est nécessaire de basifier le bol alimentaire afin de rétablir un pH compatible avec le reste de l’organisme.

Puis les sucs biliaires et pancréatiques vont libérer des enzymes (les « -ases ») qui vont dégrader les lipides, protéines et sucres.

Les produits dégradés pourront alors (si les enzymes correspondantes ont bien fait leur travail) être absorbés dans l’organisme lors du passage dans les différents compartiments de l’intestin grêle, sur le chemin des anses, du jejunum et de l’iléon, juque la Valvule Ileo-Caecale.

 

De la Valvule Iléo-Caecale à l’Anus : une véritable fourmilière !

Sitôt franchi la valvule, ce qui reste du bol alimentaire passe en face de l’appendice (si elle est toujours là), gardien immunitaire du gros intestin. Il entre alors en contact avec un nouveau monde, peuplé de bactéries, virus, champignons et autres animaux sympathiques.  Là s’ensuivront une série de mouvements autonomes de l’intestin (le péristaltisme intestinal) qui mettront en contact le reste du bol alimentaire avec toute cette flore (devrait-on dire cette faune ?). Il subira alors les décompositions microbiennes, virales et fongiques finales. Ainsi auront lieu les extractions des dernières substances utilisables du bol alimentaire, et l’excès d’eau restant. Rien d’utile ne se perd !

Si ces décompositions ne se font pas de manière harmonieuse, il est fort à parier qu’il y ait des flatulences odorantes, odeurs témoins de la fermentation dysharmonieuse dans le gros intestin.

Puis l’ensemble est stocké temporairement dans le rectum (après un court détour par le côlon sigmoïde, une zone de stockage temporaire, un peu comme les zig-zag des queues à la sécurité dans les aéroports) avant d’être évacué par voie anale.

 

 

Petit rappel des modèles anatomiques  en MTC

Les 3 Foyers : San Jiao 三焦

Rappelons ici le concept des trois foyers, et comment il agit avec le processus de digestion.

 

On peut diviser le corps humain en 3 parties :

Le Foyer Supérieur

Il s’agit de l’espace entre la gorge et le diaphragme. Il comprend l’œsophage, les Poumons et le Cœur.

C’est un environnement qui doit rester plutôt léger, avec des espaces vides et une pression relativement basse autour des poumons, et ce, pour favoriser la respiration. Le bol alimentaire doit traverser le Foyer Supérieur pour arriver dans l’estomac. S’il est chargé ou trop plein, le bol alimentaire aura des difficultés à descendre. C’est pourquoi le Foyer Supérieur doit rester léger.  Et c’est pour cela que le Foyer Supérieur est souvent comparé à un nuage (la légèreté).

Le Réchauffeur Supérieur a par ailleurs deux fonctions :

  • Le Réchauffeur Supérieur se charge de la brumisation ( shang jiao ru wu 上焦如雾), encore une image proche de celle du nuage.
  • Il régit la réception (Shang Jiao Zhu Na 上焦主纳), et ne doit rien faire ressortir (zhu na er bu chu 主纳而不出).

 

 

Le Foyer Moyen

Il est compris entre le diaphragme et le nombril et concerne l’Estomac (surtout) et l’Intestin Grêle.

Il est décrit comme un chaudron ou un pot à compost dans lequel macèrent les nourritures. C’est pourquoi on dit que le Réchauffeur Moyen se charge de la macération (zhong jiao ru ou 中焦如沤) : il s’agit d’un chaudron chaud (sous l’égide de la Rate et de l’Estomac) où sont accueillis et transformés la nourriture et les liquides (Fu Shou Shui Gu 府受水谷).

Tout ce mouvement se fait de manière circulaire autour d’un pivot situé au dessus du nombril : cela correspond à peu près à une zone du duodénum. Ce mouvement est un mouvement de macération.

Or on dit que le Foyer Moyen régit la transformation (Zhong Jiao Zhu Hua 中焦主化) et que la Rate régit le transport et la transformation (Pi Zhu Yun Hua 脾主运化 ).

 

Donc le principal acteur de la digestion est bien le Foyer Moyen, représenté surtout par la Rate et l’Estomac, son Fu associé, qui fournit l’énergie.

C’est pourquoi on ira systématiquement voir l’Estomac en cas de problèmes digestifs.

