Traumatismes cutanés

   Les traumatismes cutanés

La peau est un tissu complexe, aux fonctions multiples que l’on peut résumer schématiquement en :

Poumon : respiration, protection Système nerveux : ectoderme sensitif
Rein : glandes sudoripares Vaisseaux : radiateur thermique

.

LE TRAUMATISME : Arnica montana toujours, avec :

Bellis perennis (hg) au niveau d’un ganglion ou du sein
Calendula (TM ou 1/20 local) en cas de plaie ouverte (très bon remède local)
Lachesis en cas d’ecchymose
Millefollium (hg) 6D ou 4 CH si plaie saignante
Ruta (si) au niveau tendon ou os (amélioration à la chaleur)
Staphysagria (na) coupure nette, tranchante
Hypericum (hg) région très innervée, blessures profondes
+ si traumatisme crânien : Natrum sulfuricum et cervical : Tellurium
Ledum palustre (al) si l’ecchymose est ancienne, persistante et la région engourdie
Symphytum (ca) lésion osseuse ou périostée
Tamus communis (ca) contusion oculaire
+ remèdes de « l’œil au beurre noir » = Bellis perennis (hg) ou Hamamelis (fe) si l’ecchymose est sensible au toucher

 

BellisP

Les complications (principaux remèdes) :

* si plaie suppurée Gun powder 6D (= Pulvis niger) ou Hepar sulfur 4 CH
* septicémiques Echinacea (ve) / Tarentula cubensis
* gangrène Arsenicum album / Lachesis
* lymphangite Rana bufo (cu) / Siegesbeckia (hg) … cf. « Lymph » injectable

.

Les PIQURES D’INSECTE :

Apis mel œdème et douleur, améliorée par les applications froides Cantharis (ca) brûlure + phlyctène
Carbolicum acidum l’œdème péri-lésionnel, douleur brûlante, aggravée à la chaleur
Ledum palustre (al) douleur améliorée par le froid, zone piquée froide, remède d’usage local, en TM.
Urtica urens (s) sensation de brûlure, aggravée par le froid

.

En phase aiguë, se méfier du remède étiologique qui peut aggraver. Celui-ci sera essentiellement utilisé pour désensibiliser le malade aux réactions importantes :

Apis mel abeilles
Culex ou Cimex moustiques
Pulex poux
Vespa crabo guêpes ou frelons
Tarentula cubensis araignée (si induration bleutée)
Aranea diadema araignée (si œdème important)
Ledum pal. puis Lachesis ou Arsenicum album les morsures de serpents

Nécrose

Nécrose après morsure d’araignée (rare heureusement)

Pensez à Caladium 200K : « la sensibilisation aux piqûres d’insecte » : remède de terrain atopique (d’ailleurs, c’est une plante qui attrape les insectes !).

.

LE COUP DE SOLEIL : Calendula 1/20 en applications locales (brûlures)
Tenir évidemment compte des symptômes généraux du malade, qui seront couverts par : Belladonna , Glonoïnum , Gelsemium , Cactus

sans cloques : Apis mel. œdème, brûlures améliorées par le froid
Urtica urens « cuisson » : brûlures aggravées par le froid
avec cloques : Cantharis brûlures avec grosses cloques
Rhus toxicodendron petites cloques
Medusa œdème de la face (// Sol )

Lésions profondes, écrosantes :

Arsenicum album , Kalium bichromicum (5/7 CH) ou Kreosotum (ac)
X Rays ou Radium bromatum brûlures par radiothérapie

.

Les « grands brûlés » (dr. A. BART), 3 phases :

1- Apocynum (oligurie, œdème …)
2 – Alumina silicata 200K (sécheresse)
3 – Eugenia jambosa 200K (rééquilibrage endocrinien)

Les CHELOIDES : En MTC, les chéloïdes = excès de chair, donc problème lié au pôle Rate-pancréas.

Thiosinamine (si) 6 DH et Silicea ou Graphites (ch) 7 / 9 CH
Calcarea fluorica ou Fluoricum acidum
Mercurius (terrain luétique) et Phytolacca (k) sensibilité au froid humide.

Les DOULEURS SEQUELLES : Arnica (toujours)

  1. Symphytum … douleurs aggravées au toucher, sans ecchymose
  2. et plus tardivement : Causticum (am) , Silicea ou Sulfuricum acidum

Les ESCARRE DE DECUBITUS : Arnica , China (as), Fluoricum acid ., Graphites , Lachesis , Petroleum , Sepia , Silicea … Localement, on peut tout mettre sur l’escarre (Mitosyl …), sauf le malade lui-même !

 

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.