Stade de l’analité

 

La réorganisation anale de la pulsion et le monde du « moi » :

Grâce en particulier à l’auto érotisme, le sentiment de dépendance de l’enfant à l’égard de son environnement va être atténué : la capacité de se soustraire à la vue et à l’action directe de la mère va permettre à l’enfant de traiter sur le mode du retournement une partie du résidu de ses expériences négatives de dépendance passive → cette réorganisation de la subjectivité tourne autour d’une nouvelle possibilité d’élaborer la dépendance et la passivité, les 2 étant ici liés.

L’analité, c’est donc avant tout, une autre position subjective pour l’enfant, par rapport à ses selles qui vont devenir le lieu d’un transfert par retournement des propriétés de l’idéal, parce que la relation autour du pot et de l’objet fécal symbolise l’ensemble de la réorganisation subjective que l’enfant va vivre à ce moment-là → l’analité va traiter le sentiment « d’être mauvais » qui n’avait pas été intégré par l’organisation orale… ces expériences passives d’attente qui restaient potentiellement blessantes vont pouvoir être traitées par l’analité.

L’idéal transite du sein vers l’objet fécal… car, ce qui sort, cet objet, il en est le créateur et il est maîtrisable. Le nouveau roi, il trône sur son pot… et c’est lui qui est maintenant porteur de l’objet du désir de l’autre.

L’objet fécal est l’héritier du temps du narcissisme primaire :

Quand c’est dedans → tension = vécu de dépendance /à l’objet → c’est mauvais

Quand ça sort → ouf ! = la source de déplaisir est transformée en principe de plaisir

Réactions de l’environnement : c’est par la capacité de l’environnement à tolérer une certaine passivité, une certaine attente à l’égard de l’enfant que celui-ci va se sentir investi d’un pouvoir.

L’enfant petit à petit va être capable de contrôler, maîtriser sa production sphinctérienne → il vivra la présence de ce qui pousse en lui comme le signifiant d’une force qu’il tient et qui le tient (Lycopodium), d’une force « moi ». Ca pousse, c’est fort, il est fort, il est le maître du monde. Il est puissant en lui, mais aussi sur l’autre.

Petit à petit, à partir de cette organisation il va différencier la partie et le tout. Car, si le petit enfant attend trop, quand ça pousse, les tensions montent : le tyran est tyrannisé à son tour ! et alors, c’est la défaite, ça sort tout seul ! → double sentiment de perte : sa force de maîtrise l’a abandonné, et sa mère s’éloigne avec la crotte dans le pot, qu’elle jette en plus !

Il va falloir trouver le bon rythme, le bon moment !

Quand l’enfant fait attendre, il éprouve ce qu’est le moi → il transforme un rapport de force, en rapport de sens … Au début, quand il lâche sa crotte, il a l’impression que son intérieur part avec…, il confond le dehors du dedans, une partie de lui part avec ses selles ! et provoque un sentiment de vide.

Petit à petit, chaque zone se différencie, mais aussi tend à s’autonomiser, à se morceler… Alors à mesure que le processus de différenciation se déploie, va grandir aussi l’angoisse de ne pas pouvoir tout tenir ensemble.

1 – Tout garder au risque d’éclater ?
2 – Accepter de lâcher une partie pour sauver le tout ?

ou alors utiliser cette discrimination partie/tout pour gagner le droit au choix ?

Rôle primordial de l’environnement qui accompagne l’enfant dans son développement. Eduquer l’enfant… c’est-à-dire :

  • lui apprendre à tolérer une certaine passivité ( et apprendre cela par identification)
  • mettre en place les premiers éléments du « surmoi »

Les enfants vont de voir apprendre à rencontrer la limite, le non et couplé à ce premier

élément, la capacité de différer → ce qui va donner le : « non, non tout, non pas tout de suite, plus tard... »

Les praticiens homéopathes racontent :

  • Plus tard, je serai pompier (avec une voiture rouge) dit le petit Lycopodium…
  • Moi, je serai danseuse, dit la petite Pulsatilla
  • Moi je serai banquier, dit le petit Argentum nitricum
  • Et ben moi, je serai Président de la république dit le petit Aurum
  • Et moi j’aurai une grande robe blanche pour me marier dit Melle Pulsatilla…
  • Moi je serai astronaute dit M. Phosphorus…
    Moi je serai une femme qui commande aux hommes, dit Mme Sepia…

 

Désolé, encore en construction !

 

A propos de l'auteur
Françoise HENRY
Auteur de remarquables pages d'homéopathie et de psychologie, alors qu'elle avait commencé sa carrière par le droit, elle nous a quitté en 2013, suite à la complication d'une greffe rénale. Nous lui devons tous beaucoup pour sa lucidité et ses efforts dans le domaine des médecines douces.