Seminaire 1-8 : Quelques aspects cliniques

La Salive

 

Pour les anciens taoïstes, la salive était un précieux nectar interne. On pouvait l’appeler « le Suc de Jade », « le Suc divin », « la Source mystérieuse » ! Ainsi, avaler la salive offrait au corps les mêmes bienfaits que ceux de la pluie qui irrigue la terre (rappelons la place de l’Homme dans la triade Ciel-Homme-Terre). Les techniques taoïste pour avaler la salive permettaient même d’accéder à l’immortalité.

 

 

Les taoïstes donnaient même plusieurs noms à la salive en fonction de son état :

  • « breuvage de jade » : salive recueillie dans la bouche
  • « source suave » : salive utilisée pour rincer la bouche
  • « lac fleuri » : salive circulante
  • « rosée sucrée » : salive qui s’écoule
  • « source de l’essence » : salive lorsqu’elle se disperse et se dissout

(Source : Traité de Qi Gong Médical – Vol 2 – Prf Jerry Alan Johnson – p235)

 

 

Giulia Enders, dans son best-seller, « Le Charme discret de l’Intestin », explique que la salive contient des ions calcium (nourriciers), et des mucines, qui protègent nos dents et gencives. Nous constatons donc le rôle nourricier et protecteur de la salive, rôles caractéristiques du Méridien Tai Yin, Rate et Poumon !

De plus de ces substances bienfaitrices, G. Enders mentionne aussi la présence dans la salive d’opiorphine une substance antalgique proche de la morphine, et à propriétés anti-dépressives : alors tous pratiquons le Qi Gong de la Salive !

Qi Gong de la Salive

Pour ce faire, de nombreuses techniques existent, mais la plus simple consiste à parcourir les gencives avec la langue, 9 fois dans le sens des aiguilles d’une montre, puis 9 fois dans le sens inverse ; tout d’abord sur la face externe des gencives, puis sur la face interne.

Un autre exercice s’appelle aussi « Grincer des dents » : cela consiste à claquer des dents 36 fois, puis à avaler la salive résultante. Cette exercice peut renforcer l’axe GI-Reins.

On peut se masser les gencives avec une préparation d’eau salée (concentration de sel physiologique, à l’eau de mer par exemple).

On remarque ici également l’association du Yang Ming avec les Reins.

Il est même des ouvrages qui expliquent comment avaler en 3 fois sa salive pendant ces exercices afin de renforcer l’effet du Qi Gong !

 

 

 

QUESTIONS SUR LES SELLES

On interrogera le patient sur ses selles (une des dix questions). On se renseignera notamment sur :

  • la fréquence des selles : idéalement de 2-3 fois par jour, à une fois tous les 2 jours
    • plus rares, cela peut signer une insuffisance du Qi du Gros Intestin
    • trop fréquentes, cela peut signer de la chaleur, ou un vide des Reins (la typique « diarrhée du chant du Coq »).
  • la consistance des selles : ce doit être un boudin bien formé
    • en crottes de chèvres, signe de stress
    • trop flottantes, signe de sécheresse
  • la couleur des selles : marron à marron foncé
    • jaunes : peut signer une obstruction des voies biliaires
    • noires : peut signer un méléna
  • l’odeur des selles : présente
    • chaleur : l’odeur est très forte (pensez à une tourista)
    • froid : peu d’odeur
  • Est-ce qu’elles tachent la cuvette ?
    • Si oui, cela peut signer la présence de glaires
  • la présence ou non d’aliments non digérés, de sang, de vers, ou de glaires dans les selles : normalement non présents
    • les aliments non digérés signent un vide au niveau de la Rate
    • du sang peut signer des hémorroïdes, ou plus généralement de la chaleur dans le méridien du gros intestin
    • des vers signent une parasitose
    • des glaires signent la présence de Glaires dans le méridien du Gros Intestin.

Tous ces signes renseignent donc sur l’état du méridien Yang Ming du Gros Intestin qui, rappelons le, doit être aussi « propre et lumineux » que possible et exempt de Xie Qi 邪气.

 

 

Au niveau de l’anus également on pourra interroger le patient sur :

  • des démangeaisons anales : pouvant signer une parasitose, ou plus généralement de la chaleur humidité dans le Gros Intestin. En effet, imaginez une zone tropicale, chaude et humide dans laquelle prolifèrent des tas d’insectes grouillants (habituellement absents dans les zones froides et sèches).
  • des saignements : pouvant signer des hémorroïdes, ou plus généralement de la chaleur (le saignement peut être signe de chaleur)
  • des faux besoins ou ténesmes : dans ce cas, le Qi du Gros Intestin n’est pas harmonieux.
  • des ptoses : vide au niveau du Yang Ming. Dans ce cas, il faudra tonifier l’organe.

 

Bref, concernant la digestion on interrogera le patient de l’entrée à la sortie, de la bouche à l’anus, ce qui nous donnera bon nombre d’informations sur l’état du méridien Yang Ming, véritable interface entre l’extérieur du corps humain (son contexte) et l’intérieur (son métabolisme).

Et cela nous donnera également bon nombre d’informations sur le Réchauffeur Moyen, la place de l’Homme entre Ciel et Terre… combien d’entre nous cherchent ainsi leur place ?

 

A propos de l'auteur
Jean-Laurent Barbier
Ingénieur de l'Ecole Nationale Supérieure de l’Aéronautique et de l’Espace (Toulouse, France). Acupuncteur de l'Institut Shao Yang à Lausanne (Suisse). Ostéopathe de l'Ecole de Lausanne-Belmont.