 

Enfin, l’image du chaudron nous donne une autre information : le foyer moyen doit être chaud ! (Tout comme le feu doit pouvoir cuire ce qui est dans la marmite !). Il doit donc y avoir de la chaleur dans le Foyer Moyen. Nous reviendrons sur cet aspect plus tard, mais rappelons que c’est pour cette raison qu’en MTC on recommande généralement de manger des aliments cuits et chauds ; dans le cas contraire c’est le Réchauffeur Moyen qui doit fournir l’énergie nécessaire pour cuire et réchauffer le bol alimentaire. Ce qui, à terme, peut l’affaiblir.

 

Le Foyer Inférieur

Le Foyer inférieur, compris entre le bas du nombril et le périnée, est lié à la fin de l’Intestin Grêle, du Gros Intestin et de la Vessie. Il est comparé à un égout. Et les égouts doivent rester libres (s’ils sont bouchés, cela peut causer certains problèmes !). D’ailleurs on dit que le Foyer Inférieur Régit les sorties (Xia Jiao Zhu Chu 下焦主出). Et les sorties doivent toujours rester libres (pensez aux issues dans un bâtiment).

Si le Foyer Supérieur gère la Réception sans rien faire ressortir (zhu na er bu chu 主纳而不出), le Réchauffeur Inférieur quant à lui va accueillir et faire ressortir (zhu na er chu 主纳而出).

Le but du métabolisme du Foyer Inférieur est la séparation finale entre le Pur (Qing) et le Trouble (Zhou), c’est à dire entre l’utile et l’inutile. Cette séparation commence sous l’égide de l’Intestin Grêle comme nous le verrons ; la partie trouble solide ira dans le Gros Intestin et la partie trouble liquide ira dans la Vessie.

 

 

Pour tout ce qui est problème d’évacuations on ira voir le Foyer Inférieur. Surtout que celui-ci, situé en bas, est souvent perturbé par l’humidité (qui est lourde et descend) ; cette humidité stagnant, il y a ensuite production de chaleur (l’humidité chaleur dans le Réchauffeur Inférieur) : avec des selles sous forme de selles pâteuses, de diarrhées odorantes voire glaireuses !

 

Pour faciliter la mémorisation des symptômes cliniques liés aux 3 foyers, rappelez-vous que :

  • Les dyspnées et vomissements sont en rapport avec le Haut (Zhu Chuan Ou Jie Shu Yu Shang 诸喘呕皆于上),
  • Les extrémités froides, la constipation et la diarrhée sont en rapport avec le Bas (Zhu Hue Gu Yie Jie Shu Yu Xia),
  • Toute transformation est en rapport avec le Milieu (donc la digestion, processus de transformation).

Note : ici Haut, Bas et Milieu représentent respectivement les réchauffeurs Supérieur, Inférieur et Moyen.

 

 

Une Vision Symbolique des 3 réchauffeurs

Les 3 Réchauffeurs représentent également symboliquement la Triade Ciel – Homme – Terre :

  • Le Réchauffeur Supérieur  représente le Ciel (Tian 天), donc la loi (divine ?), l’ordre établi naturel,
  • Le Réchauffeur Inférieur représente la Terre (Di 地), d’où nous venons, notre appartenance au vivant animal,
  • Le Réchauffeur Moyen représente l’Homme (Ren 人), notre individualité, placé entre les 2.

Et c’est tout le travail de l’Empereur (ou de l’Homme Sage) de relier les trois. En taoïsme, l’Empereur représente l’homme sage, ou la partie sage de l’homme. Et s’écrit avec le caractère Wang 王, caractère qui montre les 3 réchauffeurs reliés par un trait vertical.

 

La digestion se situe donc au niveau de l’Homme, individu entre Ciel et Terre. Dans le Tao Te King, pour dire qu’une action, ou qu’une caractéristique est valable partout, on dit qu’elle est valable Tian Di (天地), qu’on pourrait traduire « Sur la Terre comme au Ciel ».

Et l’Homme, c’est à dire nous, nous situons entre les deux, au niveau du Réchauffeur Moyen.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A propos de l'auteur
Jean-Laurent Barbier
Ingénieur de l'Ecole Nationale Supérieure de l’Aéronautique et de l’Espace (Toulouse, France). Acupuncteur de l'Institut Shao Yang à Lausanne (Suisse). Ostéopathe de l'Ecole de Lausanne-Belmont.