Traduction du répertoire de Kent

 

Notes de traduction du répertoire de Kent (extraits des conférences de P. SCHMIDT). Celui-ci nous donne quelques expressions du Répertoire qui sont difficiles à traduire, et qui peuvent vous être utiles.

 

Les répertoires ultérieurs (Barthel et Klunker, Synthesis …) sont heureusement multilingues. Nous vous avons présenté ces quelques lignes pour que vous puissiez apprécier les difficultés des praticiens francophones avec les premiers exemplaires du Kent.


alt   

« Vertigo, looking with eyes turned  » – p. 100 : Certains ont compris qu’il s’agissait des yeux révulsés. Non, c’est le vertige en regardant, avec les yeux tournés, en haut, a droite ou a gauche. 11 y a des vertiges en regardant en l’air. Vous devez toujours poser cette question à vos malades. Certains malades ont un vertige en levant la tête pour sa raser. I1 faut faire la différence entre la tête qui est levée ou bien les yeux qui sont levés. I1 y a des vertiges seulement en levant la tête et des vertiges en regardant en l’air; il y a aussi des vertiges en regardant de côte en l’air : c’est un symptôme de Spigelia, au 3° degré; c’est donc les yeux tournés a la fois en haut et de coté.

Vous avez aussi les gens qui ont du vertige en regardant une vaste étendue : « fear at a large plain  » – page 100 – qui correspond au vertige sur une grande place ou au bord de la mer: Sepia a cette caractéristique au petit degré; l’agoraphobie concerne les places publiques. Vous avez l’agoraphobie – page 43 – «  fear of public places « ; mais nous n’avons pas cette peur dans la rue lorsqu’il n’y a personne.

« Pain occiput, drawing the eyes together  » – page 163 : Douleur dans l’occiput non pas en louchant, mais c’est une sensation que les yeux sont tirés, louchent en convergence.

« Onyx  » – page 247 : C’est un abcès de la cornée

« Opacity punctuated  » – page 247 : C’est une opacité ponctuée, comme un petit point de la cornée.

« Vision feathery  » – page 278 : vision comme des plumes ondulantes.

« Discoloration concha  » – page 287 – Vous retrouvez ce mot « concha » à plusieurs endroits, pages 289″ 292, etc… : c’est la Conque, excavation profonde à la partie moyenne du pavillon de l’oreille et non pas le pavillon. Elle est située entre l’anthélix et le trou auriculaire.

« Nose, odeurs, pin smoke  » – page 342 – C’est l’odeur de la fumée de pins que l’on a allumé.

« Nose, squeaking sensation  » – page 351 – Sensation de crissement, de grincement.

« Nose, discharge copious, with stuffing of head  » – page 330 : C’est un symptôme très important à souligner : c’est la tête prise, pleine, la tête-citrouille. Le ma1ade arrive avec l’air hébété, tout est pris, les yeux, les oreilles, 1e nez, la bouche; c’est la tête truffée. Quand tout est bouché, c’est l’indication de Kalium-iod. ou de Nux-vom.; mais quand ça coule, les yeux, le nez, les oreilles, c’est alors Fluoricum acidum qui a cette caractéristique.

« Nose, discoloration, yellow, saddle  » – page 334 : Vous trouvez ce mot « saddle » en plusieurs endroits : c’est la selle jaune sur le nez. En termes scientifiques, on l’appelle la selle en « vespertillo »; c’est comme une chauve-souris étalée; on le rencontre en particulier chez les femmes enceintes, c’est un chloasma.

« Coryza, rose cold  » – page 328 : c’est le rhume des roses, le rhume des malades qui ne supportent pas les roses, comme d’autres ne supportent pas les foins, ou les pommes …

« Face, eruptions, confluent  » – page 367: éruption confluente de la face.

« Face, eruption, rhus poisoning  » – page 372 : C’est l’intoxication par le lierre américain, le sumac vénéneux; quelquefois, il suffit que le vent souffle pour être atteint par les émanations de cette plante. Ma belle-sœur a été prise alors qu’elle marchait au bord de la route dans une foret, le vent soufflait contre elle, elle a souffert pendant trois mois d’une éruption à devenir à moitie folle ! Nous ne l’avons heureusement pas chez nous. Quelquefois, comme c’est un assez joli petit arbrisseau, il y a des jardinières qui le plantent dans des châteaux, des grandes villas; vous le verrez contre les murs !, mais il faudra vous en méfier …

« Face, eruption, vesicules, acrid  » page 372 : il s’agit d’une éruption vésiculaire qui est excoriante, qui brûle, qui est âcre.

