Teucrium

LES TEUCRIUM 

La flore française comprend quatre Germandrées à fleurs rouges : Teucrium botrys , T. chamaedrys, T. marum et T. scordium et trois à fleurs jaunes : Teucrium scorodonia , T. flavum et T. folium, qui font partie de l’importante famille des labiées. Les teucrium sont très proches d’un autre type de labiées, également important, les Bugles (Ajuga). 

TEUCRIUM BOTRYS    …    la germandrée botryde

COMPOSITION : amers, choline, tanins et HE + silice, soufre

INDICATIONS : Poumon (asthme obstructif), état inflammatoire de certains cancers. Antiseptique, fébrifuge, tonique et vulnéraire (obésité, diabète). 

alt   

 

TEUCRIUM MARUM … la Germandrée maritime, petites feuilles à l’odeur piquante. La germandrée maritime, ou « thym marin », s’accroche aux rocailles du littoral méditerranéen. Sous-arbrisseau ligneux à l’odeur mentholée pénétrante et suave, Teucrium marum attire les chats, comme la cataire (Nepeta cataria – labiée aussi), qui se roulent dessus, la lèchent, en proie à une sorte d’ivresse. Considérée comme la plus active germandrée indigène, Teucrium marum a été utilisée comme tonique, excitante, anti-spasmodique, emménagogue, sternutoire, sudorifique, digestive, apéritive et cholagogue (la plupart des labiées aussi). Hafaland (en 1822) réduisait la plante sèche en poudre et la faisait prendre en guise de tabac à priser pour guérir certains polypes du nez.   

COMPOSITION : tanin (11%), HE (1%) et amer lactonique (comme Nepeta cataria)

HOMEOPATHIE diathésique : remède du groupe du Sodium (Kollitsch p. 59). Hoquet, prurit anal (oxyures ou condylomes ?) et polype du nez.

 

TEUCRIUM CHAMAEDRYS     … la Germandrée petit-chêne, doit son nom à la forme de ses fleurs. Traditionnellement « apéritive et digestive », elle n’a pas de pathogénésie, ni d’utilisation actuelle dans la grille thérapeutique des BNS. 

 

TEUCRIUM SCORDIUM … la Germandrée d’eau est une plante molle qui prend racine au fond des marais et des prés humides. Théophraste déjà la nommait « scordion » qui signifie en grec « ail », en raison de l’odeur d’ail obtenue par froissement des feuilles. N’a pas de pathogénésie, ni d’utilisation actuelle dans la grille thérapeutique des BNS. 

 

TEUCRIUM SCORODONIA   … la Germandrée des bois, plante mince et haute, aux feuilles velues

COMPOSITION : silice ++, fer, amers

INDICATIONS : Rein – car limite la sudation (comme la Sauge), néphropathies, HTA, sycose génitale = polype du col utérin (-> carcinome in-situ).

Pour R. Steiner : plante du traitement de la tuberculose pulmonaire

HOMEOPATHIE diathésique :  remède du groupe de la Silice (Kollitsch p. 353) = suppuration chronique 

EFFETS BIOLOGIQUES (BNS): En dehors de leur emploi en dilution par les médecins homéopathes, les germandrées sont actuellement des plantes délaissées, car leur utilisation en phytothérapie traditionnelle manque de discrimination. Sur le plan de leur action biologique, on observe qu’elles sont assez proches :

  1. corrigent les hyper : Cuprum + Alpha 1 + 2 précipitines
  2. corrigent les hypo : Kalium + Mercurius  + Bêta précipitines 
 
A propos de l'auteur
Jean Yves Henry

Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur.
Auteur d’une dizaine d’ouvrages, il coordonne l’enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l’aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.