Tabacum

 

alt   TABACUM

 

Nicotiana tabacum est une solanacée herbacée annuelle, robuste, de 50 cm à 2,5 mètres pour certaines variétés, originaire d’Amérique centrale, largement cultivée pour ses feuilles séchées, riches en nicotine, qui servent à la préparation du tabac. Pour être fumable, le tabac doit subir, après récolte, divers traitements tels que séchage ou fermentation.

La tige dressée, de section circulaire, pubescente et visqueuse au toucher, se ramifie surtout près de son extrémité supérieure. La racine, du type pivotant, est longue et fibreuse. Le fruit, qui se forme jusqu’en octobre, est une capsule ovoïde, de 1,5 cm de long. Il renferme de nombreuses petites graines. 

Le nom générique Nicotiana fait référence à Jean Nicot, ambassadeur de France à Lisbonne qui a introduit le tabac à la cour du roi de France, afin de soigner les migraines de Catherine de Médicis. L’adjectif spécifique tabacum, vient d’un mot arawak qui désignait les feuilles roulées que les habitants de Haïti et de Cuba fumaient lorsque Christophe Colomb découvrit l’Amérique. La chine est le plus gros producteur mondial.

PRINCIPES ACTIFS : Les feuilles vertes de tabac contiennent :

  • 40 % de glucides (amidon, cellulose, sucres simples)
  • 15 à 20% de protéines et d’acides organiques
  • entre 1 et 10% d’alcaloïdes (exceptionnellement 15%) : la nicotine est majoritaire (jusqu’à 90-95%) ; les autres alcaloïdes du tabac sont chimiquement proches de la nicotine, les plus importants sont l’anabasine et la nornicotine

La nicotine se fixe de façon élective sur des récepteurs du système nerveux que l’on a nommé pour cette raison « récepteurs nicotiniques », elle les stimule (ou les bloque) et provoque ainsi plusieurs effets physiologiques directs ou indirects :

  • stimulation du système nerveux central : sensation agréable de stimulation intellectuelle, mais aussi chez ceux qui ne sont pas accoutumés à la nicotine : tremblements, envie de vomir et si la dose est forte : convulsions
  • augmentation des mouvements de l’intestin (au minimum cela favorise la défécation, mais cela peut provoquer une diarrhée)
  • augmentation du rythme cardiaque (tachycardie) et de la pression artérielle, constriction des vaisseaux sanguins (risque de thrombose pouvant provoquer par exemple un infarctus du myocarde ou un accident vasculaire cérébral)

HOMEOPATHIE Diathésique : remède du groupe des Ammonium (Kollitsch p. 278).

Hypervagotonie avec sueurs froides et troubles cardiaques. Très utilisé pour le traitement du mal des transports (avec la modalité « amélioré à l’air frais »)

Symptômes neurologiques :

  1. Diminution de la mémoire, difficulté à fixer son attention
  2. Vertiges avec pâleur, extrémités glacées, sueurs froides et visqueuses !
  3. Céphalée avec nausées et pâleur de la face

Symptômes cardio-respiratoires :

  1. Mucosités avec raclement de la gorge.
  2. Toux spasmodique avec expectoration difficile, essoufflement en parlant
  3. Palpitations violentes, aggravé couché sur le côté gauche
  4. Douleur précordiale aggravée par le mouvement

Aggravation par le mouvement, couché sur le coté gauche, amélioré à l’air frais

NB. Le tabac rentre dans la préparation de nombreuses formules anthroposophiques, comme antispasmodique, exemple : « Aconit + HE de Romarin + Tabacum » huile d’usage externe pour les névralgies et syndromes radiculaires.

La cigarette « moderne » est un produit de consommation qui ne contient pas que du tabac …

NICOTIANA TABACUM (essence spagyrique): Délivre à la fois le corps, l’âme et l’esprit pour que chacun puisse s’élever vers des plans où règne une nouvelle oxygénation en respirant un nouvel aspect de la vie; processus de régénération à tous les niveaux. Eclaircit notre vision et facilite notre évolution, notre progression spirituelle, énergie ascensionnelle. Déprogrammation de ce qui est invisible, vécu dans l’inconscient, l’irrationnel, mais qui est source de blocage dans cette vie et reprogrammation. Réunit les êtres dans une nouvelle dimension pour faire un travail en commun, altruisme: Quercus le réseau, Aralia r. le lien (une branche du réseau), N. tabacum une jonction, incite à établir la connexion, relais. Antenne émettrice et réceptrice. Fin d’un cycle.

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.