« Face, pain, mental foramen  » – page 384 : c’est le trou mentonier de la mâchoire.

« Face sordes on the lips  » – page 392 : ce sont fuliginosités. Ce terme se trouve aussi a la page 419 :  » Mouth, sordes under left cheek « . On le trouve aussi à propos des dents : il s’agit alors d’un dépôt comme de petites algues vertes semblables à cette mousse que l’on voit sur les étangs. Il ns s’agit pas des plaques de leucoplasie que l’on trouve à « Mucous patches « .

Les sinus sont très mal indiqués dans notre Repertoire. On les trouve mentionnés :

 1. page 127 : « Heaviness forehead, frontal sinuses « 

 2. page 161 : « Pain forehead, middle,frontal sinuses from coryza chronic « 

 3. page 325 : « Catarrhe extends to frontal sinuses « 

 4. page 329 : Coryza extending to frontal sinuses « 

 5. page 338 : « Fullness frontal sinuses from inflammation « 

Le diagnostic de sinusite est un diagnostic qui se fait depuis trente ou quarante ans seulement; mais autrefois, on n’avait pas encore la diaphanoscopie. C’est d’ailleurs sans grande importance : ne donnez pas un remède sur un diagnostic de sinusite. Il faudrait, dans ce cas, tenir compte plutôt des modalités: la cou1eur de l’écoulement, le genre de douleur, l’odeur de l’écou1ement, son apparence, epaisse, liquide, avec du sang, etc … , toutes choses qui sont vivantes et que vous ne retrouverez pas sur le cadavre. Rappelez-vous que KENT insistait beaucoup sur les modalités des écoulements qui valent presque des symptômes généraux.

« Mouth, pain, drawing, palate, convulsive, extending to fauces  » – page 412 : fauces, c’est le gosier en général; il s’agit ici d’une douleur au palais irradiant en arrière au gosier; c’est la partie postérieure de la gorge.

« Mouth, taste, coopery, gold plates tastes  » – page 423 : il s’agit des couronnes en or ou des prothèses en or qui donnent un gout de cuivre.

« Mouth, ulcers, biting  » – page 428 : Ce sont des ulcères avec des douleurs mordicantes dans l’ulcère, une sensation comme de petites morsures très fines, comme des petits rats.

« Mouth, darting out, tongue  » – page 399 : En tirant la langue … J’ai vu hier une malade de 82 ans qui a une langue qui n’en finit plus … elle a une langue d’au moins treize centimètres, c’est la première fois que je vois cela ! J’ai vu aux Indes des Hindous qui s’exercent à amincir leur langue, avec laquelle ils font des exercices très poussés : ils peuvent la retourner deux fois comme une tranche de jambon; ou bien ils la retournent et puis ils la passent derrière la luette pour aller se nettoyer le rhino-pharynx; ils sont capables de replier la moitié de leur langue, comme une feuille … c’est du véritable cirque !

« Mouth, lame tongue  » – page 407 : C’est la langue impotente, faible, débile, sans forces, déficiente. J’ai un malade qui a présenté ce symptôme, et qui me dit : Je ne peux pas la diriger comme je veux dans ma bouche … C’est une sorte de parésie, d’impotence fonctionnelle, de maladresse.

« Mouth, pain tongue, burning  » – page 411 : C’est la douleur brulante de la langue, la langue qui brûle, qu’il ne faut pas confondre avec « As if burnt « , comme si elle avait été brulée : c’est une des petites finesses de notre symptomatologie; ce n’est pas du tout la même sensation.

« Teeth, craking when rubbing  » – page 431 : Ce sont les dents qui font un bruit de craquement, lorsqu’on les frotte les unes contre les autres. Ce n’est pas l’agacement des dents « Feel as if on edge « , c’est un bruit spécial de crissement, de craquement.

« Teeth, crawling  » – page 431 : Ce mot a son sens habituel de repta­tion sur les dents.

« Throat, pain pressing, asunder  » – page 462 : c’est une douleur disjoignante, comme si la gorge s’écartait, se séparait, se déchirait.

