Toux coqueluchoïdes

Coqueluche et toux coqueluchoïdes

 

La coqueluche est une maladie infectieuse, due à Bordetella pertussis (isolé en 1906), encore responsable de 500 000 décès par an dans le monde. En Europe, la morbidité coquelucheuse reste faible. La vaccination, qui a 50 ans (1959 – Vaxicoq), a été récemment améliorée (vaccin acellulaire – Repevax). La couverture des nourrissons est de 98%, mais elle pose deux problèmes pratiques :

 –> Les formes graves de la maladie surviennent avant l’âge de 6 mois, alors que la synthèse d’AC vaccinaux par le petit enfant n’est réellement efficace qu’à partir de 4 mois ! On observe actuellement en France 2500 cas par an (surtout chez l’enfant de moins de 3 mois),

–> 30 % des cas (900 cas observés en France) surviennent chez des sujets adultes anciennement vaccinés, la maladie elle-même n’étant immunisante qu’une dizaine d’années (c’est environ 10% des toux chroniques de l’adulte) !

Diagnostic différentiel d’une toux paroxystique : rhinorrhée postérieure, asthme, hypersensibilité médicamenteuse (ex.: certains hypotenseurs), reflux gastro-œsophagien (Asa foetida), une dilatation des bronches, Tuberculose, tumeur ou œdème pulmonaire …

 

L’encéphalite coquelucheuse est fréquente et grave par ses séquelles neurologiques, une broncho-pneumonie survient dans 12 % des cas. La vaste diffusion de la vaccination a fait évoluer la réalité clinique vers des « toux coqueluchoïdes « …

 

 

INCUBATION… Pertussinum 9 ch, en période épidémique (avant ou après … jamais pendant !)

INVASION …

  • Aconit (s) … suite de coup de froid sec, les 48 premières heures, après s’abstenir !…
  • ou Dulcamara (na) … suite de coup de froid humide, de brouillard.

1er jour : La pharyngite

Le nez = Sambuccus (cu) … coryza sec, nez obstrué -> quintes, sueurs

La gorge =

  • Belladonna (ca) … congestion céphalique, agitation, toux sèche douloureuse, avec sueurs et soif
  • Mercurius … langue chargée, amygdales douloureuses, expectoration purulente

2 ème jour : La trachéite (quintes avec nausées)

Toux coqueluchoïde : paroxystique et quinteuse, parfois se terminant avec vomissement, peu de fièvre et pas d’autres signes respiratoires.

  • Bromum (io) … toux suffocante, > par les boissons froides
  • Coccus cacti (ca) … mucosités filantes « comme du blanc d’œuf », en fin de quinte. aggravé à 22 h et au réveil, mais pas la nuit. Nausées en se brossant les dents.
  • Corallium rubrum (ca) … quintes soudaines suffocantes pas de signes auscultat. jour et nuit, aggravé après minuit
  • Cuprum aceticum ou Cuprum arsenicosum … toux, cyanose et hoquet, amélioré en buvant froid et aggravé la nuit
  • Drosera (cu) … le malade tient son ventre pour tousser : toux paroxystique aggravé par la chaleur de la chambre, nocturne (après minuit). Ganglions cervicaux +
  • Rumex (am) … quintes aggravées à l’inspiration d’air frais
  • Spongia (io) … toux sifflante, laryngite striduleuse, > par les boissons chaudes

Les 4 remèdes du spasme glottique (Nash) =

  • Arnica … spasme avant la toux -> « prévoit sa quinte »
  • Moschus … aggravé par le froid, élancements douloureux thoraciques.
  • Mephitis (cu) … toux sèche surtout la nuit, toutes les 2 heures
  • Hydrocyanicum acidum … cyanose )

Toux sèche :

  • Bryonia alb. … douleurs thoraciques, peu de mucus, aspect de pleurite, soif ++, aggravé au mouvement
  • Arum triphyllum (si) … coryza et enrouement (laryngite + +), toux douloureuse, râles bulleux, langue rouge « framboisée », se « pèle les lèvres », température à 40 °
  • Ferrum phosph. … température 38°, toux sèche, expectoration rouillée.

ETAT … 5 / 7ème jour

Toux grasse :

  • Ipeca (ph) … « sibilants », toux suffocante avec langue propre, vomit, saigne, irritation du vague (comme Antimonium)
  • Kalium bichromicum … le plus glaireux, aggravé le soir ou 3 h du matin et après avoir mangé ou bu
  • Hydrastis (ka) … bronchorrhée jaunâtre, aggravé à l’air froid
  • Graphites … « décrocheur de glaires « , toux et enrouement pendant les règles (+ dermite ?).

La toux peut être grasse et le malade ne tousser que rarement : Causticum, Conium (au), Kalium sulf., Phosphorus, Sepia

FORMES GRAVES … grâce au remède similimum nous avons de bonnes chances de guérir une pneumopathie aiguë et d’éviter l’évolution vers une bronchite chronique :

  • Phosphorus 200K … toux épuisante (hémoptisie ?) + enrouement le soir –> hépatisation ?
  • Ammonium carbonicum … hypoxie et nez obstrué + + +
  • Carbo vegetalis … patient épuisé, cyanotique, aggravé à la chaleur

L’EVOLUTION ASTHMATIFORME :

  • Antimonium tartar. (as) … toux suffocante : patient encombré, râles + +, expectoration difficile, amélioré assis bien calé, vomissements avec langue blanche, sueurs froides.
  • Arsenicum album … asthme de l’enfant (et adulte), 1 h du matin.
  • Arsenicum iodatum … toux productive qui revient périodiquement, aggravé par la chaleur.

SI TRAINE …

  • Kalium carbonicum … asthme de l’enfant, pire à 3 h du matin.
  • Lachesis … toux sèche avec constriction de la gorge.
  • Stannum … toux violente avec mucus jaunâtre, aggravé le matin

CONVALESCENCE

  • Pulsatilla 4/5 CH … fin de bronchite : la toux mûrit (attention à l’otite)
  • ou Kalium sulfuricum … température oscillante, toux grasse le jour et sèche la nuit
  • ou Sanguinaria canad. … coqueluche traînante, fond allergique (si Drosera ne donne rien)

Nosodes (chronicité) : doses en 200K

  • Pertussinum … raccourci l’évolution et évite les rechutes
  • Aviaire ou Tub. K deux doses à 15 jours d’intervalle

Pensez aussi à :

  • Influenzinum … toux chroniques suite de vaccin grippal.
  • Morbillinum … toux chroniques suite d’état éruptif (ou vaccin ROR !)

De nombreux complexes homéopathiques regroupent ces remèdes, citons ainsi, chez le lab. Heel : Husteel, Tartephedreel, Drosera-homaccord

 

Sérothérapie (sérum equi 4 CH) : « SRE » et « Pulmo-neural » alternés


 

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.