Trois cas cliniques

CAS CLINIQUES

 

  1. Cas cliniques n° 1 : JYM (consultation du 14/01/2016)

Patient âgé de 55 ans, aux antécédents de diabète de type II, traité depuis 2 ans par 2 antidiabétiques oraux, hypertension artérielle traitée par trithérapie et hypercholestérolémie (hypocholestérolémiants arrêtés depuis 1 an). Il vient en consultation régulièrement pour son suivi depuis 1 an, est actuellement en dépression de type burn-out et présente ce jour une toux nocturne depuis 3 jours, avec dyspnée améliorée en position debout, et une respiration bruyante diurne.

Il décrit ce type d’épisode plusieurs fois chaque hiver depuis quelques années, et se plaint d’un symptôme précédant la survenue de la toux à type de goût métallique ressenti à la partie postérieure du palais, qui le dérange beaucoup.

L’examen clinique retrouve des sibilants disséminés dans les 2 champs pulmonaires et quelques ronchus à l’auscultation pulmonaire, le patient est apyrétique, le reste de l’examen (cardiaque, stomato ORL) est sans particularité.

Le diagnostic de bronchite avec réaction asthmatique est retenu.

La répertorisation retrouve Bromum remède unique au 3ème degré à la rubrique « goût métallique à la partie postérieure du palais », présent aussi au second degré dans « asthme nocturne » et au 3ème degré dans « dyspnée aggravée couché ». la relecture de la matière médicale confirme le bénéfice pouvant être attendu pour ce patient.

La prescription est donc Bromum en 9 CH.

Le patient consulte à nouveau 2 semaines après pour son suivi diabétique, il dit s’être rapidement senti mieux après la prise du remède homéopathique, l’auscultation s’est totalement normalisée.

doctrine

  1. Cas clinique n°2 : AP (consultation du 15/05/2014)

Patient âgé de 54 ans, sans antécédent notable hormis un tabagisme poursuivi, qui consulte pour une otalgie. Il est parti 7 jours en vacances par avion, ses oreilles restent bouchées depuis son retour, il y a 15 jours, alternance bouchage et débouchage, mais récidive sans cesse et a été malade au retour avec toux qui s’est améliorée spontanément.

Impression que l’oreille gauche est plus atteinte que la droite, et douleur lancinante à gauche uniquement, sensation de bulles dans les oreilles, baisse de l’audition augmentée par le fait que plusieurs personnes parlent autour de lui, comme hier soir, ce qui lui était insupportable, et même douloureux. Pas d’évènement particulier durant et après son retour de vacances.

L’examen clinique ne retrouve qu’un aspect de bulles derrière les tympans, beaucoup plus marqué à gauche, sans réelle inflammation. Le reste de l’examen est normal.

Le diagnostic d’otite barométrique est retenu.

La répertorisation s’oriente avec « bruits dans l’oreille, bulles bouillonnement » « douleur oreille gauche » « mal des aviateurs » « sensation d’oreilles bouchées » sur plusieurs remèdes, le choix se portera sur Petroleum, du fait de sa modalité « le bruit est insupportable, surtout par la conversation de plusieurs personnes en même temps » lors de la relecture de la matière médicale du remède.

La prescription est donc Petroleum en 9 CH.

Le patient consulte 4 mois plus tard pour d’autres symptômes, et témoigne que les troubles auriculaires ont disparu en quelques jours après la prise du remède.

 

  1. Cas clinique n°3 : BV (consultation du 12/06/2014)

Enfant de 9 ans, amené par sa maman pour des verrues multiples depuis plusieurs années, avec aggravation actuelle, et troubles du sommeil.

Verrues cornées non douloureuses, non saignantes, non prurigineuses, s’est fait agressé par le papa d’une petite fille, ce qui l’a complétement paniqué, créant une difficulté respiratoire.

Il y a 3 ans, beaucoup de problèmes de voisinage, qui angoissaient sa maman qui ne le laissait plus sortir, il y avait eu des coups de feu. Son papa ne rentre pas avant 22h30 le soir depuis son changement de travail, il y a 1 mois.

Difficulté d’endormissement depuis 1 mois suite à cette frayeur, peur au coucher avec besoin de fermer la fenêtre, de vérifier que la porte d’entrée est fermée, besoin d’une lumière et que la porte de la chambre soit ouverte, se relève plusieurs fois pour aller uriner, dit qu’il a peur, endormissement tardif au bout de 2 h et réveils nocturnes avec peur, et va dans la chambre de ses parents, plutôt aux alentours de minuit, rêve que quelqu’un vient dans la maison et mange tout le monde. Transpiration durant le sommeil, mais très couvert.

L’examen clinique est sans particularité en dehors des verrues.

La répertorisation place en tête un remède avec les rubriques « troubles suite de peur », « peur en se réveillant » « verrues doigts au pourtour des ongles » « endormissement tardif » « insomnie suite de suractivité des pensées », la relecture du remède retrouve la crainte d’être seul et la peur du changement.

La prescription est Lycopodium en 200 K.

La maman m’a tenue au courant de l’évolution à ma demande : amendement progressif de tous les symptômes en quelques semaines, avec disparition complète des verrues.

 

A propos de l'auteur
Line Cabot
Médecin généraliste et homéopathe, ancien interne des hôpitaux