« Stomach, eructations, waterbrash  » – page 497 : Faire un renvoi à « Heartburn  » qui est une sensation d’aigreur, de chaleur qui re­monte, tandis que « waterbrash « , c’est de l’eau, la gastrorrhée, ou gastromucorrhée de Reichmann. Le pyrosis, c’est « Heartburn« , « waterbrash« , c’est de l’acide qui remonte de l’estomac, c’est une régurgitation d’une gorgée acide. Quand c’est simplement de l’eau, vous avez « Eructations of water  » – page 497.

« Stomach, slaking lime, sensation of  » – page 526 : Sensation d’éteindre de la chaux vive …

 « Rectum, constipation, from portal stasis  » – page 608 : C’est la constipation, par stase de la veine porte.

« Urethra, chordee  » – page 669: C’est l’érection douloureuse, incomplète dans la blennorragie.

La cystite est à chercher à inflammation de la vessie. En ce qui concerne la douleur, vous avez la douleur dans la vessie, au bas ­ventre, la douleur dans l’urètre et au bout de l’urètre. Vous cherchez à « Bladder inflammation « , également a « Tenesmus  » et « Catarrh « . La dysurie est une difficulté d’uriner.

« Urethra, clogged by pieces of coagulated mucus  » – page 669 l’urètre qui est bouché par du mucus coagulé.

« Respiration, sobbing  » – page 776 : C’est la respiration sanglotante.

« Cough, sympathetic  » – page 807 : Faire un renvoi à « heart » page 893 : c’est ce que l’on appelle la toux sympathique chez les cardiaques. Cette petite rubrique m’a été très utile, et je peux dire que le remède le plus important est ici « Naja »; c’est vraiment un très bon remède, mieux que Lachesis, quand vous avez un cardiaque qui tousse.

« Cough, tedious  » – page 807 : toux fatigante, harassante, énervante

« Back, eruptions, prickly heat  » – page 889 : c’est une éruption avec sensation de chaleur formicante.

 «  Back, pain, tearing, extending in a circle to linea alba  » – page 943 : c’est une douleur déchirante, s’étendant du dos autour du tronc jusqu’à la ligne blanche en avant de l’abdomen.

« Extremities, abces, upper limbs, after dissecting wounds  » – page 952 : c’est un abcès, après débridement d’une plaie.

« Extremities, bursae  » – page 954 : Il s’agit des bourses synoviales; à « wrist », le poignet, il faut ajouter Bovista au 30 degré. Comparer cette rubrique avec « Ganglion on wrist  » – page 1009.

« Extremities, dragging  » – page 984 : Il s’agit des personnes qui trainent la jambe en marchant.

« Extremities, fuzziness  » – page 1009 : Sensation de crêpage, de frisottement, de moutonnement.

« Extremities, walking, gressua gallinaceus et gressus vaccinus  » page 1223 : Il s’agit de la démarche des poulets qui se dandinent en marchant, et de celle des bovidés qui marchent en avançant une épaule d’abord, puis l’autre.

« Extremities, milk leg  » – page 1033 : C’est la « phlegmatia alba dolens », la phlebite.

« Extremities, swelling wrist, bursa like  » – page 1197 : kyste synovial.

« Skin, biting  » – page 1303 : C’est une peau cuisante; « burning « , c’est la peau brûlante avec en même temps une sensation de mordication.

« Skin, indented  » – page 1326 : Signe du godet à la pression

« Skin, ulcers, ulcers like salt rheum  » – page 1337 : eczéma chronique fissuraire

« Chill beginning in scrobiculum cordis  » – page 1264 : frisson qui débute à l’épigastre.

« Fever, dry heat, with spasmodic gagging  » – page 1286 : fièvre sèche, sans sueurs, avec haut-le-cœur.

« Fever, intermittent, spoiled  » – page 1288: Faire un renvoi aux pages 1282 et 1397; il s’agit des fièvres intermittentes droguées par la quinine ou autres produits suppressifs allopathiques.

« Generalities, China  » – page 1347 : Il s’agit des suites à l’absorption d’écorce de quinquina (ou de Quinine).

« Generalities, wounds, dissecting  » – page 1422: c’est la piqûre anatomique.

 A suivre …

 

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.