Jambes sans repos

   Le « Syndrome des jambes sans repos »

C’est un syndrome assez commun, décrit initialement en occident par Thomas Willis au 17ème siècle, pour lequel les classiques s’avouent assez désarmés. Le diagnostic est fondé sur quelques critères :

  1. sensations désagréables prédominant au repos, s’aggravant le soir,
  2. agitation motrice qui cherche à diminuer ces sensations, parfois réussissant à les faire disparaitre.

Sa prévalence a été évaluée à près de 8,5 % de la population générale dans l’étude INSTANT (France, 2005), avec une fréquence supérieure chez les femmes et chez les plus de 50 ans. Le syndrome est sévère chez 2% des sujets. La physiopathologie en reste méconnue, l’électromyogramme, quand il est demandé est normal, sauf en cas de neuropathie associée (diabète par exemple).

Le traitement « classique » est symptômatique : antalgiques (ex. tramadol ou opiacés), antiépileptiques (ex. clonazépam) ou agonistes dopaminergiques (ex. ropinirole).

Si on en analyse en MTC le mécanisme de celui-ci, on comprend qu’il s’agit d’une insuffisance de Yang (fonction) au niveau des jambes, donc amélioré par le mouvement continu de celles-ci, surtout la nuit (phase de stagnation). Cette stagnation peut avoir pour cause des situations variées : une insuffisance de Qi (énergie), une insuffisance ou une plénitude de Xue (sang – liquides organiques), ou de lymphe (rate-pancréas).

Le syndrome réagit bien à l’homéopathie, à condition de trouver le bon remède et de le donner en haute dilution – tout en compensant l’insuffisance sous-jacente par une basse dilution d’un remède adapté (BNS souhaitable). Dans les divers répertoires, on trouve une cinquantaine de remèdes susceptibles d’agir (« Restlessness legs » – Synthesis p. 1416). Les principaux remèdes (3ème degré) sont :

  • Arsenicum album — insuffisance de Yang sur … vide d’énergie et insécurité
  • Causticum — insuffisance de Yang sur … vide d’eau (sécheresse)
  • Ferrum — insuffisance de Yang sur … vide de sang du foie (anémie)
  • Lachesis — insuffisance de Yang sur … plénitude de sang (car amélioré par les règles)
  • Medorrhinum — insuffisance de Yang sur … vide de feu du cœur : plein d’eau (angoisses le jour)
  • Rhus tox. — insuffisance de Yang sur … plénitude de lymphe (éruptions)
  • Tarentula — insuffisance de Yang sur … vide d’énergie et de sang (hypersensibilité)
  • Tuberculinum — insuffisance de Yang sur … vide d’énergie et perte de repères
  • Zincum — insuffisance de Yang sur … vide d’énergie et de lymphe (névralgies)

Phytothérapie : Hamamelis virginica 1DH (du groupe Ferrum) ou Rhodiola (plante adaptogène). Mais pour une prescription plus adaptée à chaque patient, un bilan BNS est souhaitable. NB. Si vous souhaitez réaliser un BNS12 ou 24, cliquez sur ce lien : www.mybiobox.com

NB. Une hypothèse intéressante a été développée récemment par l’équipe du pr. E. Konofal (Hôpital R. Debré-Paris) : les « déficits de l’attention – hyperactivité » (TDAH), le « syndrome de Gilles de la Tourette » et le « syndrome des jambes sans repos » partageraient une physiopathologie commune basée sur la carence en fer. La ferritine de ces sujets est basse et la supplémentation atténue les symptômes, probablement via l’activation des systèmes dopaminergiques.

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.