Tuberculose

La Tuberculose

La tuberculose revient sur le devant de la scène épidémiologique car :

  1. On observait des cas de multirésistance (TK-MR) à l’Isoniaside et à la Rifampicine.
  2. On observe maintenant des cas d’ultrarésistance (TK-UR), qui sont – en plus – résistantes aux Fluoroquinones et à au moins trois médicaments injectables de 2ème ligne.
  3. Le VIH et la tuberculose s’associent : elle touche à présent un tiers des personnes infectées par le VIH, dont un grand nombre décèdent quelques mois après avoir contacté la tuberculose, en l’absence d’un traitement approprié.

Un test en cytométrie de flux, permettant de distinguer rapidement entre l’infection active et les porteurs sains (infection latente), vient d’être développé par une équipe médicale de Lausanne (Pr. G. Pantaleo – Suisse). L’augmentation importante des CD4 producteurs de TNF Alpha signe la forme active.

 

alt   

 

Le BNS est indispensable dans ces cas, car la présence chronique des bacilles infectants va induire des adaptations immunes variables d’un sujet à l’autre et dans le temps : il faudra donc corriger périodiquement une thérapeutique homéopathique qui retrouve un intérêt depuis l’apparition de multirésistances de ces germes aux antibiotiques « spécifiques ».

Chaque année, 9 millions de personnes développent une tuberculose dans le monde, 1,6 millions décèdent, soit 4 400 par jour. Les pays les plus touchés sont l’Asie, le Pacifique, l’Europe de l’Est et l’Afrique.

–>  Forme fébrile, d’évolution rapide (tuberculose miliaire ?) : Phosphorus (hémoptysies), Bryonia (ph), Ipeca (ph), Iodum, Arsenicum album ou Digitalis (as)

–>  Forme peu fébrile, d’évolution plus lente : Natrum mur. (et les autres Natrum), Calcarea phos., Sulfur iodatum, Ferrum (forme floride)

tuberculose

 –> Le Mal de Pott (abcès froid vertébral) : Phosphoricum acidum + Calcarea phos. (cervicale) / Lachesis (dorsale) / Silicea (lombaire)

–>  Formes avancées et graves (sueurs nocturnes ++) -> évolution terminale ? : Silicea (ou Pulsatilla), Stannum (ou Balsamum peru), Kalium bichromicum, Phosphoricum acidum

Nosodes : Bacillinum (surtout) et les autres tuberculines

 Formes avec sclérose (cavernes) : Baryta carb., Kalium carb. ou Ammonium carb.

Nosode : Tuberculinum residuum

 